Avoriaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Avoriaz
Vue aérienne de la station.
Vue d'Avoriaz en hiver
Administration
Pays France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Commune Morzine
Langue Français
Site web www.avoriaz.com
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 40″ Nord 6° 46′ 07″ Est / 46.194547, 6.768533
Massif
Altitude 1 800 m
Altitude maximum 2 466 m
Altitude minimum 1 700 m
Ski alpin
Lié à Morzine
Domaine skiable Portes du Soleil
Remontées
Nombre de remontées 34[1]
Téléphériques 1
Télécabines 2
Télésièges 17
Téléskis 14
Pistes
Nombre de pistes 51
     Noires 6
     Rouges 14
     Bleues 26
     Vertes 5
Total des pistes 70 (+35 km de remontées mécaniques)[1] km
Installations
Nouvelles glisses
5
Ski de fond
Nombre de pistes 7
     Noires 1
     Rouges 2
     Bleues 3
     Vertes 1
Total des pistes 36,5[1] km

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Avoriaz

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Avoriaz

Avoriaz (prononcé [a.vɔ.ʁja][Note 1]) est une station de ski située à 1 800 m d'altitude sur le territoire de la commune de Morzine en Haute-Savoie en France et passe également par le Valais. Elle a été ouverte en 1966[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Avoriaz est un toponyme provenant du nom des alpages où a été aménagée la station et les différentes infrastructures[7]. Il s'agit d'anciennes terres ayant appartenu à la famille noble Rovéréa, originaire du Chablais savoyard qui ont donné, par syncope, Avoreaz, puis Avoriaz[7]. On trouve ainsi la mention de l'alpage sous la forme Evoréa au XIIe siècle et Evorée au XIIe siècle[7].

Le z final ne sert qu'à marquer le paroxytonisme et ne devrait pas être prononcé ; dans sa langue d'origine, il s'écrit Avoria[2],[3],[4].

En patois, Avoriaz signifierait la ou il n'y a rien et cela s’écrivait Avoréaz, car avant il n'y avait que trois chalets et la terre n'était pas bonne pour être cultivée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Accès à la station[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la station de ski[modifier | modifier le code]

L'histoire d'Avoriaz commence entre 1138 et 1148. C'est alors un alpage appartenant conjointement aux puissants sires de Faucigny et de Rovorée. Il s'agit d'ailleurs de cette dernière famille que Avoriaz tire son nom (Ovoreia ou Evoreia dans les chartes)[7]. Ces seigneurs en font alors don à la puissante abbaye cistercienne Sainte-Marie d'Aulps (distante de 20 km) qui exploitera et possèdera l'alpage durant tout le Moyen Âge.

En 1557, vingt-deux familles de la vallée d'Aulps se regroupent au sein de la Société des Alpagistes du Crot aux Chiens et représentent 273 hectares d'alpages à Avoriaz[8]. Son nom provient du lieu-dit le Crot aux Chiens mais personne ne connait son origine. L'alpage comporte alors 104 pâquis, c'est à dire un lieu ou 104 vaches peuvent paître. Aujourd'hui seule une trentaine de vaches continue de profiter de l'alpage et un chalet a été remis en état par la société pour accueillir un fermier tous les mois de juin. Depuis, les revenus des propriétaires proviennent surtout de l'implantation des remontées mécaniques de la station d'Avoriaz. Ces dernières reversent une redevance et des forfaits de ski aux différents propriétaires. Les statuts de la société sont apparus en 1557 puis modifiés par une convention en 1600 puis en 1709. Pendant longtemps, les propriétaires considéraient que celle de 1709 constituait l'acte de naissance de la société avant que des recherches effectuées dans le cadre de la proposition de création d'une commune d'Avoriaz ne dévoilent une origine plus ancienne. De par son âge, la société repose sur la loi Sarde et ne relève donc pas du droit français ce qui induit certaines conséquences comme le fait que les terrains ne peuvent être vendus à une personne étrangère à la société et se transmettent par héritage ou à quelqu'un possédant déjà des terrains si bien qu'aujourd'hui, la société comporte plusieurs centaines de propriétaires.

La chapelle Notre-Dame-des-Prisonniers, construite après la Seconde Guerre mondiale, en exécution d'un vœu fait par d'anciens prisonniers et déportés.

Naissance d'Avoriaz[modifier | modifier le code]

Jean Vuarnet, récent vainqueur de l'épreuve de Ski alpin aux Jeux olympiques de 1960 à Squaw Valley obtient la concession de l'alpage d'Avoriaz[9]. Des remontées mécaniques sont aménagées, elles sont au nombre de 28 en 1978[9].

Un village créé ex-nihilo est construit[9]. Le promoteur de la station s'appelle Gérard Brémond, il est aujourd'hui le président de Pierre et Vacances. Les architectes se nomment Jean-Marc Roque, Jean-Jacques Orzoni et Jacques Labro.

L'évolution de la station[modifier | modifier le code]

La station[modifier | modifier le code]

Promotion et positionnement touristiques[modifier | modifier le code]

La station a obtenu plusieurs labels. Ainsi en 2016, Avoriaz 1800 est classée « Stations nouvelles glisses » ; « Stations grands domaines » ; « Stations clubs » ; « Montagne douce » ; « Club » et « Alti-forme »[10].

En 2013, Avoriaz reçoit le prix ECO Award, récompensant « la station de ski la plus innovante au monde en matière de développement durable », à l'occasion de la cérémonie des Worlds Snow Awards[11],[12]. L'année précédente, la station avait déjà obtenu le prix Best family resort[13].

Le village[modifier | modifier le code]

Hébergement et restauration[modifier | modifier le code]

En 2015, la capacité d'accueil de la station, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 17 446 lits touristiques répartis dans 1 916 établissements[Note 2]. Les hébergements se répartissent comme suit : 365 meublés  ; 17 résidences de tourisme ; un hôtel et un village de vacances ou auberge de jeunesse[14]. La station ne dispose pas d'hôtellerie de plein air[14].

Domaine skiable et gestion[modifier | modifier le code]

Avoriaz en août 1994.

Parmi les quatorze stations du domaine étendu des Portes du Soleil, Avoriaz a la particularité d'occuper la position centrale. Sa superficie est d'environ 300 hectares[15].

Les secteurs qu'elle englobe sont ceux d'Arare, Lindarets, Chavanette, Plateau, Intrets, Prodain et Super Morzine. Les points culminants de la station sont situés sur le versant nord des Hauts-Forts à 2 466 m d'altitude et sur le versant nord de la Pointe des Mossettes en Valais à 2 250 m d'altitude.

Cette station est interdite aux voitures, on s'y déplace à pied, avec des chenillettes ou en traîneau à cheval. La station a été conçue pour que l'on puisse entièrement évoluer à ski et à snowboard.

Avoriaz est située au cœur du domaine des Portes du Soleil, l'un des plus grands d'Europe avec 650 km de pistes.

Avoriaz est connu pour ses nombreux aménagements de pistes pour enfants, ados et plus grands (Riglet park, kids parkway, snowcross...). L'un de ses parcs, The Stash, a été élu meilleur spot du monde en 2014 par la chaîne américaine CNN. Il s'agit d'un immense réseau de pistes dessiné dans la forêt et parsemé de modules en bois et neige.

En 2012, Avoriaz s'est agrandie avec la réalisation d'un quartier de résidences 4 étoiles et un quartier de résidences 5 étoiles.

Équipements et investissements[modifier | modifier le code]

Avoriaz est aussi une station qui est ouverte l'été de fin juin à début septembre, où l'on peut pratiquer diverses activités : VTT descente/freeride/trial, golf, tennis, trampoline, tir à l'arc, via ferrata, squash, randonnées pédestres... Depuis l'arrivée du complexe Aquariaz, les activités nautiques sont disponibles dans la station.

Aquariaz

En juillet 2012, Avoriaz ouvre un centre aqualudique, l'Aquariaz, un espace tropical à 29°C composé de 1 570 plantes tropicales et de 183 arbres. Ce complexe regroupe un jacuzzi, des jeux/attractions pour enfants, des douches et un bassin.

Sport et compétitions[modifier | modifier le code]

Tour de France cycliste[modifier | modifier le code]

La station d'Avoriaz a accueilli sept arrivées d'étape du Tour de France.

En 1977, 1979 et 1994, l'ascension fut grimpée en contre-la-montre individuel.

Sportifs[modifier | modifier le code]

Jean Vuarnet, Isabelle Mir comme Annie Famose sont des champions de ski qui ont marqué l'esprit de la station.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Téléphérique pour l'enfance de Fred Blanc (photos), Astrid Bouygues (textes) aux éditions Jean-Michel Place (2006)
  • Avoriaz, l'aventure fantastique de Chantal Bourreau, aux Editions Savoie Vivante (2004)
  • Avoriaz ou la transformation d'un paysage Photographies de Gérard Dufresne, aux éditions de l'Épure (1994)
  • Henri Baud et Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Chablais, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 978-2-7171-0099-0), p. 239-245, « Morzine ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le -az final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur l'avant-dernière syllabe[2],[3],[4],[5].
  2. Les données fournies par l'organisme Savoie Mont Blanc prend en compte l'ensemble des établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (Site du domaine skiable.
  2. a et b « Toponymie arpitane : les noms en -oz, -az, -ex, -ix », sur Arpitan.com - Fédération internationale de l'arpitan (consulté le 20 juillet 2016).
  3. a et b Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de La Voix des Allobroges, été 2007)
  4. a et b Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  5. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Peeters, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 104.
  6. La station est inaugurée par le commissaire général au tourisme Jean Ravanel : Journal télévisé du 9 janvier 1967, sur le site de l'INA.
  7. a, b, c et d D'après Henry Suter, « Avoriaz », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter,‎ 2000-2009 (consulté le 1er juin 2016).
  8. Emmanuel Rouxel. Fondée en 1557, la société du Crot échappe au droit français. Le Messager, édition du Chablais du 1er mars 2012.
  9. a, b et c Histoire de Savoie 1981, p. 245, « Avoriaz ».
  10. « Avoriaz », sur site france-montagnes.com (consulté le 1er juin 2016). Pour le critères Top of the French Alps : Lire en ligne.
    France Montagnes est une association qui regroupe des acteurs du tourisme de montagne en France.
  11. « Past winners », sur le site des Worlds Snow Awards - www.worldsnowawards.co.uk (consulté le 1er juin 2016).
  12. Roxanne Crossley, « Avoriaz récompensée pour son engagement », sur le site www.goodplanet.info,‎ (consulté le 1er juin 2016).
  13. « Winners of the World Snow Awards (2012) », sur le site www.ultimate-ski.com (consulté le 1er juin 2016).
  14. a, b et c « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com (consulté le 29 avril 2016) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2015, .xlsx) ».
  15. [PDF] Centre d'études techniques de l'Équipement de Lyon, « Monographie : Les Gets – Morzine - Avoriaz », sur territoires.gouv.fr,‎ (consulté le 2 novembre 2013), p. 5.