Maison d'Allinges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille d'Allinges.
Famille d'Allinges
Armes de la famille.
Armes de la famille : Famille d'Allinges

Blasonnement De gueules, à la croix d'or
Devise Sans varier
Branches Allinges-Coudrée
Période XIe siècle à 1843
Pays ou province d’origine Chablais
Allégeance Maison de Faucigny, Maison de Savoie
Fiefs tenus Albens, Allinges, Apremont, Boisy, Cervettes, Balaison, Loisin, Chevenoz, la Cour, Grésier, Grésy, Publiez, La Rochette (en Chablais), La Rochette (en Savoie Propre), Longefan, Mouxy, Sainte-Hélène et des Millières.
Demeures Albens, Allinges-Vieux, Allinges-Neuf, Apremont, Boisy, Grésy, Longefan, Montfalcon, Mouxy, Sainte-Hélène et des Millières.

La famille d'Allinges est un lignage noble originaire d'Allinges, en Chablais, qui remonterait au XIe siècle et éteinte en 1840.

Titres et charges[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive des titres que porta la famille d'Allinges suivant les périodes :

  • marquis de Coudrée (1655), de La Chambre, de Lullin, de Ternier, de Seyssel ;
  • comtes d'Apremont, d'Heuille, de Langin (1622), de Larranges, de MontFalcon, de Montfort, de la Val d'Isère ;
  • seigneurs d'Allinges, de Balaison, de Boisy (1470), de Cervettes, de Chevenoz, de la Cour, de Grésier, de La Rochette (en Chablais), de La Rochette (en Savoie Propre), de Loisin, de Publiez.

Les titres et possessions de La Chambre et d’Apremont passent, par substitution, à la famille d'Allinges en 1622, lorsque Henriette de La Chambre, dernière héritière du nom, lègue de fait les titres à son fils[1].

La terre de Langin est érigée au même moment en comté[2].

En 1655, Jacques d'Allinges, à la suite d'une victoire sur les Turcs, obtient le titre de marquis pour sa terre de Coudrée[3]. La même année, il épouse Henriette de La Chambre de Seyssel. Leur fils, François, hérite avec Bernard de Budé, les titres et possessions de la maison de Seyssel à la mort du dernier détenteur des droits, Maurice de Seyssel, en 1660[4],[5].

Les titres et possessions de Lullin sont cédés à la famille en 1696[6].

Les titres et possessions de la famille Mareschal de Duin de La Val d'Isère, vicomte de Tarentaise, sont issus du mariage de Jacques d'Allinges, marquis de Coudrée et Marguerite-Prospère Mareschal de Duin de la Val-d'Isère, le [7].

Charges[modifier | modifier le code]

Certains membres ont été châtelains de[8] :

Historique[modifier | modifier le code]

La famille d'Allinges est connue depuis la fin du Xe siècle[9] ; est cité vers 1012[10], un certain Aymon ; vingt-six générations se succédèrent jusqu'à la mort du dernier représentant Joseph-Prosper d'Allinges, marquis de Coudrée, à Paris en 1840[11],[12]. Les Allinges seraient, selon l'historien Christian Regat, étroitement liés aux Rodolphiens et à l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune[13].

La famille d'Allinge verra sa puissance considérablement réduite à la fin du XIIe siècle[9] quand l'Avouerie de l'abbaye d'Agaune passe aux comtes de Savoie ; elle avait fait leur fortune.

Il est fait mention du « château des Allinges » dès 1071[14], mais il semblerait que les deux châteaux datant de cette période, appartenait chacun à une branche de la famille[14]. Château-Vieux, en 1124, est inféodé aux sieurs de Faucigny, devenant le centre d'une châtellenie[14]. Il faut attendre le XIIIe siècle pour que les dénominations Château-Vieux et Château-Neuf fassent leur apparition. Le second dépendant désormais des comte de Savoie, qui l'obtiennent entre 1123 et 1203 et ont évincé la famille[15],[14].

C'est sur les terres des seigneurs d’Allinges que l'abbaye d'Aulps est érigée en 1094, érection confirmée en 1097 par le comte Humbert II de Savoie[16], Gérard, et Gillion de Rovorée[17],[18].

Au XIIIe siècle, une branche part s'installer à Genève[19]. Guillaume d'Allinges est vidomne de Genève entre 1278 à 1281[20]. Un Rodolphe obtient la citoyenneté en 1439[19]. Les membres de cette famille embrassent la réforme. La famille s'éteint en 1654, avec Isaac[19]. Par son testament du 14 janvier 1654, il institua comme héritiers Jacques d'Allinges et Bernard de Budé.

En Valais, une autre branche s'établit dans le val d'Entremont (entre Orsières et Liddes)[19]. Ils portent le titre de vidomne[19]. Ainsi dans un acte de 1228, Rodolphe d'Allinges possède le titre de vidomne d'Entremont et de Saxon[21]. Cette branche possède grâce à l'abbaye Saint-Maurice de nombreux fiefs dans le pays de Vaud et en Bas-Valais, semble-t-il dès le XIe siècle[21].

Une branche de cette famille est établie à Rolle (Vaud, Suisse)[19], ville dont ils sont bourgeois déjà au XIVe siècle. En 1522, Michel de Viry, baron de Rolle, promeut en fief noble la parcelle où s'élève leur maison de Rolle (Grand-Rue 50), reconstruite vers 1518 pour l'influent homme d'église Claude d'Allinges, entre autres aumônier des ducs de Savoie et protonotaire apostolique[22]. Cette branche s'éteint en 1550[19].

La branche des Allinges restée en Savoie disparaît en 1840[19], avec la mort du marquis Joseph-Prosper-Gaétan d'Allinges de Coudrée[23].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Famille d'Allinges

Les armes de la famille d'Allinges se blasonnent ainsi :

de gueules, à la croix d'or[24],[25].

Devise : Sans varier[26],[27]

Généalogie[modifier | modifier le code]

Filiation[modifier | modifier le code]

  • Guiffred d'Allinges-Salvaing, grand maître en 1285[28],[29].
  • Pierre d'Allinges se bat dans les Flandres, en 1384, au côté du comte Amédée VII de Savoie[30].
  • Jean d'Allinges (vivant en 1470), époux de Guillemette de Montfort qui lui apporte la seigneurie et le château de Boisy.
  • Jacques d'Allinges-Coudrée (vivant en 1655 et encore cité en 1658), lieutenant général de Savoie, premier marquis de Coudrée en 1655[28], il est à cette date en possession du château de Montfalcon. En 1658[31], il afferme le château d'Apremont à Laurent Martin de Saint-Baldolph.
  • Joseph Marie d'Allinges de la Chambre-Seyssel (1660-1736), Marquis de Coudré, d'Aix et de Loullé. Ambassadeur, Grand maître de la Maison de Savoie. Chevalier de l'Annonciade en 1713[28].
  • François-Louis-Emmanuel d'Allinges-Coudrée (?-1743), comte d'Apremont. Militaire de carrière, il fut successivement gouverneur de Valence, de Novare, vice-roi de Sardaigne en 1738, lieutenant-général du comté de Nice en 1741. Il meurt lors de la bataille de Camposanto le 8 février 1743[28].
  • Joseph-Prosper-Gaëtan d'Allinges-Coudrée (°1761, le 4 décembre-†1840, le 26 février), dernier descendant de la famille d'Allinges, il était considéré comme l'une des plus grosses fortunes du duché de Savoie[32]. Il est chevalier, grand-croix des Saints Maurice et Lazare, brigadier général honoraire de cavalerie, écuyer de la reine de Sardaigne.

Possessions[modifier | modifier le code]

Liste par ordre alphabétique et non exhaustive des possessions tenues en nom propre ou en fief de la famille d'Allinges :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires, t. IX, Académie de Savoie, , chap. Série II, p. XCI-XCII.
  2. Jean Nicolas, La Savoie au XVIIIe siècle, Noblesse et Bourgeoisie, La Fontaine de Siloé, coll. « Le Champ régional », , 1242 p. (ISBN 978-2-84206222-4), p. 37.
  3. Chablais, p. 178.
  4. Gabriel Pérouse, Les environs de Chambéry : Guide historique et archéologique, La Fontaine de Siloé, coll. « Le Champ régional », , 389 p. (ISBN 978-2-9086-9747-6), p. 58.
  5. Michèle Brocard et Edmond Brocard, Châteaux de Savoie, Cabèdita, , 328 p. (ISBN 978-2-8829-5142-7), p. 280.
  6. Chablais, p. 153.
  7. Jules de Mouxy de Loche, Histoire d'Aix-les-Bains, Chambéry, Imprimerie savoisienne, , p. 183.
  8. « SA - Comptes des châtellenies, des subsides, des revenus et des judicatures », sur le site des Archives départementales de la Savoie - enligne.savoie-archives.fr (consulté en février 2018), p. 3
  9. a et b Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 24.
  10. Guillaume Fatio et Frédéric Boissonnas, Autour du lac Léman, Éditions Slatkine, , 297 p. (ISBN 978-2-05100-346-9), p. 40.
  11. Maurice Messiez, La Combe de Savoie autrefois, La Fontaine de Siloé, , 201 p. (ISBN 978-2-84206-191-3), p. 116-117.
  12. Guillaume Fatio et Frédéric Boissonnas, Autour du lac Léman, Éditions Slatkine, , 297 p. (ISBN 978-2-05100-346-9), p. 40, les auteurs indiquent 1843.
  13. Christian Regat et François Aubert, Châteaux de Haute-Savoie - Chablais, Faucigny, Genevois, Cabédita, 1994 (ISBN 9782882951175), p. 13.
  14. a, b, c et d Chablais, p. 127.
  15. a et b Chablais, p. 24.
  16. Christian Sorrel, Histoire de la Savoie en images. images, récits, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 461 p. (ISBN 2-84206-347-3), p. 136-137.
  17. Jean Prieur et Hyacinthe Vulliez, Saints et saintes de Savoie, La Fontaine de Siloé, , 191 p. (ISBN 978-2-8420-6465-5), p. 58.
  18. Michel Germain, Personnages illustres des Savoi e, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3), p. 296.
  19. a, b, c, d, e, f, g et h Guido Castelnuovo / HM, « Allinge, d' » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du . p. 1.
  20. Agostino Paravicini-Bagliani, Bernard Andenmatten et Eva Pibiri, Pierre II de Savoie (+ 1268) : Le "Petit Charlemagne", Lausanne, Université de Lausanne, coll. « Cahiers lausannois d'histoire médiévale », , 444 p., p. 101
  21. a et b Louis Blondel, Château de Saxon, vol. 15, Verlag Birkhäuser - Revue suisse d'art et d'archéologie (1re éd. 1954), p. 191.
  22. Paul Bissegger, Monuments d’art et d’histoire du canton de Vaud VII, Rolle et son district, Société d'histoire de l'art en Suisse, coll. « Monuments d’art et d’histoire de la Suisse », (ISBN 978-3-03797-029-4), p. 352-359
  23. Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret, "Grands notables du Premier Empire: notices de biographie sociale", Centre national de la recherche scientifique, Volumes 3, 1978, 179 pages, p. 17.
  24. Comte Amédée de Foras, Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, vol. 1, Grenoble, Allier Frères, 1863-1966, p. 22-36.
  25. André Borel d'Hauterive, Annuaire de la Noblesse de France et des Maisons souveraines, vol. A18, Grenoble, Allier Frères, (ISSN 2019-8086, lire en ligne), p. 373.
  26. Fiche sur gaso.fr
  27. Jules de Mouxy de Loche, Histoire d'Aix-les-Bains, Chambéry, Imprimerie savoisienne, , p. 229.
  28. a, b, c et d Jean-Louis Grillet, Dictionnaire historique, littéraire et statistique des départements du Mont-Blanc et du Léman, contenant l'histoire ancienne et moderne de la Savoie, et spécialement celle des personnes qui y étant nées ou domiciliées, se sont distinguées par des actions dignes de mémoire, ou par leurs succès dans les lettres, les sciences et les arts, Puthod, , p. 255-257, notice.
  29. Jules Philippe, Les Gloires de la Savoie, J.-B. Clarey, , p. 52-56, notice.
  30. Christian Regat et François Aubert, Châteaux de Haute-Savoie : Chablais, Faucigny, Genevois, Éditions Cabédita, , 193 p. (ISBN 978-2-8829-5117-5), p. 162.
  31. Georges Chapier, Les châteaux Savoyards, La Découvrance, 2005 (ISBN 9782842653262), p. 200.
  32. André Palluel-Guillard, L'aigle et la croix : Genève et la Savoie, 1798-1815, Éditions Cabédita, , 662 p. (ISBN 978-2-8829-5260-8), p. 227.