François Hennebique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François Hennebique
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction
Archives conservées par
Œuvres principales
Construction en béton armé (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Plaque to commemorate a building significant to Swansea history for its construction method.jpg
Première construction avec le Système Hennebique en Grande-Bretagne (1897)
Bourg-la-Reine (sépulture Hennebique).JPG
Vue de la sépulture.

François Benjamin Hennebique né le à Neuville-Saint-Vaast et mort le à Paris est un ingénieur français.

Il est l'auteur de brevets pour des systèmes constructifs en béton armé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans sa ville natale de Neuville-Saint-Vaast, entre Lens et Arras, au 64, rue du Canada, un médaillon en bronze porte l’inscription « François Hennebique, inventeur de la construction en béton armé, naquit ici le  »[2]. François Hennebique est le fils de Benjamin Hennebique, marchand colporteur et d’Augustine Demarchilye[3].

En 1860, il devient maçon et décide peu de temps après de se mettre à son propre compte, son entreprise de construction étant d'abord vouée à la restauration des églises[4]. Il part alors 20 ans à Bruxelles. Vers 1867, il crée sa propre entreprise de réfection de bâtiments dans la région[4]. Vers 1873-1874, François Hennebique a entrevu les immenses possibilités des procédés de construction, développés par Joseph Monier, premier dépositaire d'un brevet, le , concernant un « Dispositif de caisses-bassins mobiles en fer et ciment applicables à l'horticulture »[5].

Il coule sa première dalle de béton armé en 1879.

En 1892, il abandonne son statut d'entrepreneur et devient ingénieur consultant. Son premier brevet sur l'utilisation du béton armé est déposé le [6], intitulé Combinaison particulière du métal et du ciment en vue de la création de poutraisons très légères et de haute résistance[7],[Note 1].

Il développe ensuite ses propres concepts de construction qui vont devenir le Système Hennebique[8] : un ensemble d'étriers de renforcement, en fer plat de 25 à 30 mm de largeur, destinés à solidariser et à homogénéiser les masses[9],[10], qui vont constituer les précurseurs des armatures métalliques pour béton armé[11].

Système Hennebique (monolithe, culées - arche)
Système Hennebique (ligature de fer à béton)
Système Hennebique (étrier)

En 1893, il construit son premier immeuble en béton armé au 1, rue Danton à Paris avec l'architecte lyonnais Édouard Arnaud, au service des Monuments et Bâtiments de France à cette époque[12] et y installe son entreprise avec le slogan « Plus d’incendies désastreux ».

En 1894, il construit son premier pont en béton armé, en Suisse, à Wiggen, quartier de la commune d'Escholzmatt[13].

En 1895, son procédé breveté est utilisé à Chantenay près de Nantes pour le premier bâtiment de stockage de grande taille en béton armé : le Grand Moulin de la Loire Perraud et Compagnie dont les architectes sont Lenoir, Etève et Raoulx, les ingénieurs-constructeurs lillois E. et P. Sée et Eugène Le Brun, ingénieur local du Bureau Hennebique à Nantes.

Il est sollicité en 1896 par Hector Guimard pour la terrasse de l'armurerie Coutolleau à Angers.

En 1899, il conçoit et construit le premier pont en béton armé de France, le pont Camille-de-Hogues à Châtellerault[14].

En sa qualité d'ingénieur civil, il participe début 1901, à la Commission du ciment armé, créée par arrêté ministériel du , à la suite de la catastrophe du qui s'est produite à l'attraction du Globe céleste lors de l'Exposition universelle de Paris.

Afin de démontrer les possibilités exceptionnelles de son matériau, il l'emploie pour bâtir, de 1901 à 1904, une demeure à l'architecture originale, que l'on peut remarquer en face du lycée Lakanal, près de la gare RER de Bourg-la-Reine. Les constructions s’enchaînent ensuite : les docks de Manchester, le tunnel de Newcastle, les stade de Lyon et de Turin, les tribunes de l'hippodrome de Longchamp, la structure, les planchers et les escaliers du Petit Palais à Paris

Édifiée en 1907 d'après les plans de l'ingénieur Pierre Bouchet, la halle de Longages Haute-Garonne est réalisée en béton par la firme Hennebique. En cours de restauration, elle est destinée à recevoir la bibliothèque municipale[2].

Le système de pont en béton armé est utilisé en Belgique[15], dès 1905 à Bouillon et en 1911 à Hermalle-sous-Huy[16].

En 1914, à la veille de la Première Guerre mondiale, l'entreprise Hennebique constitue une véritable multinationale comptant 127 concessionnaires, seuls autorisés à exploiter ses brevets, répartis dans 38 pays. La firme traite 7 000 dossiers par an[4].

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Villa Hennebique[modifier | modifier le code]

Inscrite en 1972 à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques [19], la maison de François Hennebique, fut construite de 1901 à 1904 au 1, avenue du Lycée-Lakanal et 22, avenue Victor-Hugo à Bourg-la-Reine. Cette villa familiale possède une architecture unique, véritable vitrine des possibilités novatrices du béton armé : terrasse en encorbellement, tour-minaret de 40 mètres de hauteur faisant office de château d'eau destiné à l'arrosage par gravitation des serres et des jardins suspendus de la villa, portées importantes sans piliers, porte-à-faux, différences de niveaux et saillies illustrent à merveille la souplesse du matériau[20],[21].

Système Hennebique[modifier | modifier le code]

François Hennebique a développé tant en France qu'à l'étranger, un réseau de nombreux concessionnaires et agents du système Hennebique : 290 établissements ont été ainsi établis dès 1902, répartis dans de nombreux pays : France, Belgique, Suisse, Italie, Égypte, Russie, colonies, etc. Entre 1895 et 1910, son succès international lui a permis d'exercer presque un monopole dans le domaine de la construction en béton armé, et son procédé en vint à concurrencer le métal dans la construction des ouvrages d'art[22].

Certains de ses concessionnaires ont participé au développement du procédé de construction (la Compagnie Porcheddu à Turin, Louis Gustave Mouchel (en), en Grande Bretagne, etc.)

En France[modifier | modifier le code]

  • Le Système Hennebique est utilisé pour sauver la Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, dont les fondations de la tour nord et du pilier nord du narthex, qui n’avaient pas été conçues pour supporter l’énorme poids de la haute tour, montraient des signes d’affaissement, proches de la rupture. La solution retenue est la construction d'une plateforme en béton armé. C'est l'entreprise strasbourgeoise de l'ingénieur suisse Eduard Züblin (de) qui est chargée des travaux en 1914[29],[Note 2]. Ce chantier colossal n’est achevé qu’en 1926.
Maison des étudiants belges et luxembourgeois, Cité internationale universitaire de Paris (1925-1927).

En Italie[modifier | modifier le code]

  • Le pont du Risorgimento à Rome[31] a été conçu et construit entre 1909 et 1911 par l'ingénieur italien Giovanni Antonio Porcheddu (it). Il a été le premier pont romain réalisé en béton armé, puisque son créateur, à l'époque, était le seul concessionnaire italien du Système Hennebique. Sa construction sur le Tibre marque l’apogée technique de la Maison Hennebique. Bâti sur un sol difficile, cet ouvrage particulièrement hardi est formé d’une arche unique fortement surbaissée de 100 mètres de portée et d'une flèche de 10 mètres. Elle établit, à l'époque, un nouveau record mondial pour une arche en béton. Suivant le principe du monolithe, constitutif du Système Hennebique, les culées et l’arche, ne forment qu’un seul bloc[32]. Le jour de l'inauguration, le , les spectateurs doutaient de la solidité de la structure, après l'enlèvement des échafaudages de soutien. Porcheddu était si confiant dans l'efficacité et la fiabilité de la nouvelle technique qu'il a voulu assister à la suppression des échafaudages sur un petit bateau juste en dessous de l'arche du pont, accompagné de ses deux plus jeunes enfants, Giuseppe et Ambrogia. Lors de la cérémonie d'inauguration, le roi Victor-Emmanuel III a qualifié Giovanni Porcheddu de « roi du béton armé »[33],[34].
Campanile de Saint-Marc, Venise, reconstruction à l'identique (1912).
  • À la suite de l'effondrement du campanile de Saint-Marc à Venise le , Giovanni Porcheddu a utilisé le Système Hennebique pour le renforcement de l'ossature du nouvel édifice, reconstruit à l'identique[35]. Celui-ci a été inauguré le , le jour de la Saint-Marc[36].

Au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Royal Liver Building, The Three Graces, Pier Head, Liverpool (1911).

Entre 1892 et 1902, plus de 7 000 structures ont été construites au Royaume-Uni, en utilisant le système Hennebique, y compris des bâtiments, des châteaux d'eau et des ponts. La plupart d'entre eux ont été construits par ses concessionnaires ou agents, dont les entreprises LG Mouchel (en) et F.A. Macdonald & Partners (en)[37].

Le premier bâtiment construit en 1897 avec le Système Hennebique, par Louis Gustave Mouchel (en), a été le Weaver Building (en) à l'emplacement des anciens docks de Swansea, au Pays de Galles[38]. Le moulin à farine a été démoli en 1984, lorsque les quais ont été réaménagés pour accompagner le développement du Quartier Maritime (en). Un fragment du bâtiment d'origine a été conservé sur le côté de la rivière Tawe, où une plaque y commémore sa réalisation[39].

À Liverpool, au bord de la Mersey, se dresse depuis le un spectaculaire édifice en béton armé. Le Royal Liver Building a été construit par Louis Gustave Mouchel, le partenaire britannique de François Hennebique. Avec 98 mètres de hauteur, le bâtiment a été connu comme le premier « gratte-ciel » de Grande-Bretagne, et à l'époque, la plus grande structure en béton armé dans le monde. Il est devenu un symbole de la ville[40]. Cet édifice appartient à un groupe de trois bâtiments historiques, appelés The Three Graces (Les Trois Grâces), du Pier Head, site labellisé depuis 2004, par l'UNESCO World Heritage.

En Belgique[modifier | modifier le code]

Passerelle Mativa à Liège, Belgique (1904-1905).

En Belgique, plus de 5 000 constructions ont été exécutées, en tout ou partie, d'après les plans de François Hennebique parmi lesquelles[41],[42] :

En Égypte[modifier | modifier le code]

Le musée des Antiquités égyptiennes du Caire, construit entre 1896 et 1899, par l'architecte Marcel Dourgnon et inauguré en 1902.

En Suisse[modifier | modifier le code]

Le théâtre municipal de Berne, de style néo-baroque, construit entre 1899 et 1903 par l'architecte René von Würstemberger, inauguré le .

En Géorgie[modifier | modifier le code]

La cathédrale de Poti, de style néo-byzantin, construite entre 1906 et 1907 par les architectes A. Zelenko et M. Marfeld. La cathédrale est une imitation de l'église Sainte-Sophie à Istamboul. Après avoir été confisquée par le pouvoir en 1923, la cathédrale a été restituée à l'Église orthodoxe géorgienne en 2005.

En Algérie[modifier | modifier le code]

À partir de 1916, la Maison Hennebique, depuis son agence à Alger[45], a participé à la construction de nombreux bâtiments dans la ville[46],[47].

Les bétons armés Hennebique[modifier | modifier le code]

Après le décès de François Hennebique le , son savoir-faire a perduré dans son bureau d'étude, les Bétons Armés Hennebique (BAH). Celui-ci conçoit :

Le petit-fils de François Hennebique, Roger Flament-Hennebique (1903-1935), ingénieur de l'École centrale de Paris, intégre l'entreprise d'abord en qualité de dessinateur, puis il parvient par la suite à la direction de l'entreprise. Il meurt dans un accident automobile près de Hal en Belgique le [47].

Le bureau d'étude BAH, fondé en 1894, a traité un nombre considérable de dossiers : 60 000 jusqu'en 1918. Il a cessé ses activités en 1967 après avoir traité près de 150 000 dossiers.

Revue Le Béton armé[modifier | modifier le code]

Du (no 1) au (no 378)[51] a été publiée une revue technique et documentaire des constructions en béton armé[52]. La revue Le Béton armé était destinée aux agents et concessionnaires du Système Hennebique. Elle a été tirée entre 3 000 et 10 000 exemplaires[8], et jusqu'à 21 000 exemplaires pour la présentation du pont du Risorgimento dans le no 165[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son brevet de 1892 est invalidé en 1903, la priorité est alors donnée au brevet de Joseph Monnier de 1878
  2. Eduard Züblin était alors le concessionnaire Hennebique, pour l'Alsace et la Lorraine

Références[modifier | modifier le code]

  1. « https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_BAH »
  2. a et b Compagnons et Maîtres d'œuvre, « François Hennebique, promoteur du béton armé », sur journalcmo.wordpress.com, (consulté le ).
  3. « Neuville-Saint-Vaast - État civil en ligne », sur Archives départementales du Pas de calais- Etat civil en ligne, p. 566.
  4. a b et c David Di Bella, « François Hennebique inventeur du béton armé », in: Cent ans de vie dans la région, tome 1 : 1900-1914, éditions de La Voix du Nord, hors-série, , pp. 90-91.
  5. « Joseph Monier, inventeur et constructeur », sur ciment.wikibis.com (consulté le ).
  6. Office européen des brevets, « Brevets Hennebique », sur worldwide.espacenet.com (consulté le ).
  7. Georges Pilot, Jean-Louis Bordes - Ingénieurs et Scientifiques de France, « Ouvrages du génie civil français dans le monde : Ponts et viaducs 1820 1915 » [PDF], sur planete-tp.com (consulté le ).
  8. a et b Revue Le Béton Armé, « Le Béton Armé - N°13 page 2 » [PDF], sur lib.ugent.be, (consulté le ).
  9. (en) « System of reinforced concrete, by Hennebique », sur arch.mcgill.ca (consulté le ).
  10. (en) « Hennebique system », sur arch.mcgill.ca (consulté le ).
  11. Daniel Poineau - Sétra, « Les armatures pour béton armé » [PDF], sur piles.setra.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le ).
  12. Historique du béton
  13. Biographie de François Hennebique sur fr.structurae.de.
  14. Archives du Pas-de-Calais, « 25 avril 1842 : naissance de François Hennebique », sur archivespasdecalais.fr (consulté le ).
  15. Armande Hellebois, Michel Provost, Bernard Espion - La lettre du patrimoine N°32 , page 10, « Le système Hennebique et les constructions en béton armé de première génération », sur difusion.ulb.ac.be, (consulté le ).
  16. Revue Le Béton Armé - N°160 pages 129 à 135, « Le pont en béton armé : construit sur la Meuse, à Hermalle-sous-Huy » [PDF], sur lib.ugent.be, (consulté le ).
  17. Sétra, « Pont Camille de Hogues à Châtellerault » [PDF], sur piles.setra.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  18. a b et c Revue Le Béton Armé - N°352, « La chapelle du sanatorium de Guébriant » [PDF], sur lib.ugent.be, (consulté le ).
  19. Notice no IA00117415, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « 21 photos de la maison Hennebique » (consulté le ).
  21. Jean-Pierre Lyonnet et Christine Desmoulin, Villas modernes, Éditions alternatives, [lire en ligne].
  22. Collection Technique Cimbéton, « Cahier des modules de conférence pour les écoles d'architecture : Conférences : Béton, Architecture, Performances et Applications » [PDF], sur spipfactory.com (consulté le ).
  23. L'Art nouveau, « Édouard Arnaud : Immeuble Hennebique, 1 rue Danton, Paris », sur lartnouveau.com (consulté le ).
  24. Jean-Pierre Dalbéra, « Le studio de la villa Majorelle, Nancy », sur flickr.com (consulté le ).
  25. L'Art nouveau, « Charles Klein : Immeuble Les Chardons, Paris », sur lartnouveau.com (consulté le ).
  26. PSS-Archi.eu, « 26 cours Lieutaud, Marseille », sur pss-archi.eu (consulté le ).
  27. (en) Art Nouveau Blog, « 26 Cours Lieutaud, Marseille », sur aboutartnouveau.wordpress.com (consulté le ).
  28. Petit patrimoine.com, « Le château d'eau de la Gare de Metz à Metz », sur petit-patrimoine.com (consulté le ).
  29. (de) Historisches Lexikon der Schweiz, « Eduard Züblin », sur hls-dhs-dss.ch, (consulté le ).
  30. Fondation Biermans-Lapôtre, « Fondation Biermans-Lapôtre : Maison des étudiants Belges et luxembourgeois », sur fbl-paris.org (consulté le ).
  31. Louis Quesnel, « Le pont du Risorgimento, sur le Tibre, à Rome », Annales des ponts et chaussées, 1re partie. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, mars-avril 1912, pp. 41-61 (lire en ligne).
  32. « Hennebique François (1842-1921) » [PDF], sur storage.canalblog.com (consulté le ).
  33. (it) La Nuova Sardegna, « Il Lingotto di Torino ha un'anima ittirese », sur ricerca.gelocal.it, (consulté le ).
  34. a et b Revue Le Béton Armé, « Le Béton Armé - N°165 » [PDF], sur lib.ugent.be (consulté le ).
  35. Revue Le Béton Armé, no 370, p. 1922, « Le Béton Armé : Croquis du nouveau campanile de Saint-Marc, par Daniele Donghi » [PDF], sur lib.ugent.be, (consulté le ).
  36. (it) Lions Club Ittiri, « Giovanni Antonio Porcheddu », sur sites.google.com (consulté le ).
  37. (en) Patricia Cusack - The Construction History Society, « Agents of Change: Hennebique, Mouchel and ferroconcrete in Britain, 1897-1908 », sur jstor.org, (consulté le ).
  38. (en) Timeline Item, « Weaver & Co mill », sur engineering-timelines.com (consulté le ).
  39. (en) Waymarking.com!, « Weavers Flour Mill, Swansea », sur waymarking.com (consulté le ).
  40. (en) Timeline Item, « Royal Liver Building », sur engineering-timelines.com (consulté le ).
  41. (en) Stéphanie Van de Voorde, « Hennebique’s Journal le Béton Armé. A Close Reading of the Genesis of Concrete Construction in Belgium. », Proceedings of the Third International Congress on Construction History, Cottbus,‎ (lire en ligne)
  42. Revue Le Béton Armé, « Le Béton Armé - N°366 page 9 » [PDF], sur bma.arch.unige.it, (consulté le ).
  43. « Arrêté ministériel du  », Moniteur belge,‎ (lire en ligne)
  44. « Pont Mativa à Liège », Bureau Greisch,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. Fonds Hennebique, « Agence Maison Hennebique à Alger », sur elconum.com (consulté le ).
  46. Guy Simon-Laborde, « Essai chronologique des principaux évènement architecturaux et historiques de la construction de la ville d'Alger », sur alger-roi.fr, (consulté le ).
  47. a et b « François Hennebique » [PDF], sur alger-roi.fr (consulté le ).
  48. Plainejoux.blogspot, « Le sanatorium de Guébriant », sur plainejoux.blogspot.fr, (consulté le ).
  49. Conseil départemental du Val-de-Marne, « Guébriant, Bienvenue au pays du Mont-Blanc ! », sur villages-vacances.valdemarne.fr (consulté le ).
  50. Brasseries de Mons, « Les sillos Hennebique », sur brasseriesdemons.blogspot.fr (consulté le ).
  51. Revue Le Béton armé, « Le Béton Armé - table des matières du N°1 au N°378 », sur lib.ugent.be, juin 1898 à août 1939 (consulté le ).
  52. Revue Le Béton Armé, « Le Béton armé : exemplaires en ligne », sur lib.ugent.be, juin 1898 à août 1939 (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gwenaël Delhumeau, L'Invention du béton armé. Hennebique 1890-1914, Paris, Norma éditions, , 344 p. (ISBN 2-909283-46-1), « Du "système" au matériau ».
  • Gwenaël Delhumeau, Le Béton en représentation, la mémoire photographique de l'entreprise Hennebique 1889-1930, Paris, Institut français d'architecture/ Hazan, , 190 p. (ISBN 2-85025-329-4).
  • J. Martinez, Étude sur la construction en béton de ciment armé système Hennebique, A. Dumesnil, , 59 p..
  • « La maison Hennebique », in: L'Architecture moderne, .

Liens externes[modifier | modifier le code]