Prothèse pénienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Une prothèse pénienne, ou implant pénien, est l'un des plus anciens traitements efficaces pour la dysfonction érectile[1]. Le dispositif médical qui est implanté chirurgicalement dans les corps caverneux du pénis lors d'une intervention chirurgicale, offre les plus hauts niveaux de satisfaction du patient et de son partenaire parmi toutes les options de traitement disponibles[2]. Le dispositif est indiqué pour les hommes impuissants ou ayant une dysfonction érectile, qui résulte de plusieurs conditions physiques, telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète, le traumatisme pelvien, la maladie de la Peyronie, ou d'un cancer de la prostate[3]. Moins fréquemment, une prothèse pénienne peut également être utilisée dans l'étape finale de la chirurgie plastique de la phalloplastie, dans le cadre de la chirurgie de réattribution sexuelle Ftm, ainsi que pour des patients adultes et enfants qui ont besoin de modifications génitales.

Raisons d'utilisation[modifier | modifier le code]

Un implant pénien est un traitement disponible pour les personnes qui sont incapables d'atteindre ou de maintenir une érection suffisante dans les rapports sexuels avec pénétration. Son utilisation principale est pour les hommes atteints de dysfonction érectile vasculaire (maladies cardiovasculaires, hypertension artérielle, diabète), d'anomalies congénitales, de iatrogenèses, de traumatismes pelviens ou d'accidents du pénis, de maladie de la Peyronie, ou suite à un traitement contre le cancer de la prostate. Cet implant est généralement considéré comme moins invasif que les traitements médicaux tels que les médicaments par voie orale (inhibiteurs de la PDE5 : le Viagra, Levitra, Cialis), les injections péniennes ou les dispositifs d'érection sous vide qui fournissent un résultat insatisfaisant, ou qui sont contre-indiqués[4]. Par exemple, de nombreux médicaments utilisés pour traiter la dysfonction érectile ne sont pas adaptés pour les patients souffrant de problèmes cardiaques et peuvent interférer avec d'autres médicaments.

Parfois, une prothèse pénienne est implantée au cours de la chirurgie pour modifier, construire ou reconstruire le pénis lors de la phalloplastie. Le British Journal of Urology International rapporte[5] que, contrairement à métoidioplastie pour la réassignation sexuelle des patients FtM, qui peut entraîner une taille normale de pénis, mais un diamètre étroit, la création d'un néophallus à l'aide d'un tissu musculaire de l'avant-bras par exemple, peut entraîner un volume plus important de pénis, qui permettra l'insertion de n'importe quel type de prothèse pénienne.

Cette technique permet aux hommes victimes de traumatismes péniens de mineurs à graves (ou même totalement émasculés) causés par des accidents, des abus d'enfants ou des auto-mutilations de bénéficier d'implantations de prothèses péniennes permettant les rapports sexuels.

Dans certains cas de chirurgies génitales reconstructives, l'implantation de prothèses semi-rigides est recommandée dans les trois mois après la phalloplastie, pour éviter la rétractation phallique. Elle peut être remplacée plus tard par un modèle gonflable.

Types de dispositifs[modifier | modifier le code]

Il existe deux principaux types de prothèses péniennes : non-gonflables, dispositifs semi-rigides et dispositifs gonflables[1]. Les dispositifs non-gonflables et semi-rigides se composent de tiges implantées dans le pénis permettant l'érection et peuvent être pliées ou non, pour la pénétration sexuelle. Avec ce type d'implant, le pénis est toujours semi-rigide et peut donc être difficile à dissimuler.

Les prothèses gonflables hydrauliques existent également, et elles ont été décrites la première fois en 1973 par Brantley Scott et coll[6]. Ces dispositifs remplis de solutions salines sont constitués de cylindres gonflables placés dans chambres érectiles du pénis, d'une pompe dans le scrotum que le patient pourra activer, de gonflage/dégonflage, et d'un réservoir placé dans l'abdomen qui contient le liquide. L'appareil est gonflé par pression de la pompe à plusieurs reprises pour le transfert de fluide à partir du réservoir des chambres péniennes. Après les relations sexuelles, la pompe peut être désactivée pour que le pénis reprenne une condition flasque. Presque toutes les prothèses implantées fonctionnent de manière satisfaisante pendant une dizaine d'années, ou plus, avant d'avoir besoin d'être remplacées[7]. Certains chirurgiens les recommandent en affirmant qu'ils sont plus facilement dissimulés et fournissent les plus hauts niveaux de satisfaction du patient et du partenaire.

Les 3 pièces gonflables d'une prothèse Pénienne.

Avantages[modifier | modifier le code]

  • Faible taux d'échec mécanique : le plus souvent, c'est en rapport avec l'incapacité à dégonfler le pénis à cause d'une défaillance de la pompe ; le moins souvent, c'est l'incapacité à gonfler la prothèse ; et, parfois, la déconnexion ou l'échec du réservoir.
  • Les PPG (Prothèses Péniennes Gonflables) sont facilement dissimulables sous les vêtements, y compris les maillots de bain ou les jeans.
  • L'érection peut être maintenue aussi longtemps que nécessaire, ou aussi longtemps que désirée, sans aucune complications potentiellement graves.
  • Bien-être psychologique et émotionnel accru chez la proportion d'hommes qui subissent la chirurgie d'implant. Certaines études indiquent un niveau élevé de satisfaction des patients, en partie attribuable à l'amélioration de la technologie de la prothèse elle-même, l'amélioration des techniques chirurgicales rend la procédure moins douloureuse et satisfait plus les attentes des patients.
  • Le gonflage de l'appareil peut être accompli en toute discrétion.

Inconvénients[modifier | modifier le code]

  • Le gland ne s'agrandit pas et la pénétration sexuelle peut être gênante. Le pénis peut aussi ne pas être aussi ferme qu'une érection naturelle.
  • Certains modèles ne sont pas dégonfler facilement ; une certaine dextérité manuelle est requise pour faire fonctionner les modèles gonflables, ce qui les rendant inappropriés pour les hommes avec troubles neurologiques comme les AVC ou la maladie de Parkinson.
  • Le pénis ne peut pas être complètement flasque, selon le modèle de prothèse (le plus souvent pour les implants semi-rigides ou malléables).
  • Beaucoup d'hommes perdent entre 1 cm à 2 cm de longueur.
  • Après la chirurgie, les patients éprouvent une douleur modérée pendant deux semaines, ou parfois une douleur sévère, généralement contrôlée par des analgésiques. C'est le plus souvent dû à un gonflement du scrotum, qui peut être assez profonde. Des rapports sexuels normaux peuvent être réalisés après six à huit semaines après l'opération, après autorisation du chirurgien.
  • Pas tous les hommes ont une satisfaction totale avec la prothèse.
  • Certaines études indiquent un taux de satisfaction du partenaire de 70 % ou moins, en raison d'attentes déraisonnables. De nombreux chirurgiens recommandent maintenant que les deux partenaires soient conseillés en phase pré-opératoire concernant les résultats et les attentes.
  • Le gonflage des appareils n'est pas instantané.
  • Il peut être difficile de cacher une prothèse, car les composants du scrotum sont durs et de forme irrégulière. Un partenaire peut ressentir la présence du scrotum.
  • La stimulation manuelle peut être douloureuse.
  • Il y a un taux de complication de 2 à 10 %, principalement en raison d'une infection ou d'une défaillance du dispositif. Les complications comprennent : un saignement incontrôlé après la chirurgie qui peut conduire à la ré-opération, la formation de tissu cicatriciel, l'érosion (tissu autour de l'implant qui peut se décomposer) nécessitant un enlèvement ou une panne mécanique conduisant à une ré-opération et à la suppression.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Simmons M, Montague D. Penile prosthesis implantation: past, present, and future.
  2. Rajpurkar A, Dhabuwala C. Comparison of satisfaction rates and erectile function in patients treated with sildenafil, intracavernous prostaglandin E1 and penile implant surgery for erectile dysfunction in urology practice.
  3. Sadeghi-Nejad H. Penile prosthesis surgery: a review of prosthetic devices and associated complications.
  4. Garber B. Inflatable penile prostheses for the treatment of erectile dysfunction: an update.
  5. British Journal of Urology International, Volume 100, Number 4, p. 899-905, Reconstructive Urology: Total phalloplasty using a musculocutaneous latissimus dorsi flap, Sava V. Perovic, Rados Djinovic et al., School of Medicine, Belgrade University
  6. Scott B, Bradley W, Timm G. Management of erectile impotence: use of inflatable prosthesis.
  7. Wilson S, Delk J, Salem E. Long-term survival of inflatable penile prostheses: single surgical group experience with 2,384 first-time implants spanning two decades.

Liens externes[modifier | modifier le code]