Vendresse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vendresse
Vendresse
Ruines du château de la Cassine
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Nouvion-sur-Meuse
Intercommunalité Communauté de communes des crêtes préardennaises
Maire
Mandat
Jean-Pierre Tayot
2014-2020
Code postal 08160
Code commune 08469
Démographie
Gentilé Vendressois
Population
municipale
509 hab. (2016 en augmentation de 1,39 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 17″ nord, 4° 47′ 41″ est
Altitude Min. 163 m
Max. 303 m
Superficie 43,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Vendresse

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Vendresse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vendresse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vendresse

Vendresse est une commune française située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Dans le pays des crêtes préardennaises, elle est à mi-distance entre Villers-le-Tilleul (6,8 kilomètres) et Chémery-sur-Bar (5 kilomètres), à vingt kilomètres de Sedan et 25 km de Charleville-Mézières.

La population vendressoise, en hausse depuis les années 1980, dispose d'une boulangerie, d'une épicerie et d'un bar comme seules activités commerçantes. La commune, traversée par la Bar et le canal des Ardennes, est à orientation agricole, qui par le passé abritait une grande fonderie (le haut-fourneau), cependant le XXe siècle l'a transformé aussi en lieu résidentiel.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vendresse
Élan Sapogne-et-Feuchères Omicourt
Villers-le-Tilleul et Omont Vendresse Chémery-sur-Bar et La Neuville-à-Maire
Louvergny Sauville Le Mont-Dieu

Vendresse est une commune agricole située sur la rive gauche de la Bar, à dix kilomètres de la Meuse, à Flize. La superficie de la commune est de 4 322 hectares. L'altitude moyenne du territoire, majoritairement agricole, est de 163 mètres. L'habitat est concentré en un bourg (celui de Vendresse) et différents hameaux. La commune est traversée par la D 12 Pont-à-Bar/Authe.

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Le canal et son écluse de La Cassine

Vendresse, commune de 4322 ha possède 2406 ha de bois soit 56 % du territoire[1], est établi au pied des forêts domaniales de Vendresse et d'Élan et du Mont Dieu ainsi que des Bois de La Cassine, Chagny et Omicourt. Elle est établie dans la vallée de la Bar, est dominé par la butte d'Omont, un des lieux les plus élevés du plateau formant les crêtes pré-ardennaises (altitude 297 mètres) ainsi que de Mont Joly un autre sommet s'élevant à 301 mètres au cœur de la forêt[Quoi ?] Mazarin[2].

La vallée de la Bar est une vallée d'une ancienne très grosse rivière récoltant les eaux de l'Aire qui a aujourd'hui laissé place à la petite rivière de la Bar. De nos jours, en plus de la rivière, la vallée accueille le Canal des Ardennes qui longe la rivière. Vendresse se trouvant en contrebas de la vallée, il n'est pas rare que la Bar déborde, inondant tout ou partie des pâtures entre la ferme de la Morteau et Ambly-sur-Bar. De plus, le sol vendressois est composé de grève très utilisé dans l'industrie du Bâtiment et des travaux publics pour faire du béton, c'est pour cela que la commune est entourée d'un grand nombre d'étangs, d'anciennes gravières d'une douzaine de mètres de profondeur pour les plus récentes. Il y en a en ce moment deux utilisées sur la commune, sur d'anciennes pâtures.

Carte du canal de La Cassine à la Meuse de R. Vuillaume datant 1885

La commune est également traversée par les ruisseaux des Petits étangs, de l'étang des Vivaubières, du Donjon, de la Fontaine Saint-Rémy, du Batardeau, des Aules et du prés de la Noue.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Ancienne gare de Vendresse
Réseau ferré des Ardennes au début du XXe siècle

Historiquement, Vendresse s'est constitué autour de deux axes ; une route (aujourd'hui la départementale 12) allant de Pont-à-Bar à Authe et une route, aujourd'hui la départementale 333, qui relie la commune à Omont, ancien haut-lieu féodal.

Le chemin de la vierge amène vers le bois de la Vierge et l'allée de douglas centenaires importés de Vancouver et plantés au début du siècle dernier (1912) par Pol Bouin, qui donna son nom à la rue principale du village (la D12)[3].

Transports interurbains et scolaires[modifier | modifier le code]

Les cars de la RDTA constituent le réseau interurbain des Ardennes. Pour permettre le déplacement de tous les habitants du département dans de bonnes conditions de transport, le conseil général a confié à la RDTA la mise en place d'un réseau de car traversant chaque commune, qui, à partir des 463 communes du département, permet d'atteindre les villes-correspondances du réseau[4]. La commune est donc desservie par les lignes : 3[5], 14[6], 16[7] et 17[8].

En plus, il existe des lignes gérées par la RDTA, assurant les déplacements scolaires sur l'ensemble des 93 communes de la communauté de communes.

Ancienne voie ferrée[modifier | modifier le code]

La Compagnie du chemin de fer départementaux des Ardennes exploite le réseau ferré des Ardennes notamment au début du XXe siècle comme le montre cette carte : Les liaisons ferroviaires qui desservaient Vendresse sont Poix-Terron - Raucourt et Poix-Terron - Le Chesne - Buzancy. Trois arrêts ont lieu sur la commune : un premier au bourg de Vendresse, un second à Terron-lès-Vendresse et le troisième à La Cassine.

Transport fluvial et maritime[modifier | modifier le code]

Le canal des Ardennes est un canal navigable construit entre 1823 et 1831, possédant 44 écluses. Il relie l'Aisne à Vieux-lès-Asfeld à la Meuse à Pont-à-Bar (Dom-le-Mesnil). Sa voie d'eau est utilisée pour le transport de marchandise entre Le Havre embouchure de la Seine, confluent de l'Oise elle-même confluent de l'Aisne et Rotterdam, embouchure de la Meuse, ce qui en fait un des carrefours important du trafic fluvial européen. Il n'est cependant utilisé principalement que par les touristes sur des péniches. Car sur le plan économique il est en concurrence avec le canal du Nord.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont dispersés en un gros bourg qui concentre la majorité de la population et de cinq hameaux issus de diverses fusions (par nombre d'habitants décroissant) : La Cassine, Terron-lès-Vendresse, Ambly-sur-Bar, la ferme de la Morteau et la ferme de la Lobbe.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Vendresse serait originaire de Venere Œdes qui veut dire en latin : "placé sous la protection de Vénus".

Ses habitants sont appelés les Vendressois[9].

Le nom de la commune s'écrit 旺德雷斯 en chinois, ヴォンドゥレス en japonais et Вандрес en russe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et âge du fer[modifier | modifier le code]

L'exploitation intensive d'une gravière a permis aux archéologues de découvrir à Vendresse une zone fréquentée par l'homme durant la Préhistoire. Ce site a été habité de l'âge du fer (-800) jusqu'au début de l'époque gallo-romaine, sur les bords de la Bar. On a retrouvé les traces d'un enclos délimité par un fossé et de nombreux trous de poteau et quelques fosses, vestiges d'un habitat celte[10].

Construction de l'église[modifier | modifier le code]

La construction s'est déroulée en plusieurs étapes. Au XIIe siècle, le vaste territoire de Vendresse est boisé et fertile. Il est occupé par différentes seigneuries aux châteaux de la Lobbe, de la Morteau et d'Ambly qui ont apporté de nombreux dons pour la construction de l'église. Cette construction a débuté en 1155 par la nef et le chœur, puis la voûte des bas-côtés a été construite aux XVe et XVIe siècles, les gravures sur les clefs de voûtes en font foi et indiquent les familles donatrices, la famille Laire de la Morteau par exemple. Ensuite, au XVIIe siècle, les meurtrières, toujours présentes de nos jours, sont creusées. Puis sous l'influence d'Hortense Mancini et son mari, fervents catholiques, les transepts sont agrandis avec des ouvertures plus importantes, le chœur remanié et surélevé pour accueillir le maitre-hôtel et l'orgue est installée par le facteur d'orgue de Sedan, M. Borrant.

Ensuite au XIXe siècle, lors de la Révolution, l'église est dégradée, avec notamment cette inscription robespierriste : « Le peuple français reconnait l’existence de l’être suprême et l’immortalité de l’âme » toujours visible au-dessus de la porte latérale. L'église est aussi dotée de fonts baptismaux en pierre bleue de Givet, d'un chemin de croix du XIXe siècle ainsi que de différentes tombes de notables et seigneurs de la région[11].

Époque moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

La bataille de Sedan[modifier | modifier le code]

Signature de la capitulation à Donchery

Lors de la bataille de Sedan, le 1er septembre 1870, les troupes françaises menées par Edme de Mac-Mahon combattent les troupes prussiennes et bavaroises menées par Helmuth von Moltke. Cette bataille signe la défaite française de la guerre franco-prussienne de 1870.

Elle se déroula dans les alentours de Sedan, le roi Guillaume de Prusse assiste avec son chancelier, Otto von Bismarck à la bataille depuis la colline de Frénois. Ces derniers séjournèrent sur la commune de Vendresse pendant la bataille, à la Villa La Roques pour Bismark, au Château Hannonet (rue de la Halle) pour Guillaume Ier et le Kronprinz au Château de la Cassine, aujourd'hui en ruines. C'est aussi dans le village que devaient se rencontrer les deux chefs d'états actuels (France et Allemagne) pour signer l'acte de reddition.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Lors de la bataille de France, les Allemands de la 1. Panzer-Division de Friedrich Kirchner franchissent le matin du le canal des Ardennes à Omicourt et Malmy et attaquent alors vers Vendresse, défendue en avant par la 5e division légère de cavalerie (général Chanoine), avec également divers éléments de la 3e brigade de spahis et du 66e groupe de reconnaissance de division d'infanterie de la 66e division d'infanterie[12]. Les Stukas de la Luftwaffe interviennent alors et, selon les mots de l'auteur Jean-Yves Mary, « transforment la position en un terrain lunaire »[12]. Immédiatement, pour ne pas laisser le temps aux Français de se remettre du raid aérien, les Allemands de la Kampfgruppe Nedtwig (commandée par Johannes Nedtwig, c'est un groupement tactique de la 1. Panzer-Division) passent à l'attaque. Kirchner rend compte de « combats acharnés autour de Vendresse »[13] mais les courageux défenseurs sont débordés par la force de l'assaut allemand, à 16h Chanoine fait replier les troupes vers le sud-ouest sous la couverture des véhicules du 5e régiment d'automitrailleuses, quelques isolés tiendront encore dans Vendresse avant de rejoindre les lignes la nuit[12].

Article connexe : Percée de Sedan.

En 1965 la commune fusionne avec la commune de Terron-lès-Vendresse[14], puis en 1970 avec la commune de La Cassine[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors de toutes les élections, hormis aux élections municipales où la seule liste se présente comme d'intérêt local, les électeurs de Vendresse se sont prononcés pour des candidats positionnés à droite de l'échiquier politique.

Élections législatives, résultats des deux meilleurs scores 
Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores 
Élections régionales, résultats des seconds tours 
Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours 
Élections municipales, résultats des deuxièmes tours 
Élections référendaires 

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1922 1940 Émile Gobert DVD  
1945 1947 Charles Demaugre SFIO Employé des postes
Conseiller général
1947 1952 Émile Gobert DVD  
1952 1964 Gabriel Tayot SE  
1964 2001 Jean Guillin SE  
mars 2001 fin mars 2014 André-Louis Salvi[25] SE  
mars 2014 En cours Jean-Pierre Tayot SE Exploitant agricole à la retraite
Les données manquantes sont à compléter.

Instances Judiciaires et Administratives[modifier | modifier le code]

La commune appartient aux tribunaux de première instance et de grande instance de Charleville-Mézières ainsi qu'à la cour d'appel de Reims.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Vendresse n'est jumelée avec aucune autre commune.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[27].

En 2016, la commune comptait 509 habitants[Note 1], en augmentation de 1,39 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7197918409771 1181 1541 1591 1501 124
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 0601 0621 032992895816784745732
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
745629633557537493427449473
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2016
469406402400465474483519509
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (22 %).

Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,1 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 51,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,1 %, 15 à 29 ans = 13,8 %, 30 à 44 ans = 26,3 %, 45 à 59 ans = 19,8 %, plus de 60 ans = 17 %) ;
  • 48,9 % de femmes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 15,3 %, 30 à 44 ans = 22 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 21,2 %).
Pyramide des âges à Vendresse en 2008 en pourcentage[30]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
0,0 
4,5 
75 à 89 ans
8,9 
12,1 
60 à 74 ans
12,3 
19,8 
45 à 59 ans
21,6 
26,3 
30 à 44 ans
22,0 
13,8 
15 à 29 ans
15,3 
23,1 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département des Ardennes en 2008 en pourcentage[31].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
6,1 
75 à 89 ans
10,0 
12,9 
60 à 74 ans
13,9 
21,7 
45 à 59 ans
20,9 
20,6 
30 à 44 ans
19,8 
18,3 
15 à 29 ans
16,5 
20,1 
0 à 14 ans
18,1 

Niveaux de formation[modifier | modifier le code]

Au recensement de 2008, Vendresse comptait 353 habitants de 15 ans et plus (177 hommes et 176 femmes)[32] :

  • 22,7 % d'habitants sans diplôme (18,1 % d'hommes et 27,3 % de femmes) ;
  • 45,3 % avec un diplôme inférieur au baccalauréat ;
  • 14,7 % avec un niveau du baccalauréat (13,0 % d'hommes et 16,5 % de femmes) ;
  • 17,2 % (15,8 % d'hommes et 18,3 % de femmes) avec un diplôme de niveau supérieur au baccalauréat.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école possède une école primaire, avec une cantine, les repas viennent du bar-restaurant le Mafate situé à proximité, ainsi qu'une garderie. L'école maternelle est assurée à Chémery-sur-Bar.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La fête patronale a lieu le dernier dimanche de juillet, où sont présentes quelques attractions.
  • le marché paysan de la Cassine a lieu le troisième vendredi du mois de mars à décembre. Il a une nouvelle thématique à chaque édition. Il est organisé par une vingtaine de producteurs et fait découvrir les spécialités de la région et de la saison.
  • Le spectacle de la Cassine a lieu les samedis de juillet-août. C'est un spectacle unique en Europe car les spectateurs sont assis dans une tribune de 1700 places, mobiles sur 300 mètres et cheminent, au fur et à mesure du spectacle, pour finir devant les ruines du château et assister à un feu d'artifice.
  • Le festival de la Cassine et un événement qui a lieu le dernier week-end de mai. C'est une demi-douzaine de concerts à prix abordables avec des artistes de renom (comme en 2010 Renan Luce, Sinsemilia ou encore Les Fatals Picards) [4]
  • Et au cœur du village, le Domaine de Vendresse, à la fois parc de loisirs pour enfants et monument historique propose aux visiteurs des aires de jeux, une galerie d'aquariums d'eau douce, un son et lumière sur le haut-fourneau et de nombreuses animations estivales. Plus de 25 000 personnes viennent chaque année se ressourcer et s'amuser dans un cadre exceptionnel.

Santé[modifier | modifier le code]

Aucun professionnel de la santé n'est implanté dans la commune. Plusieurs médecins généralistes exercent dans la commune voisine du Chesne.

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Suivant l'enquête annuelle de recensement de 2008, sur les 306 habitants de la commune âgés de 15 à 64 ans, il y a 234 actifs (76,5 %) dont 20 personnes inscrites au chômage (6,50 %). Sur les 72 non actifs, il y a 6,9 % de retraités ou préretraités et 6,2 % d'élèves, étudiants ou stagiaires non rémunérés[33].

En 2008, sur 214 personnes :

Ces 500 habitants sont répartis en 205 ménages.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Activité agricole[modifier | modifier le code]

Photographie représentant une vache de race Prim Holsein

De tous temps, Vendresse a eu une activité orientée vers le secteur primaire, la production agricole étantactuellement la seule activité économique notable de la commune. L'organisation urbaine de la commune est toujours à l'image éclatée de l'habitat rural.

Historiquement la production agricole était autarcique. Le développement de la production de bêtes de boucherie par la généralisation du couchage en herbe. Actuellement, la commune, situé dans une régionde polyculture, produit aussi bien des bovins pour leur lait, avec la race Prim-Holstein par exemple, comme pour leur viande, les races Limousine, Charolaise ou encore Salers

De plus, l'agriculture est aussi céréalière à Vendresse, avec notamment la production de maïs, blé, colza ou encore orge. Une des fermes de la commune produit également des asperges.

Photographie d'un champ de colza
Indication géographique protégée[modifier | modifier le code]

Deux indications géographiques protégées (IGP) sont présentes sur le territoire de Vendresse :

Activité herbagère[modifier | modifier le code]

En 1988, Vendresse compte vingt-deux exploitations agricoles. Au recensement agricole de 2000, il n'en reste plus que quinze, sur 1511 hectares (soit 35 % de la superficie de la commune) dont 954 sont toujours en herbe pour accueillir 2169 bovins don 733 vaches, le reste des terres étant travaillé en labours pour la culture céréalière. La population agricole s'élève à 30 personnes, 15 exploitants (chef d'exploitation et membres de la famille travaillant sur l'exploitation) et 3 salariés agricoles (en équivalence temps plein soit environ le double à temps partiel)[36]. À partir des années 2000, la population de Vendresse n'est plus à dominante agricole.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Le secteur secondaire existe à Vendresse grâce à la présence d'une scierie aux abords du village.

Le secteur tertiaire non marchand n'est présent à Vendresse que par un bureau de Poste, où il n'y a aucun service public, à l'exception de la mairie et ce bureau de poste. Le secteur tertiaire marchand est peu présent avec une activité artisanale comprenant quelques représentants. Les activités de service sont peu représentées. Le village comporte quelques commerce de proximité : une épicerie générale, une boulangerie et un bar.

La commune dispose aussi d'une équipe de 14 pompiers volontaires avec un rattachement au SDIS qui assure la formation des pompiers et l'entretien du matériel.

Activités de loisirs[modifier | modifier le code]

Les activités qui peuvent se pratiquer sur le territoire de la commune sont toutes des activités de plein air.

La chasse est très pratiquée à Vendresse. Les bois de la Vierge accueille sangliers, cerf et autres gibier. Ces chasses se pratiquent uniquement au moyen de cartouches chargées avec des billes d'acier, les plombs étant interdits pour éviter la pollution des eaux. Elles ne sont ouvertes qu'à des périodes déterminées, par arrêté préfectoral, en fonction des différentes espèces autorisées à la chasse. Différentes pêches se pratiquent sur la commune de Vendresse. Un étang propose aux touristes de camper sur ses rives et d'y pêcher la carpe au kilogramme, le domaine de Vendresse propose cette même activité sur un de ces étangs. On peut aussi pêcher dans le canal des Ardennes

Aucun chemin de randonnée classé par la fédération française de la randonnée pédestre n'existe sur la commune de Vendresse. En revanche, il existe un chemin balisé dans l'arboretum du bois de la Vierge, ainsi qu'un chemin, l'ancienne voie de chemin de fer, qui relie la commune à La Cassine.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin de Vendresse

Le domaine de Vendresse[modifier | modifier le code]

Le domaine de Vendresse[38] est le lieu touristique, il est composé de l'ancien Haut-fourneau de Vendresse abritant deux expositions et une brasserie ainsi qu'un parc avec trois étangs. Il y a deux expositions permanentes :

  • « Le Feu », pièce où se déroule un son et lumière retraçant l'histoire du Haut-fourneau qui coulait au XIXe siècle de la fonte et faisait la fierté de la commune.
  • « L'Eau », se déroule dans la mezzanine, où était stocké le charbon du Haut-fourneau, avec de nombreuses animations ludiques pour comprendre le système de l'eau. Au rez-de-chaussée, 14 aquariums d'eau douce présentent 33 espèces de poissons présents dans les Crêtes Préardennaises.

Au domaine de Vendresse, des activités en plein-air sont organisées : la pêche à la truite, la pêche en no-kill de carpes et d'esturgeons, la pêche au kilogramme, des jeux en bois pour les plus petits et des jeux liés à l'eau pour les plus grands, une flotte de bateaux télécommandés est à la disposition des touristes sur les différents étangs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Regnault d'Ambly (XIIIe siècle), connétable de Bourgogne.
  • Louis de Gonzague dit aussi Louis IV de Nevers (1539-1595), prince italien, un militaire et un homme politique français et sa femme Henriette de Nevers (1542-1601), fille aînée de François 1er. Ils décidèrent de construire le château de la Cassine en 1571, puis le couvent des cordeliers en 1579, où furent reçus entre autres Henri IV et Louis XIV[39];
  • Pol Bouin (1870-1962), biologiste, cytologiste et histologiste français, né à Vendresse.
  • Jean-Nicolas Gendarme (1769-1845), industriel français et maître de forge, propriétaire du haut-fourneau de Vendresse.
  • Hortense Mancini (1646-1699), nièce du cardinal Mazarin.
  • Nicolas Diot (1744-1810), curé de Vendresse devint évêque constitutionnel de la Marne.
  • Jean-Remacle Lissoir (1766-1841), curé de Vendresse, fut élu évêque constitutionnel du département de Samaná.
  • Otto von Bismarck (1815-1898), homme politique prussien puis allemand, séjourna à la villa La Roques pendant la bataille de Sedan.
  • Jules Joseph Émile Baudelot, né le 14 mars 1834 à Vendresse, décédé le 22 février 1875 à Nancy. Professeur d’ichtyologie, il exerça comme professeur d'histoire naturelle à la Faculté des sciences de Strasbourg (1866) puis comme professeur de sciences à la Faculté de Nancy (jusqu'en 1868). Il occupa la chaire d'anatomie comparée et de zoologie à la Faculté de Nancy de 1871 à 1875.
  • Paul de Lapparent (1869-1946), artiste peintre descendant de Jean-Nicolas Gendarme, fréquenta Vendresse qui fut un thème de sa peinture de paysage. Il repose au cimetière de Vendresse.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose à ce jour d'aucun blason.

Homonymie[modifier | modifier le code]

Vendresse est le patronyme du personnage principal de la nouvelle de Vercors « L'Imprimerie de Verdun » publiée en 1945.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. trésor des régions consulté le 7 juin 2012
  2. consulté le 7 juin 2012
  3. [1], site de Balado, consulté le 27 mai 2012.
  4. horaire RDTA, site de la « RDTA », consulté de 28 mai 2012.
  5. horaire RDTA, site de la « RDTA », consulté de 28 mai 2012.
  6. horaire RDTA, site de la « RDTA », consulté de 28 mai 2012.
  7. horaire RDTA, site de la « RDTA », consulté de 28 mai 2012.
  8. horaire RDTA, site de la « RDTA », consulté de 28 mai 2012.
  9. « Nom des habitants des communes françaises, Vendresse », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 7 juin 2012).
  10. Alain Patrolin, Traces, strates: archéologie en Champagne-Ardenne, Éditions Castor et Pollux, , 179 p. (ISBN 2-912756-33-2), p. 80
  11. [2] unimair08.free.fr consulté le 9 juin 2012
  12. a b et c Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 315
  13. Friedrich Kirchner cité par Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 314.
  14. a et b INSEE
  15. résultats 2012 Le Parisien, consulté le 22 mai 2012.
  16. résultats 2007 Le Parisien, consulté le 22 mai 2012
  17. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 10 juin 2012.
  18. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 10 juin 2012.
  19. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 10 juin 2012.
  20. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 10 juin 2012.
  21. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 10 juin 2012.
  22. Résultats de l’élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 10 juin 2012.
  23. Résultats du référendum 1992 sur le site de l'Intérieur Consulté le 10 juin 2012.
  24. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 10 juin 2012.
  25. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin 2008 (fichier au format PDF)
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  30. « Évolution et structure de la population à Vendresse en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 juin 2012).
  31. « Résultats du recensement de la population des Ardennes en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 juin 2012).
  32. a b et c recensement général de la population 2008, consulté le 9 avril 2009.
  33. Insee vendresse 2008, consulté le 22 mai 2012.
  34. chambre d'agriculture de Champagne consulté le 2 juin 2012
  35. Je découvre la France consulté le 2 juin 2012
  36. recensement agricole 2000,site de l'INSEE, consulté le 27 mai 2012.
  37. Unimair08 Unimaire08 consulté le 8 juin 2012
  38. Domaine de Vendresse
  39. [3] JedécouvrelaFrance.com consulté le 8 juin 2012