Willy Voet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Willy Voet, né le 4 juillet 1945 à Malines, est l'ancien soigneur belge des équipes cyclistes Flandria, RMO, et Festina.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Willy Voet naît le 4 juillet 1945 à Malines[1]. Son père est conducteur de train à la SNCB, et sa mère rempaille des chaises au domicile familial. Son père est également footballeur semi-professionnel et joue au poste d'arrière-droit au FC Malines. À la fin de sa carrière, il fait du vélo en vétéran. À 15 ans, Willy Voet commence le cyclisme à son tour au Dijlespurters de Malines. Il remporte au total une vingtaine de courses. En juniors, il côtoie Eddy Merckx, Herman Van Springel, Walter Godefroot[2].

Il devient coureur amateur en 1962, à 18 ans, et le reste jusqu'à 23 ans. Il consomme ses premières amphétamines cette année-là, initié par un ami et coéquipier. Il y a ensuite fréquemment recours. Le père de Willy Voet devient progressivement plus ambitieux pour son fils, et plus exigeant. Lors de sa deuxième année, Willy Voet bénéficie des soins d'un masseur ayant été coureur professionnel qui l'initie à d'autres méthodes de dopage : des solutions d'hormones mâles à boire durant la semaine précédant la course. Après avoir quitté l'école à 18 ans, Willy Voet est pompiste dans un garage de Malines pendant deux ans. Il effectue ensuite son service militaire en Allemagne à Siegen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), où il est chauffeur du colonel. À son retour, il est porteur de journaux. Ce métier lui permet de s'entraîner l'après-midi, après avoir effectué sa tournée à vélo le matin. Il arrête ce travail au bout de deux ans, en même temps que sa carrière de coureur amateur[3].

Carrière de soigneur[modifier | modifier le code]

Devenu chauffeur d'autocar, Willy Voet croise six ans plus tard, en 1972, Jos Deschoenmaecker et Edward Janssens, deux coureurs professionnels avec lesquels il a couru chez les amateurs. Ils lui proposent de les accompagner le week-end suivant au Grand Prix de Fourmies. Willy Voet suit ensuite Janssens sur d'autres courses. Il apporte son aide au staff de son équipe, Magniflex, et le masse parfois. À la fin de l'année 1976, il s'inscrit au BLOSO à Gand pour y suivre une formation de 18 mois afin de devenir masseur. Après avoir travaillé au noir à la pige pour diverses équipes, il est recruté en 1979 par l'équipe Flandria-Ça-va-seul, dirigée par Jean de Gribaldy, qu'il a connu lorsqu'il dirigeait Magniflex[4]. Il est ensuite employé par les équipes Marc Zeef Central en 1980, Daf Truck en 1981[5], puis l'équipe Sem-France-Loire de Jean de Gribaldy en 1982 et 1983[6].

En 1989, il est recruté par l'équipe R.M.O.. Il y reste jusqu'à sa disparition à la fin de l'année 1992. Il rejoint ensuite l'équipe Festina en compagnie d'autres membres de RMO, dont le directeur sportif Bruno Roussel, et le coureur Pascal Lino, par l'entremise duquel il est recruté[7].

Willy Voet travaille également occasionnellement avec des équipes nationales. En 1982, il fait ainsi partie du staff de l'équipe de Belgique aux championnats du monde sur route[8]. Il travaille avec l'équipe d'Irlande aux championnats du monde de 1980 et 1983. De 1994 à 1997, il accompagne l'équipe de France aux championnats du monde sur route[9].

Affaire Festina[modifier | modifier le code]

Il est impliqué dans l'affaire Festina en 1998 à la suite de laquelle, après avoir été mis en examen par le juge lillois Patrick Keil, il est condamné en décembre 2000 à 10 mois d'emprisonnement assorti du sursis et 30 000 francs d'amende pour avoir transporté des produits dopants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ex-magicien dose », sur liberation.fr,‎ 2 décembre 1998 (consulté le 5 juillet 2011)
  2. Willy Voet, Massacre à la chaîne, 1999, p. 66-67
  3. Willy Voet, Massacre à la chaîne, 1999, p. 67-72
  4. Willy Voet, Massacre à la chaîne, 1999, p. 72-74
  5. Willy Voet, Massacre à la chaîne, 1999, p. 96
  6. Willy Voet, Massacre à la chaîne, 1999, p. 114
  7. Willy Voet, Massacre à la chaîne, 1999, p. 129
  8. Willy Voet, Massacre à la chaîne, 1999, p. 104
  9. Willy Voet, Massacre à la chaîne, 1999, p. 189

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Willy Voet, Massacre à la chaîne, Calmann-Lévy, 1999 (ISBN 2290300624)
  • Willy Voet, Sexe, mensonges et petits vélos, Calmann-Lévy, 2000 (ISBN 2702131182)
  • Willy Voet, 50 ans de tours pendables, Flammarion, 2002 (ISBN 2082101002)