Sciez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sciez
Sciez
Sciez, entrée ouest.
Blason de Sciez
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Intercommunalité Thonon Agglomération
Maire
Mandat
Cyril Démolis
2020-2026
Code postal 74140
Code commune 74263
Démographie
Gentilé Sciézois, Sciézoise
Population
municipale
6 190 hab. (2018 en augmentation de 12,44 % par rapport à 2013)
Densité 302 hab./km2
Population
agglomération
77 923 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 59″ nord, 6° 22′ 29″ est
Altitude Min. 372 m
Max. 725 m
Superficie 20,47 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Thonon-les-Bains
(banlieue)
Aire d'attraction Genève - Annemasse (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sciez
(bureau centralisateur)
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Sciez
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Sciez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sciez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sciez
Liens
Site web ville-sciez.fr

Sciez ([sje], se prononce Scié[Note 1]) est une commune française du Chablais savoyard dans le département de la Haute-Savoie.

La commune est située sur la rive sud du lac Léman et plus précisément sur le golfe de Coudrée. Elle fait partie de l'agglomération urbaine franco-suisse du Grand Genève.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe en bordure du massif alpin et du lac Léman. Elle est l'une des 294 communes du département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Sciez se situe dans le Chablais, entre Évian et Genève, et à proximité de Douvaine, du village médiéval d'Yvoire et de Thonon-les-Bains. Elle est l'une des 212 communes françaises et suisses de l'agglomération transfrontalière du Grand Genève[4].

Sciez est également située à proximité des stations de ski franco-suisses des Portes du Soleil (Avoriaz, Morzine, Châtel, Les Gets, Val d'Abondance etc.) et aussi de Chamonix, Megève et du mont Blanc.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est influencé par les montagnes avoisinantes, mais le lac crée un micro-climat, qui permet à Sciez d'avoir des hivers relativement doux, avec toutefois des extrêmes de -7,8 degrés Celsius en février et de 33 °C en juillet pour l'année 2013 (Statistiques Météo Sciez). Il peut neiger quelques jours en hiver. La neige est pourtant facilement accessible dans les montagnes alentour. Les étés y sont tempérés avec une moyenne de 13 (minimum) à 25 (maximum) degrés Celsius, en juillet-août, et certains habitants arrivent même à faire pousser des palmiers dans leurs jardins[réf. souhaitée].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Signalétique Michelin à Bonnatrait.

Sciez est située sur la route départementale 1005 (RD 1005). Cette route, en traversant la commune, prend le nom d'avenue de Genève, d'avenue de Sciez et d'avenue de Bonnatrait.

Sciez est à proximité de la ligne ferroviaire du Léman Express L1 Evian-Coppet (Vaud) via Genève, desservie par la station de Perrignier (8,1 km), la gare ferroviaire (et port lacustre en direction de Lausanne) de Thonon-les-Bains (9,8 km) et le port lacustre d'Yvoire en direction de Nyon (8,3 km). Des cars réguliers desservent Sciez sur l'axe Genève-Douvaine-Thonon-Évian. L'aéroport de Genève se trouve à 30 km.

Des bus desservent Thonon et Évian notamment. La commune étant partie intégrante de l'agglomération du Grand Genève, elle se trouve au cœur du développement de transports entre le centre urbain de Genève et sa banlieue. Ainsi comme le futur Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) desservira les parking-relais de Sciez et Bonnatrait à horaire cadencé à l'horizon 2020[5].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sciez est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[6],[7],[8]. Elle appartient à l'unité urbaine de Thonon-les-Bains, une agglomération intra-départementale regroupant 13 communes[9] et 77 923 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 158 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[12],[13].

La commune, bordée par un plan d’eau intérieur d’une superficie supérieure à 1 000 hectares, le Léman, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[14]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (40,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (40,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (33,5 %), zones urbanisées (25,4 %), terres arables (19,2 %), prairies (12,2 %), zones agricoles hétérogènes (9,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,1 %), eaux continentales[Note 4] (0,1 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Panneaux de rue entre Sciez et Bonnatrait.
Entrée ouest de Sciez en direction du Valais.
Lettre Sciez-sur-Léman à l'entrée Ouest.

La commune de Sciez-sur-Léman est composée de deux bourgs principaux, Sciez et Bonnatrait (anciennement orthographié Bonnatray ou Bonatrex), ainsi que de plusieurs hameaux et lieux-dits :

  • Chavannex
  • Chef-Lieu
  • Choisy
  • Cinq-Chemins (les)
  • Content (le)
  • Coudrée (domaine de)[18] : lotissement privé autour du château homonyme, créé par arrêté du Préfet de la Haute-Savoie en date du 7 avril 1953. Placé sous protection environnementale, situé entre deux espaces classés Natura 2000[19] ou sous protection international de la Convention de Ramsar, il est une zone arborée, d'habitat diffus, piétonnière pour les non-résidents.
  • Excuvilly (hameau situé au sud de Bonnatrait)
  • Fattaz (la) : ce nom arpitan, qui se prononce la Fatte[20], se traduit par la poche en français
  • Filly
  • Jussy
  • Port de Sciez
  • Prés Derrière (les) ou Les Praz Lyonie (littéralement « Les Prés Léonie » en arpitan savoyard[21]) : en cours d'urbanisation et de densification entre l'avenue de Bonnatrait et Excuvilly via les nouvelles voies allée du Léman et rue du Foron
  • Renouillère (la)
  • Marignan ou Morgnan en arpitan
  • Prailles
  • Songy
  • Crêts (sur les)

Logement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1018, dans une charte du royaume de Bourgogne, Sciez est mentionné sous le nom de Sigiciacum. Le suffixe acum implique qu'il s'agit d'un toponyme d'origine gauloise. Sigiciacum pourrait être une composition de deux racines gauloises : Isca qui signifie poisson[22] et la racine seg/ sig (avoir, tenir, posséder, vaincre)[23]. Sigiciacum signifierait donc littéralement "le domaine de celui qui attrape des poissons", c'est-à-dire le village des pêcheurs.

En francoprovençal ou arpitan, le nom de la commune s'écrit (graphie de Conflans) ou Siéz / Sciéz (ORB, prononcer Si)[24].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Néolithique final : vers -2400, une branche de la civilisation Saône-Rhône, de Suisse occidentale (Civilisation cordée) s'implante lentement sur les rives du lac Léman (Excenevex, Chens, Sciez). Ils exportaient leurs productions (perles de cuivre, haches-marteaux) jusqu’au sud du Dauphiné en passant par Annecy, Fillinges, Haute-Savoie[25]...

Âge du bronze (1000 av. J.-C.) : des fouilles dans les cimetières de Douvaine et de Sciez en 1977 démontrent une forte implantation dans la région[26].

Au Ier siècle, les Allobroges (Gaulois) occupaient le Chablais comme le démontrent des découvertes de pièces d’argent à Sciez comme dans d’autres communes alentour[26].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le , le roi Rodolphe III de Bourgogne signe une charte par laquelle il restitue de nombreuses possessions à l’abbaye de Saint-Maurice. Parmi ces biens figure le fisc de Sigiciacum, l'ancien nom de Sciez[27],[28].

L'Annexion à la France[modifier | modifier le code]

Pétition des habitants de Sciez pour le rattachement de la Savoie du Nord (Chablais et Faucigny) à la Suisse, 1859.

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 600 signatures[Note 5], dont 124 pour la commune[31].

Pour contrecarrer la volonté populaire, le chef de l'Etat français Napoléon III, décidé à annexer la Savoie tout entière, propose à la Savoie du Nord la création d'une grande zone franche au Nord d'une ligne Saint-Genix-sur-Guiers, Le Châtelard, Faverges, Les Contamines-Montjoie, afin que l'Annexion par la France ne sape pas les ponts commerciaux entre les Savoyards, les Genevois et les Valaisans.

La Savoie est annexée à la suite du plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[32]. Dans un grenier à Bonnatrait, après le vote, on retrouva uniquement des bulletins Oui et Oui et zone, laissant à penser que les bulletins NON n'avaient simplement pas été imprimés[33].

Le premier maire de Sciez, après l'annexion de la Savoie à la France en 1860, est Anatole Bartholoni, descendant d'une famille de Florence émigrée à Genève au XVIe siècle. Il fut le premier député du nouveau département créé, appelé Haute-Savoie. Il restera au Corps législatif de 1860 à 1869[34]. Il fut également Conseiller général de la Haute-Savoie.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la France entreprend des pourparlers avec la Suisse pour obtenir la suppression des zones franches du Pays de Gex et de Savoie. Un accord est signé le , mais cette convention est rejetée à une énorme majorité le par le peuple suisse consulté par référendum[35]. La France décide de passer outre et repousse sa frontière douanière jusqu'à sa frontière politique. L'affaire est portée devant la Cour permanente de justice internationale de La Haye, qui condamne la France, par un arrêt en date du à rétablir les zones franches au plus tard le [35]. À cette date, la France recule sa ligne douanière, non plus jusqu'à la Valserine, mais sur les crêts du Jura, avec un poste de douane au col de la Faucille.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Lors de la séance du , le conseil municipal a voté le changement du nom de la commune, en Sciez-sur-Léman afin de mettre en évidence sa qualité de riveraine du Léman[36]. Les nouveaux panneaux d'entrée d'agglomération ont été placés en 2015.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1944 mars 1971 Alexandre Néplaz PCF  
mars 1971 mars 1983 Jean Dunand SE  
mars 1983 février 1985 François Bally SE  
février 1985 mars 1989 Jean Vannier SE  
mars 1989 septembre 2003 Bernard Néplaz PCF Instituteur
Conseiller général du canton de Thonon-les-Bains-Ouest (1998 → 2004)
septembre 2003 juillet 2020 Jean-Luc Bidal UMP-LR Agriculteur
juillet 2020 En cours Cyril Démolis[37] DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Sciezoises et Sciezois[38].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[40].

En 2018, la commune comptait 6 190 habitants[Note 6], en augmentation de 12,44 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +6,11 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
7941 1889371 5211 6651 9961 7871 8431 875
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 7801 8361 7821 7991 7981 7221 6281 6861 504
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 4041 3221 3381 2671 2591 2961 3411 6172 229
1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018 - -
2 6213 3714 2684 7825 2695 5926 190--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[41] puis Insee à partir de 2006[42].)
Histogramme de l'évolution démographique

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La ville est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS radio, La Radio Plus… La webradio Thonon Alpes Radio a ses locaux à Sciez. Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Rhône-Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite est présente à travers le quotidien régional Le Dauphiné libéré, l'hebdomadaire départemental Le Messager, ainsi qu'un hebdomadaire satirique Le Faucigny. Tous possèdent une agence professionnelle située à Thonon-les-Bains.

Économie[modifier | modifier le code]

Activités commerciales[modifier | modifier le code]

La commune de Sciez accueille de nombreux artisans[43], commerçants[44] et de nombreuses associations[45]. La viticulture est présente depuis déjà plusieurs siècles sur les terres de la commune. Les vignobles de Marignan[46] qui comptent une petite dizaine d'hectares sont cultivés par trois viticulteurs[47], et quelques amateurs produisent principalement du vin blanc. Le cépage typique à la région est le chasselas.

La commune accueille l'entreprise Fours Guyon, fondée par Jean Guyon (1918-2017), au lieu-dit de Prailles[48]. Façonnés dans un premier temps en grès molassique issus des carrières locales, les fours Guyon s'adaptent. Parmi les utilisateurs de Fours Guyon, citons la Maison Blanche ou encore l’Élysée. L'entreprise est toujours en activité à ce jour à Sciez. Une rue Jean Guyon a été inaugurée de son vivant et en sa présence[48].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Sciez est une commune touristique. La commune est labellisée « Station verte »[49] de vacances depuis 2005 et Pavillon Bleu[50] label de qualité environnemental exemplaire, depuis 2009. Elle abrite un important port de plaisance[51]. Elle a également le label Famille Plus et le label Geopark du Chablais[52] depuis 2012[53].

En 2015, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 4 244 lits touristiques répartis dans 457 établissements[Note 7]. Les hébergements se répartissent comme suit : 8 meublés ; 1 hôtel et 7 campings[54].

L'hôtel, 4 étoiles, créé en 1955 dans l'enceinte d'un château médiéval, est situé au bord du Léman[55]. Sciez est une étape-relais vers les stations de sports d'hiver franco-suisses des « Portes du Soleil »[56], situées à moins d'une heure en voiture de son territoire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Sciez était une commune rurale essentiellement paysanne avec de nombreuses fermes isolées. Le tourisme se développe à partir des années 1950-1960 avec de la construction d'hôtels, pensions et colonies de vacances. Certaines anciennes fermes accueillent jusqu'à la fin des années 1990 des vacanciers, à l'image de celle de la famille Lafond-Castelli à Bonnatrait. Par ailleurs, pendant de nombreuses années, l'unique usine existant sur le territoire communal fabriquait du tissu. L'atelier Jeanne-d'Arc avait été créé en 1914 par le député-maire Bartholoni, à la demande du curé, pour la confection de chaussettes pour les Poilus. Il fut ensuite supprimé et le tricotage poursuivi par l'usine Cifran. Celle-ci a été délocalisée en 1997 dans le nord de la France.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La maison Alvéole à Bonnatrait.

Patrimoine médiéval[modifier | modifier le code]

Le manoir est une ancienne possession de l'abbaye Saint-Maurice d'Agaune[57],[58]. Il entre dans le domaine de la famille d'Allinges en 1245[57]. À la mort du dernier héritier d'Allinges, il passe au comte Duc et la comtesse Ricci de Saint-Paul, au marquis Alfieri, puis au financier Anatole Bartholoni[57]. Il abrite une hôtellerie haut de gamme.

  • La tour de Marignan.
  • Le château de Sciez probablement du XIe siècle ; ruines à l'entrée du bourg[59].
  • La chapelle Notre-Dame de Chavannex (v. XVe siècle, pèlerinage en août)[60].

Patrimoine contemporain[modifier | modifier le code]

Maisons contemporaines à l'architecture remarquable[modifier | modifier le code]

  • Maison Solstice, Sciez.
  • Maison Alvéole, Bonnatrait[66].

Le port de Sciez dans les aventures de Tintin[modifier | modifier le code]

Dans l'album L'affaire Tournesol paru en 1956, Tintin et le capitaine Haddock cherchent leur ami le professeur Tournesol autour du Léman: d'abord à Genève et Nyon, puis ils traversent le lac à Rolle pour se rendre au port de Sciez, où on reconnaît la route de Songy-La Renouillère, et enfin Cervens et probablement Bons-en-Chablais[67]. En 2007, cet album a été adapté en arpitan savoyard sous le nom L'afére Pecârd, la langue régionale, par l'association sciézoise Fédération internationale de l'arpitan[68].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Grigorievitch Narychkine (1818-1864), prince russe. Mort à Sciez
  • César Charmot (1831-1865), homme de lettres. Né à Sciez
  • François Zbinden (1871-1936), peintre. Né à Sciez
  • John Baud (1887-1965), historien. Né à Sciez
  • Jean Guyon (1918-2017). Industriel. Né à Sciez[69]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Sciez

Les armes de Sciez se blasonnent ainsi :

Parti en dents de scie : au premier de gueules à la croix d'argent (la Croix de Savoie) ; au second d'azur a un cygne nageant d'or.

Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes (en dents de scie/Sciez).


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Le -ez final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe[1],[2],[3].
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenue par l’Angleterre[29],[30].
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  7. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[54].
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de La Voix des Allobroges, été 2007)
  2. Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  3. « Toponymie arpitane : les noms en -oz, -az, -ex, -ix », sur Arpitan.com - Fédération internationale de l'arpitan (consulté le ).
  4. « Grand Genève », sur www.grand-geneve.org (consulté le ).
  5. Marie Prieur, « Projets ferroviaires, routiers, la région a la bougeotte », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Unité urbaine 2020 de Thonon-les-Bains », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  10. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  11. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  15. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  18. Olivier Brunau, « accueil public | La Baie de Coudrée », sur www.coudree.info (consulté le ).
  19. « INPN - Natura 2000 - Les objectifs d'un réseau européen ambitieux », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  20. Topoymes arpitans sur le site de l'Office géographique arpitan (GEOARP)
  21. Les Praz Lyonie à Sciez: Le saviez-vous?
  22. Xavier, Dictionnaire des thèmes nominaux du gaulois Volume 1 Ab - /Ixs(o)- : Index des thèmes de l'onomatique celtique ancienne établis d'aprèes les noms de personnes, de dieux, de peuples, de lieu et de rivières ; approche morphologique et sémantique (ISBN 978-1-7980-5040-8 et 1-7980-5040-4, OCLC 1127387694), page 390.
  23. Xavier, Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental, Éditions Errance, 2018, 2003 (ISBN 978-2-87772-631-3 et 2-87772-631-2, OCLC 1055598056), p 269-270.
  24. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 18
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  25. Histoire de la Savoie. 1988, 3e impression, Éditions Privat. p. 31.
  26. a et b Histoire de la Savoie. 1988, 3e impression, Éditions Privat. p. 50.
  27. Signy-Avenex fête son millénaire en se rendant compte qu’elle n’a pas 1000 ans, 24 Heures (Suisse), 20 septembre 2017
  28. Privilège royal, Fondation des archives historiques de l'abbaye de Saint-Maurice
  29. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98.
  30. Paul Guichonnet (préf. Henri Baud), Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Roanne, Éditions Horvath, , 354 p. (ISBN 978-2-7171-0235-2), p. 163.
  31. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne), p. 96-97.
  32. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  33. Bailly, Charrière, Duchêne, Guyon, Hallemans, Jordan, Marandin, Neplaz, Baud: Sciez, hier, aujourd'hui, demain. Histoire, nature et traditions. Ed. CAS, Sciez, 1993.
  34. Assemblée Nationale, « César, Alexandre, Anatole Bartholoni - Base de données des députés français depuis 1789 - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  35. a et b Jean L'Huillier, L'affaire des zones franches devant la Cour permanente de Justice internationale, Les Études rhodaniennes, (lire en ligne), p. 145-170.
  36. [PDF]« Décisions municipales », Infos Sciez-sur-Léman,‎ (lire en ligne).
  37. Serge Leclerc, « Cyril Démolis a pris ses nouvelles fonctions », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  38. « Sciez », Accueil > Ressources > Communes, sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le ), Ressources - Les communes.
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  43. http://www.tourisme-sciez.com/artisans.php
  44. http://www.tourisme-sciez.com/commerces-sciez.php
  45. http://www.tourisme-sciez.com/associations.php
  46. « Vin-de-Savoie Marignan - Guide des appellations - Le Figaro Vin », sur avis-vin.lefigaro.fr (consulté le ).
  47. http://www.tourisme-sciez.com/sciez-vignobles.php
  48. a et b « Sciez : Jean Guyon, fondateur des Fours Guyon et Légion d’Honneur, est décédé », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  49. « Sciez », Station, sur site du label Station verte - stationverte.com (consulté en ).
  50. « Pavillon Bleu - Label de qualité environnementale exemplaire », sur www.pavillonbleu.org (consulté le ).
  51. CLAMENTIS - Paul DIAS GONCALVES, « Port de plaisance du lac léman à SCIEZ », sur www.port-de-sciez.com (consulté le ).
  52. « Géoparc du Chablais - Un territoire labellisé UNESCO », sur Geoparc Chablais (consulté le ).
  53. http://www.tourisme-sciez.com/presentation-sciez.php
  54. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc.
  55. « Château de Coudrée | Rêverie et Gastronomie au bord du lac Léman », sur coudree.fr (consulté le ).
  56. « Vacances été montagne Alpes : Portes du Soleil, séjour montagne été en famille », sur www.portesdusoleil.com (consulté le ).
  57. a b et c A. Rouget, A. Vachez, Monuments historiques de France publiés par départements : Haute-Savoie, Lyon, 1895, 61 planches, 24,5 × 31,5 cm, Archives départementales de la Savoie.
  58. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-84265-326-2), p. 85-89.
  59. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance. Collection L'amateur Averti, , 410 p. (ISBN 978-2-84265-326-2), p. 85.
  60. Paroisse Saint-Jean-Baptiste en Chablais, « Chapelle NDde Chavannex - Sciez », Patrimoine, sur www.diocese-annecy.fr (consulté en ).
  61. http://www.museeguidou.com/
  62. http://www.tourisme-sciez.com/sciez-port-plaisance.php
  63. http://www.port-de-sciez.com/
  64. http://www.tourisme-sciez.com/plage-sciez.php
  65. http://www.guidou.info/1.html
  66. « La Maison Alvéole de Sciez, symbole de la résistance au tout-béton dans le Grand Genève », le Journal de Bâle et Genève, 26/12/2018.
  67. Quand Tintin et Haddock parlent patois sur les bords du Léman savoyard et suisse, le Journal de Bâle et Genève, 07/02/2019.
  68. Fédération internationale de l'arpitan: défense et illustration du savoyard, in Le Messager (édition Chablais), Thonon-les-Bains, 08/09/2016.
  69. « Jean Guyon, fondateur des Fours Guyon et Légion d’Honneur, est décédé », sur lessordsavoyard.fr, .