Ángel Acebes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Acebes.
Ángel Acebes
Ángel Acebes lors d'un meeting du PP en Catalogne
Ángel Acebes lors d'un meeting du PP en Catalogne
Fonctions
Secrétaire général du Parti populaire espagnol
3 octobre 200421 juin 2008
Président Mariano Rajoy
Prédécesseur Mariano Rajoy
Successeur María Dolores de Cospedal
Secrétaire général adjoint du Parti populaire
23 mars3 octobre 2004
Président José María Aznar
Prédécesseur Aucun (poste créé)
Successeur Aucun (poste supprimé)
Ministre de l'Intérieur d'Espagne
10 juillet 200218 avril 2004
Président du gouvernement José María Aznar
Gouvernement Aznar II
Prédécesseur Mariano Rajoy
Successeur José Antonio Alonso
Ministre de la Justice
28 avril 200010 juillet 2002
Président du gouvernement José María Aznar
Gouvernement Aznar II
Prédécesseur Margarita Mariscal de Gante
Successeur José María Michavila
Ministre des Administrations publiques
19 janvier 199928 avril 2000
Président du gouvernement José María Aznar
Gouvernement Aznar I
Prédécesseur Mariano Rajoy
Successeur Jesús Posada
Coordinateur général du Parti populaire
13 mai 199631 janvier 1999
Président José María Aznar
Prédécesseur Aucun (poste créé)
Successeur Aucun (poste supprimé)
Porte-parole du groupe PP au Sénat
7 février 19959 janvier 1996
Législature Ve
Prédécesseur Alberto Ruiz-Gallardón
Successeur Pío García-Escudero
Maire d'Ávila
15 juin 199116 juin 1995
Prédécesseur Mario Galán
Successeur Dolores Ruiz Ayúcar
Biographie
Nom de naissance Ángel Jesús Acebes Paniagua
Date de naissance 3 juillet 1958 (56 ans)
Lieu de naissance Pajares de Adaja (Espagne)
Parti politique UCD
AP, puis PP
Diplômé de Université de Salamanque
Profession Avocat

Ángel Acebes
Ministres de l'Intérieur espagnols
Ministres de la Justice espagnols
Ministres de la Politique territoriale espagnols

Ángel Jesús Acebes Paniagua, né le 3 juillet 1958 à Pajares de Adaja, est un homme politique espagnol, membre du Parti populaire (PP).

Élu membre du Sénat en 1989, il devient maire d'Ávila deux ans plus tard, puis porte-parole du groupe sénatorial du PP en 1995. En 1996, il est nommé coordinateur général du parti, une fonction qui disparaît en 1999, lorsqu'il entre au gouvernement, en tant que ministre des Administrations publiques.

Il est promu ministre de la Justice en 2000, puis ministre de l'Intérieur en 2002. En 2004, le PP perd le pouvoir et il en devient le secrétaire général sous la présidence de Mariano Rajoy. N'étant pas reconduit en 2008, il se met en retrait de la vie politique, qu'il quitte en 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Un avocat rapidement en politique[modifier | modifier le code]

Titulaire d'une licence en droit, obtenue à l'université de Salamanque, avocat spécialisé en droit de l'entreprise, il a d'abord milité au sein des Jeunesses de l'Union du centre démocratique (JUCD), avant de rejoindre le Parti réformiste démocratique (PRD). En 1985, il adhère à l'Alliance populaire (AP) et est élu, deux ans plus tard, au conseil municipal d'Ávila, où il exerce les fonctions de porte-parole du groupe de l'AP.

À l'occasion des élections générales anticipées du 29 octobre 1989, il se présente au Sénat, sous les couleurs du nouveau Parti populaire (PP), dans province d'Ávila, et remporte un siège avec plus de 34 000 voix, réalisant ainsi le meilleur score.

À la tête de la liste du PP pour les élections municipales du 26 mai 1991 à Ávila, il remporte 46,7 % des voix et 11 sièges sur 21, permettant son investiture comme maire le 15 juin suivant.

Un jeune cadre du Parti populaire[modifier | modifier le code]

Après avoir été réélu sénateur avec plus de 55 000 voix au cours des élections générales anticipées du 6 juin 1993, il est porté à la présidence du Parti populaire de sa province en 1994. Le 7 février 1995, il est choisi comme porte-parole du groupe PP au Sénat, qui compte alors 114 sièges sur 254, remplaçant Alberto Ruiz-Gallardón, candidat aux élections régionales dans la Communauté de Madrid[1]. Il ne se représente pas aux élections municipales, organisées le 28 mai suivant.

Aux élections générales anticipées du 3 mars 1996, il se présente au Congrès des députés comme tête de liste dans la province d'Ávila et remporte 58,7 % des voix, soit vingt-neuf points d'avance sur le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). Le PP ayant remporté le scrutin, José María Aznar est investi, le 4 mai suivant, président du gouvernement. Alors qu'il était pressenti comme ministre de la Justice, ministre des Administrations publiques ou porte-parole du gouvernement[2], il est nommé coordinateur général du Parti populaire le 13 mai, afin de s'occuper de la gestion quotidienne du parti et ses relations avec le gouvernement[3].

Trois portefeuilles à l'époque de José María Aznar[modifier | modifier le code]

Le 18 janvier 1999, Aznar choisit Javier Arenas comme futur secrétaire général du PP et procède, dès le lendemain, à un remaniement ministériel, au cours duquel Acebes est nommé ministre des Administrations publiques[4].

Lors du XIIIe congrès national du parti, douze jours plus tard, il fait approuver, avec un seul vote contre, son rapport sur la réforme statutaire, qui prévoit la création d'un comité de direction et renforce le système de sanctions internes[5]. Relevé de son poste de coordinateur général, qui disparaît de l'organigramme interne, il est cependant nommé président du comité électoral national.

Après les élections générales du 12 mars 2000, pendant lesquelles sa liste remporte 65,3 % des voix dans la province d'Ávila, il est promu, le 28 avril, ministre de la Justice[6]. Le 10 juillet 2002, à l'occasion du plus important remaniement de l'ère Aznar, il devient ministre de l'Intérieur[7]. Il commence par remplacer le secrétaire d'État à la Sécurité et le délégué du gouvernement pour les Étrangers et l'Immigration, deux de ses trois subalternes directs[8].

La gestion des attentats du 11-M[modifier | modifier le code]

En sa qualité de ministre de l'Intérieur, il lui revient de gérer les terribles conséquences des attentats du 11 mars 2004 à Madrid. À peine le massacre commis, il accuse les terroristes basques d'ETA, avant d'ajouter qu'il pourrait éventuellement s'agir d'Al-Qaïda[9]. Le lendemain, il affirme que l'ETA reste la « principale piste » et rejette le communiqué de l'organisation dans le journal Gara, par lequel elle nie toute implication[10]. Finalement, deux jours après les attentats, il annonce l'arrestation de cinq personnes liées au réseau islamiste intégriste[11].

Une figure de l'opposition à José Luis Rodríguez Zapatero[modifier | modifier le code]

Aux élections générales du 14 mars, il conduit de nouveau la liste du PP dans la province d'Ávila, qui remporte 59,5 % des voix, tandis qu'au niveau national, le PSOE s'impose avec une majorité relative. Il est désigné, neuf jours plus tard, adjoint au secrétaire général du parti, Mariano Rajoy, qui le choisit en outre comme candidat à sa succession pour le prochain congrès national, devenant, de facto, le numéro deux du PP[12].

Une semaine seulement après l'entrée en fonction du gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero, il fait un bilan extrêmement négatif de l'action de l'exécutif, affirmant que « en une semaine, on ne peut faire pire »[13]. Lors du XVe congrès national, organisé au mois d'octobre suivant, il est élu secrétaire général, sous la présidence de Rajoy, et obtient que deux personnes de confiance fassent partie du comité de direction, comme secrétaire à l'Organisation, et secrétaire à la Justice et à l'Intérieur[14].

Perte de confiance de Mariano Rajoy[modifier | modifier le code]

Après les élections générales du 9 mars 2008, au cours desquelles le PP reste dans l'opposition et remporte 58,6 % des voix dans la province d'Ávila, où il mène une dernière fois la liste, Rajoy décide le remplacement du porte-parole au Congrès des députés, Eduardo Zaplana, lançant un processus de rénovation interne dont beaucoup prévoient qu'Acebes sera également victime[15]. Il continue toutefois à exercer la plénitude de ses fonctions, attendant un signe de la part du président du parti[16].

Finalement, le 5 mai, il renonce à être candidat à sa succession, recevant les remerciements publics de Mariano Rajoy[17], mais n'assiste pas, le 14 mai, à la séance de questions au gouvernement où s'exprime, pour la première fois, Soraya Sáenz de Santamaría, nouvelle porte-parole parlementaire[18].

Retrait de la vie politique[modifier | modifier le code]

Après avoir prononcé un discours d'adieu, le 20 juin au congrès de Valence, dans lequel il fustige les nationalistes et les barons du Parti populaire[19], il crée un cabinet d'avocats[20] et entre au conseil d'administration de Cibeles, une filiale de Caja Madrid[21] à la fin de l'année.

Il démissionne de son mandat parlementaire le 13 juin 2011, se retirant ainsi de la vie politique après trois ans sans aucune responsabilité dans le PP ou le groupe parlementaire[22].

Recruté comme consultant par Iberdrola en avril 2012[23], il est mis en examen au mois de juillet suivant pour la faillite de la banque Bankia, en sa qualité de représentant de Caja Madrid[24].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié, père de deux enfants, il aurait fait partie de la Légion du Christ.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Ruiz Gallardón se retirará de la pugna por la presidencia de Madrid si es derrotado », El País, le 8 février 1995
  2. (es) « Aznar pone a Ángel Acebes al frente del partido al pasar Álvarez Cascos a una vicepresidencia del Gobierno », El País, le 6 mai 1996
  3. (es) « Aznar se desmarca de Barea y reafirma ante su partido que no habrá recorte en las pensiones », El País, le 14 mai 1996
  4. (es) « La designación de Arenas como secretario general del PP obliga a Aznar a reajustar el Gobierno », El País, le 19 janvier 1999
  5. (es) « Más 'aparato' para tener vida propia », El País, le 31 janvier 1999
  6. (es) « Aznar asciende a Rajoy y mantiene a Rato al frente de la política económica », El País, le 28 avril 2000
  7. (es) « Aznar cambia a ocho ministros para encarar sus dos últimos años en el poder », El País, le 10 juillet 2002
  8. (es) « Acebes releva a los secretarios de Estado de Extranjería y Seguridad », El País, le 19 juillet 2002
  9. (es) « Interior apunta a Al Qaeda y no descarta a ETA », El País, le 12 mars 2004
  10. (es) « El desconcierto del Gobierno sobre la autoría del atentado », El País, le 13 mars 2004
  11. (es) « Detenidos tres marroquíes y dos indios por supuesto apoyo a los autores de la matanza », El País, le 14 mars 2004
  12. (es) « Rajoy sitúa a Acebes, Zaplana y García Escudero en la cúpula del PP para la oposición », El País, le 24 mars 2004
  13. (es) « El PP hace balance de una semana de Gobierno: "Arrogante, dividido e incumplidor" », El País, le 27 avril 2004
  14. (es) « El líder del PP se 'reparte' el Comité de Dirección con Acebes », El País, le 3 octobre 2004
  15. (es) « La caída de Zaplana precipita la renovación que impulsa Rajoy », El País, le 14 mars 2008
  16. (es) « Acebes espera una llamada de Rajoy », El País, le 1er mai 2008
  17. (es) « Rajoy agradece a Acebes su labor en "los años difíciles" », El País, le 6 mai 2008
  18. (es) « Acebes, Aragonés y Michavila faltan al estreno de Santamaría », El País, le 15 mai 2008
  19. (es) « El 'viejo PP' desaira a Rajoy y reclama que nada cambie », El País, le 21 juin 2008
  20. (es) « Ángel Acebes inaugura bufete », El País, le 28 octobre 2008
  21. (es) « Blesa cede a la petición de Aguirre y coloca a Acebes, Lamela y Cavero en Cibeles », El País, le 23 décembre 2008
  22. (es) « Acebes renuncia a su escaño "orgulloso" de haber aprobado la Ley de Partidos », El País, le 14 juin 2011
  23. (es) « Iberdrola ficha a Ángel Acebes como consejero y nombra un número dos », El País, le 24 avril 2012
  24. (es) « El juez cita como imputados a Rato, Olivas y Acebes por el ‘caso Bankia’ », El País, le 4 juillet 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]