Henri Combot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Combot.

Henri Combot
Image illustrative de l’article Henri Combot
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance
Lieu Saint-Pol-de-Léon (France)
Décès (à 91 ans)
Lieu Plougastel-Daoulas (France)
Période pro. 1941-1951
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
0 Drapeau : France ES Kreisker
0000-1941 Drapeau : France UC Angers
Parcours amateur
Saisons Club
1943-1945 Drapeau : France ES Kreisker
1951- Drapeau : France Stade brestois
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1941-1943 Drapeau : France Stade rennais UC 41 (19)
1945-1949 Drapeau : France Stade rennais UC 66 (32)
1949-1951 Drapeau : France US Le Mans0? 0(?)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Henri Combot, né le à Saint-Pol-de-Léon et mort le à Plougastel-Daoulas[1], est un footballeur français. Attaquant, il évolue chez les professionnels avec le Stade rennais durant les années 1940, puis à l'Union sportive du Mans jusqu'au début des années 1950.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Saint-Pol-de-Léon le [2], Henri Combot est le frère de Jean Combot, lui aussi footballeur professionnel[3]. Il débute à l'ES Kreisker, l'un des clubs de sa ville natale, avant de rejoindre l'UC Angers. En 1941, il est recruté par le club professionnel du Stade rennais[2].

Henri Combot participe ainsi avec le Stade rennais au championnat de France de guerre, versé dans la poule de zone occupée. L'attaquant fait ses débuts professionnels le , lors d'un déplacement du Stade rennais au stade des Bruyères contre le FC Rouen. Il marque à cette occasion l'un des quatre buts de la victoire rennaise. Positionné sur l'aile gauche, il inscrit neuf buts pour cette première saison rennaise, et termine meilleur buteur de son équipe[4], avant d'en marquer huit la saison suivante[5]. En 1943, le professionnalisme est aboli dans les clubs français, et un championnat d'équipes fédérales se met en place. Henri Combot n'y participe pas, et retourne alors dans les rangs amateurs, à l'ES Kreisker, chez lui à Saint-Pol-de-Léon. Il y reste jusqu'en 1945[3].

La Division 1 reprend ses droits pour la saison 1945-1946, et Henri Combot retourne alors au Stade rennais. Peu aligné par François Pleyer lors de la première partie de saison, il se voit d'abord préférer Robert Hauvespre sur l'aile gauche, mais finit par retrouver sa place de titulaire[6]. Il marque un total de sept buts lors de cet exercice, le troisième total de l'effectif derrière Joseph Rabstejnek et Henri Guérin[7]. Lors de la saison 1946-1947, alors que son frère Jean le rejoint sous les couleurs rennaises, Henri Combot réussit sa meilleure saison sur le plan comptable, en marquant onze buts[3],[8].

Les deux saisons suivantes, en 1947-1948 et 1948-1949, Henri Combot est moins utilisé par François Pleyer. Il est victime de l'arrivée du jeune attaquant malouin Jean Grumellon, qui devient un titulaire quasiment indéboulonnable sur le côté gauche. Combot est alors replacé au centre mais, paradoxalement, marque moins[9],[10]. Néanmoins, le , il inscrit un triplé face au Nîmes Olympique, lors d'un seizième de finale de Coupe de France joué au Parc Lescure de Bordeaux[11]. En 1949, après n'avoir disputé que cinq rencontres de championnat la saison précédente, il quitte le Stade rennais pour rejoindre l'Union sportive du Mans, en Division 2, et y joue durant deux ans[3]. Sa fin de carrière est néanmoins gâchée par une blessure persistante au genou, à l'instar de son frère[12]. En 1951, il finit par retrouver le statut amateur, en signant au Stade brestois, créé un an plus tôt. Il devient alors le premier « gros transfert » du club brestois selon le journal Le Télégramme[13].

Il meurt au début du mois de , dans le Finistère, à l'âge de 91 ans[14].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les statistiques d'Henri Combot durant sa carrière professionnelle[3],[15].

Statistiques d'Henri Combot
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Total
Division M B M B M B
1941 - 1942 Drapeau de la France Stade rennais D1 15 9 3 0 18 9
1942 - 1943 Drapeau de la France Stade rennais D1 20 8 3 2 23 10
1945 - 1946 Drapeau de la France Stade rennais D1 17 7 1 0 18 7
1946 - 1947 Drapeau de la France Stade rennais D1 22 11 1 0 23 11
1947 - 1948 Drapeau de la France Stade rennais D1 12 4 5 6 17 10
1948 - 1949 Drapeau de la France Stade rennais D1 5 2 3 2 8 4
1949 - 1950 Drapeau de la France US Le Mans D2 - - - - 0 0
1950 - 1951 Drapeau de la France US Le Mans D2 1 0 0 0 1 0
Total sur la carrière 92 41 16 10 108 51

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Loire, L'encyclopédie du Stade rennais, 2015, Éditions Apogée, p. 169
  2. a et b Claude Loire, Le Stade rennais, fleuron du football breton, volume II : 1991-1997, Éditions Apogée, 1997, p. 62
  3. a b c d et e « Henri Combot », sur stade-rennais-online.com (consulté le 4 novembre 2012)
  4. Claude Loire, Le Stade rennais, fleuron du football breton 1901-1991, Éditions Apogée, 1994, p. 203
  5. Claude Loire, op. cit., p. 207
  6. Claude Loire, op. cit., p. 227
  7. Claude Loire, op. cit., p. 226
  8. « Jean Combot », sur stade-rennais-online.com (consulté le 4 novembre 2012)
  9. Claude Loire, op. cit., p. 237
  10. Claude Loire, op. cit., p. 242
  11. Claude Loire, op. cit., p. 236
  12. Jean-Paul Ollivier, L'aventure du football en Bretagne, Éditions Palantines, 2009, p. 52
  13. « Henri Combot, premier gros transfert », sur lamareerouge.blogspot.fr, Le Télégramme, le 3 avril 1951, (consulté le 4 novembre 2012)
  14. « Carnet : Henri Combot n'est plus », sur stade-rennais-online.com, (consulté le 9 juin 2013)
  15. « Henri Combot », sur footballdatabase.eu (consulté le 4 novembre 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]