Clochemerle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clochemerle (homonymie).

Clochemerle est un roman satirique français de Gabriel Chevallier, publié en 1934[1] qui a connu un succès immédiat et durable avec un tirage en plusieurs millions d'exemplaires et des traductions dans vingt-six langues[2]. Il a été adapté au cinéma et à la télévision. Le toponyme, inventé par Gabriel Chevallier est, aujourd’hui, entré dans la langue courante et sert à désigner une localité « déchirée par des querelles burlesques »[3]. Une édition de ce roman a été illustrée par Albert Dubout[4].

Cette satire est si bien accueillie que plusieurs villages revendiquent avoir servi de modèle à Clochemerle-en-Beaujolais[réf. nécessaire]. Il s'agit de la commune française de Vaux-en-Beaujolais où Gabriel Chevallier, en personne, a inauguré en octobre 1956, la plaque attribuant son nom à l'ancienne grande rue[réf. nécessaire].

Également, Gabriel Chevallier écrit deux suites à son roman, Clochemerle Babylone en 1951 (le réalisateur Jean Boyer en fit en 1957 un film, Le Chômeur de Clochemerle, avec Fernandel) et Clochemerle-les-Bains en 1963[1].

Enfin, en 1966, il donne pour titre à son autobiographie L'envers de Clochemerle[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le roman commence quand Barthélemy Piéchut, le maire de la commune de Clochemerle-en-Beaujolais, dévoile à Ernest Tafardel, l'instituteur, son projet : « Je veux faire construire un urinoir, Tafardel. […] Enfin, dit-il, une pissotière ! »[6].

Cette vespasienne, destinée, bien plus peut-être, à confondre madame la baronne Alphonsine de Courtebiche, le curé Ponosse, le notaire Girodot et les suppôts de la réaction, qu'à procurer un grand soulagement à la gent virile de Clochemerle, est édifiée tout près de l'église où Justine Putet, vieille demoiselle, exerce une surveillance étroite[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Clochemerle-en-Beaujolais.svg

Clochemerle est dotée d'armoiries imaginaires qui se blasonnent ainsi :

  • D'argent à une vespasienne de sinople sommée d'une cloche de gueules, accostée de deux merles affrontés de sable becqués aussi de gueules, perchés sur les parois latérales de la vespasienne[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chevallier, Gabriel (1895-1969). Auteur du texte et Chevallier, Gabriel (1895-1969), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 16 juin 2016)
  2. « À Vaux-en-Beaujolais, la pissotière de Cloche merle est le dernier endroit où l’on cause », sur www.leprogres.fr (consulté le 16 juin 2016)
  3. Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - Clochemerle », sur www.larousse.fr (consulté le 16 juin 2016)
  4. Hervé Guitton, h.guitton@dubout.fr, « Albert Dubout > Livres illustrés », sur www.dubout.fr (consulté le 16 juin 2016)
  5. Gabriel Chevallier, L'Envers de "Clochemerle," propos d'un homme libre., Flammarion, (lire en ligne)
  6. Clochemerle, « Chapitre 1 : Un grand projet »
  7. « Clochemerle, de Gabriel Chevallier - http://www.altersexualite.com », sur altersexualite.com (consulté le 16 juin 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Podcast : Clochemerle, une petite ville sous la IIIe république, dans La Marche de l'Histoire par Jean Lebrun : France Inter.
  • Critique du livre avec plusieurs extraits.