María Dolores de Cospedal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
María Dolores de Cospedal
María Dolores de Cospedal, en 2008.
María Dolores de Cospedal, en 2008.
Fonctions
3e présidente de la Junte des Communautés
de Castille-La Manche
En fonction depuis le 22 juin 2011
(3 ans, 5 mois et 4 jours)
Coalition Absolue PP
Prédécesseur José María Barreda
5e secrétaire générale du Parti populaire
En fonction depuis le 22 juin 2008
Président Mariano Rajoy
Prédécesseur Ángel Acebes
Biographie
Nom de naissance María Dolores Cospedal García
Date de naissance 13 décembre 1965 (48 ans)
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Parti politique Parti populaire
Diplômé de Université San Pablo-CEU
Profession Avocate de l'État

María Dolores de Cospedal

María Dolores Cospedal García, née le 13 décembre 1965 à Madrid, est une femme politique espagnole, membre du Parti populaire (PP), dont elle est secrétaire générale depuis le 22 juin 2008. Elle a été investie exactement trois ans plus tard présidente de la Junte des Communautés de Castille-La Manche, devenant la première femme et la première conservatrice à occuper ce poste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Université et début de carrière[modifier | modifier le code]

Titulaire d'une licence en droit, obtenu à l'université San Pablo-CEU de Madrid, elle passe avec succès le concours du corps supérieur des avocats de l'État en 1991. Elle intègre l'année suivante le service juridique du ministère des Travaux publics et des Transports, avant d'être nommée, en 1994, chef des avocats de l'État du ministère des Affaires sociales pour deux ans.

En 1997, elle entre au cabinet ministériel de Javier Arenas, ministre du Travail et des Affaires sociales, puis elle est mutée, en 1998, à l'ambassade espagnole aux États-Unis, en tant que conseillère pour le travail et les affaires sociales.

Une haute fonctionnaire de l'ère Aznar[modifier | modifier le code]

Elle revient au ministère du Travail dès 1999, comme secrétaire générale technique. Promue sous-secrétaire du ministère des Administrations publiques en mai 2000, elle est choisie, en juin 2002, pour occuper ce même poste au ministère de l'Intérieur, auprès de Mariano Rajoy puis Ángel Acebes.

À la fin de son mandat, en mars 2004, elle a participé à la gestion, ensuite controversée, des attentats du 11 mars 2004 à Madrid (11-M).

Un retour à sa vocation première[modifier | modifier le code]

À la suite de la victoire du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) aux élections générales du 14 mars, elle quitte son poste et redevient, en mai, avocate de l'État, représentant alors l'Espagne devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Elle finit par se placer en disponibilité en décembre 2005.

Un début de carrière politique régional[modifier | modifier le code]

Ce mois-ci, elle est en effet nommée conseillère aux Transports et aux Infrastructures du gouvernement régional de la Communauté de Madrid, présidée par Esperanza Aguirre, en remplacement de Francisco Granados, devenu conseiller à la Présidence. Elle démissionne au mois de juin 2006, après sa désignation à la présidence du Parti populaire (PP) de Castille-La Manche sur décision de la direction nationale.

Aussitôt élue au Sénat par les Cortes régionaux, elle conduit le PP aux élections régionales du 27 mai 2007, face au président socialiste sortant de la Junte des Communautés, José María Barreda. Elle remporte alors 42,9 % des voix, en hausse de cinq points mais en retard de dix sur Barreda, et 21 députés sur 47, soit trois de plus que quatre ans auparavant. Elle est ensuite reconduite au Sénat.

2008, l'entrée sur la scène nationale[modifier | modifier le code]

Bien qu'elle préside déjà une fédération régionale du PP, le président Mariano Rajoy annonce, le 19 juin 2008, trois mois après sa défaite aux élections législatives, son intention de la nommer secrétaire général du parti, en remplacement d'Ángel Acebes, lors du congrès national de Valence, qui se tient les trois jours suivants. Première femme à ce poste, elle est réélue le mois suivant à la présidence régionale de Castille-La Manche.

La victoire historique de 2011[modifier | modifier le code]

Alors qu'elle est de nouveau candidate à la présidence de la communauté autonome aux élections régionales du 22 mai 2011, elle obtient 48,1 % des suffrages exprimés, soit cinq points d'avance sur les socialistes, et 25 députés sur 49, autrement dit l'exacte majorité absolue. C'est la première fois que le PP s'impose dans cette communauté. Le 21 juin suivant, elle est élue présidente de la Junte des Communautés de Castille-La Manche, devenant la première femme à diriger la région. Elle prête serment le lendemain.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mariée depuis 2009 avec Ignacio López del Hierro, de dix-neuf ans son aîné, elle est mère d'un petit garçon conçu par fécondation in vitro.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]