Heinrich Brüning

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Heinrich Brüning
Image illustrative de l'article Heinrich Brüning
Fonctions
21e chancelier d'Allemagne
13e chancelier du Reich
Président Paul von Hindenburg
Prédécesseur Hermann Müller
Successeur Franz von Papen
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Münster (Empire allemand)
Date de décès (à 84 ans)
Lieu de décès Norwich, Vermont (États-Unis)
Nationalité Flag of Germany.svg Allemand
Parti politique Zentrum

Heinrich Brüning
Liste des chefs de gouvernement allemands

Heinrich Brüning Prononciation du titre dans sa version originale Écouter, né le à Münster, Allemagne et mort le à Norwich, États-Unis, était un homme politique allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Münster en Westphalie, Heinrich Brüning poursuit ses études secondaires au Gymnasium Paulinum, puis étudie la philosophie, l’histoire, le droit et l’économie avant d’exercer les fonctions d’agent d’affaires de la confédération syndicale chrétienne allemande (1921-1930). Membre du Zentrum, il est député au Reichstag (1924-1933), et président du groupe parlementaire centriste (1929-1930 et 1932-1933).

Chancelier du Reich[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Cabinet Brüning I et Cabinet Brüning II.

Le 28 mars 1930, Hindenburg, le président de la République de Weimar, le nomme chancelier. Brüning forme un gouvernement minoritaire soutenu par les partis du centre. Ses objectifs principaux sont le règlement de la question des réparations, la résorption du chômage et l’assainissement du budget de l’État par une politique déflationniste. Il est brièvement ministre des Finances. En juillet 1930, le Reichstag rejette son programme financier, ce qui conduit Brüning à le dissoudre le même mois. Après les élections du nouveau Parlement (septembre 1930), au cours desquelles le Parti nazi (NSDAP) passe de 14 à 107 députés, Brüning forme un gouvernement minoritaire toléré par le parti social-démocrate (SPD) et soutenu par le président de la République. C’est par décrets-lois qu’il tente alors d’imposer sa politique déflationniste visant à enrayer la crise économique, de plus en plus grave. Mais ses mesures monétaires et politiques échouent, entraînant une recrudescence du chômage et un approfondissement de la crise dans le pays, ce qui contribue à renforcer les partis d’extrême droite (NSDAP) et d’extrême gauche (KPD, parti communiste). En raison de différends politiques et à l’instigation du général von Schleicher, le président Hindenburg le démet de ses fonctions de chancelier (30 mai 1932) et charge Franz von Papen de former le nouveau gouvernement.

En mai 1933, Brüning est élu chef du Zentrum, mais il doit le dissoudre dès le mois de juillet, le NSDAP étant déclaré parti unique par Hitler, chancelier depuis le 30 janvier 1933. En 1934, Brüning émigre aux États-Unis, où il enseigne les sciences économiques à l’université Harvard, à partir de 1937. Après la Seconde Guerre mondiale, il revient en Allemagne enseigner les sciences politiques à Cologne (1951-1954), avant de retourner aux États-Unis, où il finit sa vie.

Heinrich Brüning, en 1932.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Larousse encyclopédique en couleurs, France Loisirs, 1978.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Précédé par Heinrich Brüning Suivi par
Hermann Müller
Chancelier du Reich
1930-1932
Franz von Papen