Bataille de Navarin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Navarin.
Bataille de Navarin
La bataille de Navarin peinte par Garneray.
La bataille de Navarin peinte par Garneray.
Informations générales
Date
Lieu Baie de Navarin, sud-ouest du Péloponnèse, Grèce
Issue Victoire de la coalition du Royaume-Uni, de la France et de la Russie
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Pavillon LouisXIV.svg Royaume de France
Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Empire ottoman Empire ottoman
Flag of the Ottoman Empire (1453-1844) Régence de Tunis
Flag of the Ottoman Empire (1453-1844) Province d'Égypte
Flag of the Ottoman Empire (1453-1844) Régence d'Alger
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni Edward Codrington (Royal Navy Escadron bleu)
Drapeau de la France Henri de Rigny (Marine Royale de France)
Drapeau de la Russie Login Van Geiden (Marine impériale de Russie)
Flag of the Ottoman Empire (1453-1517).svg Tahir Pacha
Flag of the Ottoman Empire (1453-1517).svg Ibrahim Pacha
Flag of the Ottoman Empire (1453-1517).svg Moharrem Bey
Flag of the Ottoman Empire (1453-1517).svg Kiutchuck Mohamed
Forces en présence
28 navires Entre 80 et 90 navires
Pertes
174 morts
475 blessés
6 000 morts (est.)
4 000 blessés (est.)
60 navires détruits (est.)
Guerre d'indépendance grecque
Batailles
Alamana - Gravia - Valtetsi - Doliana - Drăgăşani - Tripolizza - Péta - Chios - Dervénakia - Psara - Sphactérie - Missolonghi - Arachova - Phalère - Navarin
Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 36° 56′ 09″ N 21° 41′ 16″ E / 36.935833333333, 21.687777777778 ()36° 56′ 09″ Nord 21° 41′ 16″ Est / 36.935833333333, 21.687777777778 ()  

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Navarin.

La bataille de Navarin est une bataille navale qui s'est déroulée le , dans la baie de Navarin (ouest du Péloponnèse) entre la flotte ottomane et une flotte franco-russo-britannique dans le cadre de l'intervention de ces trois puissances lors de la guerre d'indépendance grecque. À l'issue des combats, la défaite ottomane est totale.

La bataille de Navarin est considérée comme la dernière grande bataille navale de la marine à voile[1], avant l'avènement des navires à vapeur, des cuirassés et des obus[2], mais aussi comme une étape décisive vers l'indépendance de la Grèce et comme l'une des premières « interventions sous un prétexte humanitaire » de l'histoire[3].

Par le traité de Londres du , la France, le Royaume-Uni et la Russie étaient convenus d'intervenir entre les belligérants de la guerre d'indépendance grecque pour faire cesser les « effusions de sang ». Une flotte tripartite, commandée par Edward Codrington, Henri de Rigny et Login Van Geiden fut envoyée dans ce but. Après avoir réussi à empêcher divers affrontements, les amiraux décidèrent de faire une démonstration de force dans la baie de Navarin où se trouvait la flotte ottomane, composée de navires égyptiens, turcs, tunisiens et algériens[N 1]. Celle-ci était ancrée dans une disposition destinée à impressionner la flotte des puissances qu'elle attendait. Des coups de feu tirés d'un navire ottoman, avant que tout ordre ait été donné en ce sens, entraînèrent une bataille qui n'était projetée par aucun des deux adversaires.

Malgré leur infériorité numérique, les navires des puissances étaient largement supérieurs à leurs adversaires. Dans un combat qui se déroula pratiquement à l'ancre et à bout portant, leurs artilleurs firent des ravages dans la flotte ottomane. Les plus petits navires de la flotte des puissances, qui ne s'ancrèrent pas, remplirent avec succès leur mission de neutraliser les brûlots, l'arme ottomane la plus redoutable, ce qui aida à la victoire finale.

Sans perdre un seul navire, mais après avoir subi d'importants dégâts, la flotte franco-russo-britannique détruisit une soixantaine de navires ottomano-égyptiens, provoquant un véritable carnage.

Contexte[modifier | modifier le code]

La guerre d'indépendance grecque[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre d'indépendance grecque.

En 1821, les Grecs s’étaient révoltés contre l’occupation ottomane. Ils avaient d’abord remporté de nombreuses victoires et proclamé leur indépendance en . Les victoires grecques avaient été de courte durée, en partie parce que les insurgés s'étaient rapidement déchirés entre factions rivales au cours de deux guerres civiles. Le sultan Mahmud II avait appelé à l’aide son vassal égyptien Mehemet Ali qui, en 1824, avait dépêché en Grèce son fils Ibrahim Pacha avec une flotte et d'abord 8 000 puis 25 000 hommes. L’intervention d’Ibrahim fut décisive : le Péloponnèse avait été reconquis en 1825 ; le verrou de Missolonghi était tombé en 1826 ; Athènes avait été prise en 1827. Il ne restait plus alors à la Grèce que Nauplie, Hydra, Spetses et Égine[4],[5],[6].

Le Serment à Aghia Lavra.
Ce tableau de Theodoros P. Vryzakis (1865) commémore le soulèvement du 25 mars 1821. huile sur toile, National Art Gallery and Alexandros Soutzos Museum, Athènes.

Le jeu des puissances européennes était alors ambigu, tout comme celui de leurs représentants au Levant. Le soulèvement grec, considéré comme libéral et national, ne convenait pas à l’Autriche de Metternich, principal artisan de la politique de la Sainte-Alliance. Cependant, la Russie, autre gendarme réactionnaire de l’Europe, était favorable à l’insurrection par solidarité religieuse orthodoxe et par intérêt géo-stratégique (contrôle des détroits des Dardanelles et du Bosphore). La France de Charles X, autre membre actif de la Sainte-Alliance (elle venait d’intervenir en Espagne contre les libéraux), avait une position ambiguë : les Grecs, certes libéraux, étaient d’abord des chrétiens et leur soulèvement contre les Ottomans musulmans pouvait ressembler à une nouvelle croisade. La Grande-Bretagne, pays libéral, s’intéressait surtout à la situation de la région sur la route des Indes et Londres désirait pouvoir y exercer une forme de contrôle[7].

Cependant, des ressortissants des différents pays européens combattaient en Grèce aux côtés des insurgés. Parmi ces philhellènes, on trouvait des militaires français comme le colonel Fabvier ou des marins britanniques comme Frank Abney Hastings ou Thomas Cochrane. De même, les amiraux britannique Edward Codrington et français Henri de Rigny, commandant la flotte de leurs pays dans la région, n'étaient pas défavorables à la cause grecque. Bien souvent, ils allaient un peu au-delà de la neutralité que leur imposait leur gouvernement pour apporter un soutien aux Grecs. Ils se justifiaient en arguant du fait que la politique de leur gouvernement elle-même était ambiguë[7].

Le traité de Londres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Traité de Londres (1827).
George Canning.

Le massacre de Chios, la mort de Lord Byron ou la chute de Missolonghi avaient suffisamment ému les opinions publiques occidentales pour que les gouvernements s'en inquiétassent, d'abord diplomatiquement[8]. De plus, dès le mois d'août 1824, le gouvernement grec avait demandé au Royaume-Uni d'intervenir pour faire cesser les hostilités. Le , Wellington, à Saint-Pétersbourg, signa un protocole anglo-russe prévoyant une médiation entre Grecs et Ottomans en vue de régler le conflit. Cet accord, sans volet militaire, n'avait que le mérite d'exister. Il servit cependant au Premier ministre britannique, George Canning, de point de départ aux négociations suivantes avec les autres pays européens. Les Français étaient prêts à l'accepter à condition que les Autrichiens, mais aussi les Prussiens y consentissent aussi. De plus, les Russes voulaient un accord qui irait plus loin qu'une simple menace de retirer les ambassadeurs de Constantinople mais qui envisagerait une intervention militaire[9],[10].

Les négociations finirent par aboutir en . La France, la Grande-Bretagne et la Russie signèrent le 6 juillet à Londres le traité de Londres. Le texte officiel était pratiquement équivalent au protocole de Saint-Pétersbourg. Cependant, des sanctions étaient cette fois prévues, dans une clause secrète qui fut rendue publique une semaine plus tard dans le Times. Cette clause prévoyait qu'en cas de refus de l'Empire ottoman, les puissances reconnaîtraient de fait la Grèce en y envoyant des consuls et qu'elles s'interposeraient entre les belligérants[11].

Dès le , l'Empire ottoman avait fait savoir qu'il refuserait toute tentative de médiation et armistice présente ou à venir. Le traité de Londres ne changea rien. De plus, les flottes française et britannique, alors en Méditerranée orientale, n'étaient pas suffisamment fortes pour impressionner la Porte et la pousser à accepter les termes du traité. Le 16 août, le texte du traité fut officiellement présenté au Reis-Effendi, le ministre des affaires étrangères ottoman. Le 30 août, celui-ci nia avoir reçu un quelconque document. Par contre, informé le 2 septembre, le gouvernement grec accepta l'armistice dès le lendemain malgré les réticences de leurs commandants en chef philhellènes Richard Church et Thomas Cochrane qui venaient de mettre sur pied une opération conjointe terrestre et navale[12],[13].

L'ambiguïté des ordres donnés aux amiraux[modifier | modifier le code]

Les flottes britannique, commandée par le contre-amiral Edward Codrington, et française, commandée par l'amiral Henri de Rigny, patrouillaient dans les eaux de la Méditerranée orientale depuis de nombreuses années pour y lutter contre la piraterie. Les ordres plus ou moins précis qu'elles avaient reçus sur l'attitude à adopter dans la situation créée par la guerre d'indépendance grecque laissaient une certaine latitude aux amiraux[14].

Lorsqu'il rejoignit son poste, en février 1826, Codrington hérita des ordres de son prédécesseur, sir Harry Burrard-Neale : assurer la sécurité des sujets britanniques et de la République des îles Ioniennes sous protectorat britannique. Il devait aussi demander à Ibrahim Pacha de renoncer à son projet de « barbarisation » de la Morée et, en cas de refus, en informer le souverain britannique[15]. Ce projet de « barbarisation » était une rumeur insistante, principalement propagée par Dorothea von Benckendorff, l'épouse de l'ambassadeur de Russie à Londres, le prince de Lieven. Cette rumeur aurait été une manœuvre diplomatico-politique afin d'accroître le philhellénisme en Europe. Ibrahim Pacha était accusé de vouloir intégralement réduire en esclavage la population grecque du Péloponnèse et de la déporter vers ses terres égyptiennes pour la remplacer par des musulmans nord-africains. Si Ibrahim Pacha insista toujours sur le fait que cette rumeur était fausse, elle se perpétua cependant très longtemps, même après la bataille de Navarin[16],[17].

L'escadre russe prévue pour s'interposer entre les belligérants grecs et ottomans commença à se rassembler à Kronstadt un mois avant que le traité de Londres fût signé. Le tsar Nicolas Ier, lorsqu'il la passa en revue le 10 juin, déclara qu'« en cas d'opérations militaires, l'ennemi [serait] traité à la russe[N 2] ». L'ordre était ici plus clair[18].

Les instructions données aux amiraux français, britannique et russe par leur gouvernement figuraient dans les annexes D et F du traité de Londres. L'hypothèse principalement évoquée était que les Ottomans rejetteraient la proposition d'armistice et de médiation tandis que les Grecs (qui l'avaient demandée en premier lieu) l'accepteraient. Les amiraux devraient alors « prendre les mesures les plus efficaces et les plus expéditives pour mettre fin aux hostilités et aux effusions de sang », « utiliser tous les moyens […] pour obtenir un armistice immédiat » et organiser des escadres chargées d'empêcher tout renfort turc ou égyptien d'atteindre la Grèce. Cependant, la violence ne devait être que le dernier recours si les Ottomans persistaient à vouloir forcer le blocus. Pour tous les cas non prévus dans les instructions, les amiraux avaient toute latitude pour agir[19].

Les amiraux britannique Codrington et français de Rigny reçurent ces instructions le 7 août, alors qu'ils se trouvaient à Smyrne. Rigny les trouva « bien peu précises »[20]. Afin d'en savoir plus, Codrington demanda des précisions à Stratford Canning, l'ambassadeur britannique à Constantinople. La réponse fut très claire : même si les puissances désiraient éviter la guerre, le blocus devait, en ultime recours, être imposé à coup de canon[21]. À leur départ de Smyrne, le 17 août, pour Nauplie où ils devaient présenter le traité aux autorités grecques, les deux amiraux étaient persuadés d'une chose : le traité ne pouvait mener qu'à l'indépendance, à terme, de la Grèce[22]. Le 4 septembre, les amiraux reçurent des ordres complémentaires de leurs ambassadeurs à Constantinople. Ils devaient toujours « empêcher tout secours de parvenir aux Ottomans en Grèce ». Ils devaient de plus protéger, en coopération avec les Grecs, toutes les régions qui avaient pris part à l'insurrection[N 3]. Enfin, ils devaient « encourager » les navires turcs et égyptiens à retourner à Constantinople ou Alexandrie. Si des navires ottomans persistaient à rester en Grèce, le texte des instructions précisait qu'ils devraient « courir les risques inhérents à la guerre »[23],[24].

Premières applications du traité de Londres[modifier | modifier le code]

Après la signature du traité de Londres, un émissaire spécial, le major J. H. Cradock, fut envoyé auprès du vice-roi d'Égypte pour lui suggérer la neutralité. Les chancelleries savaient qu'une flotte turco-égyptienne prévue pour renforcer Ibrahim Pacha était rassemblée à Alexandrie. Cradock arriva en Égypte le 8 août, trois jours après le départ de la flotte, forte d'un peu moins de 90 navires et commandée par Moharrem Bey, un beau-frère d'Ibrahim Pacha. Elle était constituée de trois escadres : une ottomane[N 4], une égyptienne[N 5] et une tunisienne commandée par Kiutchuck Mohamed[N 6],[N 7]. Deux nouveaux efforts furent faits pour demander à Mehemet Ali de rappeler la flotte : par Rigny qui envoya la Pomone et la Rose et par Codrington qui envoya la Pelorus. Mais, le vice-roi ne pouvait se le permettre, sauf à rompre définitivement avec le Sultan. Cette flotte rejoignit Ibrahim Pacha dans la baie de Navarin. Une autre escadre, une vingtaine de navires[N 8], commandée par Tahir Pacha, avait été croisée par la frégate française Armide au large de Cythère le 6 août. Elle arrivait de Constantinople et se dirigeait aussi vers la baie de Navarin[25]. Ibrahim Pacha avait prévu d'utiliser la flotte ainsi rassemblée pour mener une attaque qu'il considérait comme décisive contre Hydra, une des dernières places-fortes grecques, et la flotte grecque dont c'était le principal arsenal. Il espérait ainsi achever le conflit à son profit[26].

La flotte ottomane fut au complet dans la baie de Navarin le 7 septembre. En l'apprenant, Codrington quitta Nauplie et vint s'installer à l'entrée de la baie le 12 septembre. Il put alors obtenir qu'Ibrahim Pacha rappelât une première escadre envoyée contre Hydra. La flotte française rejoignit la flotte britannique le 22 septembre. Codrington et Rigny rencontrèrent Ibrahim Pacha trois jours plus tard. Chacune des parties expliqua ses ordres : attaquer Hydra pour Ibrahim Pacha ; l'en empêcher, en détruisant l'intégralité de sa flotte si nécessaire et lui demander d'évacuer la Grèce pour les amiraux. Ibrahim Pacha convint de suspendre toutes ses opérations jusqu'au moment où il recevrait de nouveaux ordres d'Alexandrie ou Constantinople, vers la mi-octobre. Les flottes occidentales se retirèrent pour aller se ravitailler, ne laissant que deux vaisseaux (un britannique la Dartmouth et un français l’Armide) pour surveiller la baie[27],[28],[29].

La Kartería, aquarelle anonyme datant des années 1820, Archives historiques de Hydra.

Cependant, le statu quo était fragile. Les Grecs avaient accepté l'armistice, mais, considérant que les Ottomans l'avaient refusé, continuaient à se battre. En septembre 1827, une opération conjointe des forces terrestres et navales grecques avait pour objectif de reconquérir le verrou de Missolonghi. Le philhellène Frank Abney Hastings commandait le seul navire de guerre à vapeur de Méditerranée : la Karteria. Il faisait partie de l'escadre grecque de vingt-trois navires commandée par Cochrane qui devait soutenir les forces terrestres commandées par Richard Church. L'amiral britannique Codrington, conformément aux dispositions du traité de Londres, neutralisa pacifiquement cette flotte grecque, interdisant l'opération terrestre. Hastings resta dans le golfe de Corinthe avec une petite escadre de six navires. Dans la baie d'Amphissa (alors appelée Salona), se trouvait une flotte ottomane de onze navires, dont cinq de grande taille, protégée par des batteries côtières. Le 30 septembre, l'escadre grecque attaqua. La maniabilité des roues à aubes de la Kartería lui permettait de tourner quasiment sur place et ses chaudières lui fournissait des boulets rouges. À elle seule, en une demi-heure, elle détruisit les navires ottomans tandis que le reste de l'escadre réduisait au silence les batteries côtières[30],[31],[32].

Lorsqu'il apprit la nouvelle de la destruction de ses navires à Amphissa, Ibrahim Pacha entra dans une colère noire et chercha à se venger d'Hastings. Il forma une escadre de 48 navires, dont il prit le commandement, accompagné de Tahir Pacha et Moharrem Bey, et avec laquelle il remonta vers le golfe de Corinthe. Il fut intercepté par Codrington. Les deux flottes se pourchassèrent pendant trois jours, du 4 au 6 octobre autour de l'île de Zante, alors qu'une tempête faisait rage. Codrington réussit à contraindre Ibrahim Pacha de retourner à Navarin, après avoir abattu quelques mâts des navires ottomans avec ses boulets[31],[33],[34],[29].

Vers le 10 octobre, la flotte russe, commandée par Login van Geiden rejoignit les flottes britannique et française. Au même moment, les amiraux apprirent que les troupes d'Ibrahim Pacha procédaient à une destruction systématique du Péloponnèse. Depuis la mer, en baie de Kalamata, l'équipage de la Cambrian pouvait voir les vergers en feu, résultat de cette politique de terre brûlée. Il devenait évident que bloquer la flotte égypto-ottomane en baie de Navarin était insuffisant et surtout n'empêchait pas les déprédations à terre alors que les ordres étaient de protéger les régions qui s'étaient insurgées. Le 18 octobre, les trois amiraux signèrent un protocole qui expliquait leurs intentions. Il s'agissait pour eux de montrer qu'ils continuaient à obéir à leurs instructions. Ils annonçaient leur intention d'entrer dans la baie de Navarin pour renouveler leur offre d'évacuation à Ibrahim Pacha et de l'obliger à obéir, par une simple démonstration de force, sans acte hostile ni effusion de sang[35],[36],[29].

La bataille[modifier | modifier le code]

La baie de Navarin[modifier | modifier le code]

La baie de Navarin, Le miroir de la Littérature, Amusement, et Instruction, Vol. 10, illustration no 284, 24 novembre 1827.

La baie de Navarin est considérée comme la meilleure rade du Péloponnèse. Elle avait été le premier objectif d'Ibrahim Pacha lorsqu'il avait débarqué dans la péninsule en 1825. La baie, d'un peu plus de cinq kilomètres du nord au sud et de trois d'est en ouest, protégée à l'ouest par l'île de Sphactérie, n'est accessible que par un chenal au sud, large d'un peu plus de 1 000 mètres, protégé par la forteresse de Navarin (dite parfois Néo-Navarino) construite par les Ottomans après leur défaite à Lépante au XVIe siècle au-dessus de la ville moderne de Pylos. Ce chenal est de plus parsemé de récifs. Les navires qui y passent sont, selon certaines sources, parfois obligés de passer à portée de pistolet et non plus de canon des systèmes défensifs. Au nord de Sphactérie, le chenal très étroit (au mieux cent mètres) est ensablé, et pas assez profond (pas plus de deux mètres) pour les navires modernes. Il était dominé par la forteresse de Paléo-Navarino, remontant au XIIIe siècle et quasiment en ruines dans les années 1820, probablement construite sur les ruines de la Pylos de l'époque classique. Au centre de la baie se trouve une petite île assez plate, Khélonaki (la « petite tortue ») ou Marathonisi. Quant au nord de la baie, il est composé de lagons puis de terrains marécageux[37],[38],[39].

Composition des flottes et disposition[modifier | modifier le code]

Flotte ottomane[modifier | modifier le code]

Position et composition de la flotte ottomane.

Les 80 à 90 navires de l'Empire ottoman (turcs, égyptiens, tunisiens et algériens), de faible tonnage, avec environ 3 500 canons et 30 000 hommes d'équipage, n'étaient pas tous des navires de guerre, il y avait aussi des transports armés. Au total, les navires de guerre véritables auraient été une soixantaine, pour environ 2 000 canons et 22 000 hommes d'équipage[40],[41],[N 9], avec deux navires amiraux : le Guhu-Reva[N 10], navire amiral turc de 74 (ou 80 voire 84) canons et la Guerrière (ou Murchid-i-Djihad) navire amiral égyptien de Moharrem Bey avec 60 canons.

Selon une liste envoyée par l'amiral Codrington à son ministre, elle était constituée de quatre vaisseaux de ligne, quinze frégates, dix-sept corvettes, vingt-quatre sloops et des transports[42]. Dans le Précis de la Bataille de Navarin, écrit par des officiers français et approuvé par Rigny, elle était constituée de trois vaisseaux de ligne de 74 canons, vingt frégates, trente-deux corvettes, sept bricks ou sloops et cinq brûlots[43],[N 11].

Les vaisseaux de ligne turcs étaient : le Guhu-Reva 84, 80 ou 74 canons (vaisseau amiral de Tahir Pacha), le Burj Zafer 74 canons, le Fatih Bahri 74 canons. Il y aurait eu quinze frégates turques : la Fevz Nussret et la Ka'id Zafer 64 canons, la Keywan Bahri, la Feyz Mi' 'raj et la Mejra Zafer 48 canons, ainsi qu'une dizaine de frégates de 42 canons. Les frégates égyptiennes étaient : la Guerrière (ou Murchid-i-Djihad) 60 canons (vaisseau amiral de Moharrem Bey), l’Ihsania 64 canons (Hassan Bey), la Leone 60 canons, la Souriya 56 canons et deux « corvettes » de 44 canons[43],[44]. Selon la Revue maritime et coloniale de 1883, la Régence d'Alger aurait envoyé quatre frégates, quatre corvettes et cinq bricks[45].

Le vice-roi d'Égypte avait fait appel à la France pour moderniser sa marine. Des officiers français avaient été mis à son service. Il y en avait dans la flotte égypto-ottomane à Navarin. Rigny leur écrivit le 15 octobre pour leur demander de la quitter afin de ne pas avoir à combattre contre leur propre pavillon si un affrontement devait avoir lieu. Ils partirent à bord d'un navire autrichien. Seul, le capitaine Letellier resta. Il ne descendit du navire-amiral de Moharrem Bey la Guerrière qu'après le début de la bataille. Ce fut Letellier qui organisa la flotte égypto-ottomane dans la baie. Il lui fallut trois jours pour réaliser son projet. La flotte était embossée[N 12] en fer à cheval sur trois lignes autour de la petite île du centre de la rade. Les brûlots étaient placés de chaque côté de l'entrée de la baie[46],[43],[N 13].

Les différents commandants de la flotte turco-égyptienne ne désiraient pas affronter la flotte des puissances qu'ils savaient plus puissante (même si numériquement moins nombreuse) que la leur. Ils espéraient que leur placement dans la baie serait suffisamment impressionnant pour que la flotte des puissances hésitât à y entrer ou à y rester. Cependant, au matin du 20 octobre, si Tahir Pacha avait informé ses capitaines qu'il ne donnerait pas le signal d'attaquer, chacun était libre de se défendre s'il se sentait menacé[47].

Flotte des puissances[modifier | modifier le code]

Les flottes anglaise et française reçurent des renforts en septembre : deux vaisseaux de ligne pour Codrington et trois vaisseaux de ligne et une frégate pour de Rigny[N 14]. Ce même mois, la flotte russe (quatre vaisseaux de ligne et quatre frégates) arriva en Méditerranée[48]. Si chacune des escadres avait un amiral national, il était convenu entre les gouvernements que l'amiral britannique Codrington serait commandant en chef. Rigny en fut informé dès le 26 août et il mit longtemps à accepter le fait : il était dans la région depuis plus longtemps que son homologue britannique ; Geiden n'eut par contre aucun problème à l'accepter[49]. Au total, la flotte des puissances était constituée de 28 navires, avec seulement un tiers des canons et des hommes de la flotte ottomane. Mais, elle avait plus de vaisseaux de ligne, les plus puissants, et ses marins étaient plus compétents. Ibrahim Pacha lui-même la considérait comme plus puissante que la sienne[50],[42].

Cette flotte comportait douze navires britanniques (pour 456 canons), sept navires français (352 canons) et huit navires russes (490 canons) formant au total une puissance de feu de près de 1 300 canons[51],[41].

L'entrée de la flotte des puissances dans la baie[modifier | modifier le code]

La flotte combinée pénétra dans la baie de Navarin en fin de matinée le 20 octobre 1827, selon une formation discutée la veille entre les amiraux. Le temps était clair et une petite brise soufflait du sud[N 21]. Les onze navires britanniques entrèrent les premiers[N 22] ; les trois vaisseaux de ligne (Asia, Genoa et Albion) allèrent se placer pratiquement au centre du fer à cheval formé par la flotte égypto-ottomane tandis que les navires plus légers (corvettes et bricks sous le commandement du capitaine Fellowes de la Dartmouth) devaient surveiller les brûlots à l'entrée de la rade. Les sept navires français se placèrent à l'est des Britanniques, face à la côte et face aux navires égyptiens afin de s'assurer que les marins français prêtés à l'Égypte quitteraient bien la flotte en cas d'affrontement. Les huit navires russes se placèrent à l'ouest de l'escadre britannique où ils formèrent un groupe un peu plus compact que les deux autres[51],[56].

Les amiraux qui s'étaient accordés le 19 octobre avaient été clairs : aucun navire ne devait tirer avant que le signal n'ait été donné, à moins que ce ne fût en réponse à un tir ottoman. Et dans ce cas, le navire ottoman devait être immédiatement détruit. Si jamais une bataille devait se déclencher, les ordres de Codington pour éviter la confusion qui pourrait se créer citaient Nelson : « No captain can do very wrong who places his ship alongside of any enemy. » (« Un capitaine ne peut pas vraiment se tromper en plaçant son navire à côté d'un ennemi »)[57]. De plus, selon le marin anonyme qui écrivit plus tard Life on Board a Man-of-War, les artilleurs et leurs canons étaient prêts à tirer ; les officiers de la Genoa passèrent les voir et pour eux, une bataille ne faisait aucun doute[58]. Cependant, Codrington expliqua plus tard que s'il était venu avec des intentions réellement belliqueuses, il n'aurait pas ancré son navire au milieu du fer à cheval où il était la cible de tous les navires ennemis[59].

En début d'après-midi, entre 13h30 et 14h, les navires des puissances manœuvraient toujours pour se placer. Une barque quitta alors le navire amiral égyptien de Moharrem Bey. Elle apportait à Codrington une lettre lui demandant d'évacuer la rade. L'amiral britannique fit répondre qu'il était venu donner des ordres et non en prendre. La barque ne retourna pas au navire amiral, mais alla directement à terre[N 23]. Un drapeau rouge fut lancé et un coup de canon, à blanc, fut tiré de la forteresse. Il fut interprété comme un signal à la flotte ottomane de se préparer à l'action, les négociations ayant échoué[51],[38]. À bord de la Genoa, les officiers donnèrent l'ordre de se préparer à tirer, selon le marin anonyme auteur de Life on Board a Man-of-War, les canons furent chargés et les marins qui n'attendaient que l'ordre de tirer voyaient que les artilleurs turcs étaient aussi prêts qu'eux-mêmes[60].

Déclenchement[modifier | modifier le code]

La bataille de Navarin, tableau de 1846 d'Ivan Aïvazovski (1817-1900)

Une partie de la flotte, principalement les navires russes qui prirent leur position vers 15h15, n'était pas encore entrée dans la baie[59],[61]. Elle ne put s'engager que plus tard dans la bataille. Surtout, elle eut à subir le tir de barrage provenant de la forteresse, de l'île de Sphactérie et de la flotte ottomane[62].

Une chaloupe fut envoyée depuis la terre à un des brûlots et on le vit immédiatement se préparer. Au bout de la ligne ottomane, il menaçait directement la Dartmouth, qui en était le plus proche, qui venait de jeter l'ancre et qui affalait ses voiles. Une pinasse, commandée par le premier lieutenant, lui fut envoyée pour lui demander de se déplacer. Fellowes rappela à son lieutenant qu'il ne devait en aucun cas se montrer hostile. Le brûlot tira sur la barque britannique, tuant le barreur et une partie des rameurs. L'équipage du brûlot alluma la mèche. Un cotre fut envoyé, commandé par le lieutenant Fitzroy, toujours pour demander de déplacer le brûlot. Le cotre rencontra la chaloupe qui évacuait une partie de l'équipage du brûlot. Celle-ci ouvrit le feu sur le cotre et le lieutenant Fitzroy fut tué. Au même moment, une corvette égyptienne tira sur la Dartmouth et la Sirène qui était en train de jeter l'ancre[51],[63],[64]. La Dartmouth et la Sirène répliquèrent avec leurs fusils. La bataille avait commencé alors que les navires amiraux n'avaient pas encore échangé un seul coup de feu, comme le voulait la tradition.

Selon Codrington, l'idée des amiraux ottomans aurait été de laisser la flotte des puissances s'ancrer au cœur de leur dispositif, de parlementer toute la journée et d'attaquer à la tombée de la nuit avec les brûlots[65].

Selon Ibrahim Pacha, la flotte des puissances était entrée dans la rade avec des intentions hostiles. Selon lui, une des frégates alliées, s'était ancrée à angle droit avec les brûlots se trouvant à l'entrée de la rade, et donc les menaçait. Cette attitude se précisa lorsque des marins de cette frégate essayèrent de s'emparer d'un des brûlots. Là, un échange de coups de feu déclencha la bataille qui dura tout l'après-midi. Mais, Ibrahim Pacha ne pouvait déterminer lequel des deux camps avait tiré le premier. Cependant, selon lui, le premier acte hostile fut la tentative de la frégate de s'emparer du brûlot ottoman[66].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Déroulement de la bataille.

Une bataille à l'ancre[modifier | modifier le code]

La majeure partie des navires engagés dans cette bataille était à l'ancre : tous les navires ottomans et les plus gros navires des puissances. Certains étaient encore sous toile. Seuls les plus petits des navires de la flotte russo-franco-britannique ne jetèrent pas l'ancre et, manœuvrant dans la baie, furent moins touchés. La flotte égypto-ottomane, embossée, ne manœuvra pas. Les vaisseaux des puissances avaient une marge de manœuvre réduite, mais pouvaient tirer leurs bordées des deux côtés, parfois en même temps. De plus, en jouant sur les longueurs des câbles des ancres, ils réussirent à tourner sur place pour changer leurs angles de tir. Ou, comme lorsque l’Asia fut menacée par un brûlot, une aussière fut amenée depuis la Genoa qui fit ainsi pivoter son navire amiral. Très rapidement, la fumée des canons emplit la rade, réduisant la visibilité. Les signaux par pavillons furent très vite inutiles. Codrington dut utiliser un porte-voix et eut des difficultés à se faire entendre, à cause du bruit assourdissant de ces mêmes canons[67],[68].

Comme bien souvent pour une bataille, un récit d'ensemble est difficile à construire à partir des récits partiels des témoins oculaires. Tous les récits disponibles sont aussi des récits de marins et d'officiers de la flotte des puissances. De plus, ces mêmes témoins, qui s'accordent plus ou moins sur les incidents qui se produisirent, divergent quant à l'ordre dans lequel ils se produisirent[65]. Ainsi, la frégate Guhu-Reva, vaisseau-amiral turc, aurait été détruite par l’Asia, vaisseau-amiral britannique, ou par l’Azof (navire-amiral russe), ou par l’Asia et l’Azof ensemble, ou par l’Asia, l’Azof, l’Albion (vaisseau de ligne britannique) et le Breslau (vaisseau de ligne français), mais le marin anonyme qui écrivit plus tard Life on Board a Man-of-War, à bord de la Genoa (vaisseau de ligne britannique) a distinctement vu son chef canonnier tirer et couler cette frégate-amiral turque dont il décrit avec détails la figure de proue (un lion rouge portant un bouclier décoré de trois croissants de lune)[47],[69].

Les brûlots[modifier | modifier le code]

Combat contre les brûlots, par G.P. Reinagle, 1838.
Au centre, le Scipion attaqué par un brûlot devant lui, un peu plus à gauche la Dartmouth ; au premier plan une barque de la Philomel ; au fond à droite la Rose et la Brisk.

Les amiraux avaient confié aux petits navires de la flotte (Dartmouth, Rose, Brisk, Philomel et Mosquito pour les Britanniques ; Alcyone et Daphné pour les Français) le soin de neutraliser les brûlots. Dans ce but, ils ne furent pas ancrés et purent ainsi se rendre partout où une attaque se produisit. Ils furent aussi très souvent visés par les navires ottomans pour les empêcher d'accomplir leur tâche[70].

Le brûlot, cause du déclenchement de la bataille, très dangereux, à côté de la Dartmouth, restait le premier objectif. Des hommes de la Dartmouth et de la Rose tentaient de s'en emparer lorsque son équipage le fit exploser, tuant tous les Britanniques et endommageant les navires à proximité. Une frégate égyptienne envoya une bordée à la Dartmouth qui répliqua de même. Tous ses boulets touchèrent la coque égyptienne. Mais la Dartmouth était prise sous le feu de trois frégates turques et égyptiennes et d'une corvette. L’Armide vint à sa rescousse. Le capitaine Hugon qui la commandait manœuvra de telle façon à ne jamais gêner le feu britannique. Lorsque le vaisseau français s'empara finalement d'une des frégates turques, il y arbora les drapeaux français et anglais, montrant ainsi qu'il n'avait fait qu'achever le travail commencé par la Dartmouth.

Si la Dartmouth avait finalement réussi à échapper au brûlot qui la menaçait, il n'en fut pas de même du vaisseau de ligne français Scipion. En entrant dans la baie, il avait trop tôt réduit sa toile. Il était donc encore soumis au feu de la forteresse quand il fut pris pour cible par des frégates égyptiennes. Surtout, un brûlot réussit à se coincer dans sa proue. Tous les efforts de l'équipage français pour le détacher échouaient. Le navire était face au vent, aussi les flammes commençaient à menacer toute la longueur du Scipion et grimpaient le long des haubans des mâts avant. Des artilleurs furent tués par les flammes alors qu'ils continuaient à servir leurs pièces qui tiraient sur la citadelle et les autres vaisseaux. Le capitaine Milius laissa filer son ancre pour disposer d'une plus grande marge de manœuvre qui lui permit de commencer à se dégager du brûlot. Il fut aidé par une barque venue du Trident qui réussit à attacher une amarre au brûlot et avec l'aide de trois navires britanniques (la Dartmouth, la Rose et la Philomel) à remorquer le brûlot à bonne distance du Scipion. Deux goélettes françaises, l’Alcyone et la Daphné, coulèrent le brûlot. Si plus aucun brûlot ne réussit ensuite à menacer un navire des puissances, les énormes efforts déployés pour se débarrasser d'un seul prouvent le danger qu'ils pouvaient représenter[67],[71],[72].

Selon certaines sources, les brûlots auraient été utilisés par les marins des puissances, une fois qu'ils s'en seraient emparés. Ils les auraient envoyés contre la flotte ottomane[73].

Les vaisseaux amiraux des puissances[modifier | modifier le code]

L’Asia entre deux navires ottomans.
L’Asia entre le Guhu-Reva et la Guerrière, G.P. Reinagle.

L’Asia était embossée cap à l'ouest, juste à une encablure du Guhu-Reva (vaisseau-amiral turc de Tahir Pacha) et une longueur de navire de la Guerrière (vaisseau-amiral égyptien de Moharrem Bey). Si le navire turc tira, Moharrem Bey fit savoir qu'il n'ouvrirait pas le feu le premier. Codrington répliqua qu'il ferait de même. L’Asia put alors se concentrer sur le navire amiral turc dont elle se débarrassa d'autant plus rapidement qu'elle n'avait pas à se soucier du navire égyptien et que le Guhu-Reva n'était pas en bon état et ne disposait pas d'un bon équipage. En feu au bout de trois quarts d'heure, il alla s'échouer. Tahir Pacha survécut à la destruction de son navire amiral. Codrington envoya alors un de ses officiers avec un interprète auprès de Moharrem Bey confirmer la trêve. Cependant, l'amiral égyptien avait quitté le navire, avec Letellier. Lorsque la chaloupe s'approcha de la Guerrière, un officier égyptien reconnut l'interprète grec Petros Mikelis, avec qui il était, semble-t-il, en vendetta. Il lui tira dessus par un sabord, faisant de Petros Mikelis la plus célèbre, car la seule identifiée, victime grecque de la bataille de Navarin[N 24]. L’Asia riposta d'une bordée. La Guerrière se trouva en flammes en une vingtaine de minutes et alla s'échouer. Après s'être débarrassé de ses adversaires les plus proches et les plus dangereux, Codrington s'aperçut que son navire était pris en enfilade par des petits navires turcs (type bricks et corvettes) de deuxième et troisième lignes qui lui tiraient dans la poupe. L’Asia se tourna alors contre ceux-ci. Ils cédèrent très rapidement, soit détruits soit coupant leurs amarres et allant s'échouer. Le vaisseau britannique fut fortement endommagé : il avait reçu huit boulets dans le beaupré, 18 dans le mât avant, 25 dans le mât central, son mât de misaine était dans l'eau ; on comptait 125 impacts de boulets sur la coque mais aucun n'avait pénétré grâce à la cuirasse rudimentaire ; elle avait aussi reçu quantités de grenailles, petites bombes et balles. L’Asia fut ensuite la cible d'un brûlot, dont elle réussit à s'échapper grâce à une aussière envoyée depuis la Genoa. Les petits navires ottomans de seconde et troisième ligne avaient pour ordre de viser particulièrement ce navire amiral des puissances. Codrington fut aussi la cible de snipers, comme l'admit plus tard Tahir Pacha. Il semblerait aussi qu'une partie des dégâts subis par l’Asia ait été due à la Genoa qui fut le seul navire blâmé par Codrington dans son rapport[47],[74],[75].

Navires égyptiens et français G.P. Reinagle.
De gauche à droite : la Guerrière, une frégate turque, la Souriya, l’Ihsania, la Sirène et le Trident.

La Sirène était mouillée cap au sud vergue à vergue avec la première frégate de la ligne égyptienne, l’Ishania. Elle était donc aussi entre la terre et les vaisseaux égyptiens (trois frégates et deux corvettes) qui la menaçaient d'un feu concentrique, en plus des canons de terre. Après avoir essuyé, comme la Dartmouth, le tir d'une corvette égyptienne, Rigny fit héler la frégate égyptienne, déclarant qu'il n'ouvrirait pas le feu si celle-ci faisait de même. Cette dernière répliqua en tirant sur la Sirène et la Dartmouth. Un homme fut tué sur la Sirène qui riposta. Le combat dura jusque vers 16h, même si Rigny considère qu'il disposa de l’Ishania en une demi-heure. La frégate égyptienne, réduite à l'état d'épave, finit par exploser. La Sirène pivota alors, cap à l'ouest, avec le soutien et la protection des deux vaisseaux de ligne Trident (embossé, cap au sud-est) et Scipion. Elle se tourna alors par bâbord vers le fort de Navarin, et par tribord contre une frégate ou une corvette turque qui lui tirait jusque-là dans la poupe. Elle la réduisit au silence[76],[77].

La flotte russe entra un peu après les autres dans la baie, après le début de la bataille, mais même sous le feu des navires ottomans, elle alla se placer autant que possible, malgré la fumée, aux endroits qui lui avaient été désignés la veille. L’Azov alla donc s'ancrer à la pointe du dispositif, dans l'arrondi du fer à cheval ottoman, aux côtés des vaisseaux de ligne britannique Albion et français Breslau[N 25] avec qui il affronta trois à cinq, les versions varient, navires ottomans. Ensuite, voyant l’Asia engagée contre la frégate de Moharrem Bey, il pivota sur ses ancres, fit transférer quatorze canons vers sa poupe et tira sur le navire égyptien qui s'enflamma. Avec ses fusils, l’Azov empêcha toutes les tentatives des marins de cette frégate d'éteindre l'incendie. Le navire amiral russe eut 24 tués et 67 blessés. Ses mâts avaient été tellement endommagés qu'ils pouvaient à peine supporter les voiles. Sa coque comptait 153 trous de boulets dont sept avaient percé le fond. L’Azov avait coulé deux grandes frégates et une corvette et démâté un navire de 60 canons qui s'échoua avant d'exploser ; et bien sûr, comme les autres, il affirmait avoir coulé le navire-amiral turc[62],[78].

Vaisseaux de ligne des puissances[modifier | modifier le code]

L’Albion a détruit une frégate turque. G.P. Reinagle.
L’Azov et le Breslau contre quatre navires ottomans. G.P. Reinagle.

L’Albion, vaisseau de ligne britannique, s'était avancé un peu trop loin dans la baie. Lorsque la bataille commença, il n'avait pas fini de jeter ses ancres et dut affronter une frégate turque dont il avait ramassé le beaupré dans son mât d'artimon. Cette dernière subit alors un lourd tir de barrage puis une chaloupe de l’Albion s'en empara et en coupa les amarres. Elle partit à la dérive en flammes. Cependant, l’Albion se retrouva face à trois vaisseaux ottomans (84, 74 et 74 canons). Elle fut sauvée d'abord par l'inefficacité des artilleurs ottomans puis par l'arrivée du Breslau. En effet, La Bretonnière, capitaine de ce vaisseau de ligne français, voyant que son navire amiral n'avait pas besoin de son soutien, coupa ses amarres et prit l'initiative de se rendre au centre de la baie, à la pointe du dispositif des puissances, dans l'arrondi du fer à cheval ottoman, dans l'espace que les amiraux la veille avaient prévu entre les navires russes et britanniques. Il se plaça au nord-est de l’Albion, près d'un des deux vaisseaux de 74 canons (à bâbord) et de frégates turques (à tribord). Les deux navires furent ensuite rejoints par l’Azov, le vaisseau amiral de la flotte russe qui arrivait seulement, étant entrée dans la baie après les deux autres. Après avoir apporté son aide à l’Albion, le Breslau fila son câble pour se rapprocher de l’Azov et des batteries de Sphactérie. Les trois navires se soutinrent, attaquèrent et coulèrent ensemble cinq navires turcs dont un vaisseau de ligne de 74 canons, les deux autres vaisseaux turcs s'étant neutralisés (incapacité de leurs artilleurs puis mauvaises manœuvres lorsque leurs amarres furent coupées)[N 26]. Les capitaines des Albion et Azov reconnurent ensuite que l'aide du Breslau avait été déterminante, voire leur avait évité la destruction. Dès la fin du combat, van Geiden se rendit à bord du vaisseau français pour remercier la Bretonnière personnellement[79],[80].

La Genoa au milieu de trois navires turcs. G.P. Reinagle.

La Genoa, embossée cap au nord, se trouva engagée sur tribord par trois adversaires : deux vaisseaux de 74 canons et une frégate de 60 canons. Elle compta d'ailleurs le plus de victimes avec 26 morts dont son capitaine, Walter Bathurst. Mais, durant les premières heures, la Genoa ne put concentrer son tir que sur un seul des vaisseaux de 74 sur son travers, alors que celui-ci la pilonnait de boulets de pierre de 110 livres. Les autres, en avant ou en arrière lui tiraient dessus sans qu'elle pût répliquer. Elle fut soulagée vers 15h30 par le Breslau puis les vaisseaux russes. Ce ne fut qu'après 16 heures, quand les navires ottomans eurent les embossures coupées qu'elle put les prendre en enfilade. Dans son rapport, Codrington critiqua la façon dont ce navire se comporta durant la bataille. Selon l'amiral, le vaisseau de ligne s'était dès le départ ancré dans une mauvaise position : il pointait ses principaux canons vers les navires de sa propre flotte ; seuls les canons de poupe étaient dirigés vers les navires ottomans. La responsabilité de cette erreur ne put être attribuée, le capitaine Bathurst ayant été tué. De plus, Codrington soupçonna le second Richard Dickenson d'avoir falsifié le livre de bord quant à l'heure de la mort de son capitaine. Ces accusations furent démontées lors du procès en cour martiale contre Dickenson qui se déroula deux ans plus tard à Portsmouth[81],[82].

L'escadre russe. G.P. Reinagle.
De gauche à droite : l’Aleksandr Nevskii, l’Iezekiil, un brûlot et le Gangut.

Les autres vaisseaux des puissances[modifier | modifier le code]

Les frégates au combat. G.P. Reinagle.
De gauche à droite : un brûlot, la Talbot (Royaume-Uni), l’Armide (France), la Provornyi et l’Elena (Russie).

Un brick britannique, très lourdement endommagé et qui avait perdu ses amarres fut remorqué par la frégate russe Konstantin, lui évitant ainsi de s'échouer[83]. Les frégates française Armide et britannique Talbot avaient pour objectif les batteries côtières sur Sphactérie. Elles les engagèrent tout en étant sous le feu de deux frégates (dont la Grande Sultane) et cinq « corvettes » turques de l'extrémité ouest du fer à cheval. Les frégates des puissances auraient dû être épaulées par les frégates britanniques Cambrian et Glasgow qui n'étaient pas encore revenues d'une mission qui leur avait été confiée. Malgré une erreur initiale de placement (les deux frégates avaient échangé leur position), la coordination entre les deux navires fut parfaite, au point que la Talbot cessa le feu une minute pour envoyer trois hourras de félicitations à l’Armide. Cette dernière est même considérée comme le seul navire des puissances à avoir capturé un vaisseau ottoman : la frégate turque qui lui était opposée. Les deux frégates reçurent finalement le soutien des quatre frégates russes lorsque cette flotte finit par arriver, ainsi que de la corvette britannique Rose. Un brûlot turc leur apporta aussi son soutien involontaire : ses voiles en feu, il manqua son objectif et alla enflammer une frégate turque en seconde ligne. Vers 15h30, les Cambrian et Glasgow entrèrent dans la baie sous le feu des batteries côtières et vinrent prendre les places qui leur avaient été assignées. Après avoir participé à la destruction d'une demi-douzaine de navires ottomans, la Cambrian dirigea ses tirs, par dessus les autres frégates sur la batterie côtière sur Sphactérie et la bombarda jusqu'à la fin du combat, tandis que la Glasgow tirait sur le fort de Navarin. Cependant, une des frégates russes tirait plus sur les navires alliés que sur les navires turcs. Deux officiers de la Talbot, venus protester, trouvèrent la majeure partie de l'équipage complètement saoul ; il semblerait cependant que ce fût le seul cas[84],[70].

La Hind, petit navire britannique sans place assignée, vint se placer aux côtés de son navire amiral. Sur un équipage de trente hommes, elle eut trois morts et dix blessés. Son engagement contre la Guerrière égyptienne lui valut à l'issue de la bataille le titre de « His Majesty's Cutter of the Line » (Cutter (ou cotre) de ligne de sa Majesté)[70],[85]. Dès le début du combat, les frégates tunisiennes, qui auraient dû se trouver en troisième ligne face aux navires russes, coupèrent leurs câbles et allèrent s'échouer dans les marais au nord de la baie. Les équipages y mirent le feu et les détruisirent le lendemain[86].

Fin de la bataille[modifier | modifier le code]

Vers cinq ou six heures, à la tombée de la nuit, après quatre heures de combats, la bataille cessa[87],[64] mais les marins de la flotte des puissances restèrent à leur poste de combat toute la nuit et des incidents se produisirent. Ainsi, vers 22 h 30, la Genoa vit s'approcher une frégate, toutes voiles dehors, et d'où s'élevait de la fumée, ce qui en faisait un brûlot potentiel. Avant même que le navire britannique ait pu faire quoi que ce fût, un navire russe envoya une bordée qui fit exploser la frégate non identifiée[88]. Une autre frégate, elle aussi transformée en brûlot[N 27], menaça dans la nuit le vaisseau amiral russe ainsi que le Gangut. Ce dernier la prit à l'abordage et le marin turc chargé de la mise à feu fut tué la mèche à la main[89].

Le lendemain, 21 octobre, Tahir Pacha se rendit à deux reprises à bord de l’Asia. La première fois, les amiraux lui présentèrent un ultimatum adressé à Ibrahim Pacha, toujours absent. Les amiraux insistaient sur le fait que leur flotte était entrée dans la rade sans intention hostile mais pour rappeler les termes du traité de Londres. Ils considéraient qu'ils n'avaient la veille fait que venger une attaque ottomane contre le pavillon allié. Ils n'avaient aucune intention de détruire ce qui restait de la flotte ottomane, sauf si un seul coup de canon ou de mousquet était tiré contre leurs navires. Auquel cas, ils couleraient tout le reste de la flotte ottomane et détruiraient aussi les forts à terre. Si un drapeau blanc flottait avant la fin de la journée sur le fort de Navarin, alors les bonnes relations, suspendues un temps la veille, pourraient reprendre. Lors de sa seconde visite, Tahir Pacha promit que sa flotte ne se livrerait plus à un seul acte hostile envers celle des puissances, mais il ne pouvait se prononcer pour les troupes à terre. Cependant, les amiraux ne cherchèrent pas à imposer leur armistice à Ibrahim Pacha qui arriva à Navarin en fin de journée le 21. Les forts ne tirèrent pas non plus sur la flotte[90].

La flotte des puissances quitta la baie de Navarin le 25 octobre[90]. Ce qui restait de la flotte ottomano-égyptienne partit en décembre[91].

Bilan[modifier | modifier le code]

Au soir de la bataille de Navarin, par Auguste Mayer, 1848.

Les trois vaisseaux de ligne britanniques avaient à eux seuls tiré cent-vingt tonnes de projectiles et donc utilisé douze tonnes de poudre. Ces chiffres sont en partie dus au fait que les artilleurs ne suivirent pas les règlements. Il était déconseillé (pour ne pas endommager le canon) de tirer plus de deux boulets en même temps. Il semblerait que les artilleurs n'aient pas hésité à mettre plusieurs boulets, avec parfois une charge de mitraille en plus. Ils cherchaient peut-être à être le plus efficace le plus rapidement possible, avec des navires si proches les uns des autres[67].

La plupart des navires ottomans avaient explosé, avaient coulé, s'étaient échoués, avaient été capturés ou étaient très endommagés (mâts abattus par exemple)[N 28]. Quelques-uns s'enfuirent vers leur port d'attache Alexandrie[N 29]. À la tombée de la nuit, la flotte ottomane avait perdu une soixantaine de navires[N 30], et comptait 6 000 morts et 4 000 blessés selon l'amiral Codrington. Ces victimes étaient d'origines très diverses : on y trouvait des Arabes, des Grecs, des Nord-Africains, des Slaves et même quelques prisonniers britanniques et américains. Les puissances ne déploraient que 174 morts et 475 blessés (respectivement, 75 morts et 197 blessés britanniques ; 40 morts et 141 blessés français et 59 morts et 137 blessés russes). La plupart avaient été blessés par des éclats de bois. Le propre fils de Codrington, Henry, qui servait sous les ordres de son père sur l’Asia reçut un fragment métallique de balustrade (enlevé par un boulet) et une balle de mousquet dans la même jambe ; il eut aussi une clavicule endommagée par un éclat de bois[N 31]. Les blessés furent assez rapidement soignés dans les « infirmeries » des navires, même s'il fallut en amputer certains sur place. Eugène Sue, alors jeune médecin à bord d'un navire français assista à la bataille dont il fit le récit plus tard[92]. En plus des blessés, de nombreux marins ne recouvrèrent l'intégralité de leur audition que deux à trois jours après la bataille, tellement le vacarme des canons avait été assourdissant[93],[87].

Le bilan très lourd du côté ottoman s'explique en partie par les règles édictées par l'Empire ottoman : aucun navire turc ne devait se rendre (aucun ne se rendit) et les navires qui ne pouvaient être réparés devaient être détruits en les faisant sauter. Codrington essaya d'en dissuader Tahir Pacha le 21 octobre, sans succès. De plus, il semblerait que nombre de « marins » de la flotte ottomane aient été littéralement enchaînés à leur navire et périrent avec eux. Enfin, il n'y avait pas de véritable service médical sur ces navires ; les seuls blessés ottomans soignés furent les prisonniers, à bord des navires des puissances[94],[87].

Parmi les frégates égyptiennes, la Guerrière s'échoua puis fut sabordée, l’Ihsania explosa, la Souriya s'échoua puis coula. Seule la frégate Leone, endommagée fut renflouée (puis renommée Sir Djihad).

Si la flotte ottomano-égyptienne évacua la Grèce, ce ne fut pas le cas des troupes terrestres d'Ibrahim Pacha. Elles se fortifièrent dans les différentes places fortes du Péloponnèse[91] dont elles ne furent chassées que par l'expédition militaire française de Morée en septembre 1829.

Réactions diplomatiques et politiques[modifier | modifier le code]

Dès le 21 octobre, Codrington rédigea un rapport préliminaire qu'il confia à Lord Ingestre qui partit immédiatement pour Londres. La nouvelle de la bataille arriva à Malte et Constantinople le 29 octobre. Les ambassadeurs des puissances auprès de la Porte vinrent présenter leurs excuses le 2 novembre. La nouvelle arriva à peu près en même temps à Londres, Paris et Saint-Pétersbourg : dans la deuxième semaine de novembre. Les journaux français reçurent la nouvelle tard le 8 novembre : elle ne parut que sous forme de brève dans les éditions du 9 novembre. Seul le Moniteur universel, qui disposait des rapports officiels, fut plus complet. Son récit fut repris intégralement dans la presse du lendemain. La London Gazette fit un numéro spécial le 10 novembre, publiant le rapport préliminaire de Codrington. Mais, les réactions étaient ambiguës[90],[96]. Ainsi, la nouvelle de la bataille, suivie de rumeurs de guerre contre les Ottomans, fit baisser les différentes bourses européennes, tandis que les commerçants eurent des craintes pour leurs transactions principalement avec l'Égypte[97].

Les cours[modifier | modifier le code]

Edward Codrington chez Mehemet Ali, peu de temps après Navarin, par David Roberts, 1839.

Mehemet Ali, en Égypte prit la nouvelle assez calmement. Il blâma la flotte ottomano-égyptienne pour son attitude vis-à-vis de la flotte des puissances : « Je leur avais dit quelles seraient les conséquences ! Croyaient-ils qu'ils n'avaient affaire qu'aux Grecs ? » Par contre, il considéra que la flotte des puissances était responsable de la bataille et était l'agresseur. Lorsque la nouvelle atteignit Alexandrie, même si les consuls occidentaux craignirent pour la sécurité de leurs concitoyens, il n'y eut pas d'acte hostile des populations locales envers les étrangers. Le 9 novembre, le Reis-Effendi demanda aux ambassadeurs des puissances de reconnaître que leur flotte avait commis une erreur et de verser des compensations financières. Le lendemain, les ambassadeurs repoussèrent ces exigences et par contre réitérèrent leur demande de reconnaissance du traité de Londres. Ils essuyèrent un refus. Finalement, le 8 décembre, les ambassadeurs quittèrent Constantinople et la Russie dénonça la convention d'Akkerman, préfigurant une guerre russo-turque qui commença en mai 1828[98],[99].

Le tsar Nicolas Ier exprima son enthousiasme et écrivit ses félicitations à Codrington. Charles X fut aussi ravi de la nouvelle[94],[98]. Par contre, les gouvernements français et russes étaient plus modérés : ils auraient préféré que les Ottomans cédassent sans combat[100]. Le Moniteur universel exprima la position officielle du gouvernement français le 10 novembre. Il annonçait que « l'effroyable lutte qui depuis quatre ans attristait l'humanité a pris fin ; d'un seul coup, la paix est rendue au monde ». Ainsi, pour le gouvernement, la Grèce était affranchie et cesserait ses actes de piraterie contre le commerce occidental. Quant à l'Empire ottoman, il continuait d'exister, mais ne devait pas s'en prendre aux ambassadeurs des puissances. Le gouvernement s'il se réjouissait donc, ne se montrait pas totalement hostile aux Ottomans, ou totalement favorable aux Grecs : la même position qu'avant la bataille[101]. Dans son discours du trône du , Charles X déclara : « Le combat imprévu de Navarin a été à la fois une occasion de gloire pour nos armes et le gage le plus éclatant de l'union des trois pavillons [français, anglais et russe][102]. »

Le duc de Clarence, en tenue de grand amiral, par William James Ward, 1827.

Les Britanniques exprimèrent aussi des sentiments mitigés. Le duc de Clarence (futur Guillaume IV) prit sur lui de promouvoir Codrington Grand-croix de l'ordre du Bain. Cependant, le roi Georges IV, dans son discours du trône de 1828 qualifia l'événement de « untoward » (fâcheux)[N 32]. Les gouvernements tory de Goderich et Wellington considéraient comme une erreur d'avoir détruit la flotte d'un État avec lequel le Royaume-Uni n'était pas en guerre, pour une cause, l'indépendance grecque, qui n'en valait pas la peine. Codrington fut rapidement mis en accusation pour avoir outrepassé ses ordres, malgré leur ambiguïté. Dès le 17 novembre, le Foreign Secretary britannique, Lord Dudley, envoya une série de questions (Queries) à l'amiral Codrington qui mettaient en cause son attitude. Le roi aurait dit : « Je lui ai envoyé un ruban [de l'ordre du Bain], alors qu'il méritait la corde »[94],[103].

Metternich, favorable au maintien de l'équilibre – du statu quo – en Europe s'insurgea contre « un outrage sans équivalent », « une épouvantable catastrophe »[104].

Les opinions publiques[modifier | modifier le code]

Les opinions publiques française et britannique furent ravies de cette victoire. Elles s'exaltèrent des actes de bravoure de leurs marins, dont de plus en plus furent inventés pour les satisfaire. La salle de spectacles, le Panorama du Strand proposa quelques semaines après la bataille une fresque panoramique l'illustrant et, dès le début de 1828, son directeur en avait fait imprimer des reproductions accompagnées d'un récit. En France, l'annonce de la victoire coïncida avec les élections législatives qui virent la défaite de Villèle et la victoire des libéraux. On célébrait de plus le renouveau de la flotte de guerre française[105],[106]. Les journaux d'opposition en France accusèrent cependant le gouvernement de jouer sur la popularité de la cause grecque, et en se faisant son champion via la victoire de Navarin de l'utiliser à des fins électoralistes. De leur côté, ils appelaient à faire avec des élections[N 33] le Navarin des « Ibrahim de France »[107].

Les Grecs reçoivent la nouvelle du combat de Navarin, gravure de 1827 par Hippolyte Bellangé, Collection R.Puaux, forteresse de Pylos.

En Grèce, l'enthousiasme populaire fut immense, jusque dans les rues des quartiers à majorité grecque de Constantinople[108].

L'indépendance de la Grèce ?[modifier | modifier le code]

La quasi-totalité des ouvrages présente la bataille de Navarin comme ayant entraîné l'indépendance de la Grèce. En fait, l'effet ne fut pas immédiat. La bataille fut une étape décisive : elle paralysa les troupes égyptiennes qui ne pouvaient plus recevoir de soutien logistique. Cependant, il fallut l'expédition française de Morée (1828-1833) pour les obliger à quitter le territoire grec. Les combats se poursuivaient par ailleurs entre les Grecs et les Turcs comme avec la reconquête grecque de Missolonghi (mai 1829). La Porte n'accepta les termes du traité de Londres de 1827 que dans le Traité d'Andrinople de 1829 qui mettait fin à la guerre russo-turque de 1828-1829[109].

Commémoration[modifier | modifier le code]

Réactions artistiques[modifier | modifier le code]

La bataille inspira de nombreux poètes philhellènes, qui la célébrèrent et, avec elle, la libération de la Grèce. Dans ses Orientales, Victor Hugo écrivit dès le 23 novembre 1827, le poème « Navarin » qui contient ces vers :

« La Grèce est libre et dans la tombe
Byron applaudit Navarin[N 34]. »

En 1828, J.C. Amy écrivit une ode, La Bataille de Navarin[N 35], tandis qu'un anonyme français, offrait des Étrennes aux Grecs. La bataille de Navarin, chant héroïque par M.***[N 36]. Stefano Egidio Petroni, Italien exilé en Grande-Bretagne et auteur de longs poèmes historiques, remania son histoire de la marine anglaise depuis le roi Alfred pour y ajouter un chant sur Navarin[110].

Hormis l'opuscule illustré par le panorama de la salle du même nom sur le Strand, publié dès 1828 par son directeur, Robert Burford, d'autres recueils d'illustrations parurent la même année, pour profiter de l'engouement populaire. L'illustrateur J. T. Lee publia les siennes dès le 18 janvier : il se proposa même de les vendre à Codrington. Le peintre de marine George Philip Reinagle, qui était à bord de la Mosquito peignit la bataille, mais dès 1828 aussi, il en fit paraître des gravures[105].

Hommages en Grèce[modifier | modifier le code]

Dès sa création, les trois amiraux se virent décerner l'Ordre du Sauveur. Le , après la mort de l'amiral Codrington, le parlement hellénique vota une motion lui rendant directement hommage. Il y associa les noms des amiraux français, Rigny, et russe, Heyden. Il décida de poser dans l'enceinte du parlement une plaque commémorative, avec les noms des trois amiraux, surmontés d'une couronne de lauriers, à côté de celle consacrée à Lord Byron[111].

Des monuments ont été élevés aux marins des puissances morts pendant la bataille. Le monument aux marins britanniques est sur l'îlot au centre de la baie, Khélonaki. Le monument aux marins russes, élevé en 1872 et financé par la reine Olga, est sur Sphactérie, au creux de la baie de Panagoula, à côté d'une chapelle grecque blanche et d'une chapelle russe en bois. Un monument sur l'un des îlots-récifs, appelé aussi Pylos, à l'entrée de la baie, datant de 1890, recouvre les restes, transférés là pour l'occasion, des marins français tués lors de la bataille, ainsi que des soldats français morts lors de l'expédition de Morée[112],[113]. Un monument aux trois amiraux, accompagné de deux canons, orne le centre de la place centrale de la Pylos moderne[112]. Tous les 20 octobre, la ville commémore le souvenir de la bataille. Trois frégates (une française, une britannique et une russe) viennent à cette occasion dans la baie[114].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Hommage en France[modifier | modifier le code]

Une exposition se tient du 3 au novembre 1927 à la bibliothèque nationale de France[115].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

  • (en) Collectif, An Index of events in the military history of the greek nation, Athènes, Hellenic Army General Staff, Army History Directorate,‎ 1998, 1e éd., 471 p. (ISBN 978-960-7897-27-5)
  • (el) Collectif, Ἱστορία τοῦ Ἐλληνικοῦ Ἔθνους : Ἡ Ἑλληνικὴ Ἐπανάσταση, vol. 2, t. 1, Athènes, Ἐκδοτικὴ Ἀθηνῶν A.E,‎ 1975, 656 p. (ISBN 978-960-213-108-4)
  • (en) R. C. Anderson, Naval Wars in the Levant., Princeton U.P., Princeton, 1952.
  • (en) Gary J. Bass, Freedom's Battle. The Origins of Humanitarian Intervention., Alfred A. Knopf, New York, 2008. (ISBN 9780307266484)
  • (en) David Brewer, The Greek War of Independence : The Struggle for Freedom from Ottoman Oppression and the Birth of the Modern Greek Nation, New York, The Overlook Press,‎ 2001, 393 p. (ISBN 978-1-58567-395-7, LCCN 2001036211)
  • Wladimir Brunet de Presle et Alexandre Blanchet, Grèce depuis la conquête romaine jusqu’à nos jours, Paris, Firmin Didot,‎ 1860, 589 p.
  • (en) Richard Clogg, A Concise History of Greece, Cambridge, Cambridge U.P.,‎ 1992, poche, 257 p. (ISBN 978-0-521-37830-7, LCCN 91025872)
  • Georges Contogeorgis, Histoire de la Grèce, Paris, Hatier, coll. Nations d'Europe,‎ 1992, 477 p. (ISBN 978-2-218-03841-9)
  • (fr) Jean Dimakis, La Presse française face à la chute de Missolonghi et à la bataille navale de Navarin. Recherches sur les sources du philhellénisme français., Institute for Balkan Studies, Thessalonique, 1976.
  • (fr) Édouard Driault et Michel Lhéritier, Histoire diplomatique de la Grèce de 1821 à nos jours., Tome I, Paris, PUF, 1925.
  • (fr) Duncan Haws, Les Bateaux et la mer. Histoire de la navigation et des combats sur mer de l'Antiquité à nos jours., Plantyn, Annecy-le-Vieux, 1976.
  • (en) Samuel G. Howe, An Historical Sketch of the Greek Revolution., Xhite, Gallaher and White, New York, 1828.
  • (en) W. A. Phillips, The War of Greek Independence 1821 to 1833., New York, Charles Scribner's Sons, 1897.
  • (en) C. M. Woodhouse, The Philhellenes, Londres, Hodder et Stoughton,‎ 1969, 192 p. (ISBN 034010824X)

Ouvrages sur la bataille[modifier | modifier le code]

  • (fr) Georges Douin, Navarin : (6 juillet-20 octobre 1827), Institut Français d'Archéologie Orientale du Caire, Le Caire, 1927.
  • (fr) Eugène Bogdanovitch, La Bataille de Navarin d'après des documents inédits des archives impériales russes., G. Charpentier, E. Fasquelle, Paris, 1897.
  • (en) C. M. Woodhouse, The Battle of Navarino, Londres, Hodder et Stoughton,‎ 1965

Récits de témoin[modifier | modifier le code]

  • (en) Life on Board a Man-of-War, including a full Account of the Battle of Navarino. By a British Seaman., Blackie & Fullarton, Glasgow, 1829. lire sur Googlebooks. Réédité par Bastian Books, 2008. (ISBN 978-0554907550)
  • (en) John Harvey Boteler, Recollections of My Sea Life from 1808 to 1830, 1883 à compte d'auteur. Réédité par la Navy Records Society, 1942. (ASIN B001QMFIM6)
  • (fr) J. M. V. Kerviler, « Souvenirs d'un vieux capitaine de frégate : la bataille de Navarin. », Revue de Bretagne et de Vendée, mars 1891. lire sur Gallica

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en) Steven Schwartzberg, « The Lion and the Phoenix - II », Middle Eastern Studies, vol. 24, no 3 (juillet 1988), p. 287–311.
  • (fr) André de Voulx, « Coopération de la Régence d'Alger à la guerre de l'indépendance grecque », Revue africaine. Journal des travaux de la Société historique algérienne., no 12, 1856 ; no 2, 1857 ; no 4, 1857 ; no 8, 1857 ; no 12, 1857. Lire sur Gallica

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La présence de navires algériens n'est généralement pas mentionnée, hormis par quelques sources : A. Lacour, « La marine de la Régence d'Alger avant la conquête », Revue maritime et coloniale, 1883, p. 619, Jean Jolly, L'Afrique et son environnement européen et asiatique, Editions L'Harmattan, coll. « History »,‎ 2008, 167 p. (ISBN 229605773X, lire en ligne), p. 85 . Elle est même contredite par les articles d'André de Voulx, « Coopération de la Régence d'Alger à la guerre de l'indépendance grecque », Revue africaine. Journal des travaux de la Société historique algérienne., no 12, 1857. Enfin, à l'automne 1827, la flotte de la Régence d'Alger tentait sans succès de briser le blocus de ses ports par la flotte française. Toutes les sorties se soldaient par des échecs. Voir Moulay Belhamissi, Histoire de la marine algérienne., Enal, Alger, 1986.
  2. En français dans le texte
  3. Au sud d'une ligne Missolonghi-Volos pour le continent et les îles adjacentes (en incluant les Cyclades mais en excluant la Crète et Samos). (Brewer 2001, p. 323 et Woodhouse 1965, p. 61-62).
  4. Deux vaisseaux de ligne, cinq frégates et neuf corvettes. (Woodhouse 1965, p. 38)
  5. Trois frégates, neuf corvettes, quatre bricks et six sloops. (Woodhouse 1965, p. 38)
  6. Trois frégates et un brick. (Woodhouse 1965, p. 38)
  7. La flotte comptait de plus six brûlots et quarante vaisseaux de transport à bord desquels se trouvaient 4 500 hommes dont 600 Albanais. (Woodhouse 1965, p. 38)
  8. Un vaisseau de ligne de 74 canons, six frégates, sept corvettes et six bricks. (Woodhouse 1965, p. 38)
  9. On trouve aussi 82 navires 2 438 bouches à feu et 16 000 hommes.
  10. Ou Ghyu h Rèwan (Anderson, op. cit., p. 525)
  11. D'autres sources donnent : trois vaisseaux de ligne ; vingt frégates dont certaines de 60 canons ; trente corvettes ; vingt-huit bricks ; cinq schooners (ou goélettes) et une demi-douzaine de brûlots.
  12. Embosser wiktionary
  13. Selon les sources, la disposition varie :
    * à droite les trois vaisseaux de ligne, au fond les frégates de 60, à gauche les frégates de moindre calibre. Les corvettes, bricks et schooners (ou goélettes) composant une deuxième et troisième ligne qui devaient soutenir de son feu la première.
    * Selon Brewer 2001, p. 329, les navires égyptiens étaient à l'est ; les turcs à l'ouest et les tunisiens au fond.
    * Selon Woodhouse 1965, p. 99-100 la disposition est similaire à celle évoquée par Brewer : l'aile gauche, entre le fort de Navarin et la petite île au centre de la rade ; l'aile droite, moins forte entre l'île centrale et Sphactérie, Tahir Pacha considérait que le vent pousserait d'abord la flotte des puissances vers son aile gauche. Cette aile comptait les frégates égyptiennes : l’Ihsania et la Souriya près du fort, en première ligne, deux frégates de 44 canons en deuxième ligne derrière la Souriya, la Guerrière au nord des deux premières, un peu en retrait puis deux vaisseaux de ligne avec un troisième juste derrière eux en deuxième ligne et la Leone en troisième ligne ; plus près de l'île centrale, une frégate de 50 canons, un autre vaisseau de ligne [ce qui en ferait quatre et non trois] et une frégate. L'aile droite comptait près de l'entrée de la baie deux frégates turques de 56 canons (dont la Belle Sultane très puissante) puis deux frégates tunisiennes, puis deux autres frégates turques de 56 canons, puis une frégate tunisienne ; près de l'île centrale, le vaisseau amiral de Tahir Pacha, une frégate de 60 canons avec en deuxième ligne deux frégates de 54 canons. Treize bricks et sloops se trouvaient derrière l'île centrale pour protéger une trentaine de transport, tous armés.
  14. Le Trident, le Breslau et la Provence ainsi que la frégate la Magicienne, mais les navires étaient dans un tel état de délabrement que de Rigny décida de conserver la Syrène, une frégate, comme vaisseau amiral. (Woodhouse 1965, p. 68) La Provence heurta le vaisseau de ligne dont disposait déjà de Rigny, le Scipion, lorsque les deux navires quittaient la baie de Navarin le 26 septembre. Elle fut endommagée au point que Rigny la renvoya à Toulon pour réparations. (Woodhouse 1965, p. 81-82).
  15. Ou Ezéchiel.
  16. ou Omeney. (G. Douin)
  17. Certaines sources donnent Maurice, mais le monument commémoratif utilise cette graphie.
  18. On trouve aussi Syrène
  19. ou Devis. (G. Douin)
  20. Certaines sources donnent Fraisier, mais le monument commémoratif utilise cette graphie.
  21. Les sources divergent : certaines disent sud-ouest, d'autres sud-est. (Anderson, op. cit., p. 527.)
  22. Les navires britanniques avaient quatre à cinq milles d'avance sur le reste de la flotte, selon un témoin (Woodhouse 1965, p. 110).
  23. Certaines sources considèrent qu'Ibrahim Pacha s'y trouvait et donna lui-même l'ordre d'attaquer. Or, il était alors à Modon et ne revint que dans l'après-midi du 21 octobre (Woodhouse 1965, p. 145)
  24. Il n'était pas le seul Grec présent : les pilotes des amiraux français et russe étaient grecs. Il y en avait aussi à bord des navires ottomans dont on retrouva les corps les jours suivants.
  25. Dans d'autres versions, le Breslau arrivait après l’Azov.
  26. Les trois vaisseaux des puissances participèrent peut-être même à la destruction du Guhu-Reva de Tahir Pacha.
  27. Ou était-ce la même ? C'est le problème des sources.
  28. On montre encore, en 2009, au fond de l'eau de la baie (là où elle n'est pas trop profonde) les épaves des navires turcs (Robin Barber, Greece. Blue Guide., A & C Black, Londres, 1987, p. 350. (ISBN 0393303721)). Cette information a été vérifiée de visu, mais avec difficultés par un des rédacteurs de l'article.
  29. Une frégate et dix-sept navires de moindre envergure (D. Haws, « 20 octobre 1827 », in op. cit., p. 117). Une frégate démâtée, quatre corvettes, six bricks et quatre schooners (ou goélettes) selon Letellier (Woodhouse 1965, p. 141). Le consul britannique à Alexandrie décrit la flotte de 47 navires qui revint le 29 décembre 1827 : un vaisseau de ligne, 4 frégates et 4 corvettes turques ; une frégate de 60 canons, 5 corvettes, 11 bricks et 21 transports égyptiens. (Woodhouse 1965, p. 153).
  30. J. Dimakis, op. cit., p. 106, propose 40 navires turcs et 25 navires égyptiens détruits.
  31. Certaines sources confondent le père et le fils et attribuent à tort les blessures du fils au père.
  32. (en) Discours du trône au Parlement britannique 29/01/1828
  33. Au suffrage censitaire pour un peu plus de 80 000 électeurs
  34. L'intégralité du poème sur Wikisource
  35. lire sur Gallica
  36. lire sur Gallica

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Révolution maritime du XIXe siècle., Service historique de la marine, Lavauzelle, 1987, p. 15.
  2. Woodhouse 1965, p. 29-31
  3. G. J. Bass, op. cit.
  4. An Index of events in the military history of the greek nation., p. 51 et 54
  5. Georges Contogeorgis, op. cit., p. 345.
  6. Woodhouse 1965, p. 19
  7. a et b Woodhouse 1965, p. 23-24
  8. G. J. Bass, op. cit., p. 110-122.
  9. Woodhouse 1965, p. 24-26
  10. Brewer 2001, p. 256
  11. Woodhouse 1965, p. 40-41
  12. G. Douin, op. cit., p. 79.
  13. Woodhouse 1965, p. 57-60
  14. Woodhouse 1965, p. 38
  15. Woodhouse 1965, p. 35-36
  16. Woodhouse 1965, p. 36
  17. Brewer 2001, p. 254
  18. Woodhouse 1965, p. 42
  19. Woodhouse 1965, p. 42-47
  20. Woodhouse 1965, p. 51
  21. Dans une lettre du 1er septembre, Steven Schwartzberg, « The Lion and the Phoenix - II », p. 293 et Woodhouse 1965, p. 53-54
  22. Woodhouse 1965, p. 52
  23. Brewer 2001, p. 323
  24. Woodhouse 1965, p. 61-62
  25. Woodhouse 1965, p. 48-49, 52 et 56
  26. Brewer 2001, p. 320 et 323
  27. Brewer 2001, p. 325-326
  28. Woodhouse 1965, p. 73-82
  29. a, b et c Driault et Lhéritier, op. cit., p. 379-381.
  30. Woodhouse 1969, p. 139
  31. a et b Brewer 2001, p. 327
  32. W. A. Phillips, op. cit., p. 258-260.
  33. (en) Anonyme, « Biographical Sketch of Frank Abney Hastings », Blackwood's Edinburgh Magazine, vol. 53, janvier-juin 1843., p. 512.
  34. Woodhouse 1965, p. 82-87
  35. Brewer 2001, p. 327-329
  36. Woodhouse 1965, p. 94-95 et 104-106
  37. Brewer 2001, p. 239 et 329
  38. a et b Woodhouse 1965, p. 112
  39. Gustave Fougères, Grèce. « Guide Joanne »., Hachette, 1911, p. 451.
  40. Brewer 2001, p. 321
  41. a et b Woodhouse 1965, p. 111-112
  42. a et b Woodhouse 1965, p. 71
  43. a, b et c Woodhouse 1965, p. 99
  44. R. C. Anderson, op. cit., p. 525-526.
  45. A. Lacour, « La marine de la Régence d'Alger avant la conquête », Revue maritime et coloniale, 1883, p. 619.
  46. Brewer 2001, p. 329
  47. a, b et c Brewer 2001, p. 331
  48. Woodhouse 1965, p. 56-57 et 68
  49. Woodhouse 1965, p. 70 et 91
  50. Brewer 2001, p. 322
  51. a, b, c, d, e, f, g et h Brewer 2001, p. 330
  52. a, b et c J. M. V. Kerviler, « Souvenirs »
  53. a, b, c, d, e et f G. Douin, op. cit, légende du plan de la bataille.
  54. Monument commémoratif.
  55. Woodhouse 1965, p. 95
  56. Woodhouse 1965, p. 106-107
  57. Woodhouse 1965, p. 107
  58. Woodhouse 1965, p. 110-111
  59. a et b Woodhouse 1965, p. 114
  60. Woodhouse 1965, p. 113-114
  61. R. C. Anderson, op. cit., p. 529.
  62. a et b Woodhouse 1965, p. 136-137
  63. Woodhouse 1965, p. 114-116 qui cite le rapport du capitaine Fellowes. Ce rapport est corroboré par Joseph Kerviler, officier à bord de la Syrène.
  64. a et b Driault et Lhéritier, op. cit., p. 382.
  65. a et b Woodhouse 1965, p. 116
  66. Woodhouse 1965, p. 147
  67. a, b et c Brewer 2001, p. 332
  68. Woodhouse 1965, p. 127 et 130-132
  69. Woodhouse 1965, p. 119-122, 128 et 137-138
  70. a, b et c Woodhouse 1965, p. 139
  71. Woodhouse 1965, p. 117-118
  72. G. Douin, op. cit., p. 287-288.
  73. S. G. Howe, op. cit., p. 450.
  74. Woodhouse 1965, p. 120-122, 130-132 et 134
  75. G. Douin, op. cit., p. 284 et 291-293.
  76. Woodhouse 1965, p. 116-117 et 119
  77. G. Douin, op. cit., p. 285-291.
  78. R. C. Anderson, op. cit., p. 530.
  79. Woodhouse 1965, p. 119-120 et 135
  80. G. Douin, op. cit., p. 291 et 294-297.
  81. Woodhouse 1965, p. 126 et 134-135
  82. G. Douin, op. cit., p. 293-294.
  83. Woodhouse 1965, p. 137
  84. G. Douin, op. cit., p. 300-307.
  85. G. Douin, op. cit., p. 295.
  86. G. Douin, op. cit., p. 297-298.
  87. a, b et c Woodhouse 1965, p. 140-141
  88. Woodhouse 1965, p. 144
  89. G. Douin, op. cit., p. 298.
  90. a, b et c Woodhouse 1965, p. 145-146
  91. a et b Woodhouse 1965, p. 148
  92. Transcription du manuscrit. Bibliothèque de Lisieux.
  93. Brewer 2001, p. 333
  94. a, b et c Brewer 2001, p. 3354
  95. G. Douin, Navarin et Life on Board a Man-of-War
  96. J. Dimakis, op. cit., p. 101-103.
  97. J. Dimakis, op. cit., p. 108-109 et 121-124.
  98. a et b Woodhouse 1965, p. 149-150
  99. Driault et Lhéritier, op. cit., p. 388-395 et 405.
  100. G. Douin, op. cit., p. 313-314.
  101. J. Dimakis, op. cit., p. 134-135.
  102. Arch. de Vaulabelle, Histoire des deux Restaurations, jusqu’à l'avènement de Louis-Philippe, de janvier 1813 à octobre 1830., Perrotin, 1860., p. 411-412.
  103. Woodhouse 1965, p. 152-153 et 163
  104. Woodhouse 1965, p. 162
  105. a et b Woodhouse 1965, p. 151
  106. Driault et Lhéritier, op. cit., p. 384.
  107. J. Dimakis, op. cit., p. 135-151.
  108. Driault et Lhéritier, op. cit., p. 384-385 et 388.
  109. Brunet de Presle et Alexandre Blanchet, Grèce depuis la conquête ottomane jusqu'à nos jours, Firmin Didot Frères, Paris, 1860, p. 551-561
  110. Woodhouse 1965, p. 152
  111. Woodhouse 1965, p. 177-179
  112. a et b Robin Barber, Greece. Blue Guide., A & C Black, Londres, 1987, p. 349-350 (ISBN 0393303721).
  113. G. Fougères, Grèce. Guide Joanne., Hachette, 1911, p. 451.
  114. Grèce continentale. Guide bleu., Hachette, Paris, 2006, p. 376 (ISBN 201243892x).
  115. « Le centenaire de Navarin, 1827-1927 : exposition du 3 au 24 novembre », sur Gallica (consulté le 12 décembre 2013)
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 2 juin 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.