Lyaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lyaud
Étang installé dans une ancienne dépression glaciaire
Étang installé dans une ancienne dépression glaciaire
Blason de Lyaud
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Canton Thonon-les-Bains
Intercommunalité CC des Collines du Léman
Maire
Mandat
Joseph Deage
2014-2020
Code postal 74200
Code commune 74157
Démographie
Gentilé Lyaudins
Population
municipale
1 545 hab. (2012)
Densité 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 17″ N 6° 31′ 22″ E / 46.3380555556, 6.5227777777846° 20′ 17″ Nord 6° 31′ 22″ Est / 46.3380555556, 6.52277777778
Altitude Min. 440 m – Max. 1 413 m
Superficie 9,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Lyaud

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Lyaud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lyaud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lyaud
Liens
Site web http://www.le-lyaud.fr/

Lyaud, ou Le Lyaud selon l'usage local[1], est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé au pied du massif des Hermones. La mairie est à une altitude de 682m

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type ...

Ville Ensoleillement Pluie Neige Orage Brouillard
Paris 1 797 h/an 642 mm/an 15 j/an 19 j/an 13 j/an
Nice 2 694 h/an 767 mm/an 1 j/an 31 j/an 1 j/an
Strasbourg 1 637 h/an 610 mm/an 30 j/an 29 j/an 65 j/an
Lyaud ... h/an ... mm/an ... j/an ... j/an ... j/an
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 14 j/an 22 j/an 40 j/an

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour l'année 2006  :

Mois J F M A M J J A S O N D
Températures maximales (°C) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Températures minimales (°C) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Températures moyennes (°C) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Précipitations (hauteur moyenne en mm) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Source: Météo France

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Lyaud est souvent accompagné localement par l'article Le (Le Lyaud)[1], en imitation du nom arpitan savoyard. L'usage de Lyaud (sans article) est fixé dans les documents officiels depuis 1860[1].

Le toponyme serait issu d'un patronyme d'origine germanique, peut-être Léard, Liard qui sont une forme contractée du nom Léotard (en germain Leodhard)[2]. Le toponymiste Ernest Nègre en fait un dérivé de l'anthroponyme d'origine germanique *Lealdus[2],[3].

Ses habitants sont appelés les Lyaudaines et Lyaudins[4].

Selon l'Office Géographique Arpitan, le nom de la commune en savoyard est Lo Lyârd (dont la transcription phonétique est Le Lyô en Graphie de Conflans et [ləˈʎo ] en API).

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Lyaud

Les armes de Lyaud se blasonnent ainsi : D'or à l'arbre terrassé de sinople,chargé dans son feuillage d'un écusson de gueule à la croix d'or.


Faits historiques[modifier | modifier le code]

La paroisse du Lyaud appartient à celle d'Armoy jusqu'en 1844[5]. Les habitants érigent une église à partir de 1859. Les travaux durent deux ans[5]. Toutefois, bien que désormais indépendante, la paroisse est toujours administrativement attachée à Armoy jusqu'à un décret de 1867 où elle devient une commune autonome[5],[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Lyaud appartient au canton de Thonon-les-Bains, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 12 communes[6]. Avant ce redécoupage, elle appartenait au canton de Thonon-les-Bains-Est, créé en 1995 des suites de la scission de l'ancien canton de Thonon-les-Bains.

Elle forme avec sept autres communes la Communauté de communes des collines du Léman (CCCL).

Lyaud relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la Cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[7].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du Conseil municipal de Lyaud :

Groupe Président Effectif Statut
... Joseph Deage 0 majorité
... ... 0 opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste de l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de Lyaud :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Marie-Paule Roguier ... ...
mars 2008 en cours Joseph Deage ... ...

Histoire administrative[modifier | modifier le code]

Le Lyaud est érigée en commune indépendante par décret impérial du [5],[4].

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Lyaud sont les "Lyaudains" et "Lyaudaines" En 2012, la commune comptait 1 545 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
573 597 603 699 928 963 967 917 1 018
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
780 699 703 654 619 610 572 534 498
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
484 492 470 418 357 362 407 392 526
1982 1990 1999 2005 2006 2010 2012 - -
641 866 1 043 1 304 1 333 1 502 1 545 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Nombre d'habitants (données INSEE)
Année Habitants Hommes Femmes
1999 1042 51,3 % 48,7 %
2005 1304 49,6 % 50,4 %
Pourcentage d'actifs et d'inactifs dans la commune de Lyaud (données INSEE)
Année Actifs occupés Chômeurs Retraités Étudiants Autres inactifs
1999 48 % 1,9 % 13,1 % 8,6 % 28,3 %
2005 49,2 % 3,1 % 14,6 % 6,7 % 26,5 %

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le Lyaud relève de l'académie de Grenoble. Celle-ci évolue sous la supervision de l'inspection départementale de l'Éducation nationale. La commune possède une école maternelle et une école primaire, en commun avec la commune limitrophe d'Armoy.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

  • Télévision locale : TV8 Mont-Blanc

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Commerce[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Voua du Lyaud
  • Vouas du Lyaud. Les « vouas », dérivé, du patois « vouatte », désignent une prairie gazonnée humide, où des étangs se sont formés dans d'anciennes dépressions glaciaires[11]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Chablais 1980, p. 156, note de bas de page n°1.
  2. a et b D'après Henry Suter, « Léard, Liardaz, Liardère, Lyaud », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter,‎ 2000-2009 (consulté en septembre 2014).
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France. étymologie de 35000 noms de lieux : Formations non-romanes, dialectales, vol. 2, Librairie Droz,‎ , 1385 p. (ISBN 2-600-00058-5), p. 851.
  4. a, b et c « Lyaud », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en septembre 2014), Ressources - Les communes.
  5. a, b, c, d et e Chablais 1980, p. 157.
  6. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance,‎ (consulté le 9 avril 2015).
  7. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 9 avril 2015).
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.
  10. « Le Lyaud : L'église Saint-Nicolas », Tourisme-Loisirs > Patrimoine > Les églises néo-classiques sardes, sur site de la Communauté de communes des collines du Léman - lescollinesduleman.fr (consulté en septembre 2014).
  11. « Les Vouas du Lyaud », Tourisme-Loisirs > Curiosités naturelles > Les Vouas du Lyaud, sur site de la Communauté de communes des collines du Léman - lescollinesduleman.fr (consulté le 7 août 2015).