Arthur Zimmermann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zimmermann.
Arthur Zimmermann

Arthur Zimmermann (5 octobre 1864 - 6 juin 1940) était le ministre des Affaires étrangères allemand du 22 novembre 1916 au 6 août 1917, date de sa démission. Son nom est associé au télégramme Zimmermann pendant la Première Guerre mondiale. Il était également très impliqué dans des plans visant à soutenir le mouvement d'indépendance irlandais et à aider les Bolcheviks à saper l'Empire russe.

Sa carrière[modifier | modifier le code]

Né à Marggrabowa en Prusse-Orientale (aujourd'hui Olecko, Mazurie, en Pologne), il fit son droit de 1884 à 1887 à Königsberg, puis à Leipzig. Il commença sa carrière professionnelle comme avocat, puis obtint un doctorat en droit. En 1893, il embrassa la carrière diplomatique et entra au service consulaire à Berlin. Envoyé en Chine en 1896 (Canton en 1898), il accéda au rang de consul en 1900. Alors qu'il était en poste en Extrême-Orient, il assista à la révolte des Boxers en Chine.

Après avoir été rappelé au ministère des Affaires étrangères, il fut nommé sous-ministre en 1911, et le 24 novembre 1916, il accepta sa nomination au poste de ministre, succédant à Gottlieb von Jagow dans ces fonctions. En fait, depuis plusieurs années il assumait la plus grande partie des négociations avec les envoyés étrangers, du fait de la timidité maladive de von Jagow. Il fut le premier ministre des Affaires étrangères à ne pas être un aristocrate.

Le Kronrat[modifier | modifier le code]

En tant que ministre des Affaires étrangères, il a également pris part à ce que l'on appelle le Kronrat, des délibérations qui eurent lieu 1914, avec le Kaiser Guillaume II et le chancelier Theobald von Bethmann-Hollweg, au cours desquelles la décision fut prise de soutenir l'Autriche-Hongrie après l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche à Sarajevo, ce qui a fini par aboutir au déclenchement de la guerre. Plus tard, il a rejeté le terme de Kronrat parce que l'opinion du Kaiser était décisive dans la discussion, mais Bethmann-Hollweg et Zimmermann avait approuvé la décision.

Exécution de l'infirmière Edith Cavell[modifier | modifier le code]

Arthur Zimmermann en tant que ministre des Affaires étrangères fut également appelé à commenter l'exécution d'Edith Cavell par un peloton d'exécution le 12 octobre 1915. L'incident avait fait sensation auprès de la presse du Royaume-Uni et des États-Unis et devenait une affaire politique. Il commença par dire qu’« il était dommage que mademoiselle Cavell dût être exécutée », mais que cela était nécessaire.

Il continua en concédant que c'était une terrible chose de devoir exécuter une femme, mais qu'il fallait faire attention aux conséquences si un État, particulièrement un État en guerre, ne punissait pas les femmes après qu'elles eurent commis des crimes destinés à porter atteinte à la sûreté de ses armées. Aucune cour criminelle du monde (encore moins dans le cas d'une juridiction soumises aux lois martiales) n'aurait fait une telle distinction (car l'homme et la femme sont égaux devant la loi), etc. Il avait devant lui le verdict du tribunal et était « convaincu qu'aucun tribunal au monde n'aurait prononcé un autre verdict », et ainsi de suite.

Paix à l'Est[modifier | modifier le code]

En mars 1917, dans la perspective d'une disparition imminente du front russe, Zimmermann entreprit de promouvoir son opération Paix à l'Est auprès des Russes, une proposition de la plus haute importance pour l'Allemagne à cette époque. Le ministre des Affaires étrangères fit la proposition suivante :

  • l'arrêt des combats sur la ligne de front ;
  • le retrait réciproque des territoires occupés ;
  • un accord amiable au sujet de la Pologne, de la Lituanie et de la Courlande;
  • la promesse d'aider la Russie à se reconstruire et se moderniser ;
  • enfin, Lénine et les révolutionnaires émigrés pourraient traverser l'Allemagne dans un train scellé pour rejoindre la Russie.

Ces propositions, si elles étaient acceptées, devaient libérer les armées allemandes du front est et leur permettre de se concentrer à l'ouest, un coup magistral qui devait renforcer le font ouest de façon décisive pour l'Allemagne.

Le plan de Zimmermann réussit.

La mission du nonce Pacelli[modifier | modifier le code]

Fin juin 1917, Zimmermann trouva la première véritable occasion de faire avancer les négociations de paix. Au cours de plusieurs réunions avec le nonce apostolique en Bavière, Eugenio Pacelli (qui deviendra le pape Pie XII), et Uditore Szioppa, qui étaient en mission d'enquête, le chancelier Bethmann-Hollweg et Arthur Zimmermann exposèrent leurs projets. Il n'y aurait pas d'annexations de territoires, pas de déplacements de frontières avec la Russie, la Pologne devait rester un État indépendant, toutes les zones occupées en France et en Belgique devaient être évacuées, et la Lorraine restituée à la France. La seule contrepartie serait la restitution de toutes ses anciennes colonies à l'Allemagne.

Sa démission[modifier | modifier le code]

Le 6 août 1917, il démissionna de son poste de ministre des Affaires étrangères et fut remplacé par Richard von Kühlmann.

Une des raisons de sa démission était le célèbre télégramme qu'il a envoyé le 16 janvier 1917. Deux ans et demi après le début de la Première Guerre mondiale, les États-Unis d'Amérique continuaient à observer une stricte neutralité pendant que les Armées alliées combattaient celles des Empires centraux dans les tranchées du Nord de la France et de la Belgique. Malgré la réélection du président Woodrow Wilson sur le slogan « nous ne sommes pas en guerre, grâce à moi », il devint de plus en plus difficile de garder cette position.

Il mourut d'une pneumonie à Berlin

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]