Heinz Fischer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fischer.
Heinz Fischer
Heinz Fischer, en 2004.
Heinz Fischer, en 2004.
Fonctions
11e président fédéral d'Autriche
En fonction depuis le 8 juillet 2004
(&&&&&&&&&&&0366710 ans, 0 mois et 15 jours)
Élection 25 avril 2004
Réélection 25 avril 2010
Chancelier Wolfgang Schüssel
Alfred Gusenbauer
Werner Faymann
Prédécesseur Thomas Klestil
15e deuxième président du Conseil national
20 décembre 200216 juin 2004
Président Andreas Khol
Législature 22e
Prédécesseur Thomas Prinzhorn
Successeur Barbara Prammer
15e président du Conseil national
5 novembre 199020 décembre 2002
Législature 18e, 19e, 20e, 21e
Prédécesseur Rudolf Pöder
Successeur Andreas Khol
Ministre fédéral de la Science et de la Recherche
24 mai 198325 novembre 1986
Chancelier Fred Sinowatz
Franz Vranitzky
Prédécesseur Herta Firnberg
Successeur Hans Tuppy
Biographie
Date de naissance 9 octobre 1938 (75 ans)
Lieu de naissance Graz (Autriche nazie)
Nationalité Autrichienne
Parti politique SPÖ
Conjoint Margit Binder
Diplômé de Université de Vienne
Profession Professeur
Religion Agnosticisme
Résidence Hofburg (Vienne)

Heinz Fischer
Présidents fédéraux de la République d’Autriche
Ministres fédéraux de la Science autrichiens

Heinz Fischer, né le 9 octobre 1938 à Graz (Styrie), est un homme d'État autrichien, président de la République fédérale d'Autriche depuis 2004.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et carrière[modifier | modifier le code]

Heinz Fischer étudie dans un Gymnasium dans une filière « humaniste » (littéraire avec latin et grec). Il passe son Matura (examen de fin d'études secondaires) en 1956, puis il étudie le droit à l'Université de Vienne, où il obtient un doctorat en 1961. En 1963, à l'âge de 25 ans, Fischer a passé un an en tant que bénévole dans le Kibbutz Sarid (Israël).

En même temps que sa carrière politique, il mène une carrière universitaire, devenant Professeur de science politique à l'Université d'Innsbruck en 1993.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Carrière parlementaire et ministérielle[modifier | modifier le code]

En 1971, Heinz Fischer est élu député au Conseil national (Nationalrat), mandat qu'il conserve jusqu'en 2004. Ministre fédéral de la Science et de la Recherche dans les gouvernements de Fred Sinowatz et Franz Vranitzky, il est élu président du Conseil national le 5 novembre 1990.

À suite de la victoire des conservateurs de l'ÖVP aux élections législatives anticipées de 2002, il devient deuxième président de la chambre.

Président fédéral d'Autriche[modifier | modifier le code]

En janvier 2004, Heinz Fischer annonce sa candidature à la présidence fédérale. Le 25 avril 2004, il est élu président fédéral d'Autriche et succède ainsi à Thomas Klestil pour un mandat de six ans. Candidat du Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ), il bat avec 52 % des voix Benita Ferrero-Waldner, la ministre fédéral des Affaires étrangères et candidature du Parti populaire autrichien (ÖVP).

Il prête serment le 8 juillet 2004, reprenant les fonctions présidentielles assurées à titre intérimaire par les présidents du Conseil national, après la mort subite de l'ancien président Thomas Klestil, le 6 juillet, deux jours avant la fin de son mandat.

Heinz Fischer, bénéficiant d'une très large popularité, notamment auprès des jeunes[1], est réélu pour un second mandat lors de la présidentielle du 25 avril 2010 en remportant 78,9 % des suffrages exprimés, devançant très largement Barbara Rosenkranz, candidate de l'extrême-droite (FPÖ)[2].

Il a également bénéficié de l'absence de candidat conservateur, ce qui a conduit à une chute de 22 points de la participation électorale.

Critiques[modifier | modifier le code]

Si certains[Lesquels ?] le décrivent péjorativement[Où ?] comme un Berufspolitiker (politicien professionnel) qui n'a jamais connu le monde réel, d'autres critiques de Heinz Fischer comme son collègue universitaire Norbert Leser font remarquer[Où ?] qu'il a toujours évité les controverses et les conflits, même quand il aurait eu raison d'y participer. Un exemple fréquemment cité[Où ?] à ce propos est son soutien tacite aux attaques de Bruno Kreisky contre Simon Wiesenthal. Détestant la division[réf. nécessaire], le président Fischer a dans son discours d'investiture appelé l'Autriche à poursuivre l'unité européenne, source de paix selon lui.

Le journaliste politique et rédacteur viennois Herbert Lackner (de) souligne pour sa part l'expérience de Heinz Fischer et sa capacité à avoir une large vue d'ensemble de la vie politique autrichienne[3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Fischer, qui se déclare agnostique, est marié depuis 1968 à Margit Binder. Heinz et Margit Fischer ont deux enfants adultes. Fischer est un fervent alpiniste et est président de l'organisation autrichienne Naturfreunde (Les amis de la nature) depuis de nombreuses années.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Election présidentielle en Autriche : les Autrichiens élisent leur président, le chef de l'Etat sortant, Heinz Fischer, est favori, france24.com, 25 avril 2010
  2. Autriche : le président Heinz Fischer triomphalement réélu face à l'extrême droite Article du 25 avril 2010 sur www.lemonde.fr, relu le 29 février 2013.
  3. (de)Interview de Herbert Lackner « Seit Mitte der sechziger Jahre ist er mitten im Geschehen der Zweiten Republik, immer nahe an den Mächtigen. Er kannte alle, hat einen reichen Erfahrungsschatz und enormen Überblick. Ich schätze persönliche Gespräche mit ihm » Article du 4 mai 2008 sur www.journalist.at, archive 2008, relu le 29 janvier 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]