Nernier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nernier
Vue du port de Nernier.
Vue du port de Nernier.
Blason de Nernier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Canton Sciez
Intercommunalité Thonon Agglomération
Maire
Mandat
Marie-Pierre Berthier
2014-2020
Code postal 74140
Code commune 74199
Démographie
Gentilé Néroniens[1]
Population
municipale
435 hab. (2014)
Densité 239 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 21′ 53″ nord, 6° 18′ 23″ est
Superficie 1,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Nernier

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Nernier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nernier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nernier

Nernier est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie du Chablais et de l'agglomération transfrontalière du Grand Genève.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est riveraine du lac Léman sur sa rive sud. Elle est située entre Yvoire et Messery.

Accès : depuis Annemasse, prendre la direction de Thonon-les-Bains jusqu'à Douvaine, puis jusqu'à Nernier en passant par Messery.

Le « Savoie » quitte le port de Nernier.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Narnî (graphie de Conflans) ou Nèrniér (ORB)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur le site de Nernier, existait une cité lacustre pré-historique et une bourgade existait au temps des romains. La vigne et le blé y étaient alors cultivés.

Au Moyen Âge, les troupes bernoises ont assiégé et pris le bourg.

Au XVIIIe siècle, le duc de Savoie fait construire le clocher de la commune, et à la fin du XIXe siècle.

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 651 signatures[Note 1], dont 30 pour la paroisse[5]. Le duché est réuni à la France à la suite d'un plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[6].

Napoléon III fit construire le port.

Durant les derniers siècles, le village a vécu d'une importante activité de tannage des peaux, de la pêche et d'une activité de contrebande avec la Suisse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le clocher de Nernier.

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune de Nernier, au lendemain de l'Annexion de la Savoie à la France de 1860, intègre le canton de Douvaine[7]. Elle appartient, depuis 2015, au canton de Sciez, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 25 communes[8].

La commune est membre, avec dix-sept autres, de la communauté de communes du Bas-Chablais.

Nernier relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[9].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 2014 François Luginbuhl ... ...
mars 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Marie-Pierre Berthier SE ...

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Néroniennes et les Néroniens[1].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 435 habitants, en diminution de -3,33 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
183 208 211 257 294 306 251 268 257
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
224 215 212 215 206 201 206 194 210
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
160 145 158 143 153 157 152 144 167
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
205 290 361 420 467 435 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Dans la commune, appelée « La perle du Léman », se sont installés de nombreux artistes de 22 nationalités. Près de cinq cents habitants y vivent lors de la belle saison.

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio, Radio Chablais… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Chablais, le Courrier savoyard.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le lac Léman à Nernier.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune possède des maisons de molasses et de chaux vive, aux roses trémières et vignes grimpantes.

  • Les maisons à arche ouvertes directement sur le lac.
  • Le port de plaisance peut accueillir 250 bateaux dont le Calypso, voilier de 1911, appartenant à l'association Amerami et classé monument historique en 1991.
  • Le sentier romantique relie l'entrée du village, au port et au château. Il rend hommage aux artistes qui ont séjourné dans la commune en étant jalonné de fresques et de poèmes inclus dans la pierre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le poète Alphonse de Lamartine séjourna longtemps au village.
  • Mary Shelley, inspirée par le lac, écrivit quelques pages de son célèbre roman Frankenstein lors d'un séjour à Nernier.
  • Enrico Vegetti : peintre et graveur (1863 Turin - 1951 Nernier). Sa mère d'origine savoyarde était une Duchêne de Nernier. Peintre, dessinateur, graveur, son œuvre comporte des paysages de Savoie, des scènes de la vie quotidienne, des dessins et eaux-fortes.
Lamartine.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Nernier.svg

Les armes de Nernier se blasonnent ainsi : D'azur aux deux brochets adossés d'argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenu par l’Angleterre[3],[4].
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Nernier », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 22 mars 2015), Ressources - Les communes.
  2. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 18
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  3. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98
  4. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France, Le Messager : Horvath, , p. 163.
  5. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne), p. 139.
  6. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  7. Notice communale de Nernier sur le site de l'EHESS.
  8. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en octobre 2014).
  9. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 22 mars 2015).
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. a, b et c Histoire des communes savoyardes 1980, p. 334.