Jorge Fernández Díaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jorge Fernández Díaz
Jorge Fernández Díaz.
Jorge Fernández Díaz.
Fonctions
Ministre de l'Intérieur d'Espagne
En fonction depuis le
Président du gouvernement Mariano Rajoy
Prédécesseur Antonio Camacho
3e vice-président du Congrès des députés
Président José Bono
Législature IXe législature
Prédécesseur José Joaquín Martínez Sieso
Successeur Dolors Montserrat
Biographie
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Valladolid (Espagne)
Parti politique Parti populaire
Profession Inspecteur du travail

Jorge Fernández Díaz
Ministres de l'Intérieur d'Espagne

Jorge Fernández Díaz, né le à Valladolid, est un homme politique espagnol, membre du Parti populaire (PP).

Après avoir été gouverneur civil entre 1978 et 1981, il rejoint l'Alliance populaire et se fait élire, en 1984, député au Parlement de Catalogne. Il entre, cinq ans plus tard, au Congrès des députés et occupe, de 1996 à 2004, plusieurs postes de secrétaire d'État, lors des deux mandats de José María Aznar. Élu troisième vice-président du Congrès des députés en 2008, il devient ministre de l'Intérieur, sous la présidence de Mariano Rajoy, en 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse, formation et carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi une formation d'ingénieur industriel, spécialisé en organisation industrielle, à l'école technique supérieure de Barcelone, il passe avec succès le concours du corps des inspecteurs du travail et de la Sécurité sociale. Il occupe ensuite un poste d'ingénieur à l'Institut national de sécurité et d'hygiène au travail.

Parcours sous la direction de l'UCD[modifier | modifier le code]

Le , il est désigné délégué du ministère du Travail dans la province de Barcelone. Il occupe ce poste jusqu'au , date de sa nomination comme gouverneur civil de la province d'Oviedo. Il est relevé de ses fonctions le , lorsqu'il devient gouverneur civil de la province de Barcelone.

Il démissionne, le , afin de se présenter aux élections générales du 28 octobre suivant, sur la liste du Centre démocratique et social (CDS).

Ascension politique en Catalogne[modifier | modifier le code]

Après l'échec du CDS, il adhère, en 1983, à l'Alliance populaire (AP) et se fait élire, la même année, conseiller municipal de Barcelone. Il fait son entrée au Parlement de Catalogne un an plus tard. Désigné secrétaire général de l'AP de Catalogne en 1985, il est choisi comme sénateur par les députés régionaux en 1986.

En 1987, il devient président régional de l'AP, puis il est réélu au Parlement lors des élections de 1988, pour lesquelles il était chef de file des conservateurs. Aux élections générales du , il est élu député de la province de Barcelone au Congrès des députés, sur la liste du nouveau Parti populaire (PP). Il renonce alors à ses autres mandats.

Il est contraint, en , de céder la présidence régionale du PP à une direction provisoire placée sous la présidence de son adversaire interne, Aleix Vidal-Quadras.

Homme de confiance de Rajoy sous Aznar[modifier | modifier le code]

À la suite de l'arrivée au pouvoir du PP, dirigé par José María Aznar, au niveau national, il est nommé, le , secrétaire d'État aux Administrations territoriales du ministère des Administrations publiques[1], dirigé par Mariano Rajoy. Après le remaniement ministériel du 18 janvier 1999, il suit Rajoy au ministère de l'Éducation et de la Culture, en tant que secrétaire d'État à l'Éducation, à l'Enseignement supérieur, à la Recherche et au Développement[2]. Le , après la victoire du PP aux élections générales du 12 mars, il devient secrétaire d'État aux Relations avec les Cortes Generales au ministère de la Présidence, désormais dirigé par Rajoy[3]. Lorsque ce dernier est nommé ministre de l'Intérieur le , il souhaite désigner Fernández Díaz comme secrétaire d'État à la Sécurité, mais Aznar s'y oppose et il reste alors en place, sous la direction du nouveau ministre, Juan José Lucas[4]. Rajoy revient finalement à son poste le et le maintient dans ses fonctions.

Du Congrès au gouvernement de Rajoy[modifier | modifier le code]

Réélu député de Barcelone le , puis le , il est désigné, le 1er avril suivant, troisième vice-président du Congrès des députés. Le , avec le retour au pouvoir du PP, sous la présidence de Rajoy, il est nommé ministre de l'Intérieur[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :