Aller au contenu

Saint-Bonnet-de-Mure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Bonnet-de-Mure
Saint-Bonnet-de-Mure
L'hôtel de ville de Saint-Bonnet-de-Mure.
Blason de Saint-Bonnet-de-Mure
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Intercommunalité CC de l'Est Lyonnais
Maire
Mandat
Jean-Pierre Jourdain (LREM)
2020-2026
Code postal 69720
Code commune 69287
Démographie
Gentilé Murois
Population
municipale
6 920 hab. (2021 en augmentation de 1,01 % par rapport à 2015)
Densité 424 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 29″ nord, 5° 01′ 48″ est
Altitude Min. 220 m
Max. 287 m
Superficie 16,34 km2
Type Ceinture urbaine
Unité urbaine Saint-Laurent-de-Mure
(ville-centre)
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Genas
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Saint-Bonnet-de-Mure
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Saint-Bonnet-de-Mure
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
Saint-Bonnet-de-Mure
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
Saint-Bonnet-de-Mure
Liens
Site web www.saintbonnetdemure.com/

Saint-Bonnet-de-Mure est une commune française, située en banlieue de Lyon dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Commune située à environ 15 km à l’est de Lyon, elle est traversée par la route nationale 6, l'autoroute A43 et est proche de l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry. Elle fait partie des communes dites de l'Est lyonnais.

Elle appartenait au département de l'Isère jusqu'en 1968, puis fut rattachée au département du Rhône. Pour des causes historiques, le Dauphiné touchait les rives du Rhône, jusqu'à la Grande Rue de la Guillotière… (raison pour laquelle certains Canuts s'y réfugièrent, mais furent pourtant plus de trois mille à y mourir… fusillés par la troupe[réf. nécessaire]).

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat semi-continental et le climat de montagne et est dans la région climatique Bourgogne, vallée de la Saône, caractérisée par un bon ensoleillement (1 900 h/an), un été chaud (18,5 °C), un air sec au printemps et en été et des vents faibles[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,8 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,9 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 907 mm, avec 9,9 jours de précipitations en janvier et 6,6 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lyon-Saint-Exupery », sur la commune de Colombier-Saugnieu à 7 km à vol d'oiseau[3], est de 12,8 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 862,5 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Statistiques 1991-2020 et records LYON-ST EXUPERY (69) - alt : 235m, lat : 45°43'35"N, lon : 5°04'40"E
Records établis sur la période du 01-04-1975 au 04-01-2024
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,1 1,4 4,3 7,3 11,2 14,8 16,7 16,5 12,8 9,6 4,8 1,9 8,5
Température moyenne (°C) 3,9 4,9 8,8 12,1 16,1 19,9 22,1 21,9 17,7 13,5 7,9 4,6 12,8
Température maximale moyenne (°C) 6,6 8,4 13,4 16,9 20,9 25 27,5 27,3 22,5 17,3 11 7,2 17
Record de froid (°C)
date du record
−20,3
07.01.1985
−12,9
11.02.1986
−9,6
01.03.05
−3
08.04.03
−0,2
01.05.1976
4
04.06.1984
6,6
22.07.1980
5,1
30.08.1986
1,7
22.09.1977
−3,7
31.10.1997
−8,1
27.11.1989
−12,7
10.12.1980
−20,3
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
20,4
10.01.15
22,4
24.02.1990
26,1
22.03.1990
28,8
30.04.05
33,9
24.05.09
38,1
22.06.03
39,4
24.07.19
39,9
24.08.23
34,2
10.09.23
30,3
09.10.23
22,4
08.11.15
20,1
18.12.1989
39,9
2023
Ensoleillement (h) 727 993 1 678 1 826 2 165 2 515 2 786 2 469 186 1 235 717 504 19 473
Précipitations (mm) 55 46,9 54,1 72,4 82,7 70,7 67,4 70,6 86,6 101 92,1 63 862,5
Source : « Fiche 69299001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/01/2024 dans l'état de la base


Au , Saint-Bonnet-de-Mure est catégorisée ceinture urbaine, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Laurent-de-Mure[Note 1], une agglomération intra-départementale regroupant deux communes, dont elle est ville-centre[Note 2],[8],[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[9]. Cette aire, qui regroupe 397 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[10],[11].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (77,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (64,6 %), zones urbanisées (15,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (8,1 %), mines, décharges et chantiers (5,6 %), zones agricoles hétérogènes (4 %), forêts (2,2 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le nom de la commune honore un saint répandu dans la toponymie. Originaire d’Auvergne, saint Bonnet est présent aux cours d'Austrasie puis de Neustrie, puis évêque de Clermont. Concernant Mure, on peut noter la présence d'un "les muriers" dans la plaine de l'autre coté de la voie de chemin de fer sur la commune voisine, ainsi que la forte activité autour de la soie et donc des muriers dans la région, mais l'origine est ailleurs. La racine Mur se retrouve aussi liée parfois à des lieux élevés, mais sans rapport ici. Mure est resté le nom du quartier en bordure de St Laurent, mais était autrefois le nom du village.

L’étymologie remonte à une locution adverbiale " ad muros " et au terme " Murus " qui désigne une fortification préromaine ou gallo-romaine[13]

Micro toponymie :

  • vie de genas : déformation probable de via de genas, voie de genas (en patois local, le a final était parfois a peine prononcé)
  • culmont : a rapprocher de Montcul à Colombier-Saugnieu. Ce nom pourrait représenter une formation tautologique: la racine pré-indo-européenne °kŭk(k)- / °kūk(k)- signifiant « hauteur arrondie »[14].

Les Mures, ainsi s'appelait le village autrefois ainsi que le village limitrophe, aujourd'hui Saint-Laurent-de-Mure.

Au VIIe siècle, la nouvelle paroisse de Saint Bonet sortie des franchises romaines, le « pagus lugdunensis » , passe aux mains des comtes archevêques du diocèse de Lyon. Dépendant alors de l’archiprêtré de Meyzieu elle choisit saint Bonet comme patron.

Sur certaines cartes anciennes, Saint Laurent , Mure et le monastère de Poulieu figurent ainsi séparément, St Bonnet étant absent[15]. Sur les cartes de Cassini, et sur les cartes d'Etat Major (~1850), Mure figure en gros et Saint Laurent et Saint Bonnet en plus petit, comme deux éléments.

Le dernier baron des Mures est décédé en guerre des Flandres au XVIe siècle dont le plus célèbre guerroyeur était le duc d'Albe au profit de Charles Quint : son épitaphe trône encore à droite du chœur de l'église de Saint-Bonnet-de-Mure ; c'est l'un des uniques vestiges de l'ancienne église paroissiale qui autrefois siégeait au sommet de la colline de Saint-Bonnet (transférée au XIXe siècle à mi-pentes), sa lecture est très émouvante.

Le château des Mures finit par appartenir aux Boucquerelle (stèle incrustée à l'entrée du château), puis aux sœurs de l'ordre des Carmèles. Jamais aucun chenapan du village ne put, ou n'eut même l'intention d'y pénétrer par respect naturel des nonnes comme signes de survivance de préjugés, ou de respect tout simplement[réf. nécessaire]. Enfin le-dit château finit par revenir à la commune au départ des dernières nonnes, les murs furent abattus et tout le monde put profiter du magnifique parc : aujourd'hui c'est la mairie… Et le mystère de ces hauts-murs s'est évanoui…

Au cours de la Révolution française, la commune est restée paroisse puis section de la commune de Saint-Laurent-de-Mure (alors Mure-la-Fontaine) puis devint autonome vers le 20 floréal an VIII () sous le nom de Mures ; elle a recouvré son nom de Saint-Bonnet-de-Mure en 1807[16].

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Armes

Les armes de Saint-Bonnet-de-Mure se blasonnent ainsi :

D'azur à la tour crénelée de cinq pièces d'argent, maçonnée de sable, au chef cousu de gueules chargé de trois casques aussi d'argent tarés de profil.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Initialement rattachée au département de l'Isère et au canton d'Heyrieux, la commune de Saint-Bonnet-de-Mure est transférée au département du Rhône par la loi n°67-1205 du .

Elle est par la même loi augmentée de parcelles distraites de la commune de Colombier-Saugnieu. Dans le département du Rhône, la commune rejoint le canton de Meyzieu.

À compter des élections cantonales de 2015, elle est rattachée au nouveau canton de Genas[17].

Tendances politiques et résultats

[modifier | modifier le code]

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
François Joseph Biétrix    
Les données manquantes sont à compléter.
Jacques Bandet DVD  
En cours Jean-Pierre Jourdain UDI-LC puis LREM Enseignant retraité
4e vice-président de la CC de l'Est lyonnais
Suppléant de la Députée Sarah Tanzilli

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2021, la commune comptait 6 920 habitants[Note 4], en augmentation de 1,01 % par rapport à 2015 (Rhône : +3,94 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
7217679078879411 0051 0031 001996
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
952965904881823841802767740
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
695685616650697635643770860
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015
1 3222 3633 2064 6045 5976 1196 0946 4666 851
2020 2021 - - - - - - -
6 8766 920-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Transports en commun

[modifier | modifier le code]

La commune est desservie depuis le par le réseau TCL du SYTRAL. Le réseau Les Cars du Rhône ne dessert donc plus Saint-Bonnet-de-Mure. En revanche, la numérotation de la ligne reste inchangée par le changement du réseau.

La ligne Bus TCL Ligne 1E relie Lyon Grange-Blanche à Colombier-Saugnieu Les Salines par la RN6

Les lignes Junior Direct (JD) à vocation scolaire : JD18, JD19, JD25, JD126, JD150, JD253 et JD333.

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
  • Église avec stèle du dernier baron des Mures (XIXe siècle, sauf la stèle et quelques restes.)
  • Restes de l'ancienne église au sommet de la colline : deux colonnes à l'entrée d'une résidence privée.
  • Stèle commémorative de la présence des Boucquerelle à Saint-Bonnet à l'entrée du château communal.
  • Maison de la photographie.
  • Dommages, monument aux vétérans des essais nucléaires, inauguré en 2017.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Hungen (Allemagne) depuis 1988, voir Hungen.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite ville-centre lorsque sa population représente plus de 50 % de la population de l’agglomération ou de la population de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Saint-Laurent-de-Mure comprend une ville-centre et une commune de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Saint-Bonnet-de-Mure et Colombier-Saugnieu », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Lyon-Saint-Exupery », sur la commune de Colombier-Saugnieu - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Lyon-Saint-Exupery », sur la commune de Colombier-Saugnieu - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Saint-Laurent-de-Mure », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Saint-Bonnet-de-Mure ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lyon », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. (en) « Les chemins du Velin », sur Recherche Historique en Velin (consulté le ).
  14. Dominique Fournier, « Le type Montcoq dans la toponymie normande : un cas de composition tautologique cyclique », Nouvelle revue d'onomastique, vol. 15, no 1,‎ , p. 101–103 (ISSN 0755-7752, DOI 10.3406/onoma.1990.1049, lire en ligne, consulté le ).
  15. « Saint_Bonnet_de_Mure_Au_fil_des_siecles ».
  16. Archives départementales du Rhône en ligne.
  17. décret n° 2014-267 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Rhône
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.