Augustin de Romanet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Augustin de Romanet

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Augustin de Romanet

Naissance 2 avril 1961 (53 ans)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Formation

Augustin de Romanet de Beaune, né le 2 avril 1961 à Boulogne-Billancourt, est Président-directeur général d'Aéroports de Paris depuis le 28 novembre 2012. Il a été directeur général de la Caisse des dépôts et consignations du 8 mars 2007 au 7 mars 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille de l'Orne et a été membre du Conseil municipal de Bellême de 1989 à 2008.

Après une scolarité au collège Saint-Grégoire et au Lycée Balzac à Tours, Augustin de Romanet intègre l'Institut d'études politiques de Paris puis l'école nationale d'administration (ENA), dont il sort en 1986 au sein de la promotion Diderot[1].

À la sortie de l'ENA, il intègre le Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie comme adjoint au chef du bureau de la politique salariale puis au chef du bureau de la synthèse budgétaire, à la direction du budget. En mobilité, il est nommé attaché financier à la représentation permanente de la France auprès des Communautés européennes de 1990 à 1992, représentant la France au Comité budgétaire, puis réintègre en 1993 la direction du budget comme chef du bureau de la synthèse et de la politique budgétaire.

La victoire de Jacques Chirac à l'élection présidentielle de 1995 lui permet d'intégrer les cabinets ministériels. En effet, il devient conseiller technique auprès d'Alain Madelin lors de son éphémère passage comme ministre de l'économie et des finances, puis passe au service de François d'Aubert, secrétaire d'État au budget, dont il est conseiller technique puis directeur de cabinet. Il intègre ensuite comme Conseiller chargé des affaires budgétaires le cabinet d'Alain Lamassoure, ministre délégué au budget et porte-parole du gouvernement. Il était entré au service de Jean Arthuis, ministre de l'économie et des finances après le départ d'Alain Madelin, comme chargé de mission auprès du ministre[1].

À la suite de la dissolution de l'Assemblée nationale perdue par la droite en 1997, Augustin de Romanet de Beaune réintègre la direction du Budget, comme sous-directeur chargé de mission auprès du directeur du Budget jusqu'en 1998, avant de devenir sous-directeur chargé du secteur transports, routes, industrie et recherche. En 1999, il rejoint le secteur privé pour travailler dans l'entreprise d'investissement Oddo & Compagnie, en tant que directeur jusqu'en 2000, puis associé-gérant de Oddo Pinatton Corporate, filiale de banque d'affaires du groupe Oddo et Cie.

Comme la précédente, la seconde victoire de Jacques Chirac à l'élection présidentielle, en mai 2002, lui permet de revenir dans les cabinets ministeriels. Il devient alors directeur du cabinet d'Alain Lambert, ministre délégué au budget et à la Réforme budgétaire et directeur adjoint du cabinet de Francis Mer, ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie. En 2004, il est appelé par Jean-Louis Borloo, nommé ministre de l'Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale, dont il devient directeur de cabinet, avant d'intégrer, la même année, le cabinet du Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, comme directeur adjoint.

Il est ensuite secrétaire général adjoint de la présidence de la République du 11 juin 2005 au 13 octobre 2006.

À partir du 16 octobre 2006, il est directeur adjoint Finances et stratégie groupe de Crédit agricole S.A et membre de son comité exécutif. Il est ensuite nommé par décision du Conseil des ministres du 7 mars 2007 directeur général de la Caisse des dépôts et consignations en remplacement de Francis Mayer, décédé le 9 décembre 2006. Cette nomination, une des dernières décidées par Jacques Chirac avant la fin de son mandat, est apparue comme une option plutôt consensuelle, mettant fin à l'incertitude à la tête de l'institution après les hésitations des proches collaborateurs du président, Frédéric Salat-Baroux ou Maurice Gourdault-Montagne, pressentis pour le poste[2].

Ancien administrateur d'Accor (2007-2009), de Dexia (2007-2011), d'Icade (2007-2011), Augustin de Romanet a également été membre du Conseil des prélèvements obligatoires de 2008 à 2010).

À l'issue de son mandat de directeur général de la Caisse des dépôts, le 7 mars 2012, Augustin de Romanet a remis les mandats sociaux qu'il détenait à ce titre : administrateur de Veolia Environnement (2007-2012), CNP Assurances (2007-2012), CDC Entreprises (2007-2012), du groupe La Poste (2011-2012) et d'Oséo (2011-2012), présidence du conseil de surveillance de la Société nationale immobilière, filiale de la Caisse des Dépôts (2007-2012), présidence du directoire du Fonds de réserve des retraites (FRR) (2007-2012), présidence du conseil d'administration du Fonds stratégique d'investissement, créé par la Caisse des dépôts et consignations (51 %) et l'État (49 %) le 19 décembre 2008 [1]. Il est également depuis le départ de Philippe Segrétain, président d'Egis, filiale à 75 % de la Caisse des Dépôts, 25 % étant détenu par les salariés d'Egis, Augustin de Romanet ayant tenu à ouvrir largement le capital aux salariés pour en faire une opération exemplaire d'association des collaborateurs à la vie et aux performances de leur entreprise.

Souhaitant ouvrir la Caisse des Dépôts à l'international, il est à l'initiative du Club des investisseurs de long terme qu'il préside depuis sa création en 2009.

Il a également été maître de conférences à l'IEP de Paris entre 1986 et 1990, et à l'ENA de 1992 à 1995. Il a siégé au conseil municipal de Bellême dans l'Orne, de 1989 à 2008.

Par un décret en Conseil des ministres du 28 novembre 2012, il a remplacé Pierre Graff, atteint par la limite d'âge le 11 novembre 2012, à la fonction de président-directeur général d'Aéroports de Paris (ADP).

En juin 2014, il entre au Conseil d'Administration du Centre des Professions Financières[3] et au Conseil d'Administration de la RATP en qualité d'Administrateur.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2008 le prix du "Capitaliste de l'année" décerné par Le Nouvel économiste (succédant à David de Rothschild en 2007 et précédant le Prince Aga Khan en 2009).
  • 2009 « personnalité de l’année » des Trophées des sociétés d’investissement immobilier cotées (SIIC). Cette distinction est liée à son rôle dans la création en 2003 du statut de SIIC dans le cadre de la loi de finances et valorise son initiative de faire adopter ce statut à Icade, filiale immobilière de la Caisse des Dépôts.
  • 2012, le ministre de l’Économie, François Baroin, lui a remis le « Prix du financier de l’année »[4]. Ce prix est venu récompenser son action à la tête de la Caisse des Dépôts dans la gestion de la crise économique et financière.

Titulaire de la médaille de la Défense nationale, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en avril 2007.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Augustin de Romanet a publié, début 2012, Non aux 30 douloureuses[5], ouvrage dans lequel il analyse la crise économique et financière actuelle, à travers les cycles historiques et les récents événements. Il y prône le retour d'un État stratége, capable de reprendre le contrôle de la finance, dans un contexte mondialisé et une optique de long terme, conditions nécessaires pour redonner à la France une ambition.

Le 12 juin, Non aux 30 douloureuses a reçu le prix littéraire 2012 de la rédaction de L'Express, catégorie "document".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Notice biographique, Who's Who in france, 2007
  2. Augustin de Romanet, le joker de l'Élysée, par Anne Michel dans Le Monde du 21 mars 2007.
  3. « Conseil d'Administration », sur Centre des Professions Financières,‎ 24/06/2014
  4. Créé en 1984 par l’Association nationale des docteurs ès sciences économiques et en sciences de gestion (Andese), ce Prix distingue la personnalité ayant le plus contribué, au cours de l'exercice précédent, au développement de l'activité financière en France.
  5. Non aux 30 douloureuses, L'État n'a pas de temps à perdre - Augustin de Romanet, Éditions Plon, Paris avril 2012, 270 pages

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]