Herbert Backe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Herbert Backe
Herbert Backe, le 2 juin 1942.
Herbert Backe, le 2 juin 1942.
Fonctions
Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation
19421945
Gouvernement Cabinet Hitler
Cabinet Goebbels
Cabinet Schwerin von Krosigk
Prédécesseur Richard Walther Darré
Successeur Conseil de contrôle allié
Biographie
Date de naissance 14 juillet 1895
Lieu de naissance Batumi (Empire russe)
Date de décès 6 avril 1947 (à 51 ans)
Lieu de décès Nuremberg (Allemagne occupée)

Herbert Backe, né le 1er mai 1896, est un homme politique allemand nazi qui est considéré[1]. comme l'un des auteurs du "plan de la faim". Capturé par les alliés à la fin de la guerre, il se suicide le 6 avril 1947 en se pendant dans sa cellule à Nuremberg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Batoumi en Géorgie. Il occupe d'importantes responsabilités sous le Troisième Reich ; il est nommé ministre de l'Alimentation en mai 1942, et ministre de l'Agriculture en avril 1944, succédant à ce poste à Walther Darré lors de la crise du ravitaillement de l'hiver 1941-1942. Adam Tooze le juge comme le fer de lance des membres les plus radicaux du régime nazi décidés à assurer le ravitaillement du IIIe Reich à n'importe quel prix[2]. Il conserve ce portefeuille dans l'éphémère gouvernement de Flensbourg dirigé par l'amiral Dönitz dans les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, de fin avril à mai 1945.

Un technicien nazi du ravitaillement[modifier | modifier le code]

Acteur depuis 1936 de la constitution de réserves de céréales dans le Reich, il est nommé en 1938 mandataire spécial pour la construction d'entrepôts de céréales. À ce titre, il poursuit la politique de construction de silos et de hangars de dimensions importantes, stockant 5,5 millions de tonnes de céréales en juin 1940[3]. La baisse constante de ces stocks à partir de la fin 1940 l'incite à mettre en place une politique de contrôle strict de la consommation de ces denrées par la suite, aussi bien dans le Reich, que dans les territoires qu'il contrôle à partir de 1939[4].

Le plan de la faim[modifier | modifier le code]

Le "plan de la faim" avait pour but de détourner en faveur du Troisième Reich les ressources alimentaires des territoires conquis à l'est quitte à en affamer leurs populations. Il est l'un des responsables de la famine qui fit, selon l'historien de l'université Yale Timothy Snider, 4,2 millions de morts en Union soviétique pendant l'occupation allemande[5].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Götz Aly, Comment Hitler a acheté les Allemands. Le IIIe Reich, Une dictature au service du peuple, Flammarion, Paris, 2005 (ed.française), ISBN 2-08-210517-2.
  • Timothy Snyder: Bloodlands: Europa zwischen Hitler und Stalin. C.H. Beck, München 2011, ISBN 978-3-406-62184-0

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adam Tooze, Le salaire de la destruction : Formation et ruine de l'économie nazie, Les Belles Lettres,‎ 2012 (pour la traduction française), 802 p. (ISBN 978-2-251-38116-9), p. 465, dernier §
  2. A. Tooze, p. 524.
  3. G.Aly, Comment Hitler a acheté les Allemands, p.167.
  4. G.Aly, Comment Hitler a acheté les Allemands, p.168.
  5. Timothy Snyder: Bloodlands: Europa zwischen Hitler und Stalin. C.H. Beck, München 2011, ISBN 978-3-406-62184-0, S. 419.