Philippe Redon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Philippe Redon
Image illustrative de l’article Philippe Redon
Biographie
Nom Philippe Germain André Redon
Nationalité Français
Naissance
Gorron (France)
Décès (à 69 ans)
Rennes (France)
Taille 1,75 m (5 9)
Période pro. 1971-1986
Poste Attaquant
Parcours junior
Années Club
0000-1970 US Avranches
1970-1971 Stade rennais FC
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1971-1975 Stade rennais FC 050 (11)
1975-1976 Red Star 036 0(9)
1976-1978 Paris Saint-Germain 076 0(9)
1978-1979 Girondins de Bordeaux 039 0(2)
1979-1980 FC Metz 038 0(7)
1980-1983 Stade lavallois 103 (12)
1983-1985 FC Rouen 030 0(4)
1985 ASCS Tahiti
1985-1986 AS Saint-Étienne 005 0(2)
1986-1987 FC Saint-Lô
1987-1988 US Créteil
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1988-1989 US Créteil
1989-1990 RC Lens
1990-1991 US Créteil
1991-1992 Cameroun
2000 Liberia
2002-2007 Stade rennais FC (adjoint)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 12 mai 2020

Philippe Redon, né le à Gorron en Mayenne et mort le à Rennes[1], est un joueur et un entraîneur de football français. Attaquant à ses débuts, il recule ensuite au milieu de terrain, avant d'entamer une carrière d'entraîneur à la fin des années 1980.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mayennais d'origine, licencié à l'US Avranches en DH Ouest, il intègre l'équipe de France juniors à 19 ans.

Philippe Redon est un cas à part dans le football professionnel[2]. Il est docteur en pharmacie de l'Université de Rennes, après avoir été formé au Stade rennais. Il fait ses débuts avec l'équipe réserve comme ailier, avant de débuter dans l'équipe professionnelle lors de la saison 1971-1972. Il marque le but égalisateur face aux Glasgow Rangers lors de la Coupe des Coupes.

Il est chassé du Stade rennais par Bernard Lemoux avec les autres intellos du club : Raymond Kéruzoré, Loïc Kerbiriou et Yves Le Floch en 1975[3].

Philippe Redon poursuit sa carrière de joueur dans de nombreux clubs différents, tout en continuant ses études : le Red Star, le PSG, Bordeaux, Metz, Laval[4], Rouen, Tahiti, Saint-Étienne, Saint-Lô et enfin Créteil. Adroit, rapide, efficace, clairvoyant et intelligent, il n'est cependant jamais sélectionné en équipe de France[2].

Fort de plus de 300 matches dans l’élite, Philippe Redon prend sa retraite à la fin des années 1980 pour entraîner la dernière équipe dont il a porté le maillot, Créteil. En 1989, il prend les rênes du Racing Club de Lens pour une demi-saison, saison durant laquelle les Sang et Or finissent bon derniers du classement de Première Division.

Durant les années 1990, il s'exile, pour devenir le sélectionneur du Cameroun[5]. Il emmène les Lions Indomptables en demi-finale de la CAN 1992. Également sélectionneur des Espoirs camerounais, il remporte le tournoi de football des Jeux africains de 1991. En 2000, il dirige le Liberia[6] pendant deux matches.

En 2002, il rejoint le Stade rennais en tant qu’adjoint de Vahid Halilhodžić. Il conserve ensuite son poste sous l’ère Bölöni jusqu’à l’été 2006, date de fin de son contrat. Après avoir reçu plusieurs propositions, dont une venant de la fédération du Mali, Philippe Redon accepte de poursuivre l’aventure au Stade rennais. Seul titulaire de DEPF (Diplôme d’Entraîneur Professionnel de Football) dans l’encadrement technique des Rouge et Noir, il est officiellement l’entraîneur du Stade rennais. Même si dans la nouvelle organisation de l’encadrement du club breton c’est Pierre Dréossi qui mène le bateau, Philippe Redon n’en garde pas moins une place importante dans l’organigramme du Stade rennais.

En , avec l’arrivée de Guy Lacombe à la tête de l’équipe première, Philippe Redon est remercié[7].

Après l'avoir été occasionnellement sur France Télévisions au début des années 2000, il est désormais consultant sur TV5 Monde, en Afrique et Amérique Latine.

Le , il meurt à l'âge de 69 ans à Rennes. Redon avait également occupé le poste d'instructeur à la FIFA[8].

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Disparition de Philippe Redon », sur www.staderennais.com, (consulté le )
  2. a et b Michel Jouneaux, Le Stade lavallois, une histoire, Silöe, 1994, p. 215.
  3. Yann Dey-Helle, « Saison 74/75: la chasse aux sorcières est ouverte au Stade Rennais », sur Dialectik Football, (consulté le )
  4. Son grand-père est un ami d'enfance d'Henri Bisson.
  5. Lions indomptables : 21 changements d’entraîneurs en 22 ans, www.mboafootball.com, 19 septembre 2012.
  6. Philippe Redon sélectionneur du Libéria, www.letelegramme.fr, 28 février 2000.
  7. « Philippe Redon », sur Stade Rennais Online (consulté le )
  8. Philippe Redon est mort, sur L'Équipe, 12 mai 2020.
  9. « Fiche de Philippe Redon », sur footballdatabase.eu.

Liens externes[modifier | modifier le code]