Âgisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’âgisme regroupe toutes les formes de discrimination, de ségrégation, de mépris fondées sur l’âge.

Selon le Glossaire du site Stop Discrimination [1] publié par l'Union européenne, l'âgisme est un « préjugé contre une personne ou un groupe en raison de l'âge ».

Selon l'Observatoire de l'âgisme, l'âgisme est pour l'âge ce que le sexisme est au sexe ou ce que le racisme est aux races.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Origine du terme[modifier | modifier le code]

Si le terme âgisme faisait, lors de sa création (en 1969, aux États-Unis, par le gérontologue Robert Butler), surtout référence aux discriminations touchant les personnes âgées ; il est employé aujourd’hui pour toutes les personnes qui en sont victimes quel que soit leur âge. De nombreuses manifestations de l’âgisme touchent en effet les jeunes. Cependant, la culture occidentale valorise des aspects comme la productivité, la force ou la beauté: les sociétés occidentales présentent un fort engouement pour la jeunesse. Compte tenu du vieillissement de la population occidentale et de l'augmentation de l'espérance de vie, cette valorisation de la jeunesse risque de faire des personnes âgées les principales victimes de l'âgisme (Boudjemadi, 2009, 2010 ; Boudjemadi & Gana, 2009).

Termes liés[modifier | modifier le code]

  • Adultisme : On emploie le terme « adultisme » lorsqu'on se réfère à l'âgisme employé à l'encontre d'une personne jeune.
  • Ephébiphobie : On emploie le terme « ephébiphobie[réf. nécessaire] » (d'anglais ephebiphobia) lorsqu'on se réfère à la peur irrationnelle éprouvée vis-à-vis des adolescents ainsi que pour désigner un préjugé à l'encontre des « teens » (adolescents en anglais).
  • Jeunisme : On emploie le terme « Jeunisme » pour désigner une préférence pour les plus jeunes fondée seulement sur l'âge, notamment pour le champ du travail et de l'emploi, certains secteurs d'activité favorisent les candidats les plus jeunes dans le but de créer une « image dynamique » [2].

Quelques Définitions[modifier | modifier le code]

  • Butler (1978): « … profond désordre psychosocial caractérisé par des préjugés institutionnalisés, des stéréotypes, et l'établissement d'une distance et/ou d'un évitement vis-à-vis des seniors. »
  • Traxler (1980): « … ensemble d'attitudes, d'actions personnelles ou institutionnelles par lesquelles est subordonnée une personne ou un groupe de personnes en raison de leur âge. Concept comprenant aussi l'assignation de rôles sociaux à des individus sur la seule base de leur âge. »
  • Palmore (1999): « … phénomène social se manifestant au travers de préjugés contre les seniors sous la forme d'attitudes et de stéréotypes positifs et négatifs. Il intervient là où se trouvent à la fois préjugés et discrimination, à la fois stéréotypes et attitudes, et par conséquent à la fois processus cognitifs et affectifs contre ou en faveur d'un groupe d'âge »
  • Boudjemadi & Gana (2009): « … mécanisme psychosocial engendré par la perception consciente ou non des qualités intrinsèques d'un individu (ou d'un groupe) en lien avec son âge. Le processus qui le sous-tend s'opère de manière implicite et/ou explicite, et s'exprime de manière individuelle ou collective par l'entremise de comportements discriminatoires, de stéréotypes et de préjugés pouvant être positifs mais plus généralement négatifs. »

Exemples[modifier | modifier le code]

À l'instar de certaines formes de racisme : « les Noirs sont... », de xénophobie : « tous les étrangers sont... » ou de sexisme : « Les femmes sont... », « les hommes sont... », l’âgisme repose le plus souvent sur des stéréotypes généralisant et caricaturaux du type : « les vieux sont tous conservateurs... » ; « les jeunes sont tous violents... » ; « les plus de 50 ans sont technophobes... » ; « les jeunes sont inconstants... ».

D’autres types de préjugés peuvent aisément conduire à des formes particulières d’âgisme. Entre autres le « jeunisme », qui estime que les personnes jeunes sont plus aimables et possèdent plus de qualités que les personnes âgées, ou le « gérontocratisme », qui établit comme principe que les personnes âgées sont plus qualifiées que les jeunes pour occuper le pouvoir.

Autre exemple d'Adultisme/Ephébiphobie : le fait de penser que deux personnes d'âges très différents ne puissent être amoureuses l'une de l'autre et/ou vivre ensemble en ménage.

L’âgisme aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Parmi les manifestations les plus inquiétantes de l’âgisme contemporain : les discriminations dans le domaine de l’emploi (trentenaires jugés « trop jeunes » ; quadragénaires jugés « trop vieux ») ; de l’accès à la formation continue (plus difficile dès la quarantaine); de l'accès à la formation professionnelle en apprentissage ; de l’accès à certaines aides (une personne handicapée de plus de 60 ans disposera de moins d’aides qu’une personne handicapée de moins de 60 ans) ou à certains soins (par exemple : temps d’attente aux urgences beaucoup plus long pour les personnes très âgées ; certains services hospitaliers refusant même parfois des personnes malades à cause de leur âge).

Remarque : Cette définition a été élaborée par l'équipe de l'Observatoire de l'âgisme [3], qui en autorise la publication sous licence GNU de documentation libre.

Législation[modifier | modifier le code]

Certains pays ont adopté des dispositions législatives anti-discriminatoires contre l'âgisme. Ainsi dans les pays francophone, la discrimination fondée sur l'âge est souvent classée comme un crime haineux et/ou considéré par la loi comme une circonstance aggravante.

  • En Belgique : la loi du 25 février 2003 « tendant à lutter contre la discrimination » punit la discrimination d'âge lorsque : « une différence de traitement qui manque de justification objective et raisonnable est directement fondée sur ....l'âge ». La discrimination est interdite lorsqu'elle porte atteinte à l'égalité devant : la fourniture ou l'offre d'un bien ou d'un service ; les conditions liés au marché du travail et de l'emploi ; la nomination ou la promotion d'un fonctionnaire ; ou encore devant l'accès ou la participation dans une « activité économique, sociale, culturelle ou politique accessible au public » (Art.2, §4) ; « Est puni d'emprisonnement et/ou d'une amende le fait d'inciter à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe en raison ... de l'âge » (Art. 6)[4].
  • Au Canada : l'article 718.2 (a)(i) du Code Criminel définit comme des circonstances aggravantes : « des éléments de preuve établissant : (i) que l’infraction est motivée par des préjugés ou de la haine fondés sur des facteurs tels que ... l'âge »[5].
  • En France : les articles 225-1 à 225-4 du Code pénal décrivent avec détails la pénalisation de l'âgisme lorsqu'il s'agit d'une discrimination d'âge liée : à la consommation d'un bien ou service ; à l'exercice d'une activité économique ; ou au marché du travail et du stage ; sauf dans les cas prévus dans l'article 225-3[6].
  • Aux États-Unis : dans la législation de treize états et du District de Columbia, l'âge est défini comme une motivation spécifique pour les crimes haineux[9],[10],[11]. Il est également interdit de demander l'âge d'une personne sur son CV ("Résumé") ou lors d'un entretien d'embauche. Cet âge ne sera connu qu'une fois la personne effectivement embauchée, mais cette fois-ci pour des raisons administratives.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Boudjemadi, V. (2009). L'âgisme: étude de la nature, des théories explicatives et des mesures directes et indirectes d'un phénomène psychosocial. Thèse pour l’obtention du grade de Docteur en Psychologie de Nancy-Université.
  • Boudjemadi, V. (2010). L’Âgisme : étude sur un phénomène psychosocial. Présentation d’un travail sur l’âgisme mené dans le cadre d’un doctorat de psychologie Article publié sur le site de l'Observatoire de l'Agisme: http://www.agisme.fr/spip.php?article58
  • Butler, R. N. (1978). Thoughts on aging. American Journal of Psychiatry, 135, 14-16.
  • Palmore, E. B. (1999). Ageism: Negative and positive. New York: Springer.
  • Pellissier, J. (2012). "Le temps ne fait rien à l'affaire." Paris : Editions de l'Aube.
  • Traxler, A. J. (1980). Let's get gerontologized: Developing a sensitivity to aging. The multi-purpose senior center concept: A training manual for practitioners working with the aging. Springfield, IL: Illinois Department of Aging.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]