Paul Vigné d'Octon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Vigné d'Octon
Vigne Octon, Paul.jpg
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
Nationalité
Lieu de travail
Activités

Paul Vigné d'Octon, nom de plume de Paul Vigné, né le à Montpellier, mort le à Octon, est un homme politique et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul-Étienne Vigné naît rue de la Blanquerie, actuelle rue de l'Université, à Montpellier, d'un père boulanger, né à Octon, libre penseur et athée[1], ami de Jules Bazile, qui sera plus connu sous le nom de Jules Guesde[2]. Après un bref passage au Petit séminaire (sa mère est une catholique très pratiquante) et la mort de son père, il fréquente le lycée et obtient son baccalauréat en 1876[3]. Il est admis en 1880 au concours d'entrée à l'École navale de Toulon, où il passe un an, puis est admis au concours de l'internat à la Faculté de médecine de Montpellier. Il est détaché à l’hôpital d'Aix-en-Provence, puis promu médecin de la marine, il part en Guadeloupe. De retour à Montpellier, il passe sa thèse de médecine en 1884. Il est alors promu médecin se deuxième classe et est envoyé au Sénégal puis en Guinée[4]. En 1886, il sollicite un congé sans solde de trois ans et devient médecin de la Compagnie du chemin de fer de Dakar à Saint-Louis[5].

En 1888, en France, il épouse Madeleine Vigné, qu'il connaissait depuis longtemps mais dont les parents l'avaient refusé et qui était devenue veuve d'un premier mari[6].

Il se lance en politique et affronte Paul Leroy-Beaulieu aux élections du canton de Lunas pour le conseil général de l'Hérault de 1889. Il est battu[7]. Aux élections législatives de 1893, il est élu député de Lodève. Il retrouve à l'Assemblée nationale Jules Guesde, élu à Roubaix. Il est élu en 1895 conseiller général du canton de Lunas[8], puis maire d'Octon l'année suivante, battu aux municipales de 1905 et aux législatives de 1906[9].

De 1907 à 1909, il effectue des missions d’inspection pour le ministère de l'Instruction publique[10]. Il se remarie en 1939 (Madeleine était décédée en 1936) avec Hélia Clément-Béridon. Il meurt en 1943 et est enterré au cimetière d'Octon[11].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les rivières du sud de la Sénégambie : le Rio-Nunez, 1889
  • Chair noire, A. Lemerre, 1889
  • Au pays des fétiches, A. Lemerre, 1890
  • L'Éternelle Blessée, A. Lemerre, 1891
  • Le Roman d'un timide, A. Lemerre, 1892
  • Terre de mort : Soudan & Dahomey, Lemerre, 1892
  • Fauves amours, A. Lemerre, 1892
  • Les Angoisses du docteur Combalas. Tiennet l'innocent, A. Lemerre, 1893
  • Les Amours de Nine, A. Lemerre, 1893
  • En buissonnant, A. Lemerre, 1894
  • Petite amie, A. Lemerre, 1895
  • Le Vœu de Juliette, A. Quantin, 1899
  • Le Pont d'amour, A. Lemerre, 1900
  • La Gloire du sabre, Flammarion, 1900
  • Le Pèlerin du soleil, Grasset, 1910
  • Les Crimes coloniaux de la Troisième République. La sueur du burnous, Éditions de la Guerre sociale, 1911
  • La Vie et l'Amour : les doctrines freudiennes et la psychanalyse. Enquête dirigée par P. Vigné d'Octon, Éditions de L’Idée libre, 1934.

Éditions récentes[modifier | modifier le code]

  • La Gloire du sabre, préface d'Abdelaziz Bouteflika, Alger, Éditions ANEP, 2006
  • La Sueur du burnous, éditions Les nuits rouges, 2001
  • Les Amours de Nine, C. Lacour, 1998
  • La Gloire du sabre, illustrations de Cabu, Quintette, 1984

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Roche, Paul Vigné d'Octon 1859-1943. Les combats d'un esprit libre, de l’anticolonialisme au naturisme, L'Harmattan,
  • Henri Brunschwig, « Vigné d'Octon et l'anticolonialisme sous la Troisième République (1871-1914) », Cahiers d'études africaines, vol. 14, no 54, 1974, p. 265-298.
  • Marie-Joëlle Rupp, Vigné d'Octon : un utopiste contre les crimes de la République, Ibis Press, 2009
  • Hélène Vigné d'Octon (Hélia Clément-Béridon), La vie et l'œuvre de Paul Vigné d'Octon, Montpellier, impr. de Causse, Graille et Castelnau, 1959
  • Lazhar Mejri, « Paul Vigné d'Octon, La Sueur du burnous : un regard extérieur sur la politique coloniale française en Tunisie (1881-1909) », Sami Bargaoui et Hassan Remaoun, Savoirs historiques au Maghreb, Oran/Tunis, Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle/C.E.R.E.S, 2006, p. 249-263
  • Roland Andréani, "Le Thermalisme dans l’œuvre romanesque de Paul Vigné d'Octon (1859-1943)", dans Villes d'eaux, histoire du thermalisme, Paris, 1994, p. 479-489
  • Roland Andréani, "Le "bon prêtre" dans l'œuvre romanesque de Paul Vigné d'Octon (1859-1943)", dans Bernard Plongeron et Pierre Guillaume (dir.), De la charité à l'action sociale : religion et société, Paris, 1995, p. 387-395
  • Roland Andréani, "Les correspondants de Paul Vigné d'Octon (1859-1943)" dans Pierre Albert (dir.), Correspondre jadis et naguère, Paris, 1997, p. 731-741
  • « Paul Vigné d'Octon », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roche 2009, p. 15
  2. Roche 2009, p. 18
  3. Roche 2009, p. 27-28
  4. Roche 2009, p. 29-32
  5. Roche 2009, p. 42
  6. Roche 2009, p. 47
  7. disponible sur Gallica
  8. disponible sur Gallica
  9. Roche 2009, p. 56, 96, 104
  10. Roche 2009, p. 107
  11. Roche 2009, p. 158