Parti libertarien (États-Unis)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti libertarien.
Parti libertarien
(en) Libertarian Party
Image illustrative de l'article Parti libertarien (États-Unis)
Logo officiel
Présentation
Président Nicholas Sarwark
Fondation
Siège 2600 Virginia Avenue NW, Suite 100 Washington, DC 20037
Idéologie Libertarianisme
Non-interventionnisme
Minarchisme
Laissez-faire
Adhérents 368 561 (avril 2014)[1]
Couleurs Bleu, Jaune
Site web http://www.lp.org

Le Parti libertarien (en anglais : Libertarian Party) est un parti politique américain fondé en 1971[2]. Comptant 368 561 membres en avril 2014, c'est l'un des principaux partis minoritaires aux États-Unis[1]. Son programme est constitué d'éléments issus de la philosophie libertarienne, favorable à une législation minimale, au libre-échange et à des libertés individuelles fortes[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le parti libertarien américain a été fondé en 1971 dans le salon de David Nolan par un groupe de membres du Parti démocrate américain, du Parti républicain américain, ainsi que d'autres activistes politiques ne se reconnaissant pas dans les deux principaux partis. En particulier, il a été lancé par une partie des membres du Parti républicain qui refusaient de soutenir la guerre du Viêt Nam[4].

En 1978, Dick Randolph (en) devient le premier libertarien à être élu.

En mai 2008, Bob Barr annonce sur CNN sa candidature à l'élection présidentielle américaine et lance son site Internet de campagne.

En mai 2012, le Parti libertarien accorde son soutien à Gary Johnson, ex-gouverneur du Nouveau-Mexique, qui est candidat à l'élection présidentielle, à 419 voix contre 152.

Ce parti est actuellement le troisième dans les intentions de vote pour la présidentielle américaine de 2016, même s'il reste très minoritaire.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Année Candidats Voix %
Présidence Vice-présidence
1972 John Hospers (en) Theodora Nathan (en) 2 691 0,003
1976 Roger MacBride (en) David Bergland (en) 173 011 0,21
1980 Ed Clark (en) David H. Koch 921 299 1,10
1984 David Bergland (en) James A. Lewis (en) 228 705 0,25
1988 Ron Paul Andre Marrou (en) 432 179 0,47
1992 Andre Marrou (en) Nancy Lord (en) 291 627 0,28
1996 Harry Browne (en) Jo Jorgensen (en) 485 798 0,50
2000 Harry Browne (en) Art Olivier (en) 384 431 0,36
2004 Michael Badnarik Richard Campagna 397 367 0,34
2008 Bob Barr Wayne Allyn Root 482 405 0,40
2012 Gary Earl Johnson James P. Gray 1 233 168 1,00

Idéologie et programme[modifier | modifier le code]

Le Parti libertarien se veut une alternative aux partis démocrate et républicain. Les libertariens souhaitent une plus grande liberté personnelle.

Le Parti libertarien défend des positions très anti-étatistes et veut réduire considérablement le poids de l'État. Ce dernier ne doit détenir que des fonctions régaliennes (police, défense, justice, affaires extérieures)[5].

Dans l'ensemble le Parti libertarien peut être classé à droite au niveau économique et à gauche sur les questions de société. Le 9 mai 2016, Gary Johnson déclare à l'AFP : « Je suis à gauche d'Hillary sur les questions de société, et je suis plus conservateur que Ted Cruz sur les questions économiques. Je représente le meilleur des deux mondes[6],[7]. »

Armes à feu[modifier | modifier le code]

Le parti est contre la réglementation des armes à feu. Il soutient le deuxième amendement de la Constitution des États-Unis sur le port d'armes en vertu du fait que les individus doivent pouvoir assurer leur défense par eux-mêmes[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Sur un plan économique, le parti libertarien rejette toute forme d'interventionnisme, appelant à une privatisation de l'éducation ainsi que du système de santé. L'économie doit être déréglementée. Pour atteindre leurs buts, ils veulent abolir l'État providence et les impôts sur le revenu tout en réduisant les autres taxes[8].

Immigration[modifier | modifier le code]

Le parti soutient généralement des politiques migratoires très peu restrictives sauf envers les individus pouvant menacer la sécurité du pays ainsi que les droits et la propriété des citoyens[8].

Mariage homosexuel[modifier | modifier le code]

Le parti est favorable au mariage homosexuel[8].

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

Le parti rejette la politique interventionniste américaine sur le plan international et appelle à rejeter toute alliance militaire ou toute intervention extérieure qui ne serait pas faite dans le but de se défendre contre une agression extérieure. De même, si le parti soutient la subsistance de services de renseignement, ces derniers doivent faire l'objet d'un contrôle et ne peuvent outrepasser les droits fondamentaux dans l'exercice de leur mission[8].

Religion[modifier | modifier le code]

Le Parti libertarien contient proportionnellement moins de chrétiens et plus de non-croyants que l'ensemble de la population des États-Unis[9]. Il soutient le premier amendement de la Constitution des États-Unis qui vise à assurer la liberté religieuse.

Membres notables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « US Political Parties - 2016 Presidential Election - ProCon.org », sur 2016election.procon.org (consulté le 3 avril 2016).
  2. Caroline Rolland-Diamond, « Les campus américains, avant-garde de la révolution conservatrice », Frontières,‎ (lire en ligne).
  3. (en) « Opinions du parti libertarien », Associated Content,‎ (consulté le 22 février 2009).
  4. a et b Henri Lepage, Demain le capitalisme, Livre de poche, édition 1981, p. 57-58.
  5. Guillaume Marrel et Renaud Payre, « « Throw the bums out ! » », Parlement[s], Revue d'histoire politique,‎ , p. 97–115 (ISSN 1768-6520, lire en ligne).
  6. « Présidentielle américaine : Gary Johnson, le libertarien qui pourrait attirer les déçus de Trump », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  7. (en) « Libertarian Gary Johnson sees Trump threat as opportunity », sur yahoo.com,‎ (consulté le 10 juin 2016).
  8. a, b, c, d et e « Platform - Libertarian Party » (consulté le 15 janvier 2013).
  9. « Religion Poll and Christian Libertarian Conference in Austin August 7-8 » (consulté le 25 octobre 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]