Bankia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bankia (homonymie).
Puerta de Europa I à Madrid. Bankia quartier général opérationnel.

Bankia est un conglomérat bancaire espagnol qui a été formé en décembre 2010 suite à la consolidation des activités de sept caisses d'épargne régionales après l'éclatement de la crise immobilière de 2008. C'est d'ailleurs cette même raison qui a poussé l'État a en devenir provisoirement actionnaire majoritaire (45 %). Bankia fait état d'un volume d'affaires total de 486 milliards d'euro avec un actif total de 328 milliards euro[4], la plaçant au rang de quatrième banque du pays en 2011 derrière Santander, BBVA et CaixaBank.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bankia a été créée le suite au processus de restructuration du système d'épargne dirigé par la Banque d'Espagne à travers un modèle financier appelé le système de protection institutionnel (SIP). Bankia découle de l'union de sept institutions financières espagnoles, appelé une fusion froide. La fusion de sept caisses d'épargne n'a nécessité que quatre mois à partir de la signature du contrat d'intégration le 30 juillet 2010. Bankia gère environ 340 milliards d’euros d'actifs.

La répartition des parts était la suivante :

  • 52,06 % Caja Madrid
  • 37,70 % Bancaja
  • 2,45 % La Caja de Canarias
  • 2,33 % Caja de Ávila
  • 2,11 % Caixa Laietana
  • 2,01 % Caja Segovia
  • 1,34 % Caja Rioja

Le , suite à l'aggravation de la crise immobilière financière en Espagne, la première banque prêteuse pour le secteur immobilier (37,5 milliards) qui a vu ses créances douteuses sur le secteur s'élever à 31,8 milliards s'est vue nationalisée par le gouvernement de Mariano Rajoy, qui en détiendra 45 % sous forme d'actions[5].

Bankia devrait fermer, d'ici 2015, 40 % de ses agences, et devrait licencier environ 6 000 personnes, ce qui correspond à 28 % de ses effectifs[6].

Secteur bancaire[modifier | modifier le code]

Bankia opère dans la banque de détail, services bancaires aux entreprises, finance d'entreprise, marchés des capitaux, gestion d'actifs et banque privée, offrant une large gamme de produits et services financiers à ses clients, tant au niveau national que international.

L'entité dispose d'un vaste réseau de succursales en Espagne ainsi qu’une présence à Pékin, Dublin, Lisbonne, Londres, Miami, Milan, Munich, Porto, Paris, Shanghai, Varsovie et Vienne.

Le Groupe possède un portefeuille important et diversifié d’actions avec une valeur de 5.500 millions d'euros au 31 janvier 2011.

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège social ainsi que la direction de ses filiales se trouve à Valence (Espagne), tandis que son siège opérationnel est à Madrid. La banque compte une présence internationale dans les pays suivants: Allemagne, Autriche, Chine, France, Irlande, Italie, Pologne, Portugal, Royaume-Uni et États-Unis.

Bourse[modifier | modifier le code]

La banque est cotée à partir de juillet 2011, au cours de 3,75 euros l'action[7],[8]. Mais dès le début 2012, l'action connait une lente descente aux enfers, avec un titre qui ne vaut plus que 17 centimes le vendredi 19 avril 2013. Le lundi suivant, il est décidé un regroupement d'actions à hauteur de 1 action nouvelle pour 100 actions anciennes [9], mais cela n'empêchera pas le titre de perdre encore 96 % de sa valeur presque un mois sous l'effet d'une très grosse augmentation de capital annoncée de 15 milliards d'euros et de ventes massives à découvert du titre. Le jeudi 25 mai 2013, l'action perd même 51 % de sa valeur dans des volumes très supérieurs à la moyenne, ce qui pousse la CNMV (Comisión Nacional del Mercado de Valores, équivalent espagnol de l'AMF française) à ouvrir une enquête [10]. Les actionnaires à qui l'on avait annoncé une action après augmentation de capital autour des 1,35 euros, devront attendre un peu puisque l'action cote 65 centimes à la clôture du vendredi 24 mai 2013, soit une division par plus de 500 du prix auquel Bankia s'était introduite en bourse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Quartier général opérationnel
  2. Siège social
  3. AFP, « Espagne: Bankia supprimera 6 000 emplois d'ici à 2015 », sur lesechos.fr,‎ 28 novembre 2012 (consulté le 28 novembre 2012)
  4. « Chiffres », sur Bankia.com (consulté en 17/03/2011)
  5. « Bankia : l' histoire d'une nationalisation », sur latribune.fr
  6. Grand ménage dans les rangs de Bankia, Anna Villechenon, Le Monde, 24 septembre 2013
  7. AWP, « Espagne/Bankia, le sauvetage public le plus cher de son histoire », Le Temps, consulté le 31 mai 2012
  8. La Tribune/Reuters, « Introduction en Bourse : Bankia fait une ristourne », La Tribune, publié le 18 juillet 2011, consulté le 31 mai 2012
  9. Euronews, « Reprices, Bankia shares see saw », Article daté du 22 avril 2013
  10. AFP, « Espagne: nouvelle enquête sur Bankia, colère des petits actionnaires », Dépêche AFP du 24 mai 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]