Sebastian Kneipp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sebastian Kneipp
Sebastian Kneipp.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Stephansried (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalité
Formation
Ducal Georgianum (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Domaines
Religion
Distinction
Œuvres principales
Meine Wasserkur (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Sébastien Kneipp (né le à Stephansried (Royaume de Bavière) et mort le à Bad Wörishofen (Empire allemand) est un prêtre catholique allemand qui est à l'origine de cures (thérapies) naturelles (soins par l'eau froide, les plantes, etc.) portant son nom (en allemand Kneipp-Kur).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît le 17 mai 1821 en Souabe à Stephansried (qui fait aujourd'hui partie d’Ottobeuren). Il est le fils du tisserand Xaver Kneipp et de son épouse Rosina et il avait deux sœurs et deux demi-sœurs. La pauvreté de sa famille l’obligea à onze ans à travailler avec son père au métier à tisser ou en tant que gardien du troupeau municipal. De 1827 à 1833, il fréquenta l'école communale de Stephansried et de 1833 à 1839 l'école du dimanche et jours fériés d’Ottobeuren. Après l'incendie de la maison de ses parents et la perte des 70 florins qu’il avait économisés le contraignit à quitter son village natal et à trouver un emploi de valet de ferme à Grönenbach. Un parent éloigné, l'aumônier Matthias Merkle, s'occupa de lui, lui enseigna le latin et le prépara ainsi au Gymnasium. À Grönenbach, il rencontra également le pasteur du lieu, protestant réformé, Christoph Ludwig Köberlin qui était botaniste et lui fit découvrir la phytothérapie.

En 1844, il fut admis au collège royal de Dillingen et, en 1848, il commença à étudier la théologie au Lycée de Dillingen (de 1923 à 1971, Université de philosophie et de théologie de Dillingen).

Étant lycéen, il fut atteint de tuberculose et condamné par son médecin traitant. Il retrouva l'espoir à la lecture d'un livre de médecine naturelle de Johann Siegmund Hahn qui traite de soins à partir d'eau froide. Il décide alors de se baigner deux ou trois fois par semaine, pendant quelques instants, dans le Danube glacé près de Dillingen, c’est surtout en 1849 qu’il le fit ; à la maison il prenait des bains à mi-corps et s’aspergeait lui-même ; à son témoignage, c’est ainsi qu’il se rétablit. À Dillingen la fontaine Kneipp et le circuit Kneipp rappellent aussi bien le prêtre que l’apôtre de la cure thermale.

En 1850, il bénéficia d’une place gratuite au Georgianum de Munich et y poursuivit ses études de théologie. L’utilisation quotidienne de l’eau pour se soigner faisait désormais partie de sa vie de tous les jours. Au Georgianum, pour la première fois, il traita secrètement des camarades de classe atteints de la tuberculose. Il lut des livres sur les usages de l’eau, fréquenta l’Association des amis de l’eau et y entendit parler de Vincenz Prießnitz, de Gräfenberg, qui depuis 30 ans traitait grâce à l’eau en Silésie autrichienne.

Le 6 août 1852, il reçut l’ordination sacerdotale des mains de Mgr Peter von Richarz dans la cathédrale d’Augsbourg. Jusqu’en 1855, il occupa trois postes d’aumônier : à Markt Biberbach près d’Augsbourg, à Boos et à St. Georg in Augsburg.

La méthode Kneipp est fondée sur cinq piliers :

  • l'hydrothérapie (soigner par l'eau) ; la force curative de l'eau est employée de diverses manières dont les plus appliquées sont les jets d'eau froide [Wassergüsse] et la marche, à la façon de la cigogne, dans un bassin d'eau froide [Wassertreten], toujours après échauffement ;
  • la phytothérapie (soigner par les plantes) ;
  • l'activité physique (soigner par le mouvement), qui cible autant le corps que les organes ; les vêtements amples sont recommandés, ainsi que la promenade à pieds nus [Barfusslaufen] qui constitue une « méthode douce d'endurcissement ».
  • la diététique (soigner par une alimentation rationnelle),
  • et un style de vie sain et équilibré.

Sébastien Kneipp mourut à Bad Wörishofen. La ville est de nos jours un lieu de cure célèbre [Kneipp-Kurort].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Comment il faut vivre : avertissements et conseils s'adressant aux malades et aux gens bien portants pour vivre d'après une hygiène simple et raisonnable et une thérapeutique conforme à la nature, 1891 [1]
  • Ma cure d'eau pour la guérison des maladies et la conservation de la santé, 1897 [2]
  • Mon testament : conseils aux malades et aux gens bien portants, 1895 [3]
  • Quelques conseils médicaux contenus dans mon almanach pour l'an de grâce 1892, 1895
  • Soins à donner aux enfants dans l'état de santé et dans l'état de maladie ou Conseils sur l'hygiène et la médecine de l'enfance, 1892

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :