Levi Morton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morton.

Levi Morton
Illustration.
Fonctions
31e gouverneur de l'État de New York

(1 an, 11 mois et 30 jours)
Prédécesseur Roswell P. Flower
Successeur Frank S. Black
22e vice-président des États-Unis

(4 ans)
Président Benjamin Harrison
Gouvernement Administration B. Harrison
Prédécesseur Thomas Hendricks
Successeur Adlai Ewing Stevenson
Ambassadeur des États-Unis en France

(4 ans, 1 mois et 23 jours)
Prédécesseur Edward Follansbee Noyes
Successeur Robert Milligan McLane
Représentant des États-Unis

(2 ans et 17 jours)
Circonscription 11e district de l'État de New York
Prédécesseur Benjamin A. Willis
Successeur Roswell P. Flower
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Shoreham (Vermont)
(États-Unis)
Date de décès (à 96 ans)
Lieu de décès Rhinebeck (New York)
(États-Unis)
Nationalité Américain
Parti politique Parti républicain
Conjoint Anna Morton

Signature de Levi Morton

Levi Morton
Vice-présidents des États-Unis

Levi Parsons Morton, né le à Shoreham (Vermont) et mort le à Rhinebeck (État de New York), est un homme politique américain. Membre du Parti républicain, il est représentant de l'État de New York entre 1879 et 1881, ambassadeur des États-Unis en France entre 1881 et 1885, vice-président des États-Unis entre 1889 et 1893 dans l'administration du président Benjamin Harrison puis gouverneur de l'État de New York entre 1895 et 1896.

Biographie[modifier | modifier le code]

Homme d’affaires puis banquier à New York, il commence une carrière politique en 1876 en tentant vainement de se faire élire à la Chambre des représentants.

En 1878, le président Rutherford B. Hayes le nomme représentant américain à l’exposition internationale de Paris.

En 1879, il est élu à la Chambre des représentants sous les couleurs républicaines. Il compte parmi les « députés du chemin de fer » ; ces députés recevaient des compagnies ferroviaires des actions quasi-gratuites et adaptaient la loi à leurs intérêts (privatisations, subventions , etc)[1].

En 1880, il refuse l’offre du candidat républicain à la présidence James Garfield, d’être son candidat pour la vice-présidence.

Il est ensuite ambassadeur des États-Unis en France de 1881 à 1885.

En 1888, il accepte d’être le candidat à la vice-présidence sur le ticket républicain au côté de Benjamin Harrison et est élu. Il assume les fonctions de vice-président du au .

De 1895 à 1897, il continue sa carrière politique en tant que gouverneur de New York.

Il meurt le à Rhinebeck, New York le jour de son 96e anniversaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frank Browning, John Gerassi, Histoire criminelle des États-Unis, Nouveau monde, , p. 288