Naturisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Naturiste)
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Naturalisme.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Nudisme.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Naturisme (homonymie).
Cet article provoque une controverse de neutralité (voir la discussion).

Considérez-le avec précaution. (Questions courantes)

De nombreuses sections de cet article, faute de la moindre source, sont en l'état un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

1983: plage naturiste sur les rives de l'Oder à Francfort
Une famille naturiste (Plage naturiste sur le lac de Senftenberg dans les années quatre-vingt.)
Baignade nue en 2013 en Floride, USA

Le naturisme est un mode de vie impliquant une pratique collective du nudisme, et basé sur l'idée de retour à l'état naturel[1]. La Fédération naturiste internationale le définit ainsi : « un mode de vie en harmonie avec la nature, caractérisé par la pratique de la nudité en commun, qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et celui de l’environnement. »

Définitions[modifier | modifier le code]

C'est en France, en 1950, que les « concepts du naturisme » tels que nous les entendons ont pris un sens officiel avec la création de la Fédération française de naturisme[2]. Trois ans plus tard, avec la création de la "Fédération naturiste internationale / International Naturist Federation (FNI/INF)"[3], les « concepts du naturisme » deviennent internationaux[réf. souhaitée].

Carl Larsson. Modèle écrivant une carte postale, 1906

Le congrès d’Agde de la FNI en 1974 donne la définition du naturisme suivante : « Naturism is a way of life in harmony with nature, expressed through social nudity, linked to self-respect, tolerance of differing views together with respect for the environment[4]. » Le site traduit dans sa version française ainsi : « un mode de vie en harmonie avec la nature, caractérisé par la pratique de la nudité en commun, qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et celui de l’environnement[5],[6]. »

Cependant, d'autres traductions françaises sont utilisées pour définir le naturisme dont la variante « un mode de vie en harmonie avec la nature, caractérisé par la pratique de la nudité en commun, qui a pour but de favoriser le respect de soi, des personnes ayant des opinions différentes et de l’environnement[7],[8]. ».

Selon la définition adoptée par la Fédération naturiste internationale, la nudité collective, dans un esprit familial et sain, où toutes les générations se côtoient, est synonyme de liberté et de plaisir pour les naturistes, qui cherchent à vivre au calme, immergés dans une nature préservée.[réf. nécessaire]

Toutefois, cette nudité (nudisme) n’est qu’une des composantes du naturisme : la dimension sociale, de respect d’autrui, de tolérance et de convivialité sont très importants[réf. nécessaire]. Le naturisme permet notamment à certaines personnes complexées ou handicapées de se sentir à l’aise et de mieux accepter leur corps[9], et le regard des autres. L’éthique naturiste est également caractérisée par le respect de l’environnement. Certains naturistes parlent de « nudité intérieure » pour désigner les bienfaits apportés au psychisme par la pratique naturiste.[réf. nécessaire]

Auparavant, ce mot a aussi désigné :

Le terme gymnosophie (« sagesse du nu ») associé au yoga par Socrate ou Platon est également utilisé pour qualifier le naturisme.[réf. nécessaire].

Histoire du naturisme[modifier | modifier le code]

Le terme « naturisme » apparaît pour la première fois en 1768 dans l'ouvrage polémique Recherches sur l'histoire de la médecine du docteur Théophile de Borden[10]. Il est ensuite utilisé en Belgique dès la fin du XVIIIe siècle par le docteur Planchon. Pour lui, le naturisme associe la santé et la nudité[11].

Marc-Alain Descamps, dans Vivre nu (1987), considère que « Les mouvements nudistes ont été créés par le christianisme. Avant lui il n'existait ni interdiction ni proscription du nu dans toute l'antiquité, que ce soit chez les Celtes, les Grecs, ou les Romains, donc personne ne cherchait à le défendre »[réf. souhaitée]. En outre, dans les sociétés où la nudité n'est pas réprimée, il n'y a sans doute pas d'intérêt à vouloir se regrouper pour la défendre[12].

Pour Jean-Luc Bouland, dans Tout en nu, le mouvement des adamites est le tout premier à prôner le nudisme dans une démarche de retour à la nature[13]. Issu du christianisme, leurs adeptes revendiquaient dès l'Antiquité une vie simple associée à la pratique de la nudité en commun afin de retrouver l’harmonie du Jardin d'Eden[14].

En Occident, depuis le siècle des Lumières et le mythe du « bon sauvage » de Rousseau, le concept de naturisme et sa mise en pratique ont joué un rôle clé dans notre rapport au corps et l’évolution des mœurs. Les motivations de ses adeptes ainsi que sa symbolique n’ont cessé d’évoluer au fil des époques, l’accent étant mis au début sur les valeurs hygiénistes, médicales, morales et éducatives. Ces valeurs subsistent aujourd’hui mais l’écologie (écologisme) prend de l’importance au sein du naturisme. Notre société le perçoit aujourd'hui essentiellement comme un loisir de vacanciers, mais ignore tout ou presque de son histoire et connaît très peu ses valeurs : la séparation de la nudité et de la sexualité (qui pour les naturistes doit rester du domaine de l’intimité), le respect de soi et d’autrui, le respect de l’environnement en sont les bases inchangées.[réf. nécessaire]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Le temps des pionniers[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
1883. Jeunes hommes nus tirant à la corde (élèves de Thomas Eakins)

Le naturisme, autrefois gymnosophie, est né en France, sous la plume et dans l’entourage du géographe Élisée Reclus, (deuxième moitié du XIXe siècle). Élisée Reclus y voyait à la fois un moyen de revitalisation physique, un rapport au corps complètement différent de l’hypocrisie et des tabous qui sévissaient alors, une conception plus conviviale de la vie en société, et une incitation à respecter la planète. En France, sous l'influence notamment d'Élisée Reclus, il se développe notamment fin XIXe siècle et début XXe siècle au sein des communautés anarchistes issues du socialisme utopique.

Vers la fin du XIXe siècle, un courant d’idées très proche du naturisme actuel apparaît dans l'Allemagne de l’empereur Guillaume II. À cette époque, sexe et nudité sont des sujets tabous : cependant, dans le nord de l’Allemagne, la nudité existait dans des saunas et autres maisons de bains, tout comme en Scandinavie. La naissance du mouvement naturiste se fait en réaction, et ce de manière sensible, à l'industrialisation et l'urbanisation grandissante. Dans ces conditions de travail et de vie de plus en plus difficiles, dans ce nouveau rapport au temps (travail salarié, transports accélérés, etc.), on commence à réfléchir à d’autres manières de vivre.

À partir de 1902, des magazines paraissent régulièrement avec pour thème la culture naturiste comme le mensuel allemand Die Schönheit (« La Beauté ») où travaillent des artistes réputés comme Walter Helfenbein ; cette revue sera interdite par les nazis en 1936.

Baigneurs Allemands

La photographie connaît également un renouveau dans le domaine du nu où les corps sont photographiés en pleine nature, dénués de tout érotisme.

En 1903, le sociologue hygiéniste Heinrich Pudor (de) invente le terme allemand « Nacktkultur » (traduisible en français par : culture du nu), afin de lutter contre la confusion entre la nudité et la pornographie[15],[16]. Il édite également l’une des premières publications à prôner les bienfaits de la nudité sociale. Selon lui, l’homme a perdu le corps de vue et s’en trouve affaibli. Pudor effectue parallèlement un combat contre la mode des corsets, démontrant ses dangers sur le corps féminin. S’en suit la création de nouveaux types de vêtements féminins, plus amples, dits réformistes, que les femmes confectionnaient souvent elles-mêmes.

Les concepts décrits par Pudor n'ont pas mis longtemps avant d'être mis en pratique. Au début du XXe siècle, les Wandervogel oiseaux migrateurs (mouvement de jeunesse allemand) répandent en premier ce concept de retour à la nature par la nudité. Ils prennent pour habitude lors de leurs excursions en pleine nature de se dévêtir entièrement pour profiter d'un bain rafraîchissant au bord d'un lac ou d'une rivière. Ils pratiqueront rapidement d’autres activités nus, telles que la gymnastique en tenue gymnique par exemple. Il s'agit là bien plus que d’une simple nudité : ces jeunes hommes et femmes cherchent à fuir l’enfer des villes, sa pollution et ses excès, souhaitent vivre plus sainement et adoptent le sport et la danse en liberté.

En 1903 à Lubeck, on assiste à la création du premier centre gymnique, le Freilichtpark (parc de plein air) par Paul Zimmermann (il fonctionnera jusqu'en 1981). Ces espaces consacrés à la pratique de la nudité collective se développent beaucoup, la plupart du temps de manière associative.

Dés 1908, l'abbé Urbain Legré impulse les prémisses d'une idée de nudité saine et partagée en emmenant les enfants de sa paroisse se baigner nus dans les calanques Marseillaises.

C’est en 1918 que le nom de Freikörperkultur (FKK, culture du corps libre) est adopté. Ce mouvement se diffuse alors dans les pays germaniques (Autriche, Suisse, pays scandinaves, Pays-Bas) avant de gagner la France dans l’entre-deux-guerres, puis l’Amérique du Nord à partir des années 1950.

En 1933, l'élection d'Adolf Hitler est suivie d'une série d'interdictions, tel que le naturisme.

  • Un arrêté du interdit toute baignade et autres activités de plein air dans l'état de nudité.
  • Hans Suren, inspecteur de l'éducation physique, apporte un concept nouveau d'éducation physique différenciée selon les races. Auteur du livre Mensch und Sonne (L'homme et le soleil), Suren prône un naturisme national, où le concept de race pure germanique est mis en valeur à travers l'exercice physique et la nudité. Celui-ci oblige ainsi chaque individu à entretenir son corps dans une optique eugénique.
  • En 1935, certains terrains sont rendus aux naturistes, les autorisant à pratiquer le sport et les bains de soleil dans le plus simple appareil.
  • C'est en 1942 que le régime décide de légaliser le naturisme.

Le naturisme a également été porté avant et après la Seconde Guerre mondiale par les idées de Kienné de Mongeot qui prônait la gymnastique intellectuelle et la sagesse du corps. Il a de plus créé le premier club naturiste : le sparta club.

Dans les années 1950 c'est le couple Lecocq qui bouscule le puritanisme en ouvrant le premier camping naturiste de France : le Centre héliomarin de Montalivet.

Critiques du naturisme[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Qualification juridique[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Ni le naturisme ni le nudisme ne sont définis en tant que tels par la loi ou par le règlement en France. C'est dans le cadre de la doctrine administrative et de la jurisprudence que l’on peut néanmoins établir une différence entre les deux notions.

En 1982, le Conseil d’État avait introduit les termes d’une définition juridique du naturisme dans une affaire relative à l’implantation d’une pharmacie dans le village naturiste d'une station balnéaire[17]. La haute juridiction administrative a considéré que le refus d’autoriser l’implantation d’une pharmacie était justifié par l’impossibilité pour la population non naturiste d’accéder à cette officine sans se voir imposer la vue de la nudité des personnes pratiquant le naturisme.

Dans les faits, en 2003 la législation française ne reconnait explicitement que la notion de naturisme, et la définit comme la pratique de la nudité dans un environnement comportant des aménagements, de telle façon que cette nudité ne puisse pas être imposée, même involontairement, à une personne non informée[18].

Résidence naturiste Oasis Nature à Port Leucate

En ce qui concerne la détermination naturiste d'un lieu de vie ou de villégiature, qu'il soit privé, associatif ou commercial (terrain, camping, résidence, lotissement...), cette nomination est déterminée par ses propriétaires et ses administrateurs, et ne fait l'objet d'aucune autorisation spécifique des autorités publiques. Toutefois certains villages naturistes font l'objet d'un arrêté municipal ou ministériel, qui détermine une zone réservée aux naturistes (Île du Levant, Port Leucate).

S’agissant de l’autorisation de la pratique du naturisme sur le domaine public, notamment sur les plage du littoral, lorsque la mairie en a la concession, il appartient au Maire, au titre de ses pouvoirs de police administrative[19] de la réglementer, ce pouvoir pouvant aller de l'obligation à l'interdiction de la pratique du naturisme[20]. Le seul fait qu’un arrêté municipal officialise la pratique du naturisme constitue en lui-même un « aménagement », la publicité de l’arrêté suffisant à informer les non naturistes de l’existence de la pratique, mais dans les faits l’officialisation est généralement assortie au moins d’une obligation d’affichage. Le Maire dispose toutefois d’une très grande liberté pour assortir son autorisation de conditions plus strictes, telles que la fixation de limites physiques, l’interdiction de la pratique de certaines activités et l’existence d’une surveillance, le cas échéant organisée par une organisation naturiste indépendante des pouvoirs publics[21].

L’absence d’aménagements (signalisation) ou d’autorisation administrative explicite permettant de qualifier le lieu de « naturiste » peut conduire une personne pratiquant la nudité à une verbalisation, voir à des poursuites judiciaires si le comportement est délictuel.

En matière pénale, la Cour de cassation ne reconnait la licéité de la nudité au titre du naturisme que dans la mesure où elle est pratiquée dans un lieu aménagé à cet effet[22], et rejoint donc à ce titre la position des juridictions administratives. La législation pénale antérieure à 1994 comportait un délit « d’outrage public à la pudeur »[23] beaucoup plus coercitif, mais les juridictions pénales se montrait en règle générale conciliantes, en considérant que la simple nudité sans attitude provocante ou obscène ne suffisait pas à constituer le délit[24]. Cette position jurisprudentielle a été reprise par la doctrine administrative lors de la réforme du code pénal, une circulaire[25] précisant que le délit d’exhibition sexuelle n’est constitué que s’il peut être démontré que la personne poursuivie a eu la volonté délibérée de provoquer la pudeur publique ou que sa négligence n'a pas permis de dissimuler à la vue des tiers l'acte obscène[26].

Respect des autres[modifier | modifier le code]

L'un des principaux aspect adoptés par les fédérations de naturisme est le "respect des autres"

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Enfants jouant dans un bain sacré en Inde, 2006.
  • Si certains s’interrogent sur les effets à long terme du naturisme sur la psychologie de l’enfant, d’autres y constatent par expérience aucun effet négatif.
    • Françoise Dolto évoque une nécessaire cohérence allant jusqu'à une pratique quasi systématique de la nudité et cela afin de ne pas troubler l'enfant[27].
    • Selon Yvon Dallaire, la nudité familiale est bénéfique pour l’équilibre psychologique des enfants et seule la nudité parentale dans un contexte anormal et ambigu pose problème.
    • Les naturistes évoquent l’expérience de plusieurs millions de familles naturistes dans le monde qui perpétuent cette pratique à travers les générations, voir la tradition de la nudité familiale dans les saunas scandinaves, ou encore la vie des peuples nus.
  • Au moment de la puberté les adolescents ont plus ou moins tendance à se couvrir.
    • Ce comportement pendant l’adolescence est considéré par les naturistes comme faisant partie de l'apprentissage du naturisme, c'est la période durant laquelle les adolescents se cherchent, et cherchent entre autres à savoir quels sont pour eux les intérêts que représente le naturisme pour leur avenir.
    • Tout ceci participe à une construction permanente de l’identité (changeante) sur laquelle les jeunes tentent d’exercer un dernier contrôle avant l’âge adulte. Cette théâtralisation permanente des corps est rigoureusement à l'opposé d’un nu naturel, qui marque une certaine acceptation de soi, une sortie hors de son image sociale et de la sphère de la séduction.
Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Handicap[modifier | modifier le code]

En 2003, Francine Barthe rappelle que dans la communauté naturiste les personnes handicapés, aux corps mutilés ou abîmés, ne ressentent aucune honte à se montrer nu et qu'elles ne sont pas regardées comme des bêtes curieuses[28][réf. incomplète]. Ce discours est confirmé par Sylvie Fasol, Présidente de l'Association pour la promotion du naturisme en liberté (A.P.N.E.L), atteinte d'une maladie rare et invalidante, qui déclare : « Le naturisme m'a fait largement oublier mes difficultés et mes souffrances[9],[29]... »

Homosexualité[modifier | modifier le code]

Dans ses principes, le naturisme respecte les différentes formes d'orientation sexuelle. Selon Barthe-Deloizy et Emanuel Jaurand, à partir des années 1970, le mouvement homosexuel est couramment présent sur les plages nudistes. Si certains naturistes estiment que cette présence dénature la destination non sexuelle des plages naturistes[30], la présence de personnes homosexuelles est également acceptée sans réserves par de nombreuses familles naturistes sur leurs sites officiels.

Nudité, religion et philosophie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Naga mystics, at the Hindu bathing ceremony of Ardha Kumbh Mela, at Allahabad

On retrouve une telle ancienneté de « philosophie nudiste », et ce, encore aujourd'hui, dans une religion comme le jaïnisme et des courants ascétiques de l'hindouisme, comme les naga baba ; l'importance du fait d'être nu pour des raisons absolues (et non simplement « hygiéniques ») se révèle par exemple pour la branche originelle jaïne des digambara, des « vêtus de Ciel », titre du Seigneur Shiva : être un ascète complètement nu, sans possession aucune – la pensée indienne considérant que l'on est toujours asservi à ce que l'on possède –, est, pour les digambara jaïns, absolument nécessaire pour s'affranchir du cycle des transmigrations, afin de devenir un Dieu, un Bienheureux, libre de tout lien qui enchaîne : les vêtements symbolisent d'ailleurs les existences que l'on change réincarnation après réincarnation, selon l'enseignement du Seigneur Krishna dans la Bhagavad-Gita[réf. nécessaire].

Naturisme chrétien[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Adam et Ève, par Albrecht Dürer (1507).

Il existe une composante chrétienne dans le mouvement naturiste. Celle-ci pose le fait que le corps humain est la création la plus merveilleuse de Dieu ; l'homme ne doit pas éprouver de honte à ne pas couvrir son corps. Les naturistes chrétiens se trouvent dans presque tous les courants religieux chrétiens et ne voient pas de conflit avec les enseignements de la Bible et en vivant leurs vies et en adorant Dieu sans aucun vêtement. Malgré tout, les naturistes chrétiens restent en désaccord avec d'autres naturistes sur des sujets comme la philosophie New Age et l’humanisme. Cela suppose un rejet de toute forme de culte de la nature réduite au divin.

« Si c'était la volonté de Dieu que nous vivions nus, nous serions nés déjà ainsi. »

— Mark Twain[31]

Mythe du jardin d'Éden[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
La Chute de l'homme par Lucas Cranach, illustration du XVIe siècle

Dans le livre de la Genèse, selon l'interprétation populaire littérale, à caractère anthropomorphique et qui diffère d'une interprétation poétique juste, Adam est le premier homme et Ève une femme tirée du flanc de ce dernier. En réalité, d'après leurs noms hébreux, Adam correspond à la terre ou à la glaise et Ève renvoie à l'eau ou au souffle qui lui donne vie. Ces deux êtres (ou entités) vivaient alors en état de nudité, imprégné d'innocence, dans une sorte d'Éden bucolique, d'où l'appellation jardin d'Éden. Cette nudité peut être prise au sens premier mais aussi au sens figuré, et signifier alors absence de connaissance ou hors-savoir. En effet, Eve fait goûter à Adam le fruit défendu, plus précisément la source de la connaissance ou encore la sexualité, après avoir été séduite par un serpent, très ancien symbole d'information. L'imagerie populaire, soucieuse de parler aux esprits par images simples, représente ce fruit, généralement une pomme, sur un arbre feuillu, du sein duquel émerge un serpent. C'est l'épisode de la Tentation. À la suite de cela, leurs yeux s'ouvrent, ils réalisent qu'ils sont nus et connaissent la honte : de fait, cela signifie qu'ils découvrent leur ignorance tout comme le sexe, dont ils prennent conscience. Précision troublante, dans le Haggadah juif, sorte de récit ritualisé formalisé au IIe siècle, Adam et Ève perdent chacun leur « peau brillante et écailleuse » en ingérant le fruit défendu : cela renvoie à l'idée que les premières créatures, avant de devenir d'étranges singes nus, conservaient un aspect de poisson ou de reptile, ce qui rend leur mutation d'autant plus traumatisante.

Assimilé au diable, le serpent servit à personnifier la tentation voire la corruption et, par là, le mal : tentation de goûter à la liberté, aux plaisirs, de s'affranchir d'un état de soumission. Or, vu autrement, ce serpent assure plutôt une certaine délivrance, en offrant le moyen à l'être humain de passer d'un état de nature à un certain état de culture, ce qui permet de façonner son avenir. Ainsi devient-il ce médiateur de l'accès à la connaissance, destinée à délivrer la vie humaine de l'ignorance, chose qui restait jusqu'à présent interdite par Yahvé soit Dieu, le Verbe créateur de tout. Si Ève est l'entité qui transmet ce nouveau savoir, c'est qu'elle incarne un élément fluide, un vecteur, qui va nourrir Adam (Genèse 3:11a). Quoi qu'il en soit, dans l'acception littérale, Adam et Ève en viennent à cacher la zone de leurs organes reproducteurs, ce qui nous vaudra l'image de la feuille de vigne, et peu après Yahvé, les retrouvant, s'en désole et les chasse du Paradis soit du Jardin originel : c'est la Chute.

Rapport à la nudité[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La vision de la nudité simple diffère selon le rapport établi à l'impact religieux. Les références de l'Ancien Testament à la nudité sont diverses et se distinguent globalement par un rapport nettement négatif à son égard. Le texte génésique, par sa primeur et sa force, semble exercer une influence très prégnante.

Selon une lecture particulière du mythe biblique d'Adam et Ève, on peut attribuer le rejet sociétal du fait d'être nu de manière naturelle à une stigmatisation du corps sexué, qui devient en lui-même objet de honte. Cette stigmatisation possède une origine culturelle évidente, illustrée ne serait-ce qu'à travers l'interprétation, qui fut constituée à dessein, de l'épisode biblique du Jardin et de la Chute. On y voit clairement s'opérer une dialectique du pur et de l'impur, la nudité venant se charger d'une dimension négative par l'irruption du mal. Le corps sexué féminin et même la femme se sont trouvés d'autant plus stigmatisés - source d'une misogynie déplorable - que Ève fut constituée en tant que première responsable, figurée en tant qu'esprit faible, corruptible, inférieure à l'homme et cédant à cette puissance soi-disant maléfique représentée par le serpent. L'exclusion divine achève de considérer la vision du sexe ou simplement de la nudité de manière négative, à la manière d'une faute qui semble bien devoir impliquer déshonneur, dévaluation et punition.

En revendiquant l'idéal d'innocence propre à l'état utopique qui précède la chute, un certain naturisme imprégné de cet apport chrétien, et encouragé d'abord par le mouvement hygiéniste à la fin du XIXe siècle, vise à opérer une sorte de réification d'un état de nudité bon enfant et hors jugement. Il cherche et apprend à ne pas voir le sexe malgré la nudité, et considère la vision des corps dans leur état dit au repos ni comme honteux ni comme dérangeant mais au contraire comme naturel et sain.

À l'inverse, une autre lecture, plus récente, nettoie la Chute de sa dimension fautive, en la réduisant à une simple symbolique de rupture - forcée - de l'état humain d'avec l'état divin, d'un certain état de nature d'avec un état plus culturel, ou encore au passage de l'être ignorant et inconscient à l'être connaissant et conscient, par conséquent responsable. Par cette approche positive, la nudité du corps humain n'est plus considérée comme une honte mais comme une donnée qu'il convient simplement d'accepter. À la différence du regard naturiste précédemment décrit, le rapport à la nudité se fait moins puritain, plus libre. Ainsi la nudité n'est-elle plus seulement ce que l'on peut voir et regarder en un certain état d'innocence, mais ce qu'on peut voir et montrer en connaissance de cause, sans naïveté ni risque d'hypocrisie, en quittant l'opposition binaire et simpliste du pur et de l'impur. En conséquence, cet apport religieux peut se voir conjugué plus harmonieusement avec un naturisme décomplexé.

Le naturisme à travers le monde[modifier | modifier le code]

Aqua Parc Naturiste du village naturiste de Montalivet en France.
Aqua Parc du village naturiste de Montalivet en France.

Le naturisme est pratiqué dans divers pays à travers le monde. Certains pays ont une représentation officielle regroupée au sein de la Fédération naturiste internationale

Le tourisme naturiste est une forme de tourisme dont la thématique est celle d'une pratique de la nudité à travers les activités (plages, sports) mais aussi, parfois, sur le lieu de villégiature (résidences touristiques, établissements touristiques dédiés à la pratique du naturisme, campings naturistes). Si ce tourisme apparaît à partir des années 1920 en Europe du Nord, le modèle se diffuse par la suite sur la rive méditerranéenne et les autres continents[32]. Le géographe français Emmanuel Jaurand, spécialiste de la question, observe que la plupart des pays possédant des structures touristiques associées à la Fédération naturiste internationale (FNI) sont des pays de culture judéo-chrétienne[33]. Les principaux pays spécialisés dans cette forme de tourisme, notamment balnéaire, sont la France, l'Espagne et la Croatie[34].

Article détaillé : Tourisme naturiste.

Activités naturistes[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité les activités physiques se pratiquaient déjà nu. Acanthos de Sparte ou de Lacédémone aurait été le premier athlète à courir nu.

Plage naturiste[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Plage naturiste.

La randonue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : randonue.

Un phénomène nouveau apparait : la randonue qui consiste à se promener nu, seul ou en groupe et en dehors des lieux spécialement aménagés pour les naturistes. De la simple balade en forêt à des excursions plus sportives dans des zones montagneuses ou accidentées, il s'agit là d'associer la sensation de bien-être causée par la nudité à la découverte de coins de nature. C'est donc une forme de naturisme sauvage qui se développe hors des centres autorisés, même si ceux-ci peuvent servir de lieu d'hébergement ou de point de départ. Certains promoteurs de la randonue sont d'ailleurs peu enthousiastes à l'idée de devoir limiter leur pratique du naturisme à des lieux officiellement réservés à cette pratique. Ils préfèrent la notion de naturisme en liberté. Du point de vue légal, la possibilité d'une telle pratique reste floue. Le nouveau code pénal n'a pas conservé la notion d'outrage public à la pudeur, mais seulement celui d'exhibition sexuelle qui, d'après eux, ne devrait pas concerner la nudité simple. Néanmoins, en 2007, ils ont créé une association : l'Association pour la promotion du naturisme en liberté (APNEL)[35] dont le but principal est de soutenir les personnes qui seraient injustement appréhendées du fait de leur pratique du naturisme hors des centres officiels et d'obtenir à terme une modification de la loi visant à dépénaliser la nudité simple.

SPA & soins[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Certains établissements sont réservés aux naturistes, d'autres le sont occasionnellement ou partiellement[36], par exemple pour la Baignade en piscine, les piscines situées dans les établissements naturistes sont de fait réservées aux naturistes, par contre certaines piscines municipales en accord avec des associations naturistes leurs réservent des créneaux horaires, il en est de même pour les établissements de Balnéothérapie, Hammam, Jacuzzi, Onsen, Sauna, Thalassothérapie, Thermalisme[37].

Vacances naturistes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Centre de vacances naturiste.

Culture et naturisme[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Loxie & Zoot est une bande dessinée publiée sur Internet, écrite et dessinée par l'auteur australien Stephen Crowley.

Chanson[modifier | modifier le code]

  1. 1970 Nue au soleil Paroles et musique: J. Schmitt, J. Fedenucci. Interprété par Brigitte Bardot
  2. 1973 À poil Interprété par Pierre Perret
  3. 1973 Tout nu, tout bronzé interprété par Carlos (chanteur)
  4. 1999 Tous à poil interprété par Lonmuso

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Deux hommes se rendent dans un camp nudiste pour y draguer.
Un élu dont la carrière politique a été corrompue par son adversaire à l'approche des élections est séduit par une chanteuse et suit cette dernière dans un de camping naturiste.
Une jeune et belle française, Yvonne, se cache dans un club naturiste.
Un éditeur de journal découvre l'existence d'un club naturiste...
Blaze Starr pousse son agent et fiancé à se réfugier dans un camp de nudiste pour échapper aux journalistes.
L'une des premières réussites de Ludovic Cruchot après son arrivée dans la gendarmerie de Saint-Tropez est l'arrestation d'un groupe de nudistes.
À la suite de plusieurs péripéties, un homme se retrouve sur une île de femmes nues.
Une fille de 12 ans se lie d'amitié avec un garçon qui lui paraît plus intelligent et libre que ses camarades...
Robby est un petit garçon naufragé sur une île déserte, où très vite les vêtements s’avèrent inutiles.
Alors que de nombreuses scènes de nudité jalonnent le film, le tournage de celui-ci s'est apparemment déroulé dans une ambiance naturiste.
Un curé de campagne (interprété par Paul Préboist), obligé par sa hiérarchie, se retrouve à prêcher la bonne parole dans un camp de naturistes.
Mira est une femme innocente réprimée culturellement. Elle trouve un job dans un espace naturiste sur la côte Dalmate et découvre ainsi le naturisme et prend conscience de sa féminité.
Walter Arbeit, un écologiste pratiquant le naturisme, accompagne son député-maire à Paris où il doit être décoré de la Légion d'honneur.
Dans un bureau, les employés ainsi que les clients sont nus.
Lucien et Adama, 10 ans, décident de partir en vacances : ils se retrouvent sur un terrain naturiste.
Un homme et sa femme partent en vacances avec leurs enfants dans une maison louée à d'étranges gens et se rendent compte, arrivés sur les lieux, que cette maison se trouve dans un « espace naturiste ».
Chaque année, les vacanciers du camping des Flots-Bleus organisent une rencontre de volley-ball avec les vacanciers du camping naturiste voisin.
Erik, un garçon de huit ans, va pour la première fois de sa vie au sauna naturiste avec sa mère.
Une famille vit indifféremment des moments naturistes à la maison.
Un jeune adolescent mal dans sa peau ne supporte pas le camping naturiste où l'a entraîné sa mère pour les vacances, mais son avis change avec la rencontre d'une jeune fille délurée.

Télévision[modifier | modifier le code]

Des personnages de la série sont en vacances et découvrent qu’ils sont dans un club familial... naturiste.

Une famille de la classe moyenne s'offre grâce à un habile tour des vacances à l'île du Couchant... sans savoir que l'île est un lieu de tourisme naturiste.

Documentaires[modifier | modifier le code]

Magazine naturiste[modifier | modifier le code]

  • La Vie au soleil est un magazine naturiste trimestriel français créé en 1949.

H&eJuly2010coversm.JPG

Personnalités liées au Naturisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Barthe-Deloizy et Jaurand 2005, p. 301.
  2. « Histoire et présentation », sur le site de la Fédération française de naturisme (consulté le 1er novembre 2015).
  3. Lyne Llobell, « 60 ans de naturisme », sudouest.fr,‎ (lire en ligne).
  4. « Page d'accueil », sur inffni.org (consulté le 8 novembre 2015).
  5. « Page d'accueil », sur inffni.org (consulté le 8 novembre 2015).
  6. Villaret 2005, p. 344.
  7. Fédération naturiste internationale, Guide naturiste mondial, Anvers, Warlich,‎ , 634 p., p. 8.
  8. [PDF] Emmanuel Jaurand, « Les espaces du naturisme : modèle allemand et exception française ? », Revue géographique de l'Est, vol. 47, no 1 « Nature, environnement et société en Allemagne »,‎ , p. 331-340 (lire en ligne)
  9. a et b http://www.apnel.fr/forum/img/lavieausoleil.jpg
  10. Barthe-Deloizy 2003a, p. 140.
  11. Barthe-Deloizy 2003b, p. 49.
  12. Jean-Luc Bouland, Tout en nu de A à Z, Encre,‎ , 255 p., Adamites.
  13. Jean-Luc Bouland, Tout en nu de A à Z, Encre,‎ , 255 p., Adamite.
  14. Définition de "Adamites" sur le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales http://www.cnrtl.fr/definition/adamites
  15. Barthe-Deloizy 2003a, p. 141.
  16. Baubérot 2004, p. 58.
  17. Conseil d’État, 4 juin 1982, Requête (no) 19726. Publié au Recueil Lebon.
  18. Réponse ministérielle dite « Liberti » - Question N° : 16460, Réponse publiée au JORF Questions du 30 juin 2003, page 5244 En ligne.
  19. Code des communes, article L. 131-2.
  20. Cour administrative d’appel de Bordeaux, 3e chambre, 10 janvier 2012, Requête (no) 10BX02480 – En ligne.
  21. Cour administrative d’appel de Bordeaux, 1re chambre, 21 novembre 1996, Requête (no) 95BX00157 – En ligne.
  22. Cour de cassation, chambre criminelle, 27 octobre 2004, Pourvoi (no) 04-80596 – En ligne
  23. Ancien article 330 du code pénal.
  24. Cour d’appel de Douai, 28 septembre 1989.
  25. Circulaire de la direction des affaires criminelles et des grâces (crim. 93 9/171, 14 mai 1993) présentant le commentaire des dispositions de la partie législative du nouveau Code pénal (Livre I à V) et des dispositions de la loi du 16 décembre 1992 relative à son entrée en vigueur.
  26. Réponse ministérielle « Liberti », op. cit..
  27. La position de Françoise Dolto n'est pas si catégorique. Selon elle, à certains âges, la nudité des parents peut conduire au développement d'un complexe d'infériorité et, dans tous les cas, il ne faut jamais forcer l'enfant à voir ses parents nus ou à se mettre nu devant ses parents s'il ne le souhaite pas. Pour plus de détails, voir Lorsque l'enfant paraît, tome 1, Points, p. 158 et s.
  28. Francine Barthe, Géographie de la nudité, être nu quelque part, Bréal,‎ .
  29. http://www.apnel.fr/adherer.htm
  30. Barthe-Deloizy et Jaurand 2005, p. 311-312, « Des îles investies par les gays ».
  31. http://quotations.about.com/od/marktwainquotes/a/twainreligion.htm Citation originale en anglais
  32. Juan Carlos Monterrubio, Emmanuel Jaurand, « Les sociétés locales face au tourisme nudiste : résultats d’une enquête qualitative sur la côte pacifique du Mexique », Téoros, vol. 28, no 2,‎ , p. 83-84 (lire en ligne).
  33. Emmanuel Jaurand, « Le tourisme naturiste en Méditerranée : entre interface et choc des civilisations (Naturist touristic practices in Mediterranean area : between interface and clash of civilisations) », Bulletin de l'Association de géographes français, vol. 83, no 3,‎ , p. 331-340 (lire en ligne).
  34. Ingrid de Chevigny, « Naturisme : pourquoi les Allemands, les Hollandais et les Belges se ruent sur nos plages », www.capital.fr,‎ (lire en ligne).
  35. http://apnel.fr/ APNEL
  36. http://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_2006_num_83_3_2518?_Prescripts_Search_tabs1=standard&
  37. http://ffn-naturisme.com/centres?type_hebergement=piscines-et-centres-de-soins&region=0&s=&post_type=mfw_centre
  38. Film noir et blanc conservé à la Cinémathèque de Paris. Un extrait de 12 minutes de la copie après restauration a été diffusé lors de la 6e Nuit Excentrique
  39. L'Île aux femmes nues sur l'Internet Movie Database.
  40. The Naked Venus sur l'Internet Movie Database.
  41. Blaze Starr Goes Nudist sur l'Internet Movie Database.
  42. Naked Complex sur l'Internet Movie Database.
  43. Robby sur l'Internet Movie Database.
  44. « Nue comme un verre », sur unifrance.org
  45. Golasy sur l'Internet Movie Database.
  46. Naakt sur l'Internet Movie Database.
  47. Naked in the 21st Century sur l'Internet Movie Database.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Nuvola apps bookcase.svg
Cette bibliographie recense trop d'ouvrages (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Les ouvrages doivent être « de référence » dans le domaine du sujet de l'article dans lequel ils apparaissent. Il est souhaitable — si cela présente un intérêt — de les citer comme source et de les enlever de la section « bibliographie ».

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Mandy, Le naturisme, De Porte,‎ , 420 p. (lire en ligne).
  • Pierre Racine, Mission impossible ? : l'aménagement touristique du littoral du Languedoc-Roussillon, Montpellier, Éditions Midi-Libre, coll. « Témoignages »,‎ , 293 p..
  • Marc-Alain Descamps, Vivre nu : psychosociologie du naturisme, Édition Trismégiste,‎ , 230 p. (ISBN 2865090264).
  • Arnaud Baubérot, « Naturisme et nudisme : un retour à la vie sauvage ? », Agora débats/jeunesses, no 11,‎ , p. 83-90 (lire en ligne).
  • France Guillain, Vivre le naturisme, Édition Jacques-Marie Laffont,‎ , 308 p. (ISBN 2878455460, lire en ligne).
  • [Barthe-Deloizy 2003a] Francine Barthe-Deloizy, Géographie de la nudité : être nu quelque part, Édition Bréal, coll. « D'autre part »,‎ , 240 p. (ISBN 2842919750, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Francine Barthe-Deloizy et Emmanuel Jaurand, « Dynamique du fait insulaire et développement du naturisme », dans François Taglioni, Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires, Édition Karthala,‎ (lire en ligne), p. 301-316.
  • [Barthe-Deloizy 2003b] Francine Barthe-Deloizy, « Le naturisme : des cures atmosphériques au tourisme durable », Communications, no 74,‎ , p. 49-64 (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Arnaud Baubérot, Histoire du naturisme : le mythe du retour à la nature, Presses universitaires de Rennes,‎ , 380 p. (ISBN 2-7535-0020-7, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Emmanuel Jaurand et Hubert de Luze, « Ces plages où les genres s'affichent ? : Les territoires du nu sur la Côte d'Azur », dans Christine Bard, Le genre des territoires : féminin, masculin, neutre, Presses de l'Université d'Angers,‎ , p. 227-240.
  • Francine Barthe-Deloizy et Emmanuel Jaurand, « Dynamique du fait insulaire et développement du naturisme », dans Nathalie Bernardie et François Taglioni, Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires : de l'île-relais aux réseaux insulaires, Karthala,‎ , p. 301-316. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sylvain Villaret, Histoire du naturisme en France depuis le siècle des Lumières, Vuibert,‎ , 378 p. (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sylvain Villaret, Naturisme et éducation corporelle : XIXe - milieu du XXe siècles, L'Harmattan,‎ , 308 p. (lire en ligne).
  • Emmanuel Jaurand, « Les espaces du naturisme : modèle allemand et exception française ? », Revue géographique de l'Est, no 1,‎ , p. 23-33 (lire en ligne).
  • Marc Dannam, Osez vivre nu, La Musardine,‎ , 110 p. (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]