François Lanno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Lanno
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
RennesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Distinction

François Gaspard Aimé Lanno dit François Lanno, né le à Rennes[1], et mort le à Beaumont-du-Gâtinais, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Lanno est le fils de François Lanno, garde d’artillerie à l’Arsenal de Rennes, et d'Anne Dupuy.

Entré à l'école publique de peinture, sculpture et dessin de Rennes, il obtint un premier prix de sculpture en 1817. Il est admis à l’École royale des beaux-arts de Paris en 1818 où il suit l’enseignement des sculpteurs Pierre Cartellier et François-Frédéric Lemot. Récompensé par un second prix de Rome de sculpture en 1825 avec Prométhée attaché au rocher, il obtient le premier grand prix en 1827[2], avec un haut-relief intitulé Mucius Scævola devant Porsenna (musée des beaux-arts de Rennes)[3]. Pensionnaire de l’État, il séjourne à la villa Médicis à Rome entre 1828 et 1832[4].

Il débute au Salon de l’Académie des beaux-arts de 1834 et il y expose régulièrement jusqu’en 1868. En 1843, il y reçoit une médaille de seconde classe, et une médaille de troisième classe à l’Exposition universelle de 1855.

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en septembre 1857[5].

Une rue de Rennes (anciennement chemin vicinal du Meneu) porte son nom par décision du conseil municipal en date du [6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Récolte des fruits et La Récolte des fleurs : deux statues plus grande que nature en bronze, dans l’une des deux fontaines de la place de la Concorde à Paris dédiée aux divinités fluviales (La Fontaine des Fleuves) ; elle est située au nord, côté rue Royale [7] ;
  • Les sculptures du palais du Louvre : le Palais du Louvre compte trois sculptures de Lanno datées de 1857; L’Art égyptien sur l’attique de l’aile Daru (cour Napoléon)[8], Esprit Fléchier au niveau de la balustrade de la façade (premier étage) de l’aile Henri IV[9] et Blaise Pascal en façade de l’aile en retour Turgot[10] ;
  • Apollon et les neuf Muses (1835), dix statues plus grandes que nature, sur l’attique de la façade du théâtre de Rennes ; les études, en plâtre, préalables à la réalisation de ces statues sont au musée de Rennes[11] ;
  • Monument au maréchal Brune à Brive-la-Gaillarde, bronze[12]. Exécutée au frais de la ville de Brive et avec le concours d’une souscription nationale, cette statue colossale (h. 2,40 m) a été réalisée par l’atelier de fonderie Soyer et Ingé à Paris ; elle a été inaugurée le 3 octobre 1841, place de la Guierle à Brive[13]; elle échappa de peu, en janvier 1943, à la destruction dans le cadre de la récupération des métaux non ferreux pendant la Seconde Guerre mondiale[14] ; un fragment du modèle original en plâtre est au musée de Rennes[15];
  • Le Berger de Virgile : statue en pierre, datée de 1861, destiné à la cour du Manège du palais du Louvre[16];
  • Sépulture de Louis Hersent : la tombe de L. Hersent et de sa femme M.-J. Mauduit au cimetière du Père-Lachaise est ornée d’un médaillon, en marbre blanc (diam. 0,46 m), représentant les portraits accolés des deux artistes ; sur les faces latérales, deux bas-reliefs, signés également par Lanno, qui reprennent deux œuvres majeures du peintre[17],[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ch. Gabet, Dictionnaire des artistes de l'école française au XIXe siècle (en ligne).
  • Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique…, t. 10, 1866-1877 (en ligne).
  • G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, 1865 (en ligne).
  • Pierre Kjellberg, Le Nouveau guide des statues de Paris, Paris, La Bibliothèque des Arts, 1988.
  • Emmanuel Schwartz, Les Sculptures de l'École des Beaux-Arts de Paris. Histoire, doctrines, catalogue, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, 2003.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :