François Omam-Biyik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

François Omam-Biyik
Image illustrative de l’article François Omam-Biyik
Omam-Biyik marquant de la tête face à l'Argentine en match d'ouverture du Mondiale 1990.
Biographie
Nationalité Camerounais
Français
Nat. sportive Camerounais
Naissance (57 ans)
Sackbayémé (Cameroun)
Taille 1,84 m (6 0)
Période pro. 1984 - 2000
Poste Attaquant
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1984-1986 Pouma FC
1986-1987 Canon Yaoundé
1987-1990 Stade lavallois 081 (37)
1990-1991 Stade rennais 038 (14)
1991-1992 AS Cannes 035 0(7)
1992 Olympique de Marseille 002 0(1)
1992-1994 RC Lens 053 (18)
1994-1997 Club América 075 (49)
1997 Atlético Yucatán 021 (10)
1997-1998 Sampdoria Gênes 006 0(0)
1998-1999 Telamon FC
1999 CF Puebla 017 0(5)
1999-2000 LB Châteauroux 003 0(0)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1985-1998 Cameroun 073 (26)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).
Dernière mise à jour : 1 octobre 2022

François Omam-Biyik, né le à Sackbayémé au Cameroun, est un footballeur international camerounais qui évolue au poste d'avant-centre dans les années 1980 et 1990.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1985, avec la sélection Espoirs du Cameroun, il est le premier Africain à être élu meilleur joueur du Tournoi de Toulon[1], qu'il disputera de nouveau en 1986[2]. C'est lors de ce tournoi qu'il séduit Michel Le Milinaire, entraîneur historique du Stade lavallois, après avoir été indiqué par Claude Le Roy[3].

Élégant et brillant technicien, excellent joueur de tête, il réalise l'essentiel de sa carrière en club en France, portant les couleurs du Stade lavallois[4], du Stade rennais (qui le recrute pour 5 millions de francs), de l'AS Cannes où il côtoie Zinédine Zidane[5], de l'Olympique de Marseille, et du RC Lens. Il voit sa carrière quelque peu compromise à la suite d'une grave blessure au genou gauche lors du premier match de la Coupe d'Afrique des nations en 1988[6]. Il doit rester six mois sans jouer et subit deux opérations chirurgicales[7].

Il dispute trois Coupes du monde avec l'équipe nationale du Cameroun, les Lions indomptables, en 1990, 1994 et 1998. Il marque un but d'anthologie de la tête (son point fort) contre l'équipe nationale d'Argentine de Diego Maradona, championne du monde en titre, lors du match d'ouverture du Mondiale 1990 le 8 juin à San Siro. Ce but permet au Cameroun de causer l'une des plus grandes surprises de l'histoire de la Coupe du monde en s'imposant 1-0[8]. Il répond présent à l'invitation de Roger Milla à son jubilé. Il totalise 75 sélections avec les Lions indomptables.

En 1987, 1990 et 1991, il termine troisième du Ballon d'Or africain[9]. En 2002, les supporters lavallois l'élisent dans le onze du siècle du club mayennais[10]. Le magazine So Foot le classe en 2014 dans le top 100 des joueurs qui ont marqué le football africain, à la 31e place[11], puis en 2022 dans le top 1000 des meilleurs joueurs du championnat de France, à la 458e place[12].

En juin 2004, il obtient la partie spécifique du brevet d'État d'éducateur sportif deuxième degré (BEES 2e degré), nécessaire à l'obtention du diplôme d'entraîneur de football (DEF)[13]. Il se lance dans une carrière d'entraîneur dans la région castelroussine, au Mexique et au Gabon.

En novembre 2016, il publie son autobiographie, un livre dont le titre est Mon but[14].

De septembre 2019 à 2022, il est entraîneur adjoint de Toni Conceição avec l'équipe nationale du Cameroun[15].

Clubs successifs[modifier | modifier le code]

Parcours d'entraîneur[modifier | modifier le code]

  • FCL Saint-Christophe Châteauroux, entraîneur de l'équipe senior en 1re division départementale et de l'équipe U13 (benjamins), à partir de septembre 2009
  • EGC Touvent Châteauroux, à partir d'août 2010
  • Entraîneur adjoint de l'équipe nationale camerounaise, à partir du 17 août 2010.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

François Omam-Biyik est le frère d'André Kana-Biyik[17] et l'oncle de Jean-Armel Kana-Biyik[18].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • François Omam-Biyik, Mon but..., Sopecam, 264 pages,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tournoi de Toulon 1985 : équipes, palmarès et récompenses », sur festival-foot-espoirs.com (consulté le )
  2. « Fiche de François Omam-Biyik au Tournoi de Toulon », sur festival-foot-espoirs.com (consulté le )
  3. Jean-François Guenet, « L'au revoir de Michel Le Milinaire », Ouest-France, édition de la Mayenne,‎ (lire en ligne Accès payant)
  4. Il y fait ses débuts en D1 le 27 juillet 1987, contre le Toulouse FC.
  5. David Michel, « Paroles d'Ex - François Omam-Biyik : « Jouer contre Maradona, ç'a été extraordinaire » » Accès payant, sur L'Équipe, (consulté le )
  6. 14 mars 1988, à Rabat, lors du match Cameroun-Égypte.
  7. Michel Jouneaux, Le Stade lavallois, une histoire, Siloë, 1994, p. 218.
  8. « Les matches de légende en ouverture d'un Mondial » Accès libre, sur France Football, (consulté le )
  9. France Football Officiel, hebdomadaire de la FFF, 26 février 1988, page 16.
  10. « Infos centenaire : Les 22 joueurs du siècle » Accès libre, sur stade-lavallois.com, (consulté le )
  11. « Ils ont marqué le foot africain (40 à 31) » Accès libre, sur sofoot.com, (consulté le )
  12. « Top 1000 : les meilleurs joueurs du championnat de France (460-451). #458: François Omam-Biyik » Accès libre, sur SoFoot.com, (consulté le )
  13. Antonio Mesa, « Les candidats reçus au BEES 2 » Accès libre, sur fff.fr, (consulté le )
  14. Lebledparle.com, « «Mon but», le livre autobiographique de l’ancien Lion Indomptable Omam Biyik », Lebledparle.com,‎ (lire en ligne)
  15. Romaric Etong, « Omam Biyik évoque les raisons du limogeage du staff de Conceiçao » Accès libre, sur allezleslions.net, (consulté le )
  16. « Fiche de François Omam-Biyik », sur footballdatabase.eu
  17. Interview d'André Kana-Biyik
  18. Interview de Jean-Armel Kana-Biyik

Liens externes[modifier | modifier le code]