Allinges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Allinges
Allinges
Vue des ruines du château-Vieux à Allinges.
Blason de Allinges
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Intercommunalité Thonon Agglomération
Maire
Mandat
François Deville
2020-2026
Code postal 74200
Code commune 74005
Démographie
Gentilé Allingeois
Population
municipale
4 494 hab. (2018 en augmentation de 6,34 % par rapport à 2013)
Densité 299 hab./km2
Population
agglomération
77 923 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 09″ nord, 6° 27′ 51″ est
Altitude Min. 438 m
Max. 750 m
Superficie 15,01 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Thonon-les-Bains
(banlieue)
Aire d'attraction Genève - Annemasse (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Thonon-les-Bains
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Allinges
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Allinges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allinges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allinges
Liens
Site web www.allinges.fr

Allinges, que l'on retrouve encore parfois sous la forme ancienne Les Allinges[Note 1], est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le Chablais savoyard aux abords du lac Léman, à proximité de Thonon-les-Bains.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Commelinges ;
  • Mésinges ;
  • Noyer ;
  • Les Bougeries ;
  • Château-Vieux ;
  • Château-Neuf
  • La Chavanne ;
  • Les Fleysets ;
  • Macheron

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Allinges est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Thonon-les-Bains, une agglomération intra-départementale regroupant 13 communes[6] et 77 923 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 158 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (44,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (45,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (30,4 %), zones agricoles hétérogènes (30 %), zones urbanisées (21,9 %), prairies (13,7 %), zones humides intérieures (3,4 %), terres arables (0,6 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Allinges dérive d'un nom d'origine burgonde *Alingum, « chez les Alingi », selon l'auteur Théodore Perrenot[12],[2],[13]. Il pourrait s'agir d'un dérivé de la forme familière d'un nom burgonde *alls, germanique *alla, qui signifie « tout, tout à fait ». Certains auteurs observent que le toponyme pourrait également dériver du prénom latin Alanus ou encore de l'ethnonyme Alains, un peuple envahisseur scythique originaire d'Asie, présence en Gaule vers le début du Ve siècle[2].

La paroisse est mentionnée sous la forme in Alingo entre 979 et 1046[2],[12],[13]. Au cours du XIIe siècle, on trouve les formes Alingis (1138-48) ou encore decanatus Allinges (1196), puis Alinco au début du siècle suivant[2],[12],[13]. Dans un document de 1210 du Cartulaire de Lausanne, il s'agit à nouveau de la forme Alingis, puis Cura de Alingio vers 1344[2],[13]. Lors de l'annexion du duché de Savoie par les troupes révolutionnaires françaises, la forme Alinges est utilisée (1793) [2],[13].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Alinzho selon la graphie de Conflans ou encore (Les) Alinjos selon l'ORB[14].

Les lieux-dits :

  • Commelinges :

Nom d'origine burgonde, dérivant probablement de *Gumolingum (Gumoldingum), « chez les Gumoldingum »[15]. Le village est mentionné sous cette forme en 1540[15].

Nom d'origine burgonde, dérivant probablement de *Miesingus, d'un germanique *meusa, musa désignant un lieu marécageux, «où pousse la mousse »[16],[17]. Le village est mentionné au XIIIe siècle sous les formes Meizinio (1248), Mesingis (1294), Mecingis (1298), puis on trouve Messinge et Mezinges, durant les périodes révolutionnaire et impériale (1793, 1810)[16],[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un dépôt de fondeur de la phase ancienne du bronze final (1350 à 1200 av. J.-C.) a été découvert en 1984. Il s'agit de fragments d'objets (pendeloques, torques, faucilles, épingle, hache, épée, poignard, lingots) en bronze qui avaient dû être enterrés dans un sac en toile ou en cuir. Ils sont conservés au Musée du Chablais[18].

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Une première mention du château des Allinges est citée dès 1071, mais il semblerait que les deux châteaux datent de cette période, appartenant chacun à deux branches de la famille[19]. Château-Vieux, en 1124, est inféodé aux sieurs de Faucigny, devenant le centre d'une châtellenie[19]. Il faut attendre le XIIIe siècle pour que les dénominations Château-Vieux et Château-Neuf fassent leur apparition, le second dépendant désormais des comte de Savoie[19]. Entre 1123 et 1203, Château-Neuf ne relève plus de la famille d'Allinges, mais celle-ci y possède encore une maison-forte[19],[20],[21].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 600 signatures[Note 4], dont 186 pour la commune[24]. Le duché est réuni à la suite d'un plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[25]. Dans un certain nombre de communes, les bulletins “non” étaient camouflés ou oubliés.

Le , un TER percute un autocar scolaire transportant des élèves du collège de Margencel, sur un passage à niveau du hameau de Mésinges. Sept mineurs, âgés entre onze et treize ans, y trouvent la mort[26]. Le 6 mars 2014, Réseau ferré de France annonce que le passage à niveau va être rénové, à cause de défauts du platelage, durant le mois d'avril 2014[27]. Après la mise en service d'un contournement par le sud, comprenant un pont-route au-dessus de la voie ferrée, le passage à niveau est supprimé en novembre 2015[28], cependant qu'une stèle en mémoire des victimes est inaugurée sur les lieux de l'accident[29].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Allinges appartient au canton de Thonon-les-Bains, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 12 communes[30]. Avant ce redécoupage, elle appartenait au canton de Thonon-les-Bains-Ouest, créé en 1995 des suites de la scission de l'ancien canton de Thonon-les-Bains.

Elle forme avec sept autres communes la communauté de communes des collines du Léman (CCCL).

Allinges relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[31]

Rattachée à Thonon agglomération depuis janvier 2017

Députée: Marion Lenne LREM

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1959 mars 1977 Jacques Berthet    
mars 1977 mars 1983 Aimée Charvier UDF-CDS  
mars 1983 juin 1995 Gérard Duvaut DVD  
juin 1995 mars 2014 Jean-Pierre Fillion DVD  
mars 2014 En cours François Deville DVD Cadre

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Allingeois[32],[33].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[35].

En 2018, la commune comptait 4 494 habitants[Note 5], en augmentation de 6,34 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +6,11 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
4965375428789491 0571 1041 0701 038
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 0301 0821 0441 0851 0421 0301 0039861 007
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
8789328779009138859031 1151 576
1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018 - -
2 0982 6273 0213 4724 0924 4334 494--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune d'Allinges est située dans l'académie de Grenoble. En 2015, elle administre une école maternelle et une école élémentaire « Joseph Dessaix » regroupant 437 élèves[38].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La 9e édition de la fête du Fromage a eu lieu en août 2008.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la station, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 15 931 lits touristiques répartis dans 2 728 structures[Note 6]. Les hébergements se répartissent comme suit : 18 meublés ; un centre ou Village de vacances/auberge de jeunesse et un refuge ou gîte d'étape[39].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Demi-clocher de la chapelle.
  • Le bloc erratique sculpté : cette gravure rupestre a été classée monument historique par arrêté du 28 janvier 1907[40].
  • Château-Vieux.
  • Château-Neuf et sa chapelle romane avec fresque du XIe siècle (monument classé).
  • La « pierre du Diable » surnommée aussi « la pierre à Passet » au hameau du Châteauvieux.
  • Château de Chignans.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Allinges

Les armes d'Allinges se blasonnent ainsi :

De gueules, à la croix d'or.

Les armes de la commune reprennent ceux de la famille d'Allinges[41],[42].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Monique Constant, "L'établissement de la Maison de Savoie au sud du Léman. La châtellenie d'Allinges-Thonon (XIIe siècle-1536)", in Mémoires et documents de l'Académie chablaisienne, t. LX, 1972.
  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Chablais, Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 978-2-7171-0099-0), p. 57-58, « Canton de Thonon », 125 à 133, « Allinges ».
  • Abbé Jean-François Gonthier (1847-1913), Les Châteaux et la chapelle des Allinges, Annecy, impr. de J. Niérat (Ancienne imprimerie Burdet), , 136 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. La graphie Allinges respecte le Code officiel géographique français[1]. On trouve encore parfois au niveau local ou dans la littérature l'emploi de l'article « Les », Les Allinges, pour la désigner[2].
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord du duché (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenue par l’Angleterre[22],[23].
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  6. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[39].
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Code officiel géographique des Allinges sur le site de l'Insee, consulté le 30 août 2014.
  2. a b c d e f et g D'après Henry Suter, « Aleins, Allinges », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Thonon-les-Bains », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Genève - Annemasse (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. a b et c Théophile Perrenot, Albert Dauzat, La Toponymie burgonde, 1942, p. 191.
  13. a b c d et e Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), xxx.[réf. non conforme].
  14. Lexique des noms des communes savoyardes en arpitan : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 17
    préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  15. a et b D'après Henry Suter, « Commelinges », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le ).
  16. a et b Théophile Perrenot, Albert Dauzat, La Toponymie burgonde, 1942, p. 195.
  17. a et b D'après Henry Suter, « Mésinges », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le ).
  18. Laurent Berman, « Un dépôt de l'âge du bronze découvert sur la commune d'Allinges », Nature et patrimoine en pays de Savoie, pages 10-11, n° 37, juin 2012.
  19. a b c et d Histoire des communes savoyardes 1980, p. 127.
  20. Histoire des communes savoyardes 1980, p. 24.
  21. « Compte de la châtellenie d'Allinge-Thonon », Archives départementales de la Savoie, SA 14784 : "unum fossatum a tornella juxta portam extra clausuras usque ad domum Jaquemeti de Alingio".
  22. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98.
  23. Paul Guichonnet (préf. Henri Baud), Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Roanne, Éditions Horvath, , 354 p. (ISBN 978-2-7171-0235-2), p. 163.
  24. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne), p. 43-45.
  25. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  26. Reconstitution de la collision mortelle d'Allinges, Le Figaro, 17 juin 2009.
  27. « Le passage à niveau d'Allinges va être rénové avant d'être supprimé », Tribune de Genève / AFP,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « Suppression de deux passages à niveau à Allinges (Haute-Savoie) », communiqué de presse SNCF
  29. « Suppression du passage à niveau d’Allinges sept ans après une collision mortelle », sur Le Progrès, .
  30. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté le ).
  31. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  32. « Allinges », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le ), Ressources - Les communes.
  33. Michel Germain, Jean-Louis Hebrard et Gilbert Jond, Dictionnaire des communes de Haute-Savoie, Éditions Horvath, , 450 p. (ISBN 978-2-7171-0933-7), p. 424.
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  38. « Haute-Savoie (74) > Allinges > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  39. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en ) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  40. « Bloc erratique sculpté », notice no PA00118338, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. Comte Amédée de Foras, Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, vol. 1, Grenoble, Allier Frères, 1863-1966, p. 22-36.
  42. André Borel d'Hauterive, Annuaire de la Noblesse de France et des Maisons souveraines, vol. A18, Grenoble, Allier Frères, (ISSN 2019-8086, lire en ligne), p. 373.