Sissy (genre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sissy est un terme péjoratif, surtout aux États-Unis, pour un garçon ou un homme efféminé, avec des connotations d'être homosexuel ou lâche. Un pansy est un terme semblable à celui de nancyboy ou de poofter.

Définition et dérivations[modifier | modifier le code]

Sens péjoratif[modifier | modifier le code]

Sissy (dérivé de sœur), également sissy bébé, garçon efféminé, homme efféminé, sissy culottes, etc., est un terme péjoratif pour un garçon ou un homme qui n'est pas conforme aux "normes" des stéréotypes du genre masculin. Généralement, sissy implique un manque de courage, de force, d'athlétisme, de coordination motrice, de testostérone, de libido masculine et de calme stoïque, qui ont été traditionnellement associés à la masculinité et considérés comme importants pour le rôle des hommes dans la société occidentale. Un homme peut aussi être considéré comme une « poule mouillée » pour être intéressé par les passe-temps ou un emploi traditionnellement féminins (p. ex. être friand de la mode), l'affichage de comportements efféminés (p. ex. à l'aide de produits pour les cheveux ou de l'affichage de bracelets de poignets), étant non athlétique, ou homosexuel[1].

Le terme a un sens similaire à celui de pansy, ou de nancyboy ou encore de poofter en dehors des États-Unis.

"Sissy" est, approximativement, le mâle inversé de tomboy (une fille avec des traits ou des intérêts masculins), mais porte des connotations plus fortement négatives. Une recherche publiée en 2015 suggère que les termes sont asymétriques qui est en leur pouvoir pour stigmatiser[pas clair] : sissy est presque toujours péjoratif et transmet une plus grande gravité, tandis que tomboy génère rarement autant d'inquiétude, mais provoque aussi la pression pour se conformer aux rôles de genre[2] normatifs. Appliquées à un particulier, ces conditions deviennent une forme de contrôle social, l'application normative des rôles de genre et souvent le dessin[Quoi ?] sur l'absence de fondement lien de sexe non-conformité avec l'homosexualité.

Terme affectueux à l'égard des femmes[modifier | modifier le code]

Sissy (ou sis) peut également être une relation surnom formé à partir de sister (sœur), donnée aux filles pour indiquer leur rôle dans la famille, surtout la plus âgée des filles de la fratrie. Il peut également être appliqué à des filles comme un terme affectueux de la part des amis qui ne sont pas membres de la famille.[réf. nécessaire]

L'histoire et l'usage[modifier | modifier le code]

Le terme sissy a historiquement été utilisé chez les écoliers comme insulte "négative" ce qui implique l'immaturité et de l'égalité des sexes ou de la déviance sexuelle[pas clair][3]. Il a été identifié comme "sexiste" dans les instructions données aux écoles du Royaume-Uni[4] et décrit comme "tout aussi inacceptables les propos racistes et homophobes de la langue"[5]. Les termes de genre créatif[6]pink boy (garçon rose)[7] et tomgirl[8] ont été proposées comme des solutions de rechange pour la politesse. Le mot japonais bishōnen est aussi un terme poli pour un homme ou un garçon, montrant de la douceur ou ayant des attributs féminins.

Le mot de sissy dans son sens originel de "sœur" est entré dans l'anglais américain autour de 1840-1850 et a acquis sa connotation péjorative autour de 1885-1890 ; le verbe sissify est apparu dans la période 1900-1905[9]. À titre de comparaison, le mot tomboy est plus ancien d'environ trois siècles, datant de 1545-55[10].

Dans les années 1930, "il n'y avait pas plus accablante insulte que d'être appelé un sissy" et le mot a été largement utilisé par les entraîneurs de football américain et des journalistes sportifs pour dénigrer les équipes rivales et encourager un féroce comportement des joueurs[11]. L'utilisation du mot sissy est "omniprésente" parmi la délinquance de la jeunesse américaine des années 1930 ; le terme a été utilisé pour provoquer les garçons à se joindre à des gangs, à rabaisser les garçons qui ont violé les normes du groupe, la force de la conformité avec les mandats de la masculinité, et justifier la violence (y compris la violence sexuelle) contre les jeunes et les plus faibles des enfants[12]. Les bons élèves ont été raillés comme des poules mouillées et les styles de vêtements associés aux classes sociales plus élevées ont été abaissés comme sissified. Parmi les membres des gangs de jeunes de Detroit en 1938-39, sissy était "l'ultime insulte" utilisée pour taquiner ou se moquer des autres garçons, comme une rationalisation de la violence contre des rivaux, et comme une excuse pour ne pas respecter les maximes de la classe moyenne de la bienséance et de la morale.

À la fin des années 1980, certains hommes ont commencé à revendiquer le terme de sissy pour eux-mêmes[13]. La variante orthographique cissy a été utilisée en anglais britannique, au moins avant le milieu des années 1970[14]. Aux États-Unis, la série télévisée South Park, diffusée sur Comedy Central, a inversé son sens dans un épisode de 2014 intitulé La Cissy, qui brocarde la controverse sur l'utilisation de toilettes de l'école[15] par les élèves transgenres ; dans l'épisode une salle de repos initialement désignée pour une utilisation par les étudiants transgenres est, plus tard, de nouveau désignée comme "salle de bain de cissy" pour une utilisation par les étudiants cisgender par voie trans-phobique[pas clair].

Dans le genre et les études LGBT[modifier | modifier le code]

Dans son "Sissy Boy Syndrome" de 1987, le Dr Richard Green a comparé deux groupes de garçons : un groupe était traditionnellement masculin ; les garçons de l'autre groupe, que Green appelait "garçons féminins" et autres enfants appelés "sissy", étaient engagés dans un jeu de poupée et d'autres comportements typiques pour les filles[16]. Au cours de ses 15 ans d'étude longitudinale, Green a regardé de la croix-genre de comportement chez les garçons, qui plus tard se sont avérés être transgenres, ou homosexuels, comme dans un groupe de contrôle, et a analysé des fonctionnalités telles que l'intérêt dans les sports, les préférences de jouts dans la salle de jeux, des poupées pour jouer fantasy, le comportement physique ("agir comme une fille" vs rough-and-tumble jouer), le cross-dressing, psychologique et de comportement, :21–29 à l'aide de tests, de questionnaires, d'entrevues, et de suivis. Il a également examiné l'influence des relations parentales :353–369et la réaction au comportement atypique. Plus tard, les suivis ont constaté que les trois quarts des garçons féminins ou "sissy" deviennent des hommes gay ou bisexuels, alors que seulement l'un du groupe de contrôle l'était. L'analyse de la question inné/acquis n'a pas été concluante.:385

Le terme sissyphobie désigne une réaction culturelle négative contre les "garçons sissy", pensée répandue en 1974[17]. La sissyphobie a plus récemment été utilisée dans les études queer[18] ; d'autres auteurs dans ce dernier domaine ont proposé effeminiphobie[19]femiphobie[20]femmephobie, ou effemimania[21],[22] comme termes alternatifs.

Gregory M. Herek écrit que sissyphobie se pose comme la combinaison de la misogynie et l'homophobie[23]. La Communication érudite Shinsuke Eguchi (2011) a déclaré :

Le discours de la droite agissant produit et reproduit les anti-féminité et de l'homophobie (Clarkson. 2006). Par exemple, le féminin, les hommes homosexuels sont souvent étiquetés "fem", de "salope", de "pissy," "sissy", ou "la reine" (par exemple, Christian, 2005; Clarkson, 2006; Payne,2007). Ils sont perçus comme s'ils fonctionnaient comme des "femmes" stimuler directement agissant hommes homosexuels à avoir des attitudes négatives envers les hommes gays féminins (Clarkson, 2006; Payne, 2007;Ward, 2000). Ceci est appelé sissyphobie (Bergling, 2001). Kimmel (1996) soutient que "la masculinité a été (historiquement) définie comme le vol des femmes et le rejet de la féminité" (p. 123). Ainsi, sissyphobie joue comme la stratégie de communication pour une action d'hommes gay, de justifier et de donner à leur masculinité. (p. 38)[24].

Eguchi a ajouté, "je me demande comment "sissyphobie' joue en particulier dans la dynamique du processus de la violence domestique dans la ligne droite d'action, et efféminé agissant de sexe masculin du même sexe modèle de couplage." (p. 53).

Dans les sous-cultures sexuelles[modifier | modifier le code]

Dans la pratique BDSM de la féminisation forcée, le mâle bas subissant le cross-dressing peut être appelé sissy comme une forme d'humiliation érotique, ce qui peut susciter de la culpabilité ou de l'excitation sexuelle, ou peut-être les deux, en fonction de l'individu. C'est forcé, l'évolution de l'homme à la sexualité[pas clair]. Les méthodes comprennent des choses comme l'hypnose et la vue de contenu pornographique humiliant, sous forme de .gif ou d'images [pas clair]. Après observation, l'homme va commencer à penser qu'il est attiré par les hommes et qu'il est une femme[25][réf. à confirmer].

Dans l'infantilisme paraphilique, un bébé sissy est un homme qui aime à jouer le rôle d'une petite fille[26].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tom Dalzell, The Routledge Dictionary of Modern American Slang and Unconventional English, London, New York, Taylor & Francis, (1re éd. 1st pub. 1937) (ISBN 978-0-415-37182-7, OCLC 758181675, lire en ligne), p. 885 :

    « an effeminate boy or man, especially a homosexual; a coward. US, 1879. »

  2. Compton, D. and Knox, E. (2015), "Sissies and tomboys." The International Encyclopedia of Human Sexuality, p. 1115–1354
  3. Thorne, B. (1993). Gender Play: Girls and Boys in School. Rutgers University Press, p. 115-116. (ISBN 978-0-8135-1923-4).
  4. Goodfellow, M., "New guidelines released to 'counter gender stereotyping' in UK schools". www.independent.co.uk, 2015.
  5. Institute of Physics, "Opening Doors: A guide to good practice in countering gender stereotyping in schools". www.iop.org, 2015.
  6. Duron, L. (2013), "Raising My Rainbow". raisingmyrainbow.com.
  7. Hoffman, Sara "My Son the Pink Boy". www.salon.com. Retrieved 10-Mar-2016.
  8. Jeremy Asher Lynch. "About Tom Girl Movie". www.tomgirlmovie.com. Retrieved 10-Mar-2016.
  9. Random House Dictionary, p. 1787.
  10. Random House Dictionary p. 1993.
  11. Oriard, M. (2001), King Football: Sport and Spectacle in the Golden Age of Radio and Newsreels. University of North Carolina Press. (ISBN 978-0807855454).
  12. Grant, J. (2014), The Boy Problem: Educating Boys in Urban America 1870-1970. Johns Hopkins University Press, New York, p. 143-144. (ISBN 978-1-4214-1259-7).
  13. Pronger, B. (1990), The Arena of Masculinity: Sports, Homosexuality, and the Meaning of Sex, New York, St Martin's Press. (ISBN 978-0312062934)
  14. The World Book Dictionary (1976 Edition), Chicago, IL, Doubleday & Company, Inc., p. 376 and 1951. (ISBN 978-0-5290-5326-8).
  15. Steinmetz, K. (2015). "Everything You Need to Know About the Debate Over Transgender People and Bathrooms". Time.com.
  16. Richard Green, The "Sissy Boy Syndrome" and the Development of Homosexuality, Yale University Press, (ISBN 978-0-300-03696-1, OCLC 898802573, lire en ligne) :

    « "Other children called them 'sissy.' ...Our boys would have preferred being girls. They liked to dress in girls' or women's clothes. They preferred Barbie dolls to trucks. Their playmates were girls. When they played 'mommy-daddy' games, they were mommy. And they avoided rough-and-tumble play and sports, the usual reasons for the epithet 'sissy.' " »

    :5
  17. John F. Oliven, Clinical sexuality: a manual for the physician and the professions, 3rd, (ISBN 0-397-50329-6), p. 110
  18. Tim Bergling, Sissyphobia: Gay Men and Effeminate Behavior, Routledge, (ISBN 1-56023-990-5)
  19. Will Fellows, A Passion to Preserve: Gay Men as Keepers of Culture, Madison, Wisconsin, University of Wisconsin Press, (lire en ligne), p. 280
  20. Bailey, Michael (1995). "Gender Identity", The Lives of Lesbians, Gays, and Bisexuals, p. 71–93. New York: Harcourt Brace.
  21. Kelby Harrison, Sexual Deceit: The Ethics of Passing, Lexington Books, (ISBN 0739177052), p. 10
  22. (en) Julia Serano, Whipping Girl : A Transsexual Woman on Sexism and the Scapegoating of Femininity, Seal Press, , 1re éd. (ISBN 1-58005-154-5, OCLC 81252738), p. 133Voir et modifier les données sur Wikidata
  23. Heterosexuality: a feminism & psychology reader - Sue Wilkinson, Celia Kitzinger - Google Boeken, Books.google.com, (lire en ligne)
  24. S. Eguchi, « Negotiating Sissyphobia: A Critical/Interpretive Analysis of One "Femme" Gay Asian Body in the Heteronormative World », The Journal of Men's Studies, vol. 19,‎ , p. 37–56 (DOI 10.3149/jms.1901.37)
  25. « Forced Feminization 101 », Lockedinlace.com (consulté le 10 février 2012)
  26. Tristan Taormino, « Still in Diapers - Page 1 - Columns - New York », Village Voice, (consulté le 10 février 2012)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Random House Dictionary of the English Language - Deuxième Édition Intégrale, Random House, New York (1987). (ISBN 978-0-3945-0050-8)

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Padva, Gilad et Talmon, Miri (2008). Dois Avoir Un Efféminé Cœur: La Politique de Effeminacy et Sissyness dans un Nostalgique de la TÉLÉVISION Israélienne de Musique. Féministe Des Médias 8(1), 69-84.
  • Padva, Gilad (2005). Radical poules mouillées et Stéréotypé des Fées dans Laurie Lynd est La Fée Qui Ne voulait pas Être Une Fée Plus. Cinéma Journal 45(1), 66-78.
  • Jana Katz, Martina Kock, Sandra Ortmann, Jana Schenk et Tomka Weiss (2011). Sissy Boyz. Queer De La Performance. thealit FRAUEN.KULTUR.Du TRAVAIL, de Brême. http://www.sissyboyz.de

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :