Alexis-Joseph Depaulis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alexis-Joseph Depaulis
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Formation
Maîtres
Distinction

Alexis-Joseph Depaulis, né le à Paris où il meurt le , est un sculpteur et médailleur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexis Joseph Depaulis, fils de Joseph Depaulis, perruquier, et de Marie Angélique Bréard, a été baptisé le 1er septembre 1790 à l’église Saint-Roch. Il était né deux jours avant, soit le 30 août 1790 (et non 1792, qui est une erreur de son dossier de Légion d’honneur)[1].

Alexis-Joseph Depaulis fut l'élève d'Andrieux et de Cartier. Il entra à École nationale supérieure des beaux-arts en 1813 et exposa au Salon de peinture et de sculpture de 1815 à 1855[2].

Parmi ses médailles, on peut citer : Cadmus combattant le serpent, Mariage chrétien (1824), Vénus de Milo (1827), L'Avènement du roi Louis-Philippe Ier (1830).

Depaulis a réalisé des médailles pour la Galerie métallique des grands hommes français[3]. Il réunit une collection de moulages, de médailles et de sceaux qui sont conservées à Paris, les unes au musée du Louvre, les autres à l'École des beaux-arts de Paris[4].

Il est l'auteur du Monument de Pierre Corneille à Rouen (1835), de la Fondation du musée de Versailles (1839) et de la Prise de Saint-Jean-d'Ulloa (1855).

Il signait ses médailles « Depaulis F. »

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1834[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, V6.E1, et fiche de l’état-civil reconstitué.
  2. a et b Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, tome 3, 1976, p. 499.
  3. Œuvres de Depaulis sur le site de l'American Numismatic Society.
  4. La grande encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, tome 14, H. Lamirault éditeur, 1885-1902, p.153.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La grande encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, paru entre 1885 et 1902, H. Lamirault éditeur, tome 14, p. 153. En ligne.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, 1976, tome 9, page 123.