Clochemerle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clochemerle (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Clochemerle est un roman satirique français de Gabriel Chevallier, publié en 1934[1] qui a connu un succès immédiat et durable avec un tirage en plusieurs millions d'exemplaires et des traductions dans vingt-six langues[2]. Il a été adapté au cinéma et à la télévision. Le toponyme, inventé par Gabriel Chevallier est, aujourd’hui, entré dans la langue courante et sert à désigner une localité « déchirée par des querelles burlesques »[3]. Une édition de ce roman a été illustrée par Albert Dubout[4].

Cette satire est si bien accueillie que plusieurs villages revendiquent avoir servi de modèle à Clochemerle-en-Beaujolais[réf. nécessaire]. Il s'agit de la commune française de Vaux-en-Beaujolais où Gabriel Chevallier, en personne, a inauguré en octobre 1956, la plaque attribuant son nom à l'ancienne grande rue[réf. nécessaire].

Également, Gabriel Chevallier écrit deux suites à son roman, Clochemerle Babylone en 1951 (le réalisateur Jean Boyer en fit en 1957 un film, Le Chômeur de Clochemerle, avec Fernandel) et Clochemerle-les-Bains en 1963[1].

Enfin, en 1966, il donne pour titre à son autobiographie L'envers de Clochemerle[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le roman commence quand Barthélemy Piéchut, le maire de la commune de Clochemerle-en-Beaujolais, dévoile à Ernest Tafardel, l'instituteur, son projet : « Je veux faire construire un urinoir, Tafardel. […] Enfin, dit-il, une pissotière ! »[6].

Cette vespasienne, destinée, bien plus peut-être, à confondre madame la baronne Alphonsine de Courtebiche, le curé Ponosse, le notaire Girodot et les suppôts de la réaction, qu'à procurer un grand soulagement à la gent virile de Clochemerle, est édifiée tout près de l'église où Justine Putet, vieille demoiselle, exerce une surveillance étroite[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Clochemerle-en-Beaujolais.svg

Clochemerle est dotée d'armoiries imaginaires qui se blasonnent ainsi :

  • D'argent à une vespasienne de sinople sommée d'une cloche de gueules, accostée de deux merles affrontés de sable becqués aussi de gueules, perchés sur les parois latérales de la vespasienne[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chevallier, Gabriel (1895-1969). Auteur du texte et Chevallier, Gabriel (1895-1969), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr,‎ (consulté le 16 juin 2016)
  2. « À Vaux-en-Beaujolais, la pissotière de Cloche merle est le dernier endroit où l’on cause », sur www.leprogres.fr (consulté le 16 juin 2016)
  3. Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - Clochemerle », sur www.larousse.fr (consulté le 16 juin 2016)
  4. Hervé Guitton, h.guitton@dubout.fr, « Albert Dubout > Livres illustrés », sur www.dubout.fr (consulté le 16 juin 2016)
  5. Gabriel Chevallier, L'Envers de "Clochemerle," propos d'un homme libre., Flammarion, (lire en ligne)
  6. Clochemerle, « Chapitre 1 : Un grand projet »
  7. « Clochemerle, de Gabriel Chevallier - http://www.altersexualite.com », sur altersexualite.com (consulté le 16 juin 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Podcast : Clochemerle, une petite ville sous la IIIe république, dans La Marche de l'Histoire par Jean Lebrun : France Inter.
  • Critique du livre avec plusieurs extraits.