Mahu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Mahut.

Māhū est le nom donné en Polynésie aux personnes efféminées, māhū signifiant en reo tahiti « mou » (māmahu). Ces personnes occupent depuis longtemps une place particulière dans la société polynésienne traditionnelle. À l'époque des rois Pomare, elles étaient surnommées arii oi. L'une d'entre elles[réf. nécessaire] fut le conseiller et le confident de la reine Pomaré.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers navigateurs européens à avoir abordé les îles de l'archipel signalaient déjà leur présence, comme William Bligh, le capitaine du Bounty ou James Cook. Il rapportèrent ainsi que ces garçons différents reçoivent une éducation particulière, dès l'enfance, car les parents voient très tôt chez l’enfant s’il sera māhū. Plus âgés, ils s'occupent du foyer, ils mangent à l'écart des hommes et dansent et chantent avec les femmes. Ils occupent souvent un poste de domestique auprès d'un noble.

Un māhū était un homme aux manières efféminées mais qui s’habille en homme. Ses postures et ses gestes étaient cependant féminins. Pour lui, il n’y avait cependant pas d’équivoque, car sexuellement non attiré par un partenaire homme. Il pouvait donc être marié et avoir des enfants, notamment dans le but d'assurer sa succession, s'il disposait de biens fonciers. Généralement, le māhū ne cherchait pas à réprimer ou à rectifier sa façon d’être.

Plus tard, au XIXe siècle, Paul Gauguin en peindra à plusieurs reprises.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La fonction sociale du māhū est demeurée dans son rôle traditionnel et culturel. Il convient de ne pas le considérer systématiquement comme homosexuel, et de ne pas le confondre avec un raerae.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • François Bauer, Raerae de Tahiti : rencontre du troisième type, Papeete, Haere po,
  • Marie-Noël Capogna, « La légalisation du couple de même sexe : Réflexions sur les raisons d’une résistance en Polynésie française », Droit et cultures, vol. 68, no 2,‎ (lire en ligne)

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Mahu, l’Efféminé : un film documentaire de 52' réalisé par Jean-Michel Corillion. Grand prix du FIFO (Festival International du Film Océanien) en 2004[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]