Statistiques et records du Stade rennais football club

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article principal : Stade rennais football club.

Cet article détaille divers records et statistiques relatifs au Stade rennais football club.

Bilan général en compétition[modifier | modifier le code]

Le graphique ci-contre présente l'évolution du classement du Stade rennais dans les divisions professionnelles depuis 1932.

Le Stade rennais FC évolue dans le championnat professionnel depuis sa création en 1932. À l'été 2019, il a disputé un total de 62 saisons en Ligue 1 (anciennement nommée National puis Division 1) et 19 saisons en Ligue 2 (anciennement Division 2), sans jamais descendre en dessous de cet étage[1]. La meilleure performance du Stade rennais sur une saison de Ligue 1 est une quatrième place obtenue en 1949, 1965, 2005 et 2007[2]. La plus mauvaise en Division 2 est une douzième place occupée dans le Groupe B de la deuxième division à l'issue de la saison 1977-1978. Le record de saisons consécutives disputées en Ligue 1 est de 25, série en cours depuis la dernière montée du club en D1 en 1994[1].

Le Stade rennais FC dispute la Coupe de France depuis la création de la compétition en 1917. Au total, il compte 99 participations à l'épreuve, ayant manqué trois éditions lors de son retrait des compétitions régionales et nationales entre 1929 et 1932. L'épreuve a été remportée par trois fois (1965, 1971 et 2019). Le club a disputé sept finales, quinze demi-finales et vingt-quatre quarts de finale[3].

Enfin, le club a disputé des coupes européennes lors de dix saisons différentes. Ses participations à la Coupe des vainqueurs de coupe sont consécutives aux victoires acquises en Coupe de France. Le droit de disputer la Coupe Intertoto est acquis par le biais de bons classements en championnat, et ce à quatre reprises. Une seule fois seulement, le Stade rennais parvient à se qualifier par le biais de cette coupe pour la Coupe UEFA. Cette dernière est également disputée à quatre autres reprises grâce aux quatrièmes places obtenues en championnat en 2005 et 2007, la cinquième place obtenue en 2018, ainsi que grâce à la sixième place obtenue en 2011.

Le récapitulatif des matchs disputés par le Stade rennais FC dans les différentes compétitions, à l'issue de la saison 2018-2019, s'établit comme suit. Pour les matchs de coupes, ni les tirs au but ni les tirages au sort ne sont pris en compte. La Coupe de la Ligue est comptabilisée à partir de l'édition 1994-1995.

Bilan du Stade rennais FC en championnat[4] et coupes (juin 2019)[note 1]

Championnat Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Division 1 / Ligue 1 62 0 2232 768 584 880 2295 3307 -1012
Division 2 / Ligue 2 19 2 684 357 167 160 1176 680 +496
Divers[note 2] 11 - 26 7 3 16 27 47 -20
Coupes nationales Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Coupe de France[3] 99 3 345 205 45 95 807 454 +353
Coupe de la Ligue[5] 25 0 51 24 7 20 72 75 -3
Trophée des champions 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Challenge des champions 2 1 2 0 1 1 4 6 -2
Coupe Drago[6] 11 0 17 5 2 10 33 42 -9
Coupes d'Europe de l'UEFA Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Coupe UEFA / Ligue Europa (C3) 5 0 36 13 7 16 49 53 -4
Coupe des vainqueurs de coupe (C2) 2 0 4 0 2 2 1 4 -3
Coupe Intertoto (1995-2008) 4 0 16 6 3 7 23 20 +3
Total - 6 3413 1385 821 1207 4487 4688 -201
Légende : J = joués, G = gagnés, N = nuls, P = perdus, Bp = buts pour, Bc = buts contre, Diff = différence de buts.

Statistiques individuelles[modifier | modifier le code]

Matchs disputés[modifier | modifier le code]

Romain Danzé totalise près de 400 matchs avec le Stade rennais FC.

Le joueur ayant disputé le plus grand nombre de matchs sous le maillot du Stade rennais FC est Yves Boutet[7], avec 394 rencontres officielles. Boutet ayant évolué pendant deux saisons en deuxième division au début de sa carrière rennaise (pour un total de 46 matchs), il n'est en revanche pas le détenteur du record de matchs joués en Division 1. C'est son dauphin Romain Danzé qui détient ce record avec 323 rencontres disputées dans l'élite. Cinq joueurs parmi les dix les plus capés font partie de l'une, l'autre ou des deux équipes ayant remporté la Coupe de France 1965 et Coupe de France 1971. Enfin, les sept premiers de ce classement sont tous nés en Bretagne ou dans des départements limitrophes, à l'exception de René Cédolin[note 3].

Nombre de matchs en compétition officielle (au 24 mai 2019)[8]
Rang Joueur Matchs Période
1 Yves Boutet 394 1955-1967
2 Romain Danzé 376 2006-2019
3 René Cédolin 367 1959-1972
4 Louis Cardiet 328 1963-1973
5 François Denis 324 1987-1997
6 Pierrick Hiard 323 1973-1977 puis 1983-1991
7 Robert Hennequin 275 1941-1951
8 Alain Cosnard 261 1968-1975
9 André Bordier 256 1936-1940 puis 1942-1948
10 Benoît Costil 255 2011-2017
Louis Pinat 1949-1958

Buteurs[modifier | modifier le code]

Meilleurs buteurs en carrière[modifier | modifier le code]

Mahi marque 88 buts pour le Stade rennais entre 1956 et 1962.

Le buteur le plus prolifique du club toutes compétitions officielles confondues est Jean Grumellon avec 154 réalisations. Il est également le meilleur buteur du club en Division 1 avec 107 buts[2]. Ceux-ci ont tous été marqués pendant la période 1947-1952, les deux saisons du second passage de Jean Grumellon au Stade rennais ayant été disputées en Division 2.

Parmi les dix meilleurs buteurs de l'histoire du Stade rennais figurent trois joueurs étrangers : l'Algérien Mahi[note 4], l'Espagnol José Caeiro et le Néerlandais Erik van den Boogaard.

Meilleurs buteurs en compétition officielle[8]
Rang Joueur Buts Période
1 Jean Grumellon 154 1947-1952 puis 1954-1956
2 Daniel Rodighiero 125 1964-1970
3 Mahi 88 1956-1962
4 José Caeiro 83 1953-1957
5 Giovanni Pellegrini 79 1959-1967
6 Hervé Guermeur 58 1968-1977
7 Erik van den Boogaard 55 1988-1990
Serge Lenoir 1968-1972
9 Antoine Cuissard 53 1955-1959
Mario Relmy 1982-1987

Meilleurs buteurs par saison[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les meilleurs buteurs du club lors de chaque saison, toutes compétitions confondues depuis 1932, période correspondant à la Seconde Guerre mondiale exceptée.

Jean Grumellon détient le record du nombre de titres de meilleur buteur du club, avec cinq occurrences (de 1948 à 1952 sans interruption). Il partage cette performance avec Daniel Rodighiero, mais ce dernier a dû partager ce titre une fois[note 5]. Suivent José Caeiro, Laurent Pokou et Mario Relmy (titre également partagé une fois pour ces deux derniers). En 1939, József Ebner est le joueur ayant marqué le plus de but sur une seule saison, avec 34 réalisations. Sur une saison où le Stade rennais évolue en Ligue 1, ce record est détenu par Jean Grumellon (1948) et Daniel Rodighiero (1965) avec 31 buts.

Grumellon (1950) fait partie des quatre joueurs à avoir obtenu le titre de meilleur buteur du championnat de France sous le maillot rennais, avec Walter Kaiser (1933), Stéphane Guivarc'h (1997) et Alexander Frei (2005).

Chronologie des buteurs en Ligue 1[modifier | modifier le code]

À l'issue de la saison 2017-2018, le Stade rennais FC a inscrit 2 940 buts en première division du Championnat de France de football, depuis le premier, marqué le par l'Allemand Walter Kaiser. Le tableau ci-dessous présente une chronologie de ces buts.

Buteurs en Ligue 1[9]
Rang Buteur Date
100e Drapeau : France Georges Rose
200e Flag of Germany (1935–1945).svg Walter Vollweiler
300e Drapeau : France Henri Guérin
400e Drapeau : France Jean Grumellon
500e Drapeau : France Jean Combot
600e Drapeau : France Jean Prouff
700e Drapeau : France Roger Vialleron
800e Drapeau : France Théo
900e Drapeau : France Guy Hernas
1000e Drapeau : France Yvon Goujon
Rang Buteur Date
1100e Drapeau : France Daniel Rodighiero
1200e Drapeau : France Daniel Rodighiero
1300e Drapeau : France Georges Calmettes
1400e Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Ilija Lukić
1500e Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Zdenko Kobešćak
1600e Drapeau : France Daniel David
1700e Drapeau : Côte d'Ivoire Laurent Pokou
1800e Drapeau : France Mario Relmy
1900e Drapeau : France Jean-Christophe Thomas
2000e Drapeau : France Stéphane Guivarc'h
Rang Buteur Date
2100e Flag of the Democratic Republic of the Congo (1997-2003).svg Shabani Nonda
2200e Drapeau : France Christophe Le Roux
2300e Drapeau : Suède Kim Källström
2400e Drapeau : Suède Kim Källström
2500e Drapeau : France Mickaël Pagis
2600e Drapeau : Norvège Alexander Tettey
2700e Drapeau : Mali Fantamady Diarra
2800e Drapeau : France Habib Habibou
2900e Drapeau : France Benjamin Bourigeaud

Records collectifs[modifier | modifier le code]

Premières[modifier | modifier le code]

Matchs[modifier | modifier le code]

Buteurs[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Matchs et saisons[modifier | modifier le code]

Victoires
Buts
  • Buts marqués en une saison de Ligue 1
Le plus : 80 (1965-1966, 38 matchs)
Le moins : 20 (1986-1987, 38 matchs)
  • Buts encaissés en une saison de Ligue 1
Le moins : 30 (2006-2007, 38 matchs)
Le plus : 85 (1951-1952, 34 matchs)
  • Différence de buts en une saison de Ligue 1
La meilleure : +19 (1964-1965, 34 matchs)
La pire : -38 (1986-1987, 38 matchs)
Défaites
Points
  • Le plus de points en une saison de Ligue 1
Victoire à 3 points : 61 (2008-2009, 38 matchs)
Victoire à 2 points : 42[note 8] (1965-1966, 38 matchs)
  • Le moins de points en une saison de Ligue 1
Victoire à 3 points : 36 (1997-1998, 34 matchs)
Victoire à 2 points : 17 (1986-1987, 38 matchs)
  • Victoires en une saison de Ligue 1
Le plus : 18 (1965-1966 et 2005-2006, 38 matchs)
Le moins : 5 (1986-1987, 38 matchs)
  • Défaites en une saison de Ligue 1
Le moins : 7 (2008-2009, 38 matchs)
Le plus : 26 (1986-1987, 38 matchs)
  • Matchs nuls en une saison de Ligue 1
Le plus : 17 (1991-1992, 38 matchs)
Le moins : 4 (1936-1937, 30 matchs)

Séries[modifier | modifier le code]

  • Plus grand nombre de saisons consécutives en Ligue 1 : 26 (de la saison 1994-1995 à la saison 2019-2020, série en cours)
  • Plus grand nombre de victoires consécutives en Ligue 1 : 8 (saison 2005-2006, de la 27e à la 34e journée)
  • Plus grand nombre de défaites consécutives en Ligue 1 : 9 (saison 1986-1987, de la 30e à la 38e journée)
  • Plus grand nombre de matchs consécutifs de Ligue 1 sans défaite : 18 (saison 2008-2009, de la 3e à la 20e journée)
  • Plus grand nombre de matchs consécutifs de Ligue 1 sans victoire : 19 (saison 1976-1977, de la 16e à la 34e journée ; et saison 1991-1992, de la 18e à la 36e journée)

Transferts[modifier | modifier le code]

Le transfert de Severino Lucas en 2000 est le plus onéreux de l'histoire du Stade rennais.

C'est lors de l'été 2000 que le Stade rennais a conclu les transferts les plus onéreux de son histoire. Le recrutement le plus cher est celui de l'attaquant brésilien Severino Lucas, dont l'indemnité de transfert a atteint 140 millions de francs, soit plus de 21 millions d'euros, en provenance de l'Atlético Paranaense[10].

À l'inverse, la somme la plus importante perçue par le Stade rennais lors d'un transfert l'a été dans le cadre du transfert de l'attaquant congolais Shabani Nonda à l'AS Monaco lors du même été 2000, avec une indemnité de transfert de 150 millions de francs, soit près de 23 millions d'euros. Deux ans auparavant, Nonda avait été recruté en provenance du FC Zurich contre une indemnité de transfert de 40 millions de francs (6 millions d'euros environ)[11].

Affluences[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Roazhon Park.

Record d'affluence[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule l'évolution du record d'affluence du Roazhon Park (nommé stade de la route de Lorient de 1912 à 2015) à l'occasion de rencontres du Stade rennais depuis la saison 1946-1947[note 9]. Le record actuel est de 29 490 spectateurs, marque établie à l'occasion d'une rencontre de Ligue 1 disputée le contre l'Olympique de Marseille (victoire du Stade rennais par trois buts à deux).

Pendant près de quarante ans, le record est détenu par un match de Division 1 ayant opposé le Stade rennais au FC Nantes le . La rencontre oppose alors le vainqueur sortant de la Coupe de France (Rennes) au champion de France en titre (Nantes), et se solde par une victoire rennaise par deux buts à zéro. Ce record est battu en 2004, la rénovation du stade de la route de Lorient ayant alors considérablement augmenté le nombre de places assises.

Quant au record d'affluence pour un match du Stade rennais, tous stades confondus, il est détenu par la finale de la Coupe de France 2009, disputée au stade de France devant 80 056 spectateurs[12], ce qui est également le record de ce stade pour un match de football[13].

Spectateurs Adversaire Compétition Date
11 400[14] RC Lens Division 1
17 414[15] Lille OSC Division 1
18 648[15] Olympique de Marseille Division 1
18 817[16] Lille OSC Division 1
21 397[17] Stade de Reims Division 1
23 632[18] UA Sedan-Torcy Division 1
24 899[19] Stade de Reims Division 1
26 246[20] Stade de Reims Division 1
28 148[21] FC Nantes Division 1
28 525[22] FC Metz Ligue 1 [note 10]
29 164[23] AS Saint-Étienne Ligue 1
29 345[24] FC Nantes-Atlantique Ligue 1
29 490[25] Olympique de Marseille Ligue 1

Affluence moyenne par saison[modifier | modifier le code]

La capacité d'accueil du Roazhon Park, ici dans sa forme actuelle, est fortement augmentée à la suite de sa rénovation entre 1999 et 2004.

L'affluence moyenne record sur une saison est réalisée lors de la saison 2007-2008 avec 25 640 spectateurs de moyenne lors des rencontres de Ligue 1. Ainsi que le montre le graphique ci-dessous, les affluences moyennes ont significativement augmenté depuis le milieu des années 1990, suivant la progression sportive du club, mais bénéficiant surtout de la rénovation du Roazhon Park, qui porte sa capacité d'accueil à un peu moins de 30 000 places assises à partir de 2004. À compter de cette date, l'affluence moyenne augmente, jusqu'à dépasser la barre des 25 000 spectateurs, avant de diminuer progressivement de 2008 à 2013, avant de remonter depuis[26].

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile du Stade rennais depuis 1963
Légende : point noir = saison en première division, point rouge = saison en deuxième division.


Récompenses[modifier | modifier le code]

Trophées UNFP[modifier | modifier le code]

Petr Čech, désigné « Gardien d'or » de Ligue 1 en 2004 par France Football.

Depuis 1994, l'UNFP décerne à l'issue de chaque saison ses trophées récompensant notamment joueurs et entraîneurs[27].

Trophées France Football[modifier | modifier le code]

Article détaillé : France Football.

Depuis les années 1950, le magazine France Football décerne à la fin de chaque année civile et de chaque saison divers trophées récompensant notamment joueurs et entraîneurs[32].

Enfin, le club reçoit à titre collectif quelques récompenses de la part du magazine. Il est désigné en 2008 comme le club ayant la meilleure politique de jeunes, et est salué en 1998 pour sa politique de recrutement[33].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce bilan ne tient pas compte des saisons de guerre, de 1939-1940 à 1944-1945, exception faite de la Coupe de France.
  2. Cette catégorie comprend les matchs de barrage D1-D2 disputés par le Stade rennais en 1953, 1955, 1957, 1980, 1985, 1989, 1992 et 1993 ; et les matchs pour la désignation du champion de France de Division 2 en 1976, 1983 et 1990.
  3. Yves Boutet et Pierrick Hiard sont nés à Rennes, Louis Cardiet à Quimperlé et Romain Danzé à Douarnenez (Finistère), François Denis à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et Alain Cosnard à La Roë (Mayenne), René Cédolin étant né quant à la lui à Mantes-la-Jolie (Seine-et-Oise).
  4. À ceci près que Mahi commence sa carrière avec la nationalité française, l'Algérie n'ayant alors pas acquis son indépendance. Il obtient d'ailleurs deux sélections en équipe de France, puis portera les couleurs de l'Algérie après l'indépendance.
  5. Titre partagé avec Silvester Takač en 1968-1969
  6. a et b Est de nationalité sportive française lorsqu'il obtient ses deux titres de meilleur buteur. Ce n'est qu'à l'issue de la saison 1961-1962 que l'Algérie devient indépendante et que Mahi intègre l'équipe nationale
  7. Est de nationalité sportive française lorsqu'il obtient son titre de meilleur buteur, la plus haute sélection dont Sow avait alors défendu les couleurs étant l'équipe de France espoirs. La saison suivante, il devient de nationalité sportive sénégalaise après avoir été appelé en équipe du Sénégal
  8. En 1973-1974, le Stade rennais termine la saison avec 43 points, mais trois de ces points sont dus à un bonus offensif attribué à chaque fois qu'une équipe inscrivait au moins trois buts lors d'une même rencontre
  9. Avant cette date, les affluences restent pour leur grande majorité inconnues
  10. Match choisi pour servir de cadre aux festivités d'inauguration du stade de la route de Lorient rénové durant cinq ans et demi

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Historique du Stade rennais FC », sur footballenfrance.fr (consulté le 31 mars 2010)
  2. a et b Guide de la saison 2009-2010, France Football no 3304, 4 août 2009, p. 59
  3. a et b « Historique du Stade rennais en Coupe de France », sur stade-rennais-online.com (consulté le 31 mars 2010)
  4. « Historique du Stade rennais FC », sur lfp.fr (consulté le 30 mars 2010). Statistiques complétées avec Loire 1994 pour les saisons de Division 2 antérieures à 1945.
  5. « Historique du Stade rennais en Coupe de la Ligue », sur lfp.fr (consulté le 31 mars 2010)
  6. (en) Erik Garin, « France - Coupe Charles Drago », sur rsssf.com, (consulté le 31 mars 2010)
  7. Loire 1994, p. 449
  8. a et b Loire 1994
  9. Loire 1997, p. 52
  10. Pascal Ferré, « Rennes, l'impossible phare ouest », France Football no 2905, 11 décembre 2001, p. 36
  11. « Shabani Nonda, la perle africaine », Collectif 2001, p. 59
  12. « Feuille de match de la finale de la Coupe de France 2008-2009 », sur fff.fr (consulté le 2 avril 2010)
  13. Rachel Pretti, « Stade de France : 15 ans et des tourments », France Football no 3485, 22 janvier 2013, p. 29
  14. Loire 1994, p. 230
  15. a et b Loire 1994, p. 241
  16. Loire 1994, p. 251
  17. Loire 1994, p. 260
  18. Loire 1994, p. 269
  19. Loire 1994, p. 292
  20. Loire 1994, p. 301
  21. Loire 1994, p. 322
  22. « Feuille de match de Stade rennais - FC Metz du 23 octobre 2004 », sur lfp.fr (consulté le 2 avril 2010)
  23. « Feuille de match de Stade rennais - AS Saint-Étienne du 16 avril 2005 », sur lfp.fr (consulté le 2 avril 2010)
  24. « Feuille de match de Stade rennais - FC Nantes-Atlantique du 7 août 2005 », sur lfp.fr (consulté le 2 avril 2010)
  25. « Feuille de match de Stade rennais - Olympique de Marseille du 20 août 2005 », sur lfp.fr (consulté le 2 avril 2010)
  26. « Statistiques des affluences à domicile du Stade rennais », sur footballstats.fr (consulté le 14 juin 2015)
  27. (en) Erik Garin, « France - Les Oscars du Football », sur rsssf.com, (consulté le 2 avril 2010)
  28. « Ousmane Dembélé, meilleur espoir de Ligue 1 », sur lequipe.fr, (consulté le 8 mai 2016)
  29. « L'équipe type de L1 », sur francefootball.fr, (consulté le 9 mai 2010)
  30. « Yann M'Vila sélectionné dans l'équipe type de Ligue 1 UNFP », sur rennes.lemensuel.com, (consulté le 30 mai 2011)
  31. « Palmarès du trophée du joueur du mois », sur unfp.fr (consulté le 2 avril 2010)
  32. (en) Erik Garin, José Luis Pierrend, « France - Footballer of the Year », sur rsssf.com, (consulté le 2 avril 2010)
  33. a et b « Tableau d'honneur », France Football no 3375, 14 décembre 2010, p. 28 et 29

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cette bibliographie présente quelques ouvrages de référence. Ceux utilisés pour la rédaction de cet article sont suivis du symbole Document utilisé pour la rédaction de l’article.

  • (fr) Claude Loire, Le Stade rennais, fleuron du football breton 1901-1991, Rennes, Éditions Apogée, , 488 p. (ISBN 2-909275-40-X) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Claude Loire, Le Stade rennais, fleuron du football breton, volume II : 1991-1997, Rennes, Éditions Apogée, , 104 p. (ISBN 2-84398-000-3)
  • (fr) Collectif, 100 ans en Rouge et Noir : L'Histoire du Stade rennais, Hors-série Ouest-France, , 64 p.