Imbolc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Imbolc est une fête religieuse celtique irlandaise, qui est célébrée le 1er février de notre calendrier dans l'hémisphère Nord et le 1er août dans l'hémisphère Sud, soit au début du mois d’anagantios selon le calendrier de Coligny dans la mythologie celtique. C'est la fête sur laquelle les sources littéraires médiévales sont les plus faibles.

Description[modifier | modifier le code]

Le sens du nom est « lustration », il s’agit donc d’une purification qui prend place à la fin de l’hiver.

Elle pourrait avoir pour fondement un culte lié à la fécondité. Un rapprochement peut aussi être fait avec la fête romaine des Lupercales, qui avait lieu à la fin de l'hiver[1].

Célébration[modifier | modifier le code]

Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux citent à ce propos ce quatrain extrait de Hibernica Minora de Kuno Meyer :
« Goûter de chaque nourriture selon l'ordre,
voilà ce que l'on doit faire à Imbolc ;
se laver les mains, les pieds, la tête,
c'est ainsi que je le dis »[2].

Survivances[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

En France, une survivance de cette fête christianisée serait la Chandeleur, la fête de la purification de la Vierge[3].

Irlande[modifier | modifier le code]

En Irlande la célébration de sainte Brigitte à cette date, conduit à penser qu’Imbolc se déroulait sous le patronage de la déesse préchrétienne Brigit[4].

Suisse[modifier | modifier le code]

Le Canton de Genève fête les Failles, dans le hameau de Certoux, sur la commune de Perly-Certoux ainsi que celle de Cartigny au cours du Premier dimanche de carême[5], tradition consistant à brûler des perches enrobées de paille, de sarments[6] et de roseaux le soir à l'apparition de la première étoile[7]. A cette occasion, on y mange des merveilles, une sorte de beignet[8]. Cette fête serait d'origine celtique et constituerait une survivance d'Imbolc[9]. Cette coutume se nomme les brandons ailleurs en Suisse romande[10].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Revue Terre et Peuple, N° 6, hiver 2000, p.12 et 13. Nos fêtes celtiques : Imbolc.
  2. Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux, Les Druides, page 233, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9).
  3. Revue Terre et Peuple, N° 6, hiver 2000, p.12 et 13. Nos fêtes celtiques : Imbolc.
  4. Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux, les Druides, page 399
  5. http://www.jussy.ch/uploads/file/Presse/2012/Ces%20petites%20communes%20qui%20osent%20construire_TDG%2020_02_2012.pdf Tribune de Genève, Failles brûlées, par C.Z.B, 20 février 2012, p. 20
  6. Informations cartiginoises
  7. http://www.grhc.info/publications/livrecartigny/annotations%20GRHC.pdf
  8. Film documentaire, traditions.ge, Séverin Bolle, 2007, chapitre "hiver"
  9. Film documentaire, traditions.ge, Séverin Bolle, 2007, chapitre "hiver"
  10. Éric Eigenmann, Jeux profanes genevois: les Alouilles, les Failles, le Feuillu, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 931.