Chens-sur-Léman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Haute-Savoie
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Haute-Savoie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Chens-sur-Léman
Image illustrative de l'article Chens-sur-Léman
Blason de Chens-sur-Léman
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Canton Sciez
Intercommunalité Thonon Agglomération
Maire
Mandat
Pascale Moriaud-Billod
2014-2020
Code postal 74140
Code commune 74070
Démographie
Gentilé Chensinois[1]
Population
municipale
2 405 hab. (2014)
Densité 191 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 44″ nord, 6° 16′ 09″ est
Altitude Min. 372 m – Max. 439 m
Superficie 12,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Chens-sur-Léman

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Chens-sur-Léman

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chens-sur-Léman

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chens-sur-Léman

Chens-sur-Léman est une commune française du Chablais, en Haute-Savoie, dans l'agglomération transfrontalière du Grand Genève.

Géographie[modifier | modifier le code]

Prairie proche du lac Léman.
Au bord du lac Léman.

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune d'une surface de 1 087 hectares située dans la plaine du Bas-Chablais au bord du lac, avec un littoral de 5 km à une altitude de 372 m à 439 m[2], la commune d'environ 1 650 habitants (en 2007), est voisine de la commune suisse d'Hermance. Par sa situation sur les bords du lac Léman et son environnement préservé (portion de rives non urbanisées, prairies et vallons boisés, vaste espace de forêt…), la commune présente d'indéniables atouts touristiques.

Chens-sur-Léman est encore un village de campagne avec de grands espaces boisés et un espace agricole. Son patrimoine naturel lui vaut aujourd'hui deux sites classés « Natura 2000 ».

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Messery Massongy Rose des vents
Lac Léman N Douvaine
O    Chens-sur-Léman    E
S
Hermance
(Drapeau de la Suisse Suisse, GE)
Veigy-Foncenex Loisin

Transport et accès[modifier | modifier le code]

Depuis le 22 mars 2005, la commune est desservie par la CGN à l'embarcadère de Chens-sur-Léman/Tougues, ce qui met le village à moins de 30 minutes d'Yvoire et de Genève, moins d'une heure d'Évian, et à 20 minutes de Nyon.

Pêcheur.
Le bateau arrive au port.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune de Chens devient Chens-sur-Léman par décret, le (J.O. du )[1].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Shan (graphie de Conflans) ou Chens (ORB)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Très anciennement peuplée, on a relevé sur son rivage cinq cités lacustres (palafittes) et à l'intérieur des terres, plusieurs sites néolithiques, gallo-romains et burgondes.

Au Moyen Âge, la paroisse et la commune portait le nom de « cusy » (ou cursier), jusque vers 1860. Elle relevait du comte de Genève et occupait une situation stratégique importante entre les maisons de Savoie et de Faucigny. Trois fiefs se partageaient le territoire de Cusy : Grésier, qui relevait du Faucigny et dont le château, aujourd'hui disparu, défendait la rive droite de l'Hermance et l'accès au lac, Servette qui appartenait au comte de Savoie, et enfin, le plus important, Beauregard, qui relevait du comte de Genève.

Le cœur de la commune était alors au lieu-dit actuel Cusy, où subsiste un oratoire de l'église paroissiale brûlée sous la Révolution. Puis la commune se dénommera Cusy-Chens, puis Chens-Cusy en 1866 et Chens vers 1872. En 1953, un décret ministériel autorise la dénomination Chens-sur-Léman.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune de Chens-sur-Léman, au lendemain de l'Annexion de la Savoie à la France de 1860, intègre le canton de Douvaine[2]. Elle appartient, depuis 2015, au canton de Sciez, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 25 communes[4].

La commune est membre, avec dix-sept autres, de la communauté de communes du Bas-Chablais.

Chens-sur-Léman relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[5].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1990 mars 1996 Bernard Duret ... ...
mars 1996 mars 2008 Bernard Fichard ... ...
mars 2008 mars 2014 Nelly Benou ... ...
mars 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Pascale Moriaud-Billod DVD ...

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Chensinoises et les Chensinois[1]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 405 habitants, en augmentation de 32 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
325 313 380 447 572 589 560 558 547
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
531 576 604 588 620 628 613 568 606
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
503 543 515 506 475 516 568 636 835
1982 1990 1999 2007 2011 2014 - - -
856 1 063 1 274 1 708 1 971 2 405 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio, Radio Chablais… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Rhône-Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Chablais, le Courrier savoyard.

Économie[modifier | modifier le code]

Les secteurs d'activités économiques sont :

  • l'agriculture : la commune compte plusieurs exploitations dont l'activité occupe 35 % du territoire communal ;
  • la pêche : pêcheurs professionnels qui pratiquent leur activité sur le Léman (le plus grand lac d'Europe occidentale : 582 km2 dont 234 km2 en France) ;
  • commerces et entreprises : la commune comprend des restaurants, en partie liés à l'activité touristique, des commerces de « proximité » se concentrent essentiellement au chef lieu. À cela s'ajoutent des entreprises (BTP, espace vert, menuiserie, peinture, embouteillage de vins).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le chœur de l'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Naissance le 18 septembre 1879 d'Henri Dufaux (1879-1980), pionnier de l'aviation.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Ville Fr Chens sur Léman.svg

Les armes de Chens-sur-Léman se blasonnent ainsi : « D'azur à une sirène d'argent chevelée et marinée d'or tenant une lyre du même, sur une onde aussi d'argent mouvant de la pointe, accostée en chef de deux croissants contournés du même. »

Œuvre du peintre Di Decarli.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Ballaison », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 22 mars 2015), Ressources - Les communes.
  2. a et b Notice communale de Ballaison sur le site de l'EHESS.
  3. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 17
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  4. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en octobre 2014).
  5. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 22 mars 2015).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Christian Regat et François Aubert, Châteaux de Haute-Savoie : Chablais, Faucigny, Genevois, Cabèdita, , 193 p. (ISBN 978-2-8829-5117-5), p. 49-50.