Margencel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Margencel
Margencel
Vue de la mairie.
Blason de Margencel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Intercommunalité Thonon Agglomération
Maire
Mandat
Patrick Bondaz
2020-2026
Code postal 74200
Code commune 74163
Démographie
Population
municipale
2 181 hab. (2018 en augmentation de 6,44 % par rapport à 2013)
Densité 296 hab./km2
Population
agglomération
77 923 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 20″ nord, 6° 25′ 58″ est
Altitude Min. 372 m
Max. 531 m
Superficie 7,38 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Thonon-les-Bains
(banlieue)
Aire d'attraction Genève - Annemasse (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sciez
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Margencel
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Margencel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Margencel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Margencel

Margencel est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'agglomération du Grand Genève.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Margencel est située au nord de la Haute-Savoie près du lac Léman, dans le Chablais français, plus exactement dans le Haut-Chablais.

Margencel se trouve à 572 km de Paris, à 489 km de Marseille, à 179 km de Lyon et à 32 km de Genève.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Gland (Drapeau de la Suisse Suisse)
Léman
Anthy-sur-Léman Rose des vents
Sciez N Allinges
O    Margencel    E
S
Perrignier

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune est composée d'un village principal et de nombreux hameaux, qui sont :

  • Bisselinges
  • Dursilly
  • Jouvernex
  • les Cinq Chemins
  • les Frégates
  • Port de Sechex
  • Sechex
  • Revachaux
  • Ronsuaz
  • Zusinges

Logement[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Margencel est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Thonon-les-Bains, une agglomération intra-départementale regroupant 13 communes[4] et 77 923 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 158 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

La commune, bordée par un plan d’eau intérieur d’une superficie supérieure à 1 000 hectares, le Léman, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[9]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (40,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (45,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (39,7 %), prairies (24,8 %), zones urbanisées (15,2 %), zones agricoles hétérogènes (8,6 %), terres arables (7,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,4 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes de Margencel sont Margincello (1154) ou encore Margancello[13], ou encore Mergencel (1637). Le nom de la commune provient probablement d'un nom d'homme, Marganticellus[13].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Mardanfé (graphie de Conflans) ou Margencér (ORB)[14].

  • Bisselinges : anciennement Bisselinge.
  • Zusinges : anciennement Jussinge.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Le , un TER percute un car scolaire du collège de Margencel, sur un passage à niveau du Hameau de Mésinges. Sept jeunes adolescents âgés entre 11 et 13 ans y trouvent la mort[15]. Le , Réseau ferré de France annonce que ledit passage à niveau va être rénové à cause de défauts du platelage durant le mois d' avant d'être totalement supprimé aux alentours du mois de septembre 2015 après qu'un contournement routier ait été mis en service[16].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Margencel

Les armes de " Margencel " se blasonnent ainsi : d'azur à la bande d'argent chargée de trois cœurs de gueules .


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
1860 1865 Jean Jacques Germain Rieux (1790-1876)   Docteur-médecin
1865 1875 Victor Marie Mudry (1840-1915)   Cultivateur
1875 1876 Jean Jacques Germain Rieux (1790-1876)   Docteur-médecin
1876 1876 Antoine Reverchon (1820-1896)   Cultivateur
1876 1879 Pierre Manillier (1823-1879)   Meunier
1879 1881 Antoine Vuattoux (1835-1919)    
1881 1892 Alexis Duchêne (1842-1918)    
1892 1900 Victor Marie Mudry (1840-1915)   Cultivateur
1900 1904 Alexis Duchêne (1842-1918)     :
1904 1907 Alphonse Duchêne (1837-1907)   Instituteur retraité
1907 1917 Amédée Bouvet (1862-1944)   Boulanger et restaurateur
1917 1919 Léon Gentil (1866-1930)   Adjoint faisant fonction de maire
1919 1929 Louis Lambert (1876-?)    
1929 1935 Marius Perron (1867-1937)   Instituteur
1935 1944 Léon Jordan (1885-1974)    
1944 1944 Jacques Duchêne (1903-1948)    
1944 octobre 1947 Jean Céna (1903-1949)    
octobre 1947 mars 1959 Victor Mudry (1912-1969)    
mars 1959 mars 1977 Joseph Depraz (1922-2019)    
mars 1977 mars 1989 André Grange (1931- )    
mars 1989 mars 2001 Jean-Michel Barreau (1955- )    
mars 2001 mai 2020 Jean-Pierre Rambicur (1955- ) LS puis SE Agent d'affaires
mai 2020 En cours
(au 28 janvier 2021)
Patrick Bondaz (1972- ) SE Sapeur-pompier professionnel
Les données manquantes sont à compléter.

Margencel relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont la députée est Marion Lenne (LREM) depuis les élections de 2017.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2018, la commune comptait 2 181 habitants[Note 3], en augmentation de 6,44 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +6,11 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
499571580700922920800830878
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
861850809740719692684639667
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
597603573539534560561660887
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2018 -
1 0351 2621 4291 6661 6971 9452 1452 181-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement, l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Chablais, le Courrier savoyard.

Internet[modifier | modifier le code]

La commune a été récompensée pour sa politique Internet par le label « Ville Internet » en 2002[Note 4].

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle (2 classes) ;
  • École primaire (6 classes) ;
  • Collège (ouvert depuis la rentrée 2006, comprenant une SEGPA (section d'enseignement général et Professionnel adapté) et une ULIS (unité locale d'inclusion scolaire) ;
  • Maison familiale rurale (apprentissage).

Économie[modifier | modifier le code]

  • Zone artisanale et Industrielle (tertiaire) ;
  • La Poste (dans la galerie marchande de l'hypermarché " Carrefour ").

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint-Laurent.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  •  Église Saint-Laurent

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[23].

Sports[modifier | modifier le code]

C'est au stade Louis Gillet qu'évoluent les deux équipes séniors de l'US Margencel. Pour la saison 2016-2017, l'équipe fanion participe au championnat de promotion d'excellence tandis que l'équipe reserve joue en troisième division de district. L'association dispose également d'une équipe féminine sénior et U18. Une très bonne ambiance de convivialité règne dans ce club et c'est un acteur principal de la vie du village. En effet, de nombreuses et diverses manifestations sont organisées par l'US Margencel: lotos, soirées dansantes, vente de boudins et d'atriaux, tournoi de pétanque pendant la vogue...

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. Le palmares des Villes Internet (1999 à aujourd'hui) sur le site officiel de l’association « Ville Internet » indique pour Margencel[22] :
    • 2002 « mention »
    .
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Thonon-les-Bains », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  10. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. a et b Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne)..
  14. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 17
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  15. Reconstitution de la collision mortelle d'Allinges, Le Figaro, 17 juin 2009.
  16. « Le passage à niveau d'Allinges va être rénové avant d'être supprimé », Tribune de Genève / AFP,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. [PDF] Margencel - Bulletin municipal, janvier 2014
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « Liste des Villes Internet » (consulté le ) (année à sélectionner)
  23. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).