BB 7200

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

BB 7200

La BB 7313, en livrée d'origine dite « béton », près de La Rochette en 2005.

La BB 7313, en livrée d'origine dite « béton », près de La Rochette en 2005.

Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation BB 7201 à 7440
Surnom Nez cassés
Type locomotive électrique
Couplage UM2 (certaines machines fret avec couple PV)
Construction 240 locomotives
Constructeur(s) Alsthom et MTE
Livraison de 1976 à 1985
Effectif 205 au 14/05/2014
Production totale 240
Affectation CIC, Fret, TER
(Sud-Ouest, Sud-Est)
• 107200 VFE
• 207200 CIC
• 407200 FR
• 507200 TER
• 507200R TER réversible.
sous séries
1 2 3
BB 7201 à BB 7235
BB 7236 à BB 7342 BB 7343 à BB 7380
sous séries
4 5
BB 7381 à BB 7410
BB 7411 à BB 7440
caractéristiques techniques sous séries
sous séries BB 7201 à BB 7235 BB 7236 à BB 7342
BB 7343 à BB 7380
BB 7381 à BB 7410
BB 7411 à BB 7440
Vitres frontales:
Persiennes latérales:

Longueur:
Largeur:
Hauteur:
Masse:
Très inclinées
2*1 verticales inox

17,48 m
3,053 m
4,295 m
84 t
Peu inclinées
2*1 verticales inox


17,48 m
3,053 m
4,295 m
84 t
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux B'B'
Écartement standard
 Alimentation 1,5 kV CC
 Pantographes 2 * AM18B
 Convertisseurs 1 hacheur / bogie
3*(8 thyristors + 4 d'inversion)
Moteurs de traction 2 * TAB 674
1500 V autoventilé
 Puissance continue 4 040 kW
 Effort de traction démarrage : 295 kN
vitesse max : 88 kN
 Transmission arbre creux & cardans
Empattement 9,694 m
 Empattement du bogie 2,800 m
 Diamètre des roues Ø1250
Vitesse maximale 160 km/h
BB 7261-7263 : 200 km/h
BB 7201-7235 : 100 km/h
BB 7343-7380 : 100 km/h
BB 7411-7440 : 100 km/h

[1],[2],[3],[4]

Les BB 7200 forment une série de locomotives électriques de ligne de la SNCF, qui font partie de la famille des nez cassés, avec leurs « sœurs » bicourant BB 22200 et leurs « cousines » à courant monophasé BB 15000. Cette famille au style particulier débuta avec les séries plus anciennes CC 40100, CC 72000, CC 6500 et CC 21000.

Historique[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Découlant du prototype BB 7003, elles sont les premières locomotives de série à courant continu et à hacheur de courant à thyristors (électronique de puissance). Cette technologie a permis de s'affranchir des bancs rhéostatiques de démarrage et des couplages série-parallèle existant auparavant sur les machines à courant continu, solutions gourmandes en énergie et présentant quelques inconvénients pouvant affecter la fiabilité (intensités importantes, dissipation thermique, nombreux actionneurs électro-mécaniques). Les moteurs restent les traditionnels et performants types à courant continu. Le contrôle permanent des caractéristiques courant-tension aux bornes des moteurs offre des performances optimales sans dépasser les valeurs limites. De plus, cette technologie permet une régulation par vitesse imposée à la locomotive, ce qui facilite la conduite.

Ce seront les dernières locomotives « monocourant » acquises par la SNCF.

Machines polyvalentes, elles sont capables de tracter aussi bien de lourds trains de fret que des trains de voyageurs à vitesse élevée (V200). D'ailleurs le caractère interchangeable des bogies avec les BB 22200 a été utilisé à plusieurs reprises au cours de leur carrière en fonction des besoins. Il subsiste actuellement un petit lot de machines aptes à 200 km/h, mais surtout trois groupes sont sur couple petite vitesse.

Leur bonne fiabilité et leur polyvalence leur garantit encore de nombreuses années de service.

Service[modifier | modifier le code]

Dès 1976, elles sont affectées au trafic dans le Sud-Est au départ du dépôt de Villeneuve-Saint-Georges, puis progressivement dans le Sud-Ouest.

Les machines PV, limitées à 100 km/h, sont spécialisées aux trains de fret ; les deux derniers sous-groupes circulent plus particulièrement sur la ligne de la Maurienne, en tête de trains vers l'Italie ou en pousse, seules ou en unité multiple.

Les machines aptes à V200 circulent sur les trains de voyageurs du Sud-Ouest.

Les autres peuvent aussi bien tracter des trains de voyageurs, rapides, express voire omnibus (puis Grandes Lignes ou TER) que marchandises (devenus trains de fret).

Les BB 7200 ont tracté (en service international) les trains EC Catalan-Talgo Genève - Barcelone, de Genève à Cerbère (la BB 7200 restant tractée en véhicule par une BB 67400 entre Chambéry, Grenoble et Valence).

Avec la répartition par activités au 1er janvier 1999, cette situation est maintenue : machines PV affectées au trafic de fret, les autres à VFE, CIC, Fret et TER. Depuis avril 2007, certaines BB 7200 sont équipées de la réversibilité par multiplexage. Elles remplacent désormais les BB 9700 sur les trains entre Paris-Gare de Lyon et Laroche - Migennes assurés en V2N ; depuis mi 2008, elles assurerent aussi la traction des TER Corail réversibles sur l'axe Paris - Lyon via Dijon.

En 2011, la contraction du trafic de fret couplée avec l'arrivée à épuisement des séries plus anciennes locomotives de type BB (BB 8500, 9200 et 9300) entraîne la réforme des douze premières BB 7200[5].

Une reconversion vers la banlieue en BB 7600[modifier | modifier le code]

Article détaillé : BB 7600.

Pour pallier la radiation prochaine des Z 5300 du réseau Transilien, quatorze BB 7200 de l'activité Fret sont progressivement transférées à l'activité Transilien, modernisées pour le transport de voyageurs et renumérotées en BB 7600.

Les locomotives choisies sont les BB 7311, 7312, 7314, 7325 à 7327, 7330 à 7332, 7335, 7337, 7339, 7341 et 7342. Elles sont renumérotées de BB 7601 à 7614. Elles sont affectées à la ligne N du Transilien, sur la relation Paris - Sèvres-Rive-Gauche - Rambouillet.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le parc des BB 7200, composé de 207 exemplaires, possède des caractéristiques techniques très éclectiques. De plus, de nombreuses machines ont des particularités techniques ou historiques.

  • Les BB 7201 à 7206, 7208, 7211, 7213 à 7219, 7221, 7223, 7229, 7230, 7235, 7242, 7278, 7284, 7286, 7391, 7396, 7402 sont des machines GV (Grande Vitesse, autorisées à rouler jusqu'à 160 km/h) : elles revêtent les livrées En voyage ou Grise et ne sont pas aptes à la réversibilité. Les BB 7201 à 7235 ont des petites cabines.
  • Les BB 7207, 7208, 7213, 7214, 7216, 7221 à 7228, 7231 à 7235 ont été tardivement des machines PV (Petite Vitesse, autorisées à rouler jusqu'à 100 km/h). Lors de leur radiation ou actuellement (février 2014), les machines suivantes étaient PV : BB 7207, 7209-7210, 7212, 7220, 7222, 7231-7234. Certaines sont en cours (février 2014) de modification.
  • Les BB 7343 à 7380 sont des machines PV aptes à la circulation en unité multiple (UM).
  • Les BB 7411 à 7440 (les « 7400 ») sont des machines PV et sont aptes à l'UM et équipées du freinage par récupération.
  • La BB 7233 assura pendant neuf mois la remorque de l’Étendard à 200 km/h.
  • Les BB 7236 à 7241, 7243 à 7249, 7290, 7291, 7319 à 7323, 7340, 7409 et 7410 sont aptes à la réversibilité.
  • Les BB 7261 à 7263 sont aptes à rouler jusqu'à 200 km/h).
  • Les BB 7292 à 7299 sont aptes à tracter des rames Talgo : les boisseaux de leurs tampons sont rouges. Cette couleur signale une commande hydraulique du tamponnement et non à ressort comme dans le reste de la série. Cette particularité est due au système de tampon spécifique aux rames Talgo III[6].
  • Les BB 7209, 7210, 7220, 7308 et 7348 ont été radiées prématurément suite à des accidents.

Lignes desservies[modifier | modifier le code]

Lignes nationales[modifier | modifier le code]

  • Marseille - Bordeaux (en service Téoz via Nîmes, Montpellier et Toulouse)
  • Lyon - Genève (en service international)
  • Chambéry - Bellegarde - Genève (en service international)
  • Genève - Chambéry - Grenoble (sur le train mais en véhicule de Chambéry à Valence) - Valence - Avignon - Nîmes - Montpellier - Béziers - Narbonne - Perpignan - Cerbère (en service international sur l'EuroCity Catalan-Talgo)
  • Paris - Dijon - Lyon - Valence - Avignon - Marseille
  • Paris - Chartres - Le Mans
  • Paris - Les Aubrais-Orléans - Limoges - Brive-la-Gaillarde - Cahors - Montauban - Toulouse
  • Paris - Poitiers - Angoulême - Bordeaux - Tarbes
  • Paris - Bordeaux - Dax - Bayonne - Hendaye - Irun
  • Ambérieu - Culoz - Chambéry - Modane
  • Narbonne - Perpignan - Cerbère
  • Valence - Avignon - Nîmes - Montpellier
  • Nîmes - Toulouse - Montauban - Agen - Bordeaux
  • Dijon - Saint-Amour - Bourg-en-Bresse
  • Toulouse - Tarbes - Pau - Puyoo - Bayonne - Hendaye - Irun

TER[modifier | modifier le code]

Livrées utilisées[modifier | modifier le code]

Tous les engins sont sortis d'usine avec la livrée dite « béton » avec motif orange. Au fur et à mesure des années, nombre d'entre elles ont essayé d'autres livrées, au nombre de cinq :

  • Multiservice : BB 7258, 7292 ;
  • Fret : BB 7212, 7400, 7411 ;
  • En Voyage : BB 7201, 7202, 7205, 7206, 7211, 7215, 7217, 7218, 7229, 7230, 7236 à 7249, 7284, 7286, 7290, 7291, 7319, 7320, 7322, 7323, 7340, 7391, 7402, 7409, 7410 ;
  • Grise : BB 7203, 7204, 7208, 7210, 7213, 7214, 7216, 7219, 7221, 7223, 7235, 7250, 7278, 7287, 7309, 7310, 7388, 7396 ;
  • TER Bourgogne : BB 7321.

Les BB 7200 affectées au TER Bourgogne arborent le logo de la région sur leurs faces latérales.

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste des BB 7200.

Les 224 exemplaires de BB 7200 (y compris les quatorze BB 7600), encore en service au troisième trimestre 2012, sont gérés par huit Supervisions techniques de flotte (STF) et Technicentres[7] :

  • « STF Aquitaine », avec 28 exemplaires ;
  • « STF Bourgogne Franche-Comté », avec 21 exemplaires ;
  • « STF Centre-Tours », avec 29 exemplaires ;
  • « STF locomotives électriques Fret », avec 95 exemplaires ;
  • Technicentre Aquitaine/Bordeaux, avec 2 exemplaires ;
  • Technicentre PACA/Marseille, avec 2 exemplaires ;
  • Technicentre Paris-Rive-Gauche/Montrouge, avec 9 exemplaires ;
  • Technicentre Toulouse, avec 38 exemplaires.

Modélisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail, 1978
  2. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 51, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  3. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF, en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année
  4. Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF, un article par trimestre
  5. Bernard Collardey, « État annuel du matériel moteur SNCF », Rail Passion, no 176,‎ juin 2012, p. 33 (ISSN 1261-3665)
  6. Romain Mercier, « La BB 7298 et ses particularités », Loc magazine, no 4,‎ septembre-octobre-novembre 2011, p. 91
  7. Denis Redoutey, Le matériel moteur SNCF en 2012, Saint-Étienne, La Vie du Rail,‎ 22 novembre 2012 (ISBN 978-2-918758-60-0), p. 180-181

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail,‎ 1969 et réédition 1978
  • Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, La Vie du Rail,‎ 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  • « Les locomotives à courant continu 1500 V », par Olivier Constant, Encyclopédie du matériel moteur SNCF, revue Le Train, no hors série, 2004.
  • « État annuel du matériel moteur SNCF », Revue Rail Passion, no 139, Mai 2009.
  • Denis Redoutey, Le matériel moteur SNCF en 2012, Saint-Étienne, La Vie du Rail,‎ 22 novembre 2012 (ISBN 978-2-918758-60-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]