Steve Angello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Steve Angello
Description de cette image, également commentée ci-après

Steve Angello mixant en 2014.

Informations générales
Nom de naissance Steven Angello Josefsson Fragogiannis[1]
Naissance (33 ans)
Athènes, Drapeau de la Grèce Grèce
Activité principale Disc jockey, producteur
Genre musical House[1], house progressive, electro house, techno minimale[1]
Années actives Depuis 2003
Labels Size Records
Site officiel steveangello.com

Steve Angello, de son vrai nom Steven Angello Josefsson Fragogiannis, né le à Athènes, est un disc jockey et producteur grec d'origine suédoise. Il est membre de la Swedish House Mafia avec Sebastian Ingrosso et Axwell jusqu'en mars 2013. L'année suivante, il se classe 29e du classement des DJ internationaux DJ Mag[2]. Plusieurs de ses titres sont certifiés « disque de platine »[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Steve Angello est né d'un père grec et d'une mère suédoise à Athènes, en Grèce[1]. Élevé à Stockholm, en Suède, avec son frère AN21[4], Steve Angello se lance dans le DJing à l'âge de douze ans[5],[6]. Petit garçon, Steve Angello découvre l'Athen Club dans lequel son père se déplace. Attiré par cet univers émergeant, le garçon obtient sa première résidence en club à Stockholm. Dès seize ans, il mixe pendant des heures dans de petits clubs dans l'unique but de subvenir aux besoins de sa famille. Il est alors en constante relation avec des DJs beaucoup plus âgés que lui, ce qui lui confère une maturité tant scénique qu'artistique[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Les premières expériences de Steve en studio avec son meilleur ami Sebastian Ingrosso donne naissance aux titres Freshly Squeezed et Echo Vibes sortis sur le label Joia Records. Cette étape marque un changement dans la carrière de Steve Angello. C'est à ce moment qu'il se découvre une nouvelle passion pour la musique house, fortement influencé par les Daft Punk, son modèle de l'époque. Echo Vibes est rapidement remixé par Eric Prydz, devenu un ami. En 2003, Angello lance son propre label discographique, Size Records[1] sur lequel il signera son frère[6]. La même année, il fait paraître son premier album studio solo intitulé Tracks au label allemand Konvex | Konkav[1].

Depuis 2005, Steve Angello et Sebastian Ingrosso forment le groupe Buy Now. Ils sortent For Sale en 2005 et plus récemment Body Crash en 2008 qui contient un sample du morceau Let's All Chant de Michael Zager Band. En 2005 surtout, avec Sebastian Ingrosso, Axwell il fonde la Swedish House Mafia, Eric Prydz l'ayant quittée.

Swedish House Mafia (2005–2013)[modifier | modifier le code]

Steve Angello, Sebastian Ingrosso et Axwell sont connus dans le monde de la musique électronique pour la qualité de leurs sets et de leurs productions. Steve Angello collaboré avec David Guetta pour produire le tube Baby When The Light avec la voix de la chanteuse britannique Cozi Costi. Il remixe le tube Show Me Love de Robin S en 2009 avec son ami Laidback Luke (en se basant sur le bootleg original de Hardwell). En 2009, il quitte son pays d'origine, la Suède, pour s'installer à Los Angeles. Pour Steve Angello, 2009 est la meilleure année de sa carrière[7]. Il sort les albums intitulés The Yearbook (dix titres + bonus) et Size: First Dimension (14 titres + bonus).

En 2012, il produit notamment avec Sebastian Ingrosso le tube de will.i.am et Eva Simons - This Is love. Après la séparation de la Swedish House Mafia à l'Ultra Music Festival, Steve Angello poste, tout comme Axwell, une vidéo interactive de son prochain single intitulé I/O en versus contre Wayne & Woods.

Retour en solo et premier album[modifier | modifier le code]

Quelques mois plus tard il sort sur Beatport la chanson très attendue SLVR (abréviation du mot anglais silver) en versus contre les deux frères russes Matisse & Sadko. Cette chanson est jouée durant toute la tournée de la Swedish House Mafia[réf. souhaitée] et atteint la première place du Top 100 Beatport en trois semaines. Dans une interview donnée en août pour le magazine américain Forbes, il annonce qu'un nouvel album solo prévu pour 2014 comprenant Wasted Love. Le clip de ce titre est diffusé en avant-première sur les écrans géants de Times Square[6]. En mars 2014, Size Records, son label, célèbre ses dix ans d'existence avec la publication d'un centième album gratuitement téléchargeable sur Google Play aux États-Unis, et sur WeTransfer & Box à l'international[8].

Second album[modifier | modifier le code]

Le 30 janvier 2015, SB Projects, label de management géré par Scooter Braun, annonce sa collaboration avec Steve Angello, après l'avoir signé le 23 janvier. Steve Angello sort un second album studio, Wild Youth ; annoncé à l'origine pour 2014 chez Columbia Records, il est commercialisé l'année suivante[9]. Dans une interview donnée précédemment au DJ Magazine France, il dit lui-même que ce nouvel album est une sorte de récit de toute sa vie personnelle[3]. Durant l'été 2015, il se produit à l'Ultra Music Festival ainsi qu'à Tomorrowland, tout comme ses anciens partenaires Axwell Λ Ingrosso.

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Steve Angello.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) « Steve Angello Biography », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2015).
  2. (en) « DJ Mag Top 100 2014 », sur DJ Mag (consulté le 25 mars 2015).
  3. a et b Rambaud - DJ Mag 2014, p. 28
  4. (en) « AN21 & STEVE ANGELLO: IT’S A FAMILY AFFAIR », sur Tryst (consulté le 25 mars 2015).
  5. a et b (en) Kia Makarechi, « Steve Angello On Why Swedish House Mafia Broke Up, New Music & What New Fans Don't Understand », sur Huffington Post,‎ (consulté le 25 mars 2015).
  6. a, b et c Rambaud - DJ Mag 2014, p. 27
  7. (en) « 20. Steve Angello », sur DJ Mag (consulté le 25 mars 2015).
  8. (en) « Steve Angello presents Size In The Park » (consulté le 26 mars 2015).
  9. (en) Scott Lombardo, « Steve Angello Announces Release Date for New Album, Wild Youth », sur EDM Tunes,‎ (consulté le 25 mars 2015).

Source[modifier | modifier le code]

  • Ludovic Rambaud, « Steve Angello : nouveau départ », DJ Magazine (Belgique), Lyon, no 6,‎ septembre - octobre 2014, p. 26 à 29 (ISSN 2271-006x) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]