Evgueni Berzin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berzin.
Evgueni Berzin
Image illustrative de l'article Evgueni Berzin
Evgueni Berzin lors du Paris-Tours 1997
Informations
Nom Evgueni Berzin
Date de naissance 3 juin 1970 (44 ans)
Pays Drapeau de la Russie Russie
Équipes professionnelles
1993
1994-1995
1996
1997
1998
1999
2000-2001
Mecair-Ballan
Gewiss-Ballan
Gewiss-Playbus
Batik-Del Monte
La Française des jeux
Amica Chips
Mobilvetta Design
Principales victoires
1 championnat

MaillotRusia.PNG Champion de Russie du contre-la-montre 1994
1 grand tour
Jersey pink.svg Tour d'Italie 1994
1 classement annexe de grand tour
Jersey white.svg Meilleur jeune du Tour d'Italie 1994
1 classique
Liège-Bastogne-Liège 1994
6 étapes sur les grands tours
5 étapes du Tour d'Italie

1 étape du Tour de France

Evgueni Berzin (en russe : Евгений Берзин, Evgueni Berzine, aussi connu sous le nom italianisé d'Eugenio Berzin), né le 3 juin 1970 à Vyborg, est un ancien coureur cycliste soviétique et russe. Il remporte notamment le Tour d'Italie 1994 ainsi qu'une classique : Liège-Bastogne-Liège 1994. Il reste comme l'un des plus grands espoirs du cyclisme n'ayant jamais confirmé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est repéré par Alexandre Kuznetsov, et, de 1984 à 1991, est formé à la dure école soviétique de la piste de Saint-Pétersbourg, alors Leningrad. Déjà à l'époque, Evgueni Berzin ne cessait de se rebeller contre la dureté du système. Son insubordination allant jusqu'à faire perdre son compatriote Dmitri Nelyubin dans le Mondial 1990 de la course aux points, quelques jours après avoir décroché le titre mondial en poursuite individuelle.

Il est engagé par Emanuele Bombini en 1992 en même temps que son compatriote et inséparable copain Vladislav Bobrik au sein de l'équipe amateur Cuoril, il passe professionnel en 1993 et fait ses gammes aux côtés notamment de Moreno Argentin. Le jeune Russe lui est d'une aide précieuse pour préserver durant neuf jours le maillot rose lors du Giro 1993. En 1994, également au Tour d'Italie, il est le premier à vaincre Miguel Indurain dans un grand tour et ce à seulement 24 ans. Au cours de ce Giro, il devance le grand champion espagnol dans tous les domaines : chronomètre ou haute montagne. Il fait alors partie de l'équipe Gewiss.

Ce fait d'armes lui procure une grande popularité, et de grands espoirs sont placés sur ses épaules. Quelques semaines plus tôt, il battait brillamment Lance Armstrong dans Liège-Bastogne-Liège. On lui propose par la suite de devenir Italien et de nombreuses équipes le courtisent. On lui fait miroiter des contrats mirifiques.

La suite de sa carrière s'avère beaucoup moins brillante. En effet, le champion russe ne parvient jamais à confirmer ses qualités. Le manque de volonté et d'entraînement ternit les résultats du Russe. On lui reproche également certaines déclarations qui lui valent de se mettre toute son équipe à dos.

Malgré une préparation hivernale très perturbée et une période houleuse avec son équipe du fait de la signature de plusieurs pré-contrats avec d'autres formations cyclistes, il réalise un beau début de saison 1995 accompagnant notamment Laurent Jalabert et Maurizio Fondriest à la Flèche wallonne et terminant deuxième du Tour d'Italie derrière Tony Rominger. Mais il abandonne au Tour de France au lendemain d'une lourde défaite dans l'étape menant à La Plagne, alors qu'il figurait avec Miguel Indurain et Tony Rominger parmi les favoris.

En 1996, on pense un instant que le Russe a remis sa carrière dans le sens de la marche quand il remporte le contre-la-montre Bourg-Saint-Maurice - Val d'Isère au lendemain de son premier maillot jaune. Mais son équipe, la Gewiss-Playbus, a perdu ses meilleurs coureurs l'hiver précédent, lassés par l'égoïsme de leur leader. Découragé par la démonstration de Bjarne Riis, il s'effondre dans les Pyrénées pour terminer finalement vingtième.

1997 marque le déclin définitif du Russe de Vyborg. On ne le voit jamais plus vraiment au premier plan. Il termine très loin au Tour d'Italie et abandonne sur chute au Tour de France. En fin d'année, à Bordeaux, il s'élance dans une impossible tentative de record de l'heure établi un an auparavant par Chris Boardman, avec pour seul objectif une clause de son contrat.

Il rejoint la La Française des jeux en 1998 où il réalise ses derniers résultats: une troisième place aux Quatre jours de Dunkerque et surtout un raid de près de 100 km dans Liège-Bastogne-Liège. Il est rattrapé à seulement 15 km de l'arrivée par Michele Bartoli. C'est le dernier tournant de sa carrière : sans l'Italien, le Russe aurait peut-être gagné une nouvelle fois sa course fétiche et aurait relancé sa carrière... Dans la foulée, il termine neuvième du Grand Prix du Midi libre, mais manque son Tour de France, après avoir une fois encore fait illusion dans la première partie, où il termine septième du contre-la-montre de Corrèze et au terme de la première étape de montagne, il est huitième du classement général. La suite sera moins glorieuse.

Après une saison 1999 blanche et avoir failli mettre un terme à sa carrière en fin de saison, il décide de rempiler pour un an dans la modeste équipe Mobilvetta-Design-Rossin en 2000. Mais à la veille du départ du Tour d'Italie, il est contrôlé avec un taux d'hématocrite supérieur à 50 % et est exclu de la course.

Il quitte en 2001 le peloton professionnel après une fin de carrière passée dans l'anonymat. En 2000, Evgueni Berzin fait cette confidence : « Je suis toujours dans le peloton parce que j'aime la compétition. Mais je n'aime pas assez m'entraîner... ». En 1998, Stephen Roche voyait en lui « le coureur de plus doué du peloton ».

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

7 participations

  • 1993 : 90e
  • 1994 : Jersey pink.svg vainqueur du classement général, Maillot blanc vainqueur du classement des jeunes, vainqueur des 4e, 8e (contre-la-montre) et 18e (contre-la-montre)
  • 1995 : 2e du classement général, vainqueur de la 21e étape
  • 1996 : 10e du classement général, vainqueur de la 19e étape (contre-la-montre)
  • 1997 : 20e
  • 1999 : 52e
  • 2000 : non-partant

Tour de France[modifier | modifier le code]

4 participations

  • 1995 : abandon (10e étape)
  • 1996 : 20e du classement général, vainqueur de la 8e étape, Jersey yellow.svg porteur du maillot jaune durant 2 jours
  • 1997 : non-partant (7e étape)
  • 1998 : 25e

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Championnats du monde juniors[modifier | modifier le code]

Championnats du monde amateurs[modifier | modifier le code]

Championnats nationaux[modifier | modifier le code]

  • Champion d'URSS de poursuite par équipes en 1999
  • Champion d'URSS de poursuite par équipes "indoor" en 1990

Liens externes[modifier | modifier le code]