Pubis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Mont du pubis.
Représentation graphique de l'ensemble des os du bassin chez l'homme.
Bassin osseux chez l'homme.

Le pubis est un des os du bassin des vertébrés tétrapodes. En anatomie humaine, le pubis est la branche antérieure de l'os coxal ou iliaque.

Anatomie humaine[modifier | modifier le code]

Article connexe : os coxal.

Le pubis est un os qui fusionne avec l'ischion et l'ilion dans l'adolescence, au niveau du cartilage en « Y » au centre de la fosse acétabulaire, formant l'os coxal.

On lui décrit trois parties : le corps, la branche supérieure et la branche inférieure[1].

Anatomie comparée[modifier | modifier le code]

Mammifères[modifier | modifier le code]

Représentation en 3D de la position du pubis chez l'être humain.
Le pubis est matérialisé en rouge.

Le pubis est la partie inféro-ventrale de l'os iliaque. Pièce osseuse composée de deux os et constituant la partie antérieure et inférieure de l'os iliaque (os large et plat qui forme le bassin). L'articulation sur la ligne médiane des deux os pubiens s'appelle la symphyse pubienne[2].

Oiseaux et autres tétrapodes[modifier | modifier le code]

Planche d'anatomie de l'oiseau avec la position du pubis.
En 14, l'os du pubis.

Le squelette des oiseaux ressemble à celui des reptiles plus qu'à celui des Mammifères. La ceinture pelvienne qui soutient le membre postérieur comprend un pubis long et grêle, dirigé obliquement en arrière, parallèlement à l'ischion et à la partie acétabulaire de l'os iliaque : au point de rencontre de ces trois parties du bassin se trouve la cavité cotyloïde, ouverte en dehors et au fond de laquelle s'insère la tête du fémur[3],[4].

L'orientation du pubis a changé au fil de l'évolution, le pubis a pointé vers l'avant et vers le bas ; puis il a reculé et, chez les oiseaux plus évolués qu'archéoptéryx, devient parallèle à l'ischion. Nous ignorons ce qui a favorisé cette évolution, mais le partage de ces caractéristiques par les oiseaux et par d'autres maniraptora témoignent de leur origine commune[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vitorio Delage, « Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine », sur dictionnaire.academie-medecine.fr (consulté le 16 février 2016)
  2. « Corps humain virtuel - atlas anatomique | ikonet.com », sur www.ikonet.com (consulté le 16 février 2016)
  3. « Anatomie des oiseaux. », sur www.cosmovisions.com (consulté le 16 février 2016)
  4. Georges Cuvier et Duméril, Leçons d'anatomie, Crochard et Cie, (lire en ligne)
  5. « Des Dinosaures aux Oiseaux : une histoire de plumes, Fête de la Nature 2012 », sur www.saga-geol.asso.fr (consulté le 16 février 2016)