Plage nudiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Panneau à Port Leucate. Original, l'avertissement rappelle l'interdiction du port du maillot de bain, mais signifie en réalité l'interdiction du port de tout vêtement.

Une plage nudiste ou plage naturiste est une plage où se pratique la nudité, pouvant s'agir de nudisme ou de naturisme. Cette pratique peut être officialisée, tolérée voire interdite selon les législations adoptées par les pays ou les collectivités locales.

Définitions[modifier | modifier le code]

Le nudisme est défini comme une pratique de la nudité alors que le naturisme est considéré comme une forme d'éthique, voire une philosophie, que le congrès mondial de la Fédération naturiste internationale, en 1974, définit comme : « une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par une pratique de la nudité en commun qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et celui de l’environnement »[1].

Ainsi, une plage nudiste est une plage où la nudité complète est pratiquée par ses occupants. Elle n'a pas nécessairement de statut officiel. Une plage naturiste est officialisée par une institution (exemple : une municipalité) et peut parfois dans certains pays être gérée par une association naturiste ou un centre de vacances naturiste. Elle est souvent matérialisée sur place par des panneaux précisant « plage naturiste » ou par exemple en France avec le label « Plage FFN » de la Fédération française de naturisme.

Législation[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

En France, la loi littoral de 1986, et les arrêtés municipaux régissent les différentes pratiques sur la plage.

Ainsi les plages naturistes sont soumises aux arrêtés municipaux ou d'autres arrêtés dans certains cas. En dehors de ces autorisations, la pratique relève d'une tolérance sans aspect officiel.

Ainsi, il ne faut pas confondre le nudisme qui est le simple fait de se mettre nu sur une plage et le délit cité dans le Code pénal concernant « l'exhibition sexuelle imposée à la vue d'autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d'un an d'emprisonnement et de 15000 euros d'amende »[2]. Cependant une circulaire du du ministère français de la Justice précise que « l’incrimination a été formulée de manière à écarter toute possibilité de poursuites à l’encontre de personnes se livrant au naturisme dans des lieux spécialement aménagés à cet effet ».

Les plages françaises peuvent parfois faire l'objet d'une concession (plages privées), notamment par l'intermédiaire du décret no 2006-608 ; cependant, celui-ci n'aborde pas la question de l'activité nudiste[3].

En Europe[modifier | modifier le code]

La présence des plages nudistes autorisées ou tolérées au sein de l'Union européenne reste soumise à la législation en vigueur. Ainsi, pour la Finlande, le nudisme est légal en tous lieux et toutes circonstances ; dans les pays germanique (Allemagne, Autriche), la nudité est « autorisée partout sauf là où elle est explicitement interdite »[4].

Dans la partie méditerranéenne, en Espagne, l'article concernant la nudité a été aboli en 1993[4]. Pour l'Italie et le Portugal, la pratique reste très encadrée, de même qu'en Belgique ou encore en Pologne[4].

Les plages nudistes[modifier | modifier le code]

Dans le monde[modifier | modifier le code]

En 2009, le géographe Emmanuel Jaurand relève la présence de plages nudistes autorisées dans 43 pays dans le monde, situés pour l'essentiel en Europe (dont l'essentiel dans l'Union européenne) et en Amérique[5]. Quelques pays observent une certaine tolérance à l'égard de ce type de lieux, citant la Chine, l'Indonésie, la Turquie ou encore le Costa Rica[5]. Enfin, sur le reste de la planète, celles-ci ne semblent pas avoir « d’existence officielle (…) ou d’existence tout court »[5]. Dans ces derniers cas, lorsqu'elles existent de manière non officielle, elles sont situées à proximité des stations balnéaires internationales[5].

Onze pays du continent américain autorisent les plages nudistes[5].

Ailleurs dans le monde, on trouve des plages officielles en Australie, en Israël, en Nouvelle-Zélande et en Afrique du Sud[5]. La première plage sud-africaine a été autorisée en 2015 dans la réserve naturelle de Mpenjati, situé sur la côte sauvage sud-africaine, à quelque 150 km de Durban[6],[7].

En Europe[modifier | modifier le code]

Plage naturiste de Bredene en belgique
Une famille naturiste (Plage naturiste sur le lac de Senftenberg dans les années quatre-vingt.)

En Europe de nombreuses communes ou autorités compétentes autorisent le naturisme sur les plages placées sous leur responsabilité. L'Europe compte plus de 500 destinations naturistes accueillant les vacanciers.

L'ensemble des pays de l'Union européenne propose ainsi des plages nudistes officielles à l'exception de la Grèce, de l’Irlande, de l'île de Malte et de la Pologne[5].

En Espagne[modifier | modifier le code]

Le Ministère de l'Agriculture et de l'Environnement liste plus de 240 plages nudistes officielles réparties sur l'ensemble de ses côtes méditerranéennes et atlantiques[8]. L'Espagne, tout comme la Croatie, est un des deux pays possédants le plus de plages naturistes sur la rive nord de la Méditerranée[9]. La plus grande majorité des communes du littoral méditerranéen dispose d'ailleurs d'une plage naturiste[9]. Toutefois, en 2016, « une loi de l’administration de la municipalité de Cadix [interdit] la pratique du nudisme sur les plages à l’intérieur des limites de la ville historique », la décision de la municipalité est confirmée par la Cour suprême espagnole[10].

En France[modifier | modifier le code]

Plage du village naturiste de Port-Leucate en France

La Fédération française de naturisme (FFN) annonçait pour la période des années 1970 l'existence de neuf plages en France, pour lesquelles existent un « arrêté municipal autorisant la nudité et seize où le naturisme est toléré[11]. » En l'an 2000, on en compte environ 220[12]. En 2015, l'Agence de développement touristique de la France donne le chiffre de « 116 plages sur lesquelles le nudisme est toléré et encadré »[13].

Critiques[modifier | modifier le code]

Les personnes qui pratiquent le naturisme apprécient cette sensation de bien-être retrouvé, dans leur tenue de naissance, en la partageant avec les femmes, les enfants et les hommes qui les entourent. Cette nudité favoriserait le respect de soi, des autres et de la nature.

Certaines plages non officielles font l'objet d'une cohabitation parfois difficile avec les plagistes « classique ».

Quelques plages sont "squattées" par des personnes ayant des comportements illégaux, si nécessaire les naturistes font intervenir les autorités policières.

Il arrive que des décisions municipales interdisant la nudité soient adoptées par les autorités[14], à la suite de pratiques parfois illégales.

Les plages nudistes dans les arts[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Camping. (Ed DVD) Chaque année, les vacanciers du camping traditionnel organisent une rencontre de volley-ball avec les vacanciers du camping naturiste.
  • 2008 : La Fonte des neiges court-métrage de Jean-Julien Chervier (Arte) 30 min. Un adolescent mal dans sa peau ne supporte pas le camping naturiste où l'a entraîné sa mère pour les vacances. Tout va changer avec la rencontre d'une jeune fille vivant le naturisme dans la joie (Géraldine Martineau).
  • 1964 : Le Gendarme de Saint-Tropez est un film français réalisé par Jean Girault, sorti en 1964.
  • Philippe Tome (Scénario), Christian Darasse (Dessins), Les Minoukinis, bande dessinée en 2 tomes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Stéphane Deschênes, « Définition du Naturisme-1974 », Download-Centre > INF-FNI Documents, sur le site de la Fédération international de naturisme - www.inffni.org, (consulté le 5 janvier 2016).
  2. « Article 222-32 » du Code pénal, sur le site legifrance.gouv.fr.
  3. « Décret no 2006-608 du 26 mai 2006 relatif aux concessions de plage », sur le site legifrance.gouv.fr.
  4. a, b et c La Rédaction, « La loi encadre le naturisme », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  5. a, b, c, d, e, f et g Emmanuel Jaurand, « Les plages nudistes, une exception occidentale ? », Géographie et cultures, no 67,‎ , p. 47-64 (lire en ligne).
  6. La Rédaction, « Afrique du Sud: première plage nudiste », www.bbc.com,‎ (lire en ligne).
  7. La Rédaction (afp/nxp), « Première plage nudiste «autorisée» ouverte en Afrique », Tdg.ch,‎ (lire en ligne).
  8. (es) « Guía de playas », sur magrama.gob.es, le site du Ministère de l'Agriculture et de l'Environnement.
  9. a et b Jaurand 2006, p. 334.
  10. La Rédaction / The Associated Press, « Les plages de Cadix interdites aux naturistes », Métro,‎ (lire en ligne).
  11. Sylvain Villaret, Histoire du naturisme en France depuis le siècle des Lumières, Vuibert, , 378 p. (ISBN 978-2-71177-136-3), p. 338
  12. Francine Barthe-Deloisy et Emmanuel Jaurand, « Dynamique du fait insulaire et développement du naturisme », dans Nathalie Bernardie et François Taglioni, Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires : de l'île-relais aux réseaux insulaires, Karthala, , p. 301-316.
  13. « Tourisme et naturisme. 2 millions de touristes internationaux vivent le naturisme en France », sur site de l'Agence de développement touristique de la France - atout-france.fr (consulté le 10 octobre 2015).
  14. Exemple français, « Un maire peut interdire le nudisme sur sa commune », sur jurisprudentes.net

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alice Bullard, « Le théâtre des plages en Nouvelle-Calédonie : présentation du corps et art kanak féministe », Journal de la Société des océanistes, vol. 108,‎ (lire en ligne).
  • Juan Carlos Monterrubio, Emmanuel Jaurand, « Les sociétés locales face au tourisme nudiste : résultats d’une enquête qualitative sur la côte pacifique du Mexique », Téoros, vol. 28, no 2,‎ (lire en ligne)
  • Jean Rieucau et Jérôme Lageiste, « La plage : un territoire singulier. Entre hétérotopie et antimonde », Géographie et cultures, no 67,‎ (lire en ligne).
  • Emmanuel Jaurand, « Les plages nudistes, une exception occidentale ? », Géographie et cultures, no 67,‎ (lire en ligne).
  • [PDF] Emmanuel Jaurand, « Les espaces du naturisme : modèle allemand et exception française ? », Revue géographique de l'Est, vol. 47, no 1 « Nature, environnement et société en Allemagne »,‎ , p. 331-340 (lire en ligne)
  • Emmanuel Jaurand, « Le tourisme naturiste en Méditerranée : entre interface et choc des civilisations (Naturist touristic practices in Mediterranean area : between interface and clash of civilisations) », Bulletin de l'Association de géographes français, vol. 83, no 3,‎ , p. 331-340 (lire en ligne)
  • Francine Barthe-Deloizy et Emmanuel Jaurand, « Dynamique du fait insulaire et développement du naturisme », dans Nathalie Bernardie et François Taglioni, Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires : de l'île-relais aux réseaux insulaires, Karthala, , p. 301-316
  • Emmanuel Jaurand, « Territoires de mauvais genre ? Les plages gay », Géographie et cultures, no 54,‎ (lire en ligne).
  • Francine Barthe-Deloizy, Géographie de la nudité : être nu quelque part, Éditions Bréal, coll. « D'autre part », , 239 p. (ISBN 978-2-84291-975-7)
  • Francine Barthe-Deloizy, « Le naturisme : des cures atmosphériques au tourisme de durable », Communications, vol. 74,‎ , p. 49-64 (lire en ligne) (étude centrée sur l'exemple français)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]