Dième

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dième
L'entrée du village en 2016.
L'entrée du village en 2016.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Tarare
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Ouest Rhodanien
Maire
Mandat
Hubert Roche
2014-2020
Code postal 69170
Code commune 69075
Démographie
Gentilé Dièmois, Dièmoises
Population
municipale
210 hab. (2014)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 45″ nord, 4° 27′ 59″ est
Altitude Min. 396 m
Max. 866 m
Superficie 9,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Dième

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Dième

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dième

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dième

Dième est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation

Dième est situé dans les monts du Beaujolais, à environ 20 km à vol d'oiseau à l'ouest de Villefranche-sur-Saône, précisément dans le massif du mont Chatard qui est délimité au nord par la vallée de l'Azergues (D 485), au sud par la vallée du Soanan (D 13).

Le bourg de Dième se trouve à 3 km à l'ouest du mont Chatard (710 m) et à 1 km au sud du col de la Croix de Thel (650 m), carrefour de la D 82, qui relie les deux vallées de Valsonne à Chamelet, et de la D 106 qui traverse Dième et rejoint la D 13 en aval de Saint-Clément-sur-Valsonne en suivant le cours d'un petit affluent du Soanan.

Les communes limitrophes sont, dans le sens des aiguilles d'une montre : Saint-Just-d'Avray au nord, Chamelet, Létra, Ternand, Saint-Vérand, Saint-Clément-sur-Valsonne, Valsonne, Saint-Appolinaire.

Selon le classement établi par l'INSEE en 1999, Dième est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Lyon. Elle se trouve à la limite ouest de cette aire urbaine.

Géographie physique

Malgré la modestie des altitudes, le relief a une allure montagneuse du fait des fortes déclivités ; le réseau routier est souvent de type montagnard (routes étroite, lacets, corniches).

Géographie humaine

La population se répartit entre le bourg (mairie, église, pas de commerce) et plusieurs hameaux, notamment : le Guillard.

La commune se trouve à proximité, mais à l'extérieur, de la zone viticole du Beaujolais, dont fait partie la commune limitrophe de Saint-Vérand, sur le versant est du mont Chatard. L'activité agricole principale à Dième est l'élevage (quatre exploitations encore en activité). La commune comporte une partie de la forêt de Brou, sur le versant ouest du mont Chatard, forêt départementale qui concerne aussi Ternand, Saint-Vérand et Saint-Clément.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Dième Blason De gueules à l'agneau pascal d'argent, la tête contourné; chapé ployé d'or à deux sapins de sinople.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1911 1936 ? Claude Louis Chermette   Agriculteur
1936 ? 1945 Joseph Guérin   Agriculteur
1945 1949 François Planus   Agriculteur
1949 1970 Victor Chermette   Agriculteur
1970 2008 Joseph Chermette   Agriculteur
mars 2008 en cours Hubert Roche[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté d'agglomération de l'Ouest Rhodanien.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 210 habitants, en augmentation de 17,32 % par rapport à 2009 (Rhône : 5,17 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320 239 426 406 451 447 444 437 375
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
366 355 374 394 388 356 361 343 301
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
280 283 252 204 192 171 160 111 96
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
85 61 56 71 83 112 164 194 210
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-François-de-Sales de Dième.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Hubert Roche a été réélu », sur leprogres.fr, (consulté le 17 avril 2014)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .