Burnand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Burnand
Burnand
Blason de Burnand
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Canton Cluny
Intercommunalité Communauté de communes Sud Côte Chalonnaise
Maire
Mandat
Christian Galland
2014-2020
Code postal 71460
Code commune 71067
Démographie
Gentilé Beurnanciaux
Population
municipale
129 hab. (2017 en augmentation de 4,03 % par rapport à 2012)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 35′ 45″ nord, 4° 37′ 52″ est
Altitude Min. 219 m
Max. 403 m
Superficie 6,52 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Burnand
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Burnand
Liens
Site web burnand.fr

Burnand est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Maurice-des-Champs Saint-Gengoux-le-National Rose des vents
Vaux-en-Pré
Saint-Clément-sur-Guye
N Savigny-sur-Grosne
O    Burnand    E
S
Burzy Curtil-sous-Burnand

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

1793 : Saint-Martin-de-Croix, dans le contexte révolutionnaire, change de nom et devient Burnand[1]. Un nom que la commune porte encore de nos jours, à l'instar de quatre autres communes du département de Saône-et-Loire qui, comme Burnand, ont conservé leur nom révolutionnaire[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1971 Félix Jusseau    
mars 1989 janvier 2013 Michel Coulon[3]    
janvier 2013   Christian Galland    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2017, la commune comptait 129 habitants[Note 1], en augmentation de 4,03 % par rapport à 2012 (Saône-et-Loire : -0,26 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
140431400375398398364372368
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
358343324314328342325277302
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
283261236222191195175171182
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
174154121113115122113119126
2017 - - - - - - - -
129--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Burnand.
  • Église Saint-Nizier. Cette petite église romane, sans doute construite entre 940 et 980, contient, dans la travée sous clocher et surtout dans l'abside, un ensemble de peintures d'une qualité exceptionnelle, qui a été mis au jour à partir de 1986 ; une double procession de saints au niveau des fenêtres, un Christ en gloire avec le tétramorphe dans le cul-de-four[8]. Ce qui a valu le classement de cet édifice comme Monument historique[9] et une restauration soignée. La travée sous clocher a été modifiée au XIIe siècle : construction d'une petite coupole sur trompe et probablement reconstruction du clocher. Les peintures sont attribuables aux alentours de l'an mil (ou même plus tôt ?). Il y a eu une reprise générale de ce décor dans la seconde moitié du XVe siècle[10].
  • Chapelle romane Saint-Martin au lieu-dit Saint-Martin-de-Croix.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Burnand Blason Coupé : au 1er d'azur au croissant d'argent à dextre, au 2e de gueules plain ; à la divise d'or brochant sur la partition.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. À l'instar de quelque cent cinquante autres communes de Saône-et-Loire dont le nom se rapportait à la religion ou à l'Ancien Régime. Source : E. Lauxeur, Les changements de noms des communes de Saône-et-Loire pendant la Révolution, article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 4 d'avril 1970, pages 9 à 13.
  2. Avec : Donzy-le-National, Laives, La Roche-Vineuse et Senozan.
  3. décédé en cours de mandat [1].
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. « Les peintures murales de Burnand », article d'Anne Feton paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 64 de Noël 1985, pages 14 à 16.
  9. Notice no PA00132941, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Laurence Blondaux, Quelques peintures murales remarquables de Saône-et-Loire, article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire », n° 199-200 de novembre 2019, p. 25-31.