Ancien 12e arrondissement de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 12e arrondissement de Paris et 12e arrondissement.
Ancien 12e arrondissement de Paris
Ancien 1er arrondissement de Paris Ancien 2e arrondissement de Paris Ancien 3e arrondissement de Paris Ancien 4e arrondissement de Paris Ancien 5e arrondissement de Paris Ancien 6e arrondissement de Paris Ancien 7e arrondissement de Paris Ancien 8e arrondissement de Paris Ancien 9e arrondissement de Paris Ancien 10e arrondissement de Paris Ancien 11e arrondissement de Paris Ancien 12e arrondissement de ParisPlan des anciens arrondissements de Paris.svg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Quartiers Jardin-du-Roi
Observatoire
Saint-Jacques
Saint-Marcel
Démographie
Population 122 815 hab. (1856)
Densité 24 947 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 46″ nord, 2° 20′ 40″ est
Superficie 4,923 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir sur la carte administrative de Paris
City locator 14.svg
Ancien 12e arrondissement de Paris

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ancien 12e arrondissement de Paris

On désigne par ancien 12e arrondissement de Paris le douzième des douze anciens arrondissements de Paris créés en 1795 et ayant existé jusqu'en 1860, année de l'agrandissement de Paris et de la réorganisation en vingt arrondissements, par la loi du .

Emplacement et délimitation[modifier | modifier le code]

Le 12e arrondissement, d'une superficie de 492 ha[1], était composé de quatre quartiers contigus, sur la rive gauche de Paris.

Il était délimité par les murs de la ville au sud, le 11e arrondissement à l'ouest, la Seine, le 9e et le 8e au nord :


Plan des 12 arrondissements de Paris entre 1795 et 1860 ; le 12e arrondissement était au sud, sur la rive gauche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 12e arrondissement de Paris, initialement dénommé « douzième municipalité », est créé en 1795. Il regroupe quatre des 48 sections révolutionnaires délimitées en 1790 : la section du Panthéon-Français, la section de l'Observatoire, la section des Sans-Culottes et la section du Finistère .

Cet arrondissement subsiste jusqu'en 1860.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Le 12e arrondissement est divisé en quatre quartiers[2] :

  1. Le quartier Saint-Jacques[note 1]
  2. Le quartier de l'Observatoire[note 2]
  3. Le quartier du Jardin-du-roi[note 3]
  4. Le quartier Saint-Marcel[note 4]

Administration[modifier | modifier le code]

En 1795, la 12e municipalité siège à l'emplacement du collège de Lisieux, rue Jean-de-Beauvais, qui est, depuis le début de la Révolution, le lieu de réunion de la section du Panthéon. En 1799, la mairie est transférée dans les Écoles de droit de la place du Panthéon, à l'emplacement même où se situait jusqu'en 1767, année de son expropriation, le même collège de Lisieux, avant que Soufflot ne construise le bâtiment actuel (1770-1783).

En 1805, la municipalité s'installe au no 262[note 5] rue Saint-Jacques, dans un immeuble du XVIIIe siècle appartenant depuis la Révolution à un maître-carrier, Jean-René Buissonnière, qui le loue à la mairie à partir de mars 1805. Si d'autres propriétaires se succèdent, l'administration reste locataire jusqu'en 1850, malgré des demandes de transfert survenant dès 1813, en raison de l'inadaptation des locaux.

Elle s'installe alors dans un édifice situé sur la place du Panthéon, construit de 1844 à 1850 sur les plans de l'architecte Jean-Baptiste Guénepin, puis, en raison d'un conflit, sous la direction de Jacques Ignace Hittorff, avec une façade strictement conforme à celle de la Faculté de droit pour respecter la symétrie.

À la suite de la création des vingt arrondissements, l'immeuble devient la mairie du nouveau 5e arrondissement. La décoration et l'aménagement intérieur ne sont achevés qu'à la fin du Second Empire, entre 1866 et 1870, par l'architecte Victor Caliat[3].

Maires du 12e arrondissement[modifier | modifier le code]

Jean-Denis Cochin, maire sous la Restauration.
Liste des maires successifs
de 1795 à 1860[4]
Période Identité
1795 M. Regnard
1800 Philippe-Joseph Gorneau[note 6]
1801-1807 Joseph Collette[5],[note 7]
1808-1810 Pierre-Antoine-Romain Dubos [5]
1810-1811 Philippe Jean-Baptiste Buffault [5],[note 8]
1811-1815 Emmanuel-Théodore-Guillaume Molinier de Montplanqua [5]
1815-1825 Jacques-Denis Cochin[7],[8]
1825-1830 Jean-Denis Cochin[note 9]
1830-1838 Claude-Louis Salleron[11]
1838-1848 Régulus-Adolphe de Lanneau[12],[13],[14]
1848 (mai-juin) Félix Pinel-Grandchamp[note 10]
1848 Jean-Baptiste Delestre (en)[note 11]
1848 Ulysse Trélat
1849-1851 M. Riant[17],[note 12]
1851-1853 Baron Charles-Jean-Baptiste-Claude Clément d'Aerzen[note 13]
1853-1859 Adolphe Le Roy de Saint-Arnaud[note 14]

Démographie[modifier | modifier le code]

1793 1800 1806 1816 1821 1831
- 61 553 - 80 079 - 77 456
1836 1841 1846 1851 1856 -
82 361 89 480 98 010 94 476 122 815 -
Sources : Lazare[1] - Almanach national, Almanach impérial, Almanach royal

Évolution[modifier | modifier le code]

En 1860, ce douzième arrondissement disparaît dans le cadre de l'agrandissement de Paris et de son nouveau découpage en vingt arrondissements, en application de la loi du [18]. Le territoire de cet arrondissement a été réparti entre les nouveaux 5e, 13e et 14e arrondissements.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « section de Sainte-Geneviève » de 1790 à août 1792, puis« section du Panthéon-Français ».
  2. « section de l'Observatoire »avant 1811.
  3. « section du Jardin-des-Plantes » de 1790 à août 1792, puis « section des Sans-Culottes » et « section du Jardin-des-Plantes » à partir de juillet 1794.
  4. « section des Gobelins » de 1790 à août 1792, puis « section du Finistère ».
  5. Alors no 240.
  6. Nomination par un arrêté collectif du 18 ventôse an VIII (9 mars 1800)[5]. Avocat, magistrat, député de la Seine au Conseil des Anciens.
  7. Joseph Madeleine Collette de Bauducour (16 novembre 1741 - 14 mars 1816), avocat.
  8. (1760-1850) Premier préfet de Saône-et-Loire en 1800, nommé maire de l'arrondissement le 14 juin 1810. Conseiller-maître à la Cour des comptes en 1815[6].
  9. Fils du précédent[9]. Voir à ce sujet un échange tenu à la Chambre des députés lors du tirage au sort devant désigner la grande députation de 25 membres pour assister au sacre du roi : « — M. Cochin doit assister au sacre comme maire de Paris. — Ce n'est pas M. Cochin, notre collège [NDR : député], qui est maire du douzième arrondissement, c'est son fils. »[10].
  10. Nommé le 15 mai 1848, destitué le 23 juin et jugé lors du « Procès des insurgés » en Conseil de guerre en juin 1848.
  11. (1800-1871) ; nommé en juin 1848[15], démissionne du Conseil général de la Seine à la suite du coup d'État du 2 décembre 1851[16].
  12. (1792-1860)
  13. (1804-1871) nommé, le 6 décembre 1851, préfet de l'Orne.
  14. (1801-1873), frère du maréchal, avocat, conseiller d'État, nommé sénateur le 26 décembre 1857.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris, Maisonneuve et Larose, , II éd., 796 p. (ISBN 2-7068-1668-6), p. 103–104
  2. Antoine-Nicolas Béraud, Pierre-Joseph-Spiridion Dufey, Dictionnaire historique de Paris, volume 1, J.N. Barba, 1828, p. 426 [lire en ligne].
  3. « La mairie en quête de son emplacement », site de la mairie du 5e arrondissement de Paris.
  4. Source : Almanach national, Almanach impérial, Almanach royal.
  5. a, b, c, d et e Nicolas Viton de Saint-Allais, La France législative, ministérielle, judiciaire et administrative, sous les quare dynasties, t. I, Paris, P. Didot l'aîné, (lire en ligne), p. 322.
  6. « Le personnel de la Cour des comptes (1807-1830) », Umberto Todisco, Librairie Droz, 1969, p. 76.
  7. Ordonnance du Roi, in Journal des débats politiques et littéraires, 23 septembre 1815.
  8. Ordonnance du 27 mars 1816 du roi Louis XVIII sur la nomination des maires et adjoints des douze arrondissements de Paris jusqu'en 1821.
  9. Notice sur la vie de J.-D.-M. Cochin et sur l'origine et les progrès des salles d'asile, Augustin Cochin, 1852., p. 6.
  10. Journal des débats politiques et littéraires, 4 mai 1825.
  11. Ordonnance de Louis-Philippe, roi des Français, du 15 septembre 1830, in Journal des débats politiques et littéraires, 20 septembre 1830.
  12. Ordonnance du Roi du 24 janvier 1838, in Journal des débats politiques et littéraires, 26 janvier 1838.
  13. Ordonnance du Roi du 23 décembre 1843, in Journal des débats politiques et littéraires, 25 décembre 1843.
  14. Ordonnance royale du 22 décembre 1846 portant nomination des maires et adjoints des douze arrondissements de Paris.
  15. DELESTRE, Jean-Baptiste, INHA.
  16. Fonds Jean-Baptiste Delestre, Archives nationales.
  17. Arrêtés du Président de la République de 1849.
  18. no 7072 — Loi sur l'extension des limites de Paris, Bulletin des lois de la République française, t. XIV, XIe série, no 738, p. 747–751, reproduit sur Google Books.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Plans parcellaires des Archives de Paris (1810-1836)
  • Almanach national
  • Plan de la ville de Paris, par Xavier Girard (1843)
  • Antoine-Nicolas Béraud, Pierre-Joseph-Spiridion Dufey, Dictionnaire historique de Paris, volume 1, J.N. Barba, 1828 [lire en ligne].

Articles connexes[modifier | modifier le code]