Fessy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fessy
Fessy
Vue générale.
Blason de Fessy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Intercommunalité Thonon Agglomération
Maire
Mandat
Patrick Condevaux
2020-2026
Code postal 74890
Code commune 74126
Démographie
Gentilé Fesserains
Population
municipale
990 hab. (2019 en augmentation de 19,28 % par rapport à 2013)
Densité 116 hab./km2
Population
agglomération
5 700 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 46° 16′ 32″ nord, 6° 24′ 41″ est
Altitude Min. 580 m
Max. 1 297 m
Superficie 8,53 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Perrignier
(ville-centre)
Aire d'attraction Genève - Annemasse (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sciez
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Fessy
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Fessy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fessy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fessy

Fessy est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Territoire de Fessy et les communes limitrophes.

Commune située dans le Chablais français. Les 830 habitants de Fessy (74890) sont répartis sur 853 hectares de la commune, majoritairement sur le Chef lieu et le hameau de Rézier. Aujourd’hui, Fessy est une commune résidentielle qui ne comprend que peu d’entreprises sur son secteur.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fessy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Perrignier, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[4] et 5 700 habitants en 2019, dont elle est ville-centre[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 158 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (60,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (61,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (60,9 %), zones agricoles hétérogènes (15,5 %), prairies (11,3 %), zones urbanisées (6,6 %), cultures permanentes (5,7 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponyme[modifier | modifier le code]

Dans les documents médiévaux, Fessy est mentionnée sous les formes suivantes Fessiacus, Fessium, Fessie, Feisie dans le Régeste genevois (1866)[10] ou dans Statistique historique du Diocèse d'Annecy (Pettex, 1880) avec également Serventum[11], ou encore la désignation de la paroisse par Cura de Fessie vers 1344[12].

Fessy est un toponyme provient d'un nom de domaine gallo-romain, *Fessiacum, constitué du gentilice Fessius suivi du suffixe -acum[12].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Fèssi (graphie de Conflans) ou Fessi (ORB)[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Régeste genevois (p. 160) indique qu'en 1222 le seigneur de Fessy, ainsi que le comte Thomas de Savoie font des dons à la chartreuse de Vallon, située à Bellevaux.

Dépendant de l’ancienne chartreuse de Vallon (1221-1290), qui possédait également des vignobles sur l’actuel hameau de Rézier. Ces biens passèrent, au XVIe siècle à Antoine de Saint Michel, seigneur d’Avully et seront rachetés, au XVIIe siècle, par les chartreux qui y installèrent une tuilière. Dès l’instauration de la « réforme protestante » dans le Chablais, Fessy possédait le presbytère occupé par le pasteur Louis Viret (1589), originaire de Fessy. Cette famille fournit plusieurs pasteurs dont Maurice Viret qui fut, successivement pasteur à Armoy et Draillant (1561-1566) et qui engagea une controverse avec saint François de Sales.[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune de Fessy, au lendemain de l'annexion de la Savoie à la France de 1860, intègre le canton de Douvaine[14]. Elle appartient, depuis 2015, au canton de Sciez, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 25 communes[15].

La commune est membre, avec dix-sept autres, de la communauté de communes du Bas-Chablais.

Fessy relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont la députée est Marion Lenne (LREM) depuis les élections de 2017.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 mars 2014 Patrick Bellamy ... ...
mars 2014 En cours
(au 30 avril 2014)
Patrick Condevaux SE ...

Population et société[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Fesserains, selon le site de Thonon Agglomération[16]. Le site sabaudia.org donne Fesserans[17].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2019, la commune comptait 990 habitants[Note 3], en augmentation de 19,28 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +7,33 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
294388394380542547494534486
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
477471449458467518496449402
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
379411401379326330290291334
1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015 2019 -
367485592734760752890990-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio, Radio Chablais… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Chablais, le Courrier savoyard.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Musée d'Art et de Folklore régional

Le musée d'Art et de Folklore Régional de Fessy est, sur le plan national, une des collections les plus importantes consacrées au monde paysan[réf. nécessaire]. Elle a été rassemblée par un paysan-artiste originaire du village : Bernard Lacroix. La plupart des objets, documents, meubles, outils... présentés proviennent du Bas Chablais : Douvaine, Thonon, Évian... et du Haut Chablais : Abondance, Morzine, Châtel... Ils ont trouvé place dans une vieille maison bâtie au XVIIe siècle par les moines chartreux de Bellevaux pour y loger les métayers. Ce musée est tenu par Bernard Lacroix, qui présente ses créations.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Fessy.svg

Les armes de Fessy se blasonnent ainsi :

Tranché ; au premier d'or à l'aigle de sable, la tête contournée et couronnée du même, au second d'azur au lion d'or surmonté d'une étoile du même ; un globe cerclé, cintré et croisé d'or brochant en cœur sur la partition, en ombre sur le premier.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Chablais, Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 978-2-7171-0099-0), p. 283-285, « Canton de Douvaine », 318-319, « Fessy »..
  • Abbé Claude-François Trosset, Fessy et Lully, Annecy, Impr. commerciale, , 480 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Perrignier », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. Paul Lullin et Charles Le Fort, Régeste genevois : Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l'histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l'année 1312, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 542 p. (lire en ligne), p. 483.
  11. Abbé J.-M. Pettex, « Statistique historique du Diocèse d'Annecy », Mémoires & documents publiés par l'Académie salésienne,‎ , p. 143, Décanat d'Allinges (suite) (lire en ligne).
  12. a et b Henry Suter, « Fessy », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en ).
  13. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 17
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en ).
  16. « Fessy », sur le site de Thonon Agglomération - thononagglo.fr (consulté en ).
  17. « Fessy », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en ), Ressources - Les communes.
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.