Idiocracy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Planet Stupid
Titre original Idiocracy
Réalisation Mike Judge
Scénario Mike Judge
Etan Cohen
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie satirique
Durée 84 minutes
Sortie 2007

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Idiocracy est une comédie satirique américaine réalisée par Mike Judge. Craignant des réactions négatives du public, les producteurs retardent la sortie du film et n'en font que peu de publicité[réf. souhaitée] : prévu pour 2005, Idiocracy sort le dans seulement cent-vingt-cinq salles des États-Unis[réf. souhaitée]. En France, le film sort le sous le titre Planet Stupid.

Le film, qui se situe dans un lointain avenir, constitue une parodie grinçante d'une société américaine livrée à une baisse généralisée du niveau intellectuel, où n'auraient subsisté que quelques grandes compagnies comme Carl's Jr., Costco, Starbucks et Fuddruckers (en).

En mai 2009, le New York Times déclare que le film est devenu culte[réf. souhaitée].

Synopsis[modifier | modifier le code]

La séquence d'ouverture montre combien les personnes peu éduquées se reproduisent plus vite que les couples instruits. Devant le risque d'abrutissement généralisé par effet dysgénique, le Pentagone prépare un programme d'hibernation censé préserver les meilleurs éléments jusqu'aux périodes de conflits. Une phase expérimentale d'un an débute en 2005 avec deux cobayes : Joe Bauers, un soldat moyen de l'armée américaine qui n'a d'autre ambition que de rester tranquillement à son poste de bibliothécaire, et Rita, une prostituée livrée par son proxénète au responsable du programme, l'officier Collins ; mais ce dernier, largement compromis avec les criminels, est arrêté : le programme est stoppé, la base est détruite, et les caissons cryogéniques de Joe et de Rita sont oubliés sous les gravats.

Au fil du temps, les ordures ménagères s'amoncèlent en telles quantités qu'au début du XXVIe siècle une grande avalanche de détritus déferle sur une ville délabrée et y charrie les caissons de Joe et de Rita. Joe se réveille dans l'appartement d'un dénommé Frito, qui ricane stupidement à chaque coup dans les parties génitales que prend le héros de l'émission phare de la télévision de l'époque, Oh ! Mes burnes ! (Ow! My Balls! en version originale). Désorienté par sa longue hibernation, Joe tente d'obtenir quelques renseignements ; mais Frito s'énerve et défenestre Joe.

Dans les rues mal entretenues, Joe ne rencontre que des ignares gavés de malbouffe au registre de langue très amoindri. Il décide rapidement de se faire examiner dans un hôpital ; malheureusement, la préposée à l'accueil ne comprend rien à son problème : hagarde, elle se résout finalement à presser l'un des pictogrammes criards qui symbolisent les problèmes de santé les plus courants. Après une phase peu ragoutante de diagostic automatisé, Joe obtient un rendez-vous avec le « docter Lexus ». Mais le médecin, qui ne cesse de tirer sur un énorme joint, baragouine seulement quelques mots confus, puis lui demande de payer la « consultation ». Interloqué par la date sur le ticket, Joe réalise enfin qu'il s'est réveillé le 3 mars 2505 et panique ! Lexus panique lui aussi quand il remarque que Joe n'a pas le code barre que tous doivent porter au poignet : il crie « Individu inscanable ! » et alerte les autorités.

Joe est donc arrêté, jugé, puis condamné. Avant d'aller en prison, Joe se fait tatouer son identité sur le poignet ; mais le recenseur automatique comprend mal les réponses de Joe et le renomme « Pas Sûr ». Ensuite, Joe se fait interroger par la machine qui détermine le quotient intellectuel (QI) des futurs détenus pour savoir quels travaux leur confier : « Si vous avez un seau de huit litres et un seau de vingt litres, combien avez-vous de seaux ? » Après les tests, Joe parvient à s'évader en faisant croire aux gardiens qu'il a purgé sa peine, qu'il s'est trompé de file, et que son dossier n'a tout simplement pas été mis à jour.

Joe retourne chez Frito et apprend qu'il existe, parmi toutes les anciennes machines encore en service, une vieille machine à voyager dans le temps capable de le ramener à son époque. Il propose donc à Frito de le conduire à l'endroit où se trouve cette Time Masheen ; une fois revenu en 2005, Joe ouvrira un compte qui générera suffisamment d'intérêts pour rendre Frito richissime en 2505. Frito, qui « adore le pognon », accepte. Hélas, durant le trajet, Joe est de nouveau arrêté. Toutefois, au lieu de retourner en prison, Joe est conduit à la Maison-Blanche, devant le président des États-Unis, Dwayne Elizondo Mountain Dew Herbert Camacho, un homme massif aux allures de catcheur.

En effet, les tests de QI ont démontré que Joe est la personne la plus intelligente du monde. Camacho bombarde donc Joe Ministre de l'intérieur et lui donne une semaine pour que les sols, sur lesquels plus rien ne pousse, redeviennent fertiles. Sur le terrain, Joe retrouve Rita, et ils constatent ensemble que la désertification est causée par le Brawndo utilisé pour l'arrosage des cultures : cette boisson énergétique a partout remplacé l'eau pure, qui n'est plus utilisée que dans les toilettes. Joe Bauers tente de convaincre les membres du gouvernement qu'il faut irriguer les sols avec de l'eau ; mais ceux-ci réfutent cette absurdité : le Brawndo, qui est plein d'électrolytes, leur parait plus approprié que l'eau, qui ne sert plus que dans des toilettes où rien ne pousse non plus. Joe ne réussit à persuader ses interlocuteurs qu'en prétendant qu'il a le pouvoir de parler aux plantes et que celles-ci réclament de l'eau.

Malheureusement, cette substitution du Brawndo par de l'eau fait perdre toute valeur aux actions du monopole qui produit la boisson ; en une semaine, la moitié de la population se retrouve au chômage. Devant les désordres qui se multiplient et puisque les plantes ne poussent toujours pas, le président Camacho condamne Joe à la « réhabilitation », c'est-à-dire un combat d'arène entre monster trucks qui se conclut par la mort du condamné. L'avenir de Joe parait donc irrémédiablement compromis quand Rita s'aperçoit que les plantes sont en train de germer : elle envoie Frito filmer les champs redevenus fertiles et réussit à diffuser publiquement les images. Le président Camacho se précipite pour éviter à Joe de périr carbonisé, puis lui accorde la grâce présidentielle. L'Amérique est sauvée et Joe devient vice-président.

Un peu plus tard, Frito emmène Joe et Rita à la Time Masheen : il s'agit en réalité d'un manège qui transporte ses passagers à travers une galerie pédagogique représentant les évènements historiques de façon plutôt fantaisiste. Enfin, Joe devient président des États-Unis, se marie avec Rita et nomme Frito vice-président. Mais le schéma de reproduction n'ayant pas évolué, le pessimisme reste de mise.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sortie DVD[modifier | modifier le code]

Le film est sorti en France au format DVD sous le titre Planet Stupid[1] le , avec cinq scènes coupées en bonus.

Sur certaines versions, une dernière séquence apparait juste après la fin du générique de clôture montrant Upgrayedd (le proxénète) sortant d'un caisson et disant qu'il va retrouver Rita.

La baseline originale est : The Future is A No Brainer soit « le futur c'est tout irréfléchi ».

Autour du film[modifier | modifier le code]

La séquence où Joe, Rita et Frito échappent à la police en disparaissant dans les brumes de poussière est un clin d'œil à un autre film de science-fiction : Le Cinquième Élément.

Cette œuvre d'anticipation peut se rapprocher de Se distraire à en mourir de Neil Postman ou du Le Meilleur des mondes d'Aldous Huxley ou de films comme Steak de Quentin Dupieux ou Borat de Sacha Baron Cohen.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Planet Stupid sur Dvdfr.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]