Omicourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Omécourt.

Omicourt
Omicourt
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Nouvion-sur-Meuse
Intercommunalité Communauté de communes des Crêtes Préardennaises
Maire
Mandat
Jean-Marc Deglaire
2014-2020
Code postal 08450
Code commune 08334
Démographie
Population
municipale
42 hab. (2016 en augmentation de 2,44 % par rapport à 2011)
Densité 5,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 37′ 56″ nord, 4° 49′ 57″ est
Superficie 7,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Omicourt

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Omicourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Omicourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Omicourt

Omicourt est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Omicourt se situe dans une plaine alluvionnaire. La commune est située à 13 km de Sedan (sous-préfecture des Ardennes) et environ 20 km de Charleville-Mézières (préfecture des Ardennes). Elle est adossée au canal des Ardennes ainsi qu'à une petite rivière appelée la Bar.

Les villages les plus proches d'Omicourt sont Malmy, Connage, Chéhéry et Saint-Aignan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les fondations de l'église datent du XIIe siècle.

La commune a également abrité un prieuré (inoccupé mais toujours debout), dépendant de l'abbatiale du Mont-Dieu (20 km). L'un et l'autre ne sont désormais plus occupés par les religieux.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, lors de la bataille de France, un peloton moto du 12e régiment de chasseurs défend Omicourt le au matin avant de se replier soudainement car s'estimant trop découvert[1]. Omicourt est alors peu après sans combats par les Allemands de la Kampfgruppe Krüger (commandée par Walter Krüger, c'est un groupement tactique de la 1. Panzer-Division de Friedrich Kirchner), prenant également le pont qui n'a pas été détruit, ce qui permet dans un premier temps aux Allemands d'attaquer à revers la défense du pont de Malmy et de prendre celui-ci intact[1]. Ces deux ponts utilisables permettent à Heinz Guderian (chef du XIX. Armee-Korps (mot.)) de faire attaquer la 1. Panzer-Division vers l'ouest en passant sur la rive droite du canal des Ardennes[1]. La situation n'est néanmoins pas si simple pour les Allemands car les ponts restent soumis au feu des canons français du II/78e régiment d'artillerie depuis Omont pendant quelque temps[1].

Article connexe : Percée de Sedan.

Plus tard au cours de cette guerre, Omicourt a abrité une « école des cadres » de la résistance ardennaise, et a été le théâtre de batailles acharnées, le pont d'Omicourt étant l'un des seuls restant à des kilomètres à la ronde.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Marc Deglaire[3]    
1912 réélu 1935 Charles Couaillier    
1895 1912 Émile Neveux    
Les données manquantes sont à compléter.


Liste des maires successifs (XIXe siècle)[2]
Période Identité Étiquette Qualité
1888 1895 Jean Nicolas Couaillier    
1884 1888 François Bellomet    
1881 1884 Jean-Baptiste Malicet    
1876 1881 Jean-Pierre Bébin    
1871 1876 Jean-Baptiste Malicet   marchand forain
1862 1871 Charles Robert Gousset    
1846 1861 Jean-Alexis Neveux    
1813 1845 Jacques Neveux[4]    
1800 1812 Jean-Baptiste Jacquet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2016, la commune comptait 42 habitants[Note 1], en augmentation de 2,44 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
168205176224231233221200227
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
220220197202170183155131111
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
9890102747962403947
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - -
26262734454142--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune va faire l'objet d'un nouveau recensement en 2011.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église est remarquable, ses fondations datent du XIIe siècle. Elle est classée « monument historique ».
  • Le canal des Ardennes. À quelques kilomètres d'Omicourt se trouve l'écluse de Saint-Aignan. À cet endroit, le canal des Ardennes traverse la colline par un tunnel long de quelques centaines de mètres pour ressortir dans la vallée voisine.
Canal des Ardennes à Omicourt.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 314
  2. a et b Registres de l'Etat civil. Naissances, Mariages, Décès. Archives départementales des Ardennes.
  3. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  4. Registre de l'Etat civil. Naissance An XI-1847
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]